Bienvenue
En ce moment 
vous êtes

 
    
visiteurs sur le site
Merci


 

   
Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 

 


Il est vivant ! 1ère partie
Ce que signifie la Résurrection de Jésus-Christ pour la race humaine
Par le Pasteur Gérard Sadot

 

 

Il y a 2000 ans, une obscurité étrange a plané sur Jérusalem. Le ciel semblait s’être voilé, fermé. Le soleil ne parut plus, une nuit
épaisse comme celle d’Egypte a recouvert la terre. Jésus dit: “J’ai soif !”. ..
 
Une créature s’approcha de la croix accompagnée de nombreuses autres, certaine du triomphe final de ce conflit. De ce conflit dépendait le sort de tous les âges. D'une voix rauque, comme venant du sépulcre, terrifiante, il s’adressa à Jésus qui pendait sur la croix :
 
« Je me lève pour te rencontrer dans ce jour de ta folie. Tu es enchaîné. Tu es victime. Les anges, les saints, et les hommes ont
proclamé ton triomphe sur la mort. La MORT est mon nom. Tu t’es engagé à renverser la loi par laquelle j’existe. Cette loi qui nourrit les tombeaux insatiables de corps d’enfants, de jeunes et de vieillards; cette loi qui déploie sa puissance et nul ne peut s'y opposer. Cette loi qui s’agrippe à toi aujourd'hui, et toi aussi tu va périr. Voici, je viens saisir le vase que tu es pour l’écraser contre le roc de marbre de la désintégration ».
 
Puis, tendant la main, la Mort saisit le corps de Jésus dont les nerfs sensitifs frémirent et se contractèrent, au toucher glacial de ses doigts. Alors, Jésus cria: “Eloi, Eloi, lama sabachtani. Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné !”.
 
Une voix vient d’en-haut en réponse: “Il est seul à fouler au pressoir”. Pourtant, répondit une autre voix. Il souffre Lui, juste
pour les injustes !”.
 
« C’est donc moi qui remporte la victoire cria la Mort. Celui qui était au commencement avec Dieu pénètre au sein des éléments destructeurs où la loi qui a été violée met en pièces ceux qui l’ont violée. Il y entre pour les sauver, mais Il va également périr. Il se meurt: que l’enfer se lève et contemple mon triomphe. Quant à vous, armées angéliques, venues pour assister à la scène, tremblez à la vue de Jésus qui se débat dans ma main droite. Vous tous qui avez proclamé à travers le ciel entier qu’Il vaincrait la Mort, oui, voyez le combat qu’Il livre, alors que je le maintiens sous mon pouvoir. A moi seule, je brandis cet “Homme-Dieu” dans ma main et je bondis avec Lui au milieu des tombeaux.
Ah ! Ah ! Ah ! Chantez sa victoire ? Chantez plutôt sa défaite. Je tiens le “vainqueur”. Vous, les cieux, rendez les armes avant que je ne monte de sphère en sphère, pour ébranler le trône éternel et faire des mondes célestes au cimetière pour les morts”.
 
Ensuite, d’un regard sauvage et triomphant, la Mort fixa le visage du Sauveur et lui dit, sur un ton de menace injurieuse:  
“Comme il est vain pour toi de t’attendre à une issue ! N’ai-je pas tué les multitudes innombrables ? Et toi, tu pourrais m’échapper ? Non, Jésus, toi homme-Dieu, je vais te livrer en sacrifice, toi, mon dernier ennemi”.
 
Autour le la scène s’était de nouveau rassemblée toute l’armée desmauvais esprits. Apollyon les conduisait en triomphateur, ils faisaient flotter dans les brises infernales, leurs sombres bannières, sur lesquelles étaient représentées les figures d’Apollyon, incarnation du mal et de la mort, funeste destructeur, en train de s’embrasser au-dessus de l’image de la croix et du sacrifice sanglant. Derrière suivaient blasphèmes éhontés, cris tumultueux, rires sauvages, féroces, et démoniaques. Les messagers du Mal allaient et venaient en vagues épaisses et noires, faisant éclater leur jubilation infernale, comme il jaillissait d’une mer comprimée de folie et de jouissances diaboliques. Ils tournaient en ronde autour de Jésus, en s’exclamant:
« Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! », pendant que la Mort lui parlait et leur triomphe semblait certain. Les enfants, en regardant cela, demandèrent: “Vont-ils gagner, et Jésus mourir ?”.
 
« Si Jésus est anéanti, répondit l’ange, les cieux s’effondreront: Il tient l’Univers dans sa main droite !”.
 
« Pourtant, répliqua Apollyon d’une voix qui venait de loi, Il défaille, en cette heure décisive ! Faites éclater votre chant de mort, vous myriades rassemblées, car voici, Jésus, qui s’est vanté d’être le Fils de Dieu, est finalement vaincu. La Mort triomphe !”.
 
Alors, la nature divine de Jésus prit la parole et dit:
 
“Personne ne m’ôte le vie; Je la donne de moi-même. Vous qui cherchez ma perte, utilisez des hommes, dans ce monde visible, comme agents de massacre et d’exécution, mais ils n’ont sur moi aucun pouvoir, sauf celui qui leur est donné. Voici, Je franchis les portes de la Mort, mais pour te lier, destructeur! Afin d’arracher à ton pouvoir mon peuple: ceux que je rachète. C’est pour pouvoir te vaincre que Je te rencontre dans ton propre domaine. Me voici! Tu es cerné dans tonpropre dessein. Je viens te rencontrer, non par accident, mais pour ouvrir la tombe, libérer les captifs, ouvrir la porte de la prison à ceux qui sont enfermés et enchaînés; pour te lier, toi, et briser ton pouvoir. Je Suis descendu au milieu des éléments destructeurs, mon humanité étant le véhicule par lequel je pénètre dans les sombres domaines où la mortalité succombe. Tu es vaincue. La loi de la vie et de l’harmonie va t’encercler et établir les limites de ton royaume. C’est ainsi que tu attendras le jour où la mort et l’enfer seront jugé dans l’abîme sans fond, et où ils n'affligeront plus mon peuple”.
 
En disant ces mot, le Rédempteur lia la Mort avec une chaîne de lumière. Puis, le levant les yeux vers Justice qui observait depuis la nuée, Il dit: “Tu vois, l’Esprit de Vie est vainqueur de la mort”.
 
Ensuite, Il s’adressa à la violente tempête de nature dévastatrice qui concentrait autour de Lui son puissant tourbillon et venait se briser contre sa personne en trombes effrayantes. Il dit: “Arrête, flot de furie ! Roulez en arrière, grosses eaux et et vous, courants de mort. Desserre ton étreinte qui prétendait m’écraser, toi prince des terreurs ! C’est moi: Je viens arracher à la perdition la planète déchue, avant qu'elle ne sombre dans le gouffre de l'abîme”.
 
Alors, levant la main droite, de sa force divine, debout sur la puissante cataracte de nature destructrice, Il toucha une horde qui, dans tes révolutions errantes, s’était approchée de l’abîme, en subissant l’attraction, et se tenait juste au bord, grouillant de ses millions de membres inconscients; elle était prête à tomber au creux des lames d’une mer forte qui, sans que rien ne les retienne, se précipitaient dans le gouffre de la Mort. Tout en retenant le globe en suspens, Jésus dit: “Calme toi, tempête, terrible dans ta puissance ! Même si tes vagues encerclent de façon menaçante, le monde condamné, bien que ton courant l’attire avec une force immense, bien que tu aies obligé la Terre à suivre le mouvement houleux de la mort depuis toujours, tiens-toi tranquille! Terre, inverse ton mouvement. Lève-toi; voici, le jour de ton salut paraît! Vous, puissants vents des cieux, venez raviver de votre souffle la horde en train de mourir. Et, vous eaux pures, coulant sans cesse des sources inépuisables de la vie, que vos ondes rafraîchissantes abreuvent son sol aride et desséché. Et vous, anges, qui exercez votre ministère d’amour, rassemblez-vous rapidement autour de la race dévoyée, administrez-lui un cordial de vie et, par la vérité, donnez-lui l’antidote du mal causé par la fausseté des coeurs pervertis. Barrez la porte qui mène aux sommeils éternels pour que l’humanité misérable n’y entre pas. Quant à toi, Mort, reprit-Il, tu te vantes de tes millions de victimes, mais sur toi Je fixe mon sceau: tu es liée et tes jours sont comptés. Le Séjour des morts, Hadès, ton royaume de mortalité, trophée de tes siècles de victoire, s’évanouira. Et toi-même au temps marqué, n’ayant plus de royaumes à détruire, tu mourras”. Jésus s’adressa ensuite à Apollyon et dit: “Ennemi de toute justice, de l’harmonie, de la paix et du ciel, hâte-toi de retourneraux lieux d’où tu viens. Conduis tes troupes en direction de la mort car, le moment venu, toi aussi, tu sentirais une force te retenir. Oui, Je Suis venu pour délivrer mon peuple!”.
 
Jésus fit alors un geste de sa main et Apollyon, ainsi que ses légions s’éloignèrent, puis un nuage noir, qui les accompagnait, les déroba à nos yeux. Le Seigneur dit ensuite:  
“Père, entre tes mains, Je remets mon esprit”. Et Il cria d’une voix forte: “Tout est accompli”.
 
Enfin, tenant la Mort assujettie à Sa Volonté, Il descendit visiter les esprits en prison…
 
3 grandes conséquences de la Résurrection de Jésus:
 
1) - Une grande Réalité,
2) - Une grande Puissance,
3) - Une grande Mission.
 
1) Une grande Réalité...
 
Le Tombeau était vide. Cette résurrection est de toute manière un fait incontournable. C’est la base du Christianisme. “Si Christ n’est pas ressuscité d’entre les morts, notre foi est vaine.” Tout au plus, Jésus serait mort comme un héros quelconque, un Gandhi, ou un Martin Luther King, lesquels d’ailleurs se sont inspirés de lui. Dans l’histoire des religions, Un seul est ressuscité, Jésus de Nazareth.
 
On a examiné le Suaire de Turin, et jusqu’en 88, il y avait une chance sur 84 millions pour que ce soit réellement celui qui était sur Jésus dans le sépulcre. Mais la datation au carbone 14, réalisée par trois laboratoires (Tucson, Zurich, et Oxford) a semé le doute dans les esprits. Cette toile de lin aurait été tissée en plein Moyen-Age !
Mais 5 ans plus tard, nouveau coup de théâtre, en Juin 93, un second symposium scientifique réuni à Rome conclut, lui, à l’authenticité de la relique… Jean-Baptiste Rinaudo, physicien de Montpellier, a obtenu le même type d’empreinte en soumettant une toile de lin à un intense bombardement protonique et neutronique… ce qui a provoqué un rajeunissemnt du tissu… et une double datation au carbone 14 a mis en évidence un écart de plusieurs milliers d’années… Vrai ou faux , cela ne change rien au fait lui-même.
 
Les Gardes: ils tremblaient de peur et devinrent comme morts. 
Ils ont changé de couleur, ont blêmi, furent retournés par ce qu’ils ont vu, et furent vidés de toutes forces...
 
Les principaux sacrificateurs: ils ne voulurent rien savoir de ce que les gardes ont raconté, et ils ont pensé qu’ils avaient rêvé, et s’étaient endormis.
 
Ne sachant pas comment cacher le fait que le corps de Jésus ait disparu, ils ont rationnalisé le Surnaturel, l’ont ramené à une explication logique, à la raison, car ils ne pouvaient l’admettre, puisqu’ils ne croyaient pas à la puissance de Dieu… ni aux anges, ni à la Résurrection. Ils avaient une religion de morale, opposée à l’Evangile.
 
Quelqu’un disait un jour à Talleyrand (Evèque d’Autun, président de l’Assemblée Nationale sous la Révolution, ministre et diplomate sous différents régimes par la suite, un des hommes les plus astucieux qui ait jamais existé!):
 
- “La religion chrétienne, après tout, quelle difficulté y aurait-il à fonder une religion similaire?“
- “Aucune, répondit Talleyrand, il suffirait de se laisser Crucifier et de ressusciter le 3ème jour !”
 
Les disciples: ils sont décevants, car, ils reçoivent cette vérité avec bien des doutes... en effet l’incrédulité colle tellement à la peau… Même si quelqu’un des  morts ressucitait, ils ne croiraient pas en Lui. Ils ont pris le récit des femmes pour des niaiseries… Ce qui peut se comprendre !
 
Quand Pierre et Jean sont accourus au tombeau, Pierre est arrivé le premier, étant le plus jeune: « Il vit et aperçut » = Observation rapide, d’un seul coup d’œil, un simple aperçu (grec = Blepei, vue physique sans plus).
 
Mais Jean a vu et cru (grec = Eiden, considérer avec une grande attention, avec discernement, il a compris). Tout comme lorsqu’on vous explique quelque chose et que vous dites: “Je vois, je vois!”, cela signifie que vous comprenez. Cette vérité de la Résurrection a pénétré son âme, et il a compris ce qui s’était passé. Pour lui, ce fut plus qu’un fait historique, mais quelque chose qui a bouleversé sa vie personnelle.
 
Les femmes: elles ont cru sans discuter, ce qui est déjà un miracle en soit ! Elles avaient une crainte respectueuse… Elles ont cru les messagers vêtu de blanc,   et elles seront les premières à voir Jésus lui-même devant elles. Il les salue et dit:  
“Réjouissez-vous, soyez en Paix, n’ayez pas peur...”.
 
Le Christ Vivant sèche les larmes de ceux qui pleurent, donne la paix, ouvre l’esprit de ceux qui ne comprennent pas, de l’intelligence pour le connaître, accorde la présence à ceux qui étaient sans espérance, sa puissance, Il souffla sur eux en prévision de la Pentecôte...
 
Les différentes Théories :
 
a) Théorie du corps volé :
 
Les disciples auraient volé son corps. Mais le tombeau était gardé. La pierre était roulée, scellée, le sépulcre bien gardé… de plus, loin de voir les disciples complotant l’enlèvement du corps de Jésus, nous les voyons plutôt désespérés, lâches tremblants derrière des portes fermées. Pour eux, c'était tout à fait inadmissible... Est-ce que des soldats entraînés dorment quand ils sont en service ? Et s’ilsdormaient comment pouvaient-ils voir que les disciples avaient pris corps ? Le bruit de la pierre roulée les auraient de toute façon réveillés !
 
b) Théorie de l'évanouissement:
 
Jésus ne serait pas mort lorsqu’on l’a descendu de la Croix. Les disciples auraient conclu une telle chose, mais en fait, il se serait seulement évanoui !..Dans le froid du sépulcre, il serait revenu à lui. Alors, le centurion qui a enfoncé la lance dans le côté de Jésus, aurait fait une grave erreur en rapportant qu’il était bien mort. Après l’agonie de Getsémané, la flagellation cruelle, les mauvais traitements, et la croix, le corps était entouré de bandelettes jusqu’à la ressemblance d'un cocon ; les pieds et mains liées le long du corps.
Mais comment aurait-il pu surtout après cet état de faiblesse, rouler la pierre qui pesait plusieurs centaines de kilos. que 3 femmes n’auraient pu enlever, car, Marie-Madeleine, Marie mère de Jacques, et
Salomée disaient :  
”Qui nous roulera la pierre ?”.
 
L’état de faiblesse de Jésus était extrême (privations et souffrances, perte de sang...), en aurait fait un exploit invraisemblable, surtout en échappant à l’attention des gardes, qui savaient que leur vie dépendait de leur service !
 
c) Théorie l’hallucination...
 
Marie-Madeleine, la première à qui Jésus s’est révélé aurait été victime d’une Hallucination. Les 11, dans leur frénésie de l’excitation, en se rappelant les paroles de Jésus, évoquèrent une vision correspondant à leurs désirs. Ils seraient devenus dupes de leur imagination… mais pourquoi ont-ils cru eux -même que c’était des niaiseries ? des contes sans réalité ? Cependant 500 l’ont vu en même temps, tant de personnes ne peuvent avoir une même hallucination au même moment !
 
d) Théorie du spectre :
 
Après sa mort, ce n’est pas Jésus physiquement qu’ils ont vu, mais son “esprit”, un fantôme ! Mais alors, si ce n’est pas une résurrection physique, pourquoi la tombe était vide, ne contenant que les vêtements ? Qu’est-il donc arrivé au corps, s’ils ont vu que l’esprit ? Or, quand Jésus apparaît, Il n’est pas un esprit désincarné: ”Un esprit n’a ni chair ni os comme vous  voyez que j’ai !” (Luc 24: 39).
 
Et son corps portait les blessures de la croix. Si le corps n’a pas été volé, comment se fait-il qu’Il n’était plus dans la tombe ?
 
e) Théorie de la Substitution :
 
Quelqu’un d’autre aurait été crucifié à la place de Jésus, par erreur. Les Musulmans soutiennent cette idée. Ils se réfèrent à l’évangile de Barnabé (généralement attribué à un ou des auteurs musulmans - note de l'éditeur), dans lequel Judas est changé en la ressemblance de Jésus et aurait subi  la croix à sa place. Mais ce document fut écrit au 15ème siècle, 1400 ans après l’époque où vivait le dénommé Barnabé… C’est donc un faux! Mais les pharisiens et les chefs religieux connaissaient si bien Jésus, qu’il est impossible qu’ils se soient trompés de personne  pour commettre une telle erreur ! De toute manière, même si l’on suppose que ce soit là la vérité, où est alors passé la corps de cette victime (Judas) ? Plus tard, lors des apparitions, Jésus a bien été identifié, et a montré les traces dans ses  mains, ses pieds et son côté percé.
 
La tombe était bien vide du fait de la Résurrection. Dans les 30 années qui ont suivies, les disciples ont subi la mort, une mort violente pour leur foi dans la résurrection... Donne-t-on sa vie pour quelque chose que l’on sait être faux ?
 
Voici la liste des onze apôtres et de quelques responsables chrétiens du premier siècle et ce qu’ils sont devenus:
 
- André est mort crucifié,
- Barnabas  lapidé à mort par les Juifs,
- Barthélémy bâtonné à mort,
- Jacques, frère de Jésus, lapidé,
- Jacques fils d’Alphée, jeté du haut du Temple et battu,
- Jean mort de cause naturelle mais emprisonné à cause de la Parole de Dieu,
- Jude crucifié,
- Luc pendu à un olivier,
- Marc brûlé après avoir été traîné à terre
  par les pieds,
- Matthias lapidé et décapité,
- Matthieu tué par l’ épée,
- Paul décapité,
- Pierre fouetté et crucifié tête en  bas,
- Philippe fouetté et crucifié,
- Simon crucifié,
- Thomas transpercé par une lance,
- Jacques fils de Zébédée tué à l’ épée,
- Thaddée tué par des flèches !
 
2) Une Grande Puissance :
 
La pierre a été roulée, le linceul plié, l’ange est descendu ayant l’aspect de l’éclair, un tremblement de terre a eu lieu… ! Aujourd’hui on ne s’attend plus au surnaturel comme les femmes qui sont venues au tombeau avec des aromates pour embaumer le corps de Jésus, et qui ont fait et des achats inutiles et des questions vaines: 
“Qui nous roulera la pierre ?“.
 
On se pose de faux problèmes, on a  la pensée d’un Christ mort. 
 
-  La pierre de temps et de l’histoire, la pierre des siècles fait souvent obstruction, et empêche de croire… elle nous dit:  ”C’est du passé, c’est une légende, une vieille histoire...”.
 
- La pierre de l’ignorance… le plus grand drame de Pharaon était qu’il ne connaissait pas le Dieu de Moise...et se refusait d’en savoir d’avantage… d’où toutes les plaies dE2Egypte. Pour nager, il faut de l’eau, pour connaître la vérité, il faut y plonger.
 
-  La pierre de la routine, et des habitudes, de la tradition. LeChristianisme n’est rien moins que la culture occidentale. On vit de rites, de gestes, et de cérémonies mystérieuses.
 
-  La pierre des fausses doctrines. Jésus ne serait pas vraiment vivant, si ce n’est dans l’esprit des disciples, mais pas
corporellement !
 
-  La pierre des préoccupations terrestres, on désire toujours plus de modernisme et de confort, des facilités, nous sommes dans une société de consommation, toujours besoin de quelque chose, absorbés par les choses d’ici-bas, par l’intérêt personnel...
 
- La pierre du péché au fond du cœur de l’homme, de la révolte, en un mot l’orgueil, qui rend nul les effets de cette résurrection dans la vie...
 
3) Une grande Mission :
 
«Jésus s’étant approché leur dit…». 
Nous devons ressentir Sa Présence, pour entendre (comprendre) sa Parole. Il leur dit à eux et à tous ceux qui veulent bien l’entendre:
 
- Tout pouvoir m’a été donné : (Source de notre autorité) 
Voilà l’étendue de son autorité . Le ciel et la terre. L’Univers entier. Il n’est rien ni personne qu’Il ne puisse atteindre. Pour Lui, plus de  limites, ni  de frontières . Il a  Autorité sur les cœurs et sur les corps. Il est plus fort que celui qui est dans ce monde. Cette autorité est maintenant déléguée à ceux qui obéissent à Son Mandat.
 
- Toutes les nations : (Universalité de notre mission) 
C’est une vision mondiale de l’évangélisation. Il veut l’expansion de son Eglise. Une grande vision. Donc un esprit d’entreprise, de conquêtes. Même là où les gens sont durs, ce qui fera d’autant mieux éclater sa Gloire ! C’est un Salut universel. Une seule église, pas celle des Gitans, des Espagnols, bientôt des Maghrébins, où de telle ou telle communauté… Un salut universel.
 
- Tout ce que Je vous ai prescrit : (Envergure de notre enseignement) 
L’enseignement est capital. Nous continuons à nous instruire dans les voies du Maître. Enseigner, chez les hébreux, c’est :  
“Dresser”, discipline qui devient plaisir, (Osée10/11.)
“Exercer”, donner des habitudes, (Jérémie 2/33.)
“Initier”, révéler unsecret, (Cantiques des Cantiques 8/2.)
“Dompter”, rendre docile, obéissance volontaire, apprivoiser, (Jérémie 31/18.)
“Indiquer”, (Exode15/25.)
 
Ce que l’on est parle plus fort que ce que l’on dit. L9enseignement qui ne produit pas l’obéissance est stérile et inutile.
 
“Celui qui croit au Fils a la vie… celui qui n’obéit pas au Fils, la colère de Dieu demeure sur lui !” (Darby.)
 
- Je Suis avec vous Tous les jours jusqu’à la fin du monde :  (Présence Eternelle du Maître)
 
C’est dans le cadre le l’évangélisation qu’Il est avec nous. Entourons-nous de cette promesse. A Réphidim, Moïse a frappé le rocher d’Horeb, et on a appelé ce lieu: “Massa & Mériba” = “Tentation et contestation”, “L’Eternel est-il au milieu de nous où n’y-est-Il pas ?“ .
 
C’est ce qui arrive dans les églises qui refusent d’évangéliser, et c’est ainsi qu’elles perdent sa Présence. Nous ne serons jamais seuls quand nous évangéliserons… faisons le continuellement, saPrésence ne fera pas défaut.
 
 
Suite : "Il est Vivant ! (cliquez ici)

Autres méditations

Retour accueil