Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


Pasteur Gérard Charton
gerard.charton@9online.fr

Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique d'Hagetmau (40700)
 

Retour liste   <-Liste des enseignements 

« Ceux qui me disent Seigneur, Seigneur …»

Hébreux 11.1-7

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. Pour l’avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable. C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. C’est par la foi qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn ; c’est par elle qu’il fut déclaré juste, Dieu approuvant ses offrandes ; et c’est par elle qu’il parle encore, quoique mort. C’est par la foi qu’Enoch fut enlevé pour qu’il ne vît point la mort, et qu’il ne parut plus parce que Dieu l’avait enlevé ; car, avant son enlèvement, il avait reçu le témoignage qu’il était agréable à Dieu. Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c’est par elle qu’il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi. »

Tout le chapitre 11 est de la même veine. C’est par la foi :
-         
Qu’Abel offrit…
-         
Qu’Hénoch fut agréable à Dieu
-         
Que Noé construisit l’arche
-         
Qu’Abraham s’apprêtait à offrir son fil
-         
Qu’Isaac bénit Jacob
-         
Que Moïse refusa d’être appelé fils de pharaon, mais fit sortir le peuple d’Egypte
Etc.

Quel constat sommes-nous amenés à faire ? 
Chacun d’eux ne s’est pas limité à croire passivement, au contraire chacun a agi à la demande de Dieu, selon la volonté du Seigneur, pour quelque chose de précis. 

S’ils ont laissé leur nom et leurs marques dans l’histoire biblique c’est bien parce qu’ils ont obéi par la foi.
Parmi ceux-là que nous avons cités il y en a un qui est finalement peu connu, vous me direz c’est normal puisque l’écriture n’existait pas… Et bien non, pas forcément car certains attribuent à Hénoch justement l’invention de l’écriture. Je ne le dis que comme une anecdote, le doute subsiste à ce sujet. 

Mais, sans aller chercher des informations dans des livres dont l’authenticité n’est pas prouvée, relevons qu’Hénoch puisqu’il s’agit de lui, a échappé à la mort et qu’il fut le premier humain à être enlevé au ciel, comme Jésus plus tard. Et cela c’est biblique donc incontestable pour nous.

Paul, sans plus de précision nous fait le commentaire au sujet de son enlèvement : « Parce qu’il avait été agréable à Dieu. » 

Il faut donc croire que sa vie a été remarquable, en tout cas remarquée par l’Eternel. 

Entre Hénoch et Jésus il y aura encore Elie. C’est aussi un homme remarquable et remarqué par Dieu. A son sujet nous connaissons son histoire car elle est mentionnée dans les livres des Rois, le 1er et le 2ème qui se termine à son sujet par ce récit d’une marche en compagnie d’Elisée, et… 

2Rois 2. 11

« Comme ils continuaient à marcher en parlant, voici, un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent l’un de l’autre, et Elie monta au ciel dans un tourbillon. » 

Voila donc deux « prémices » de l’enlèvement avant celui de Jésus Christ, Hénoch et Elie. 

L’enlèvement de Jésus est autre chose et de bien plus important pour nous. Ces deux là que nous venons de nommer, l’événement est capital pour eux. Celui de Jésus est capital pour nous tous qui attendons cet événement.  

Hénoch et Elie n’ont pas fini de faire parler d’eux. Nous savons qu’ils seront les deux témoins qui prêcheront Jésus Christ à Jérusalem après l’enlèvement de l’Eglise.  

Jésus Lui a une histoire qui reste permanente, puisque son ministère s’exerce tous les jours pour nous auprès du Père, comme avocat pour plaider notre cause auprès du Père. 

Ce que nous avons dit en introduction concernant l’obéissance par la foi à propos de personnages du passé, est autrement plus significatif concernant Jésus dont l’action ne se limite pas au passé, mais au présent et pour l’éternité. Qui pourrait prétendre avoir une foi plus grande que celle de Jésus ? 

Actes 1.6-11

« Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël ? Il leur répondit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous recevrez une puissance, le Saint–Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu’ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux.

Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu’il s’en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent, et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu allant au ciel. » 

Bien sûr que l’ascension de Jésus pour utiliser le terme consacré, est fondamentalement différente de celles des deux autres, car celle-là elle scelle l’alliance faite à l’Eglise, après la croix et la résurrection c’est la fin du ministère de Jésus sur la terre, mais le début d’un autre ministère en notre faveur auprès du Père. 

Jésus Christ met l’Eglise en situation d’accomplir la suite de l’œuvre commencée sur terre. C'est-à-dire de multiplier et d’évangéliser le monde. Parce que Jésus met en demeure l’Eglise de s’étendre sur toute la surface de la terre. N’en déplaise aux apostats qui prétendent qu’il faut limiter l’évangélisation. 

Il y a toujours des sceptiques, ceux qui évoluent entre deux eaux, qui pourraient penser : soit ils ont "peut-être" été enlevés mais sont-ils arrivés à destination ? 

De toute évidence ils sont arrivés à bon port, puisque Jésus dit qu’il est profitable qu’Il s’en aille, car une fois au ciel Il nous enverrait le Saint-Esprit… Et, 10 jours plus tard, le Saint Esprit est bien venu. ! Cela vaut récépissé de réception non ? 

Nous attendons notre enlèvement de tout notre cœur. Comme une délivrance des souffrances de ce monde, et surtout comme l’entrée dans la présence visible et tangible de Dieu, pour l’éternité. Sans plus jamais de larmes, sans plus jamais de souffrances, mais dans la louange et l’adoration. 

Nous attendons ce "voyage" merveilleux avec impatience comme le recommande Paul à Timothée. Mais, il y en a qui se croient malin en essayant d’acheter leur billet sur le marché noir des spéculateurs, comme ils le feraient pour une place pour un match de football.  

Ce marché noir qui peut-être celui d’imaginer pouvoir payer le prix du voyage par des «soi-disant » bonnes œuvres, ou des déclarations d’intentions, ou comme je l’ai cruellement constaté dans certains de mes déplacements missionnaires par des déclarations d’amour et de tolérances pour chacun, l’amour conciliant, l’amour qui couvre tout, l’amour du monde … 

Je constate qu’il ne faut plus parler de rien qui risquerait de séparer, car la mode actuelle est à « l’unité » « l’œcuménisme ». A croire que tout le monde « il est beau, tout le monde il est gentil » et même « qu’on aura tous au paradis… »

Mensonge, piège de l’ennemi de Dieu, et ceux qui parlent ainsi mettent au rebus des pages entières de la parole de Dieu et surtout le mode d’emploi qui se résume très clairement par ces verset :  

Hébreux 12.10-15

« Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon ; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté. Il est vrai que tout châtiment semble d’abord un sujet de tristesse, et non de joie ; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice. Fortifiez donc vos mains languissantes Et vos genoux affaiblis ; et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse.

Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés" 

Il n’y a qu’un moyen pour obtenir le « billet » vers le ciel. Ce n’est pas par les œuvres, ni avec de l’argent, ni avec un cœur rempli de bonnes intentions. Mais, une vie « en marche » par la foi avec Christ. Une vie tracée sur le chemin de la sanctification, sans laquelle NUL NE VERRA LE SEIGNEUR.  

Plaire à Dieu, comme Hénoch, comme Elie et bien sûr comme Jésus, c’est :
-         
faire Sa volonté. Pour cela il faut la rechercher.
-         
C’est lui être fidèle sans aucun compromis.
-         
C’est laisser Christ accomplir son projet en nous et non l’inverse qui consiste à lui attribuer notre volonté.
-
       C’est nous repentir chaque fois que nous nous sommes laissés aller à nos propres sentiments ou envies. 

« L’ascenseur » est bientôt là ! Ne perdons plus de temps en œuvres stériles mais faisons seulement celles que le Seigneur a préparées d’avance pour nous.
Revenons à la réalité de l’Evangile de Christ et bannissons tout ce que l’ennemi de nos âmes a suscité comme fausses doctrines, simulacres d’adoration et compromis avec le monde. 

Rejetons FERMEMENT l’esprit d’unité quand elle ne se fait pas sur les valeurs de l’évangile. Contrairement aux enseignements qui courent maintenant dans beaucoup de milieux chrétiens le Seigneur ne nous a pas dit d’être unis avec tous, mais seulement avec ceux qui font et cherchent sa volonté. 

Luc 12:51

« Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre ? Non, vous dis-je, mais la division. » 

Il y en a qui prêchent à pleins poumons « Unissons-nous ! », mais Jésus à dit qu’Il n’était pas venu pour l’unité mais pour diviser, séparer. L’apôtre Jean, celui qui est appelé l’apôtre de l’amour va même beaucoup plus loin dans la mise en application de cette non-unité lisons ceci : 

Jean 10-11

«  Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas : Salut ! 11  car celui qui lui dit : Salut ! Participe à ses mauvaises œuvres. » 

Je pense que Jean a voulu créer un électrochoc dans notre train-train de pensée. Mais il ne le fait pas pour rien, car en fait Il en va de notre salut, il en va de ton salut éternel. 

Enfin, Paul fustigeant ceux qui de la piété n’ont que l’apparence mais non ni le zèle ni la fidélité dit : 

2Timothée 3.5

« … ayant l'apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-là. » 

Nous pourrions multiplier les textes qui démontrent que notre salut passe - pour nous - comme pour les hommes de Dieu qui ont déjà eu le privilège de connaître l’enlèvement, et tant d’autres encore cités dans la Bible qui ont été bénis pour leur obéissance, pour leur fidélité et la recherche de sanctification dans leur vie quotidienne. 

Eloignons-nous de ces faux évangiles,
-         
des églises « bon chic bon genre » ou « politiquement correcte »  qui font dans l’unité,
-         
éloignons-nous des « leaders superstars » qui travaillent pour leur propre gloire,
-         
éloignons-nous des « églises spectacles »
-         
ou des églises business, toutes ces formes de dérives qui  prolifèrent autour de l’Eglise fidèle comme pour la narguer et attirer et capter les âmes faibles. 

Il en va de notre salut, de votre salut ! 

Le verset de conclusion, laissons parler Jésus : 

Matthieu 7:21

« Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui–là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. »

 

 

Méditations d'autres auteurs

Retour accueil