Bienvenue
En ce moment 
vous êtes

 
    
visiteurs sur le site
Merci


 

   
Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 
   

 

Êtes vous Charnel ou Spirituel ?
3ème partie :
La Victoire sur la Chair
Pasteur Gérard Sadot

 

Voulez-vous « voir » Dieu dans votre vie ? Il faut que tout ce qui est superficiel  (le peau) disparaisse, soit détruit. Pas d’autre moyen. Ce n’est qu’en profondeur que l’on peut voir Dieu. On ne peut « VOIR Dieu et vivre ». Si tu veux voir Dieu, il te faudra mourir !

« Heureux ceux qui ont le cœur pur car ils verront Dieu » (Matthieu 5).

Comment cela peut-il se faire. Est-ce qu’à l’état naturel, il y a quelqu’un qui ait le Cœur Pur ? Tous ont péché, il n’y a pas un juste, pas même un  seul… En conséquence, personne n’a le cœur pur naturellement. Avoir le cœur pur n’est pas un état naturel. Il y a tout un processus avant. La « chair et tout ce qui enveloppe » le cœur doit disparaître, être détruit, afin que le cœur sois à nu, alors, par le Sang de Jésus, il devient « pur ». C’est à dire, il est prêt. Toutes superficialité doit être détruite. Mais, avant, il y a tout un travail de destruction, qui dégage le cœur de la CHAIR…

« Quand ma peau (superficialité) sera détruite… je Le verrai... » (Job 19:26).

Les différentes significations du mot « CHAIR ».

Pour bien comprendre un sujet, il faut bien comprendre de quoi on parle, du sens des mots. Y-a pas très longtemps, une personne qui n’a pas le sens des mots parlait de quelqu’un qui avait fait une « crise de Titanic ! ». Il y a une différence entre « crise de tétanie » et « crise de Titanic »… Il faut savoir ce que parler veut dire. Il y a une grande différence entre:

« les hommes suivent des chemins tortueux », et :
« les hommes marchent sur les chemins de la tortue » !
« Jésus-Christ est venu vous apporter le Salut » et :
« Jésus-Christ est venu vous saluer ! ».

J’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de confusion dans les églises au niveau du vocabulaire chrétien. Il n’a pas les mêmes sens pour tous.

Qu’est-ce que la « circoncision du cœur » ?
Qu’est-ce « qu’amasser des charbons ardents sur la tête » ?
Qu’est-ce le « pied de l’orgueil » ?  Etc.
Il en est de même du mot « CHAIR »...

CHAIR: du grec SARX, et de l’Hébreu BÂSÂR.

« la substance physique, la viande, le corps » (Genèse 2: 21;  Lévitique 4: 11; Job 10: 11 Zacharie 14: 12 etc.).
« ce qui est naturel pour l’homme mortel » (Job 34: 15; Actes 2: 17).
« la fragilité de la nature humaine ordinaire et déchue » (Jérémie 32: 17).
« l’homme tel qu’il est soumis au péché, ayant une volonté rebelle de l’homme opposée à la volonté et à la révélation de Dieu » (1Corinthiens 2: 14 & 3: 1/4; Galates 5:1/17, Éphésiens 2:3).
« Les penchants humains » (Romains 8: 3, Colossiens 1:22)

Il est bien évident que quand Paul parle de ceux qui ont « crucifié leur chair », il ne parle pas littéralement du corps, de la substance physique ! Cette expression parle de la « volonté rebelle et des mauvaises tendances » de l’homme qui ont été maîtrisées, paralysées, maintenues en échec.

Un mot clé pour comprendre le fonctionnement de la chair, c’est: « le dérèglement » (traduit aussi par « permissivité »).

Dans Marc 7: 20/23, il est mis au même rang que l’adultère, la fornication, le meurtre etc. Tout ce qui souille l’homme. Dans Galates 5, ce mot est situé entre « impuretés et idolâtrie. C’est une des oeuvres de la chair.

Permissivité signifie: « sans limite, sans restriction ». C’est ce point faible que l’adversaire vise chez le croyant. S’il peut vaincre à ce niveau là, il a gagné. Un des domaines où il y a des dérèglements, c’est l’alimentation. La nourriture. Les appétits de la chair se reportent aussi dans ce domaine. Pour beaucoup, ils ne pensent qu’à l’aspect sexuel des dérèglements. Il n’y a pas que cela. Paul parle de la réputation des Crétois:

« L’un d’entre eux  a dit: Crétois toujours menteurs, méchantes bêtes, ventres paresseux. Ce témoignage est vrai. C’est pourquoi reprends-les sévèrement afin qu’ils aient une foi saine … » (Tite 1:12).

« Il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j’en parle maintenant encore en pleurant. Leur fin sera selon la perdition; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, ils ne pensent qu’aux choses de la terre » (Philippiens 3: 19).

Dans ces deux passages, nous constatons que les « ennemis de la croix », pas seulement du message du rachat des péchés, mais à l’intérieur du corps de Christ, « ceux qui refusent de crucifier la chair » sont ennemis de la croix ! Ils ont pour « dieu leur ventre »… Tout ce qui a pris la première place dans le vie d’un chrétien devient un « dieu concurrent » du «Vrai Dieu ». Comment ces appétits de la chair sont-ils attisés ? Paul dit aux Philippiens que c’est par les PENSEES. Et, les pensées avec une seule et unique orientation, les choses de la terre...

Les appétits de la chair sont excités par des pensées qui traversent l’esprit. Ça s’appelle la Tentation. Le mot « tentateur » vient de « peirasmos », qui donne en français « pirate ». Les pirates attaquent votre navire, et ils tentent de vous détruire. Ils crient: « à l’abordage ! ». Ils veulent tuer ou faire prisonnier tout ce qui est dans le navire en vue de piller ses richesses. Derrière toute « tentation », il y a une « intention de piratage ». Il ne reste à l’Adversaire, au « Pirate » que la RUSE. C’est sa seule véritable arme.

Il tente de vous leurrer, vous tromper. Un leurre. Un appât. Vous savez que le mot « scandale » vient à l’origine du grec « skandalon ». Il est traduit par « OCCASION DE CHUTE », ou : « OFFENSE ». Il fait référence à la partie du piège sur laquelle on attache un appât. Ce mot signifier: « poser un piège sur la route de quelqu’un », ou: « la pierre qu fait tomber », celle sur laquelle on trébuche car on ne l’a pas vue à temps. Une souricière employée par l’Ennemi. C’est le « skandalon » (Luc 17:1).

Offenser:
a) blesser: « ce coup lui a offensé le cerveau »
b) affecter douloureusement: « sa poitrine était si offensée de la mauvaise nourriture »
c) incommoder: « une haleine qui offense mes narines »
d) contrarier: « l’humilité qui faisait le fonds du christianisme offensait les hommes »
e) porter atteinte à, ternir: « vous avez cruellement offensé l’amitié qui était entre nous ».

Outrage: « Offense extrêmement grave ». Faire subir l’outrage à une femme, c’es la violer !

Insulte: « Offenser quelqu’un par des actes méprisables, et surtout par de paroles injurieuses ». L’insulte est une parole ou une offense, qui blesse la dignité, l’honneur de quelqu’un ». « Insulter contre » = « préférer des insultes contre, dénigrer ».

 
La convoitise, où les « appétits de la chair ».

Vous savez comment on peut capturer des singes ? Vous allez là où il y en a. Vous attachez un vase au col étroit à une corde. Vous mettez dans le vase des cacahuètes. Vous mettez la main dedans et vous en retirez les cacahuètes que vous mangez. Les singes se tiennent à distance, mais comme ils sont curieux, ils vous observent. Puis, vous disparaissez et vous vous cachez. Mais vous observez à ce qui va se produire. Au bout d’un temps des singes arrivent près du vase, l’un d’entre eux engage une main dedans pour prendre une poignée de cacahuètes. Et, à ce moment là, vous tirez la corde… Le singe ne veut pas lâcher les cacahuètes, il garde poings fermés, il veut fuir, mais il ne lâche pas son précieux trésor. Et comme le col du vase est étroit, il ne peut se dégager… Alors, il est facile de s’emparer du petit singe… Il s’est fait piéger. Mais qu’est-ce qui le perd ? C’est sa convoitise. Il ne veut pas lâcher prise et ne s’aperçoit pas, ne comprend pas que c’est pour sa perte !

Quelque soient les appétits de la chair, que ce soit les excès de table ou les péchés sexuels, , tout se résume à une réalité: ECOÏSME.

Paul dit: « Vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. Ils ont l’intelligence obscurcie, il sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l‘endurcissement de leur cœur. Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d’impureté joint à la cupidité » (Éphésiens 4:17).

Comment ça commence ? Il est parlé de la vanité de leurs pensées. C’est dans les pensées que l’attaque commence. La finalité est de vous amener à commettre toute espèce d’impureté jointe à la cupidité ». Il met la pression pour que vous cédiez aux faiblesse de votre chair et ce dans le but de vous contrôler.

« Là dessus, Jésus alla avec eux au lieu dit Getsémané et Il dit à ses disciples: asseyez-vous ici, pendant que Je m’éloignerai pour prier » (Matthieu 26:36).

Le mot « Getsémané » signifie « Pressoir à Huile ». Je dis souvent que « la pression révèle la fissure ». C’est vrai. C’est là que l’huile est extraite des olives. Il faut une forte pression pour extraire l’huile. Quand la « pression » arrive, nous voyons s’il y a de l’huile ou pas. Quand les épreuves surviennent… Nous voyons ce qui en découle.

« La pression du nez produit du sang et la pression du lait de la crème. Et la pression de la colère produit des querelles » (Proverbes 30: 33). Que produisez-vous ? Du SANG ou de la CREME ?

« Jésus s’en alla avec lui. Et une grande foule Le suivait et Le pressait. Or, il y avait une femme atteinte d’une perte de sang depuis 12 ans… Ses disciples Lui dirent; Tu vois la foule qui Te presse et  Tu dis: Qui m’a touché ? » Marc 5: 24 et v. 31).

Une Clé des miracles est dans les PRESSIONS !

Quand la pression augmente, un miracle n’est pas loin. Une force va surgir. Si ce n’est pas la querelles ou le sang, se sera la CREME ! L’huile de guérison est venue, a été exprimée et cette femme a été guérie. Il y a alors l’EX-PRESSION qui libère cette force positive, curatrice… Il y aura dans la vie en Christ une « grande foule qui presse » (v. 24)… au point parfois d’étouffer à en mourir… De grandes pressions… suivies de grandes manifestations divines.

Le Saint-Esprit exerce des pressions sur nous. Pourquoi me direz vous ? Il est appelé le « Sceau de l’Esprit ». Celui qui possède un sceau reproduit ce qui est en relief par pression sur ce qui lui appartient. Nous reproduisons le divin caractère et les œuvres de Jésus notre Seigneur que par pressions successives de l’Esprit dans notre vie. 

Voyons quelques GETSEMANES  où vous pouvez être conduits !

La Pression sur Aaron. Celle de l’idolâtrie.

Il a cédé et fabriqué un Veau d’Or...

La Pression sur Saül. Celle de l’impatience.

Il attendait Samuel qui ne semblait pas arriver. L’attente était devenue infernale pour lui. Le peuple se disséminait loin de lui. Il allait bientôt se retrouver seul. Il a pris une initiative en pensant bien faire… et sous le coup de cette pression, il dit: « Amenez-moi l’holocauste et le sacrifice de communion » (1Samuel 13:8). Dès qu’il eut fini d’offrir l’holocauste, Samuel arrivait !

La Pression sur David concernant l’attitude rustre de Nabal !

Nabal ne reconnaît pas en David un futur roi d’Israël, mais un « esclave échappé de chez son maître ». Rien d’autre. Et il ne lu doit rien. Nabal n’a aucune reconnaissance. Heureusement qu’il y a eu Abigaïl pour empêcher David de succomber à cette pression meurtrière. Elle a su désarmer David de son intention… et le dégager de cette pression. Le Seigneur dit: « A Moi la vengeance, à Moi la rétribution ». 10 jours après, coléreux qu’il était, Nabal a eu une crise cardiaque ! 

La Pression sur Pilate. Celle de l’opinion publique.

Les clameurs de la foule enragée… la crainte d’un soulèvement populaire…

 
COMMENT « CRUCIFIER SA CHAIR » ?

Il faut impérativement plusieurs facteurs sans lesquels c’est impossible. Car l’expression suppose des instruments pour le faire. Faut pas que ce soit un slogan qui ne veut rien dire. Toutefois notez bien les expressions:

« si vous êtes conduits par l’Esprit »,
« vivons par l’Esprit, marchons aussi par l’Esprit » (Galates 5: 18: & 25),
« faites mourir les actions du corps » (Romains 8: 13), etc.

Le Saint-Esprit qui habite en nous va nous aider à opérer cette crucifixion. Avant, croyez-vous qu’il y ait rien d’anodin dans l’Écriture ? Tout n’est-il pas écrit dans un but?

1) Il faut un volontaire... et le Saint-Esprit fais de toi un condamné.

Qui se porte volontaire ? Ta chair refuse la crucifixion. Elle freine, recule, veut échapper à ce traitement. Elle dit: « Je suis une si brave personne… Ben voyons ! C’est si injuste ! C’est pas moi, c’est a l’autre… Aïe ! Mais vous êtes fous ! Ça fait mal, pourquoi vous moquez-vous de moi ? Ôôôôh ! ma petite chair est froissée, je suis trop vexé, car ma chair est susceptible. Vous voyez pas combien ma chair est susceptible ! Respectez-la ! N’aurez-vous pas pitié de ma pauvre chair ? ».

Non ! la chair doit être maîtrisée et il faut au moins deux bourreaux pour la paralyser et la crucifier… Elle donne des coups de pieds, elle injurie, elle se débat… et elle dit: « je veux faire ce qui me plaît, je suis libre de vivre comme je l’entend, vous n’avez donc aucun amour pour moi, moi, moi, moi !... » ! Il n’y a rien de pire et de plus pitoyable que la CHAIR qui se « révolte » !

2) Il faut un lieu de crucifixion.
« Ils le crucifièrent là ».

Le Saint Esprit te conduit dans une église locale. Qui a crucifié Joseph dans l’Écriture ? Ses frères bien-aimés. Ils sont capables de « tremper votre tunique déchirée dans du sang pour se justifier »… Il te mènera dans une église locale d’où tu ne pourras pas t’échapper, t’enfuir, malgré des « fugues », Il t’y ramèneras… Car, c’est LA  l’endroit qu’Il a choisi pour toi qui dois subir la croix ! Mais aussi, le lieu du Crâne. Notre tête et nos pensées…

3) Il faut des poutres:

Matthieu 7: 3 (& Luc 6: 42): « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois pas la poutre qui est dans ton oeil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère: laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère… ».

C’est dans l’église locale que le Saint-Esprit te montera les nombreuses poutres qui sont chez toi et sur lesquelles ta chair va se révolter, mais sera crucifiée (tout ce qui ne va pas chez toi, tes excroissances charnelles !). C’est quoi une poutre ? C’est ce qui nous aveugle et qui est dans notre champ de vision, notre optique. Pourtant, les défauts qu’on reproche aux autres sont chez nous en plus grande proportion, et on veut s’occuper des détails de la vie des autres ! Vous aurez vite fait de trouver des poutres chez vous, car dès que vous détectez un problème chez le voisin, et que vous voulez jouer les redresseurs de torts, ce même problème est en vous en plus grande proportion ! Tu vas découvrir beaucoup sur toi-même !

 4) Il faut un marteau:

Jérémie 23: 29. « Ma parole n’est-elle pas comme un marteau qui pulvérise le roc ? ». Le commentaire de la Bible annotée dit: « Selon plusieurs, le but du feu et du marteau, c’est d’éprouver l’œuvre de mensonge et la réduire à néant ». La Bible dit: « Que tout homme soit reconnu pour menteur et Dieu pour vrai » (Romains 3:4).

Le Saint-Esprit usera de la Parole de Vérité pour y parvenir ! Seul le Marteau de la Parole de Dieu peut briser le granit du mensonge, de l’erreur, ce qui semble vrai et solide sera pulvérisé. Seule la vérité subsiste. Il n’y a pas de puissance contre la vérité de la Parole de Dieu. « Ta Parole est la Vérité » (Jean 17: 17). (…).

5) Le Saint-Esprit te suscitera des bourreaux,
des « tourmenteurs », il faut des bourreaux.

Matthieu 18:34: « Et son maître irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il ait payé tout ce qu’il devait ». Selon Matthieu 18: 34, qui est le « bourreau » ? Celui à qui est livré celui qui refuse de faire grâce. Il a été gracié d’une dette insolvable, mais, il est odieux, et il étrangle celui qui avait envers lui une dette insignifiante. La différence entre une énormité et une peccadille… Il bloque l’esprit de la grâce… Et il est impardonnable. Cet homme est-il spirituel ou charnel ? S’il est déclaré charnel, il doit subir la croix. Il doit être livré au bourreau ! Le pardon devient un mode de vie. Mais, si refuses de faire grâce comme toi tu as été gracié, alors, ça ne pardonne pas ! Le bourreau est celui qui est chargé du jugement. Pourquoi le jugement ? Parce qu’il n’y a pas eu de pardon. Si tu pardonnes à ceux qui ont envers toi une moindre dette, tu échappes, sinon, ta chair sera cruellement crucifiée ! Si tu est large avec toi-même et étroit avec les autres, si tu a été gracié pour une dette énorme, une énormité de dette, et que tu refuses de faire grâce pour ce qui est une peccadille en comparaison… tu te condamnes… Ta chair a besoin d’être crucifiée !
 
Habakuk 2:7: « Tes créanciers ne se lèveront-ils pas soudain ? Tes bourreaux (synodale) ne se réveilleront-ils pas ? Et tu deviendras leur proie. Parce que tu as pillé beaucoup de nations, tut le reste des peuples te pillera….».

On ne peut pas se crucifier soi-même ! Pas un bourreau, car il ne peut faire le travail tout seul. « Les bourreaux sont ceux qui sont chargés du jugement ». Qu’étaient ces « bourreaux » à l’époque du prophète Habakuk ? C’était: « des nations que l’on croyait anéanties et qui ressurgirent d’un coup pour tirer vengeance » (Bible annotée). Appliqué à aujourd’hui, ce sont des gens auxquels vous ne pensez pas le moins du monde, et qui se retournement contre vous et peuvent faire beaucoup de mal ! Le Saint-Esprit suscitera des gens que tu n’aimes pas, même que tu déteste !

6) Il faut des clous:

Ecclésiaste 12:13: « Les paroles des sages sont comme des aiguillons, et rassemblées en un recueil, elles sont comme des clous plantés; elles sont données par un seul maître ». « Que le juste me frappe, c’est de l’huile sur ma tête ! » (Psaume 141:5).

Les « paroles de sages ». Le Saint-Esprit te mènera auprès de « personnes inspirées » qui te diront des choses désagréables !

Michée devait « crucifier la chair » d’Achab qui voulait reprendre la ville de Ramoth en Galaad (pensée qui paraît à première vue très spirituelle, mais en réalité, très charnelle!)…  Par les prédications ointes, les discours inspirés qui font impression profonde, qui pénètrent et s’enfoncent dans l’intelligence et le cœur… Combien de fois le Seigneur a utilisé les clous, des « paroles de sages » pour vous crucifier. Certes, ça vous a fait mal, mais c’était en vue de vous maîtriser votre  chair…

Pierre dû être crucifié par les remarques de Paul: « Mais lorsque Céphas vient à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible. En effet, avant l’arrivée de quelques personnes de l’entourage de Jacques, il mangeait avec les païens, et quand elle furent venues, il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis. Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie. Voyant qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Évangile, je dis à Céphas en présence de tous: Si toi qui es Juif, tu vis à  la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser ? ».

Le renouvellement de la pensée !

2Corinthiens 10: 3/5: « Car nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles, mais elles ont puissantes en Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ ».

Or, Jésus est la Parole de Dieu faite chair. (Jean 1:14). Il est la Parole de Dieu. Comment pouvez-vous amenez toute pensée prisonnière (captives) à Christ ? En étant renouvelé par la Parole de Dieu… C’est elle qui régénère. Il faut en permanence que nos pensées soient renouvelées par la Parole de Dieu. Mais elle est la parole vivante et permanente de Dieu.

« L’homme vivra de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu » (Matthieu).

Notez bien pas qui est sortie, mais qui SORT ! Cela implique pas la lettre morte, mais l’Esprit qui vivifie, cette Parole régénératrice qui communique la VIE . C’est pour cela que le Saint-Esprit nous a été donné:

« Voici, Je répandrai sur vous mon Esprit, Je vous ferai connaître mes paroles … » (Proverbes 1:23).

Au retour de Babylone, on en comprenait plus l’hébreu, il a fallu faire une traduction en Araméen (Targoum), une traduction explication, qui remonte au scribe ESDRAS. Un homme appelé « Métourgueman » était chargé d’explique l’Écriture et se nom se traduit par « Paraklet », c’est à dire « Consolateur ». Jésus dit que le Saint-Esprit fera, remplira cette fonction, actualisera ses Paroles aux disciples fidèles, les fera comprendre ! En quittant « Babylone », notamment, l’Église Catholique et nos religions d’erreurs, nous avons besoin de relire les Écritures avec l’explication de l’Esprit… Car notre interprétation est influencée par les dogmes de « Babylone ».

Il y a deux manières de connaître la Parole de Dieu.

1) L’information, avec une application légaliste. Comme alors un principe, un code moral,

2) La révélation. Comme une « réalité vivante » qui vous influence, vous inspire… Pas comme une règle à suivre, mais comme moyen d’inspiration. Il s’agit de « connaître » cette Parole. D’être en intimité avec elle. « Adam connut Ève ». Il s’agit d’une relation profonde. Une pénétration. Il en est de même avec cette Parole de Dieu…

Jésus disait à la femme samaritaine:

« si tu connaissais le Don de Dieu et Celui qui te parle ».

En apparence, Jésus n’était qu’un homme ordinaire, parmi tant d’autres… Tout était extérieur, superficiel. Au départ, la conversation est totalement humaine terrestre, ordinaire. L’homme Jésus de Nazareth fatigué qui demande de l’eau à une femme, car il a soif. Tout tourne autour de lieux physiques, géographiques… La discussion est entièrement dans le naturel, l’ordinaire, l’humain, le terrestre.  On parle du puits de Jacob (quel homme charnel !), des efforts musculaires pour tirer le récipient plein d’eau hors du puits… Elle ne savait pas qui était Jésus. Ce fut progressif… D’abord:

un homme,
puis un juif,
puis un prophète,
puis le Messie,
puis le Seigneur.

Mais elle a reçu une « Parole de connaissance » qui a sondé son cœur.

« Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait...».

Là, elle est touché en elle même. La Parole qui pénètre notre vie, c’est celle qui la change ! Elle fut touchée par la Parole de Dieu ! Jésus lui a parlé d’adorer Dieu en esprit et en vérité… Lorsque l’on adore « en esprit et en vérité », cela veut dire au moins deux choses:

a) en esprit, intérieurement, au tréfonds de soi,

b) en vérité, cela signifie à l’extérieur, de manière publique. Ce que nous professons doit être visible pour tous. En parfait accord entre le dedans et le dehors.

Mais il y a d’autres possibilités de comprendre ce que Jésus dit: « en esprit » car l’esprit de l’homme est reconnecté avec Dieu et « en vérité », selon la Parole de Dieu qui est la Vérité (Jean 17/17). Il y a encore une autre façon de voir l’expression « en esprit ». Il peut s’agir d’adorer sous la conduite du Saint-Esprit, l’Esprit divin qui nous révèle la Parole de Dieu, qui nous la fait connaître. Il ne faut pas que ce soit l’inverse:

« Ce peuple M’honore de la bouche (une adoration superficielle, extérieure avec l’apparence de vérité) et des lèvres; mais son cœur (l’intériorité, l’esprit n’y est pas !) est éloigné de Moi, et la crainte qu’il a de Moi n’est qu’un précepte de tradition humaine » (Esaïe 29:13).

C’est pourquoi, Jésus part de l’intérieur, l’esprit, pour en arriver à la vérité, extérieure. L’un et l’autre sont absolument indispensables, mais dans cet ordre. Dans les temps de la fin il y aura beaucoup de croyants avec:

« l’apparence de la piété (un culte rendu à Dieu, mais par pure tradition humaine), mais ils renieront ce qui en fait la force » (cf. 2Timothée 3:5), c’est à dire n’ayant pas une véritable connexion avec le Père par Jésus-Christ, un renouvellement de la pensée par la Parole de Dieu révélée sous la direction de l’Esprit…

« Nous rendons un culte à Dieu par l’Esprit » (Philippiens 3:3).

« La Révélation de tes paroles éclaire » (Psaume 119).

Alors, seulement on peut comme les Chérubins s’inclinent très profondément et dire: « Saint, saint, saint est le Seigneur ». Si tu es devenu un adorateur, tu connaîtras la Vérité (de la Parole de Dieu) qui t’affranchira toujours plus. Tu connaîtra cette Parole sous différents angles. L’Esprit te conduira dans toute la Vérité. 

L’Esprit rendra la Parole:

Comme un marteau, la Vérité écrasera et qui pulvérisera ta chair (Jérémie 23:29),
Comme un miroir, la Vérité te montrera ce que tu vas devenir (Jacques 1: 23),
Comme une épée, la Vérité coupera et retranchera tout ce qui ne va pas en toi (Éphésiens 6: 17; Hébreux 4:12),
Comme une semence, la Vérité produira beaucoup de fruits dans ta vie (1Pierre 1: 23),
Comme de l’or, la Vérité te donnera de prospérer (Psaume 19: 10),
Comme du miel, la Vérité t’apportera le bien être, l’énergie et la force (Psaume 19:10),
Comme d’une lampe, la Vérité brillera t’éclairera dans ta marche, (Psaume 119: 105),
Comme un feu, la Vérité consumera et brûlera opposition et toute impureté en toi. (Jérémie 23:29).

La destination finale de la Parole de Dieu,
c’est notre BOUCHE !

Esaïe 59: 21: « Mon Esprit repose sur toi, et mes paroles que J’ai mises dans ta bouche, ne se retireront point de ta bouche, ni de la bouche de tes enfants, ni de la bouche des enfants de tes enfants, dit l’Éternel, dès maintenant et à jamais ».

Josué 1:8: « Que ce Livre de la Loi ne s’éloigne pas de ta bouche; tu le méditeras jour et nuit pour observer et mettre en pratique tout ce qui y est écrit, car c’est alors que tu mèneras à bien tes entreprises, c’est alors que tu réussiras ».

1Thessaloniciens 2:13: « C’est pourquoi nous rendons continuellement grâce à Dieu de ce qu’en recevant la Parole de Dieu que nous vous avons fait entendre, vous l’avez reçue non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu’elle l’est véritablement, comme la Parole de Dieu qui agit en vous qui croyez ».

Esaïe 44:26: « Je confirme la Parole de mon serviteur, et J’accomplis ce que prédisent mes envoyés. Je dis de Jérusalem: Elle sera habité, et des villes de Juda: elles seront rebâties; et Je relèverai leurs ruines. Je dis à l’abîme: dessèche-toi, Je tarirai tes fleuves. Je dis de Cyrus: il est mon berger, et il accomplira toute ma volonté. Il dira de Jérusalem: qu’elle soit rebâtie ! et du temple: qu’il soit fondé ! ».

Jérémie 15: 19: « Si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est vil, tu seras comme Ma Bouche ».

Ainsi, on est un vrai prophète de Dieu quand la Vérité est révélée, et que notre bouche devient comme la Bouche de Dieu. Comment séparer ce qui est précieux de ce qui est vil ? Nous le découvrons au travers de toutes les Écritures. Il faut donc épurer, nettoyer etc. Mais fondamentalement, tout ce qui n’est pas la Parole de Dieu doit être séparé de notre vie:

Comme une épée, la Vérité révélée par l’adoration dans l’Esprit, coupera et retranchera tout ce qui ne va pas en toi (Éphésiens 6: 17; Hébreux 4:12).

Un jour, un homme décide de se rendre en Afrique pour voir des animaux exotiques. A son arrivée, il insiste pour aller tout de suite dans la forêt et en se promenant, il devient totalement émerveillé par les perroquets multicolores. Il est tellement subjugué, qu'il décide de capturer un perroquet pour l'amener à la maison. Ce qu'il fait d'ailleurs. Après plusieurs années, l'homme décide de retourner en Afrique. Avant de partir, il s'adresse à son perroquet et lui dit :

« Je retourne en Afrique. As-tu un message à faire à tes amis les perroquets qui sont encore dans la forêt ? ».
« Dites leur maître que j'ai une belle cage et que je suis bien nourri… ».

A son arrivée en Afrique, l'homme s'empresse de retourner auprès des perroquets pour leur livrer le message de son animal de compagnie. Contre toute attente, un perroquet tombe raide mort après avoir entendu le message de l'homme. Convaincu que le perroquet devait être un grand ami de son propre perroquet, l'homme revient chez lui et annonce, à son perroquet, la triste nouvelle. En entendant son maître, le perroquet tombe raide mort dans sa cage. Attristé par ce qui vient de se produire, l'homme décide sortir son perroquet de la cage pour lui offrir une sépulture décente. Tout à coup, le perroquet se met à voler et se perche dans un arbre.

« Mais que fait-tu cri l'homme. Tu m'as trompé… ».
« Vous savez maître, répond l'oiseau, le perroquet que vous avez vu en Afrique était mon ami, et il m'a livré un message très important ». 
- « Mais quel message ? dit l'homme ».
« Il m'a rappelé que si l'on veut sortir de sa cage, il faut accepter de mourir pendant que l'on est encore en vie… ».

Et vous, cher lecteur ? Qu’en est-il ? Acceptez vous de « mourir » et que votre « chair soit crucifiée » pour sortir de votre « enfermement » de votre cage ?            
 
 

Autres méditations