Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


Pasteur Gérard Charton
gerard.charton@9online.fr

Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique d'Hagetmau (40700)
 

Retour liste   <-Liste des enseignements 

« Laissez les morts enterrer leurs morts… »

 

1Thessaloniciens 4.13-18
13 Nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance au sujet de ceux qui dorme
nt, afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n’ont point d’espérance.
14  Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts.
15  Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts
.
16  Car le Seigneur lui–même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement.
17  Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur.
18  Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles.

 

Luc 8.49-56

49  Comme il parlait encore, survint de chez le chef de la synagogue quelqu’un disant : Ta fille est morte ; n’importune pas le maître.

50  Mais Jésus, ayant entendu cela, dit au chef de la synagogue : Ne crains pas, crois seulement, et elle sera sauvée.

51  Lorsqu’il fut arrivé à la maison, il ne permit à personne d’entrer avec lui, si ce n’est à Pierre, à Jean et à Jacques, et au père et à la mère de l’enfant.

52  Tous pleuraient et se lamentaient sur elle. Alors Jésus dit : Ne pleurez pas ; elle n’est pas morte, mais elle dort.

53  Et ils se moquaient de lui, sachant qu’elle était morte.

54  Mais il la saisit par la main, et dit d'une voix forte : Enfant, lève-toi.

55  Et son esprit revint en elle, et à l’instant elle se leva ; et Jésus ordonna qu’on lui donnât à manger.

56  Les parents de la jeune fille furent dans l’étonnement, et il leur recommanda de ne dire à personne ce qui était arrivé. 

Aujourd’hui comme chaque année en ce jour de Toussaint beaucoup sont occupés à se souvenir de leurs morts. Il y a des drames profonds difficilement vécus par ceux qui restent, et bien évidemment nous pouvons le comprendre d'autant que nous sommes probablement de ceux-là. 

Pourtant la Parole de Dieu donne un éclairage important que nous ferions bien non seulement de méditer, mais de laisser le Saint Esprit prendre le pouvoir de changer en nous nos vieux réflexes et nos traditions humaines. 

Dans une parabole que vous trouvez dans Matthieu chapitre 8 Jésus s’adresse à un scribe qui veut suivre Jésus… Il veut mais pas immédiatement. Il le suivra plus tard car pour le moment il a un parent mourant. Il lui faut du temps. Mais Jésus répond à lui et à tous ceux qui sont dans son cas : « laissez les morts enterrer leurs morts ». C’est une parabole mal comprise, elle semble traduire l’indifférence face à la douleur. Certains pensent que Jésus place la barre « trop haut »… C’est mal connaitre Jésus. 

Jésus a pleuré sur Lazare mort. Il a donc manifesté son émotion, sa sensibilité face à la mort. Pourtant il savait qu’Il allait le ressusciter sans délai. Il a pleuré quand même. L’amour de Jésus et le plan de Dieu pour l’humanité sont tels que la mort n’est pas une séparation définitive du moins pour ceux qui sont entrés dans le plan de Dieu. 

Nous venons de lire ce passage où il est question de la fille de Jaïrus, Jésus faisant cette déclaration « Ne pleurez pas elle dort. » 

Les témoins présents savent qu’elle est bel et bien morte. Oui, pour eux elle est bien morte, mais pour le Seigneur elle n’est pas morte, elle ne fait que dormir. 

Quel contraste entre la vision des hommes, la notre, et celle du Seigneur. De ces deux événements que nous avons mentionnés, Lazare et cette jeune fille voila donc qu’il ressort deux "vérités" qui s'opposent. Non ! plutôt que deux vérités disons deux appréciations ou deux conceptions différentes de la mort.


D’où vient cette opposition ?
Il n’y a pas là de mystère. Nous appelons « morts » ceux que nous avons perdus et parce que nous n’avons pas suffisamment de foi pour réaliser pleinement jusqu’au fond de notre esprit qu’il y a une résurrection pour chaque homme et chaque femme.

Tous ne vivrons pas la même, l’une a lieu avant, l’autre plus tard, mais chacun sera ressuscité. Les uns pour la vie éternelle, les autres pour le jugement de Dieu. Mais tous ressusciteront. Par conséquent la mort est comparable à un sommeil, très long, mais sommeil quand même puisque le retour à la vie est annoncé. Vie éternelle pour ceux qui auront placé leur foi en Jésus, vie éphémère pour ceux qui auront été jugés comme rebelles à Dieu. Et, comme il ne nous appartient pas de savoir comment Dieu jugera les uns et les autres je ne veux pas envisager le pire en particulier pour ceux qui me sont chers. Ce qui ne veut pas dire que je suis certain que tous seront sauvés, mais que je place ma foi en l’amour de Christ notre avocat, et que par la foi j’accepte sa justice et son jugement parce qu’ils sont parfaits. 

Le pardon accordé au larron cloué à la croix à côté de Jésus nous démontre que l’amour de Dieu a permis qu’au tout dernier moment il puisse être encore être sauvé, même si toutes les apparences de sa vie lui étaient défavorables. 

Mais, je reviens à cette image du sommeil. Il n’y a pas que les hommes qui s’enfoncent dans le sommeil au point que ce sommeil ressemble à la mort. Entrez donc dans certaines églises et dites moi si vous ne ressentez pas le malaise de la mort. Les ténèbres de la mort...

Il y a la mort du corps humain mais il y a la mort de cette partie de l’église se prétendant « corps de Christ » et qui malgré les pompes, malgré les fastes, malgré ses étalages de richesses matérielles, est malgré tout spirituellement morte. 

Nous constatons qu'un peu partout des hommes et des femmes se lèvent pour réclamer ou pour annoncer le réveil qu’ils espèrent. Un réveil spirituel, une nouvelle onction de l’Esprit de Dieu qui viendrait réveiller ce corps de toute évidence en train de mourir.

Mais, si l’objectif de réveiller l’Eglise est louable le chemin choisi n’est pas toujours le bon. Vouloir que l’Esprit se manifeste avec puissance sans premièrement chercher à comprendre la pensée de Dieu et accomplir sa volonté c’est tout simplement une démarche superstitieuse. Si nous ne cherchons pas à faire la volonté de Dieu comment pouvons nous espérer qu’IL voudra nous utiliser en mettant la puissance de son Esprit sur nous ? 

C’est parce qu’une large part de ceux qui prétendent représenter l’église sont des "morts" que la vision des hommes est si erronée et loin de la pensée de Dieu. Ce qui me fait dire que la mort spirituelle et autrement plus dramatique que la mort physique, car la mort spirituelle ferme l’accès à la vie éternelle alors que la mort physique n’est que provisoire. 

Maintenant faisons un petit constat qui introduira la suite de cette réflexion. 

Savez-vous ce qui se passe quand nous dormons ?

Ne cherchez pas trop loin une explication, la réponse est simple : La vie continue autour de nous.

Qu’il s’agisse du sommeil réparateur quotidien ou de la mort. Si l’église, c'est-à-dire, si l’assemblée des disciples de Christ dort, si les disciples ne veillent pas, ce sont les gens de l’ennemi qui continuent à miner le terrain et le remplissent de ses projets immondes. 

Et si aujourd’hui la Toussaint est un jour dédié à la mort c’est parce que Satan a mis dans le cœur des hommes une vision de la mort qui n’est pas celle que le Seigneur a voulu que nous ayons. La fête des morts est une veille tradition babylonienne, donc païenne.

Parce que depuis longtemps ceux qui prétendent conduire l’église sont eux-mêmes spirituellement morts. L’ennemi de Dieu a pu mettre dans le cœur des hommes une image dramatique de la mort. Pas la réalité du plan de Dieu. A la place de la victoire de Christ à la croix, par sa mort mais aussi par sa résurrection, ces religieux-là mettent l’accent au contraire sur l’échec de la vie. 

Quand Jésus dit « laissez les morts enterrer leurs morts » nous comprenons que ces morts spirituels n’ont vocation qu’à entrainer d’autres "mourants" dans leur « culte de l’échec ». Et, plutôt que faire une fête de la résurrection à venir – qui elle serait une belle fête remplie d’espérance ils fêtent non pas les morts mais la mort. (ne pensez pas que Pâques serait cette fête-là, Noël encore moins, mais ce n’est pas le sujet aujourd’hui).

Je pense que nous pourrions prendre exemple sur ces chrétiens noirs de la New Orléans en particulier qui accompagnaient leurs morts au cimetière avec un concert joyeux car d’avance ils fêtaient la délivrance plutôt que l’échec. Ils n'aimaient pas moins que nous leurs parents ou amis. Ils n'avaient pas moins de peine n de larmes pour autant.

Et, vous savez que l’ennemi de Dieu va toujours de plus loin et de plus en plus rapidement dans le mensonge et le dénigrement de la Parle de Dieu. Alors, la fête des morts ne lui suffit plus, il lui faut plus de victimes.

Alors parodiant Jésus qui dit « laissez venir à moi les petits enfants", il invente halloween. Et voila que l'on jette les enfants dans cet esprit de sorcellerie. Heureusement en France cette fête n’a pas le succès qu'elle rencontre ailleurs. Dans les pays anglo-saxons en particulier où cette dérive prospère allégrement au point que les commerçants affirment qu’Halloween et Noël sont devenus là-bas les fêtes les plus rentables. 

La fête "des démons et des sorcières" associée à la fête de la mort ce n’est pas un hasard, c’est la même logique contre le plan de Dieu, contre sa personne, et donc contre l’Eglise fidèle. C'est le fruit de la mort spirituelle qui n’est pas imputable seulement à nos ancêtres mais à ces religieux actuels qui ne font plus "barrage" à aucune déviance ayant perdus la vision du plan de Dieu.

Les morts sont ceux qui sont occupés par l’esprit de mort, et j’insiste, je ne parle pas du chagrin légitime de la séparation d’un être aimé vous avez bien compris mais de ces religieux morts spirituels qui éloignent les vivants de la réalité de la Victoire de Christ.

Ils mettent un voile devant cette réalité que Jésus-Christ c’est la vie. 

Alors, concrètement que retenons-nous ?

·         Que Christ a remporté la victoire sur la mort !

·         Que Christ nous a envoyé le Consolateur, l’Esprit de Dieu, pour relever ceux qui souffrent dans leurs cœurs suite au départ d’un être cher.  

·         Que le Seigneur nous rassure nous-mêmes si nous sommes dans la crainte de cette étape à venir (à moins qu’Il soit venu entre temps chercher son Eglise fidèle !) 

La vision que le Seigneur met dans nos cœurs est pleine d’espérance pour tous ceux qui ne se laisseront pas gagner par la mort spirituelle :

Luc 21.36

36  Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme.

 

Retour accueil