Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 

Les dons spirituels (suite)

12 - Dons de révélation

1 - Introduction 2 - Les vrais adorateurs 3 - Nés de nouveau 4 - Plénitude de l'Esprit 5 - Plénitude pratique 6  -Dons de Dieu 7 - Promesses 8 - Actualite 9 - Neuf dons 10 - Leur contenu 11  - Foi & guérison 12 - Dons de révélation 13 - Dons des langues 14 - Réponses objections

La troisième catégorie, selon notre découpage correspond aux dons de révélation. Elle comprend :

bullet

        le don de prophétie et

bullet

        le don de discernement des esprits.

Ces deux dons spirituels sont parfaitement complémentaires. Le Seigneur veut nous dévoiler des parties de ce qui se prépare, que nous ne voyons ni avec nos yeux ni avec notre intelligence. Nous avons besoin de ces bribes de connaissances spécifiques pour être encouragés. Ces révélations viennent non seulement confirmer ce que la Bible nous annonce, mais sont utiles pour raviver dans nos coeurs la certitude de l’imminence du retour de Jésus-Christ. 

Pour éviter le risque de dérapage il faut un contrôle. Le risque le plus fréquent est celui qui consiste à laisser des paroles personnelles entrer dans ce que l’on prétend venir de Christ. Mais Satan cherche également à imiter toutes les oeuvres de Dieu. Il est donc nécessaire de savoir reconnaître l’origine d’une manifestation. 

Le don de prophétie 

« Nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien  de prêter attention, comme une lampe qui brille  dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos coeurs » (2Pierre 1 : 19). 

Pierre pense ici aux livres prophétiques qu’il connaît, et qui composent une grande partie de l’ancien testament. Il pense forcément aux paroles prophétiques de Jésus, aux révélations qu’Il leur a faites au sujet de son retour en gloire. A ces textes notoires, références obligées de Pierre, nous ajouterons la grande prophétie de l’Apocalypse de Jean, livre qui est en train de s’ouvrir aujourd’hui, après avoir été scellé selon l’ordre de Dieu, parce que réservé aux derniers temps.  

Il n’est pas question bien évidemment de mettre sur le même plan les révélations que nous pouvons recevoir individuellement, ou collectivement dans nos églises, avec ces textes. Cette restriction est évidente, car ce que nous recevons par ce don de l’Esprit, n’est, et ne peut-être qu’une confirmation du plan de Dieu, développé par ces écrits inspirés. Nous ne recevons qu’un complément de détails, plus ou moins importants pour nous, mais jamais à caractère universel ou novateur. 

Le sens du mot prophétie revêt la notion d’une révélation immédiate, qui est soit liée à l’avenir, soit à la pensée de l’Esprit.  

Dans le premier cas elle n’est qu’un éclairage ponctuel sur l’imminence du retour de Jésus. Elle peut également nous informer sur une situation spirituelle particulière, sur le besoin d‘une préparation plus sérieuse, quelquefois sur les conséquences de nos  comportements ou pensées. C’est la notion de dévoiler l’avenir que l’on comprend la prophétie. Pourtant il ne s’agit pas là du sens principal. 

Le sens premier de la prophétie c’est de nous révéler la volonté de l’Esprit-Saint pour nous amener dans le plan de Dieu. Celui qui reçoit le don de prophétie parle, à la place de Dieu, pour apporter la lumière sur notre chemin. C’est cette lampe dont parle Pierre, pour éclairer notre route. 

Nous prions souvent avec ces paroles ô combien sages « Seigneur, montre-nous ta volonté », serions étonnés que Dieu réponde ! Toutes nos décisions importantes devraient être soumises au Seigneur, plutôt que de nous lancer dans n’importe quelle aventure.  

Le Seigneur non seulement est bien vivant, puisqu’Il entend et répond à nos prières, mais Il se révèle comme dans une intimité paternelle. Est-ce étonnant de faire ce constat lorsque nous reconnaissons qu’Il a fait de nous ses enfants ? N’est-il pas normal pour un père de donner à ses enfants des conseils, ou de les avertir de dangers imminents ? 

« Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. » (Rom. 8 : 14) 

Cette déclaration est d’une importance capitale. D’abord elle apporte un témoignage, un de plus, sur la nécessité de se laisser conduire par l’Esprit, d’où le besoin de prophéties pour révéler le plan de Dieu dans nos vies. D’autre part elle établit une corrélation, une démonstration comme mathématique : conduit par l’Esprit = fils de Dieu. 

Nous constaterons que le Seigneur, Dieu d’ordre, met des balises pour éviter des débordements nuisibles à la crédibilité de son message. 

Contrairement aux devins du monde, qui prédisent beaucoup, sans contrôle ni censure, il est introduit un dispositif de sécurité. 

« Pour ce qui est des prophètes, que deux ou trois parlent, et que les autres jugent. » ( 1cor 14 : 29), et  « les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes. »  (1Cor. 14 : 32) 

Il y a d’abord une réserve quant au nombre d’intervenants, pour une raison d’ordre, il n’est nul besoin de répéter un nombre important de fois le message que l’Esprit veut faire passer.  

D’autre part le contrôle des frères et des soeurs, qui ont également le don de prophétie, et qui ont charge de filtrer la prophétie. Ceci est important car il révèle le caractère fragile de celui qui exerce le don de prophétie. A prophétiser souvent il y a risque à se considérer comme un « prophète professionnel ». Or le don de prophétie s’exerce d’une manière ponctuelle, souvent répétitive dans le temps, mais jamais de manière permanente. Seulement quand l’Esprit souffle. 

Il semble utile de rappeler ce qui a déjà été mis en évidence dans le chapitre trois, à propos de ceux qui manifestent un don spirituel : ils exercent un ministère dans l'Eglise (1Cor. 12 : 28-29). L’exercice de ce ministère de contrôle est primordial si l’on ne veut pas voir des dérapages dangereux. 

Mais pour éviter ce danger potentiel, il serait encore plus néfaste de se priver de ce don principal offert par l’Esprit de Dieu. Il nous paraît donc essentiel de rappeler ici cette exhortation de l’apôtre Paul : 

« Recherchez l’amour. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie. » (1Cor 14 : 1). 

Le don de discernement des esprits 

Nous avons relevé dans les pages précédentes, l’importance du contrôle de la révélation. Il est vrai que le chrétien, dans son zèle pour servir Dieu, peut en faire trop. Le trop en question consiste à apporter sa vision personnelle d’une situation, ou sa propre conception sur une idée.  

Excès de zèle qui doit être discerné par les autres chrétiens ayant reçu le même don de prophétie. 

Le don de discernement des esprits est complémentaire. Il n’a rien à voir avec un esprit critique. Nous constatons souvent l’erreur qui est faite parce que l’on parle seulement du don de discernement, en oubliant  de préciser « des esprits ». 

Le discernement tout court, est une qualité humaine et non spirituelle. Il est le fruit de la sagesse, de l’expérience, de l’exercice d’une capacité d’analyse. Chacun peut y accéder, peu ou prou, selon ses dispositions naturelles. 

Ici par contre nous parlons bien d’un don spirituel spécifique.  Il nous a bien été annoncé que dans les derniers temps nos fils et nos filles prophétiseraient, que nos vieillards auraient des songes, nous l’avons déjà rappelé. Jésus nous avertit également que Satan sera, en même temps à l’oeuvre dans les derniers temps. 

«Il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront des prodiges et des miracles pour séduire les élus, s’il était possible. Soyez sur vos gardes : je vous ai tout annoncé d’avance. » (Luc 13 : 22) 

Il est donc vital de ne pas se laisser abuser par ce qui semblerait, de prime abord venir du Seigneur. Parce qu’il ne s’agit plus ici d’un dérapage dont les conséquences sont plus ou moins superficielles, mais d’un piège réel, construit par l’ennemi pour tromper les chrétiens. L’intention de faire tomber est délibérée, et les moyens utilisés copient ceux qu’utilise le Saint-Esprit. Satan n’a jamais su que singer l’Eternel. 

C’est aux fruits que nous connaissons la qualité d’un arbre. C’est également aux fruits que l’on peut reconnaître l’origine  de certaines manifestations spirituelles. Seulement ce constat peut être tardif, et entre temps bien des dégâts peuvent être faits.  

Dans sa sagesse, le Saint-Esprit de Dieu distribue donc le don de discernement, qui va déceler dès le début l’origine de  certaines manifestations, c’est beaucoup plus efficace. 

Un exemple représente bien ce simulacre de Satan pour faire croire qu’une manifestation vient du Seigneur. Nous connaissons bien cet épisode vécu par Paul et Timothée à Philippes, ville de Macédoine. Se rendant au lieu de prière, ils sont suivis par une femme qui crie sur leur chemin « Ces hommes sont les serviteurs du Dieu Très-Haut, et ils vous annoncent la voie du salut »  (Actes  16 : 17).  

Elle ne disait que la vérité. Cela faisait plusieurs jours qu’elle « travaillait » apparemment pour le Seigneur. Cependant, au verset précédant le texte nous dit que Paul avait décelé chez cette femme un esprit de Python. Donc, il l’a fait se taire en s’adressant directement à cet esprit : «... je t’ordonne, au nom de Jésus-Christ, de sortir d’elle. Et il sortit à l’heure même. » (Actes 16 : 18) 

Cette femme était un canal de Satan pour préparer un piège. Probablement, le texte ne le dit pas puisqu’elle a été démasquée avant de nuire, qu’il y aurait eu une suite à ces cris, peut-être un scandale, ou un enseignement mensonger... 

Le Saint-Esprit a révélé à Paul qu’il s’agissait d’un esprit de Python, et non du Seigneur. 

C’était utile au temps des apôtres, cela l’est tout autant aujourd’hui, et le sera encore plus lorsque Satan se déchaînera dans les tout derniers jours. Mais, ne serions-nous pas, déjà, dans cette situation.

Retour accueil