Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


Pasteur Gérard Charton
gerard.charton@9online.fr

Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique d'Hagetmau (40700)
 

Retour liste   <-Liste des enseignements 

« Mon œil t'a vu ! »

 

Job 42.1–6
"Job répondit à l’Eternel et dit : Je reconnais que tu peux tout, Et que rien ne s’oppose à tes pensées. Quel est celui qui a la folie d'obscurcir mes desseins ? Oui, j'ai parlé, sans les comprendre, De merveilles qui me dépassent et que je ne conçois pas. Ecoute–moi, et je parlerai ; Je t'interrogerai, et tu m'instruiras. Mon oreille avait entendu parler de toi ; Mais maintenant mon œil t’a vu. C’est pourquoi je me condamne et je me repens Sur la poussière et sur la cendre."

Psaumes 1
"Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit !  Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit. Il n’en est pas ainsi des méchants : Ils sont comme la paille que le vent dissipe. C’est pourquoi les méchants ne résistent pas au jour du jugement, Ni les pécheurs dans l’assemblée des justes ; car l’Eternel connaît la voie des justes, Et la voie des pécheurs mène à la ruine."
 

Job affirme : « mon œil t’a vu ! »

Ce qui signifie : je ne te connais pas seulement de réputation, mais j’ai fait une expérience avec toi, et je t’ai « reconnu ». Vivre une expérience avec quelqu’un c’est tout autre chose que d’avoir entendu parler de quelqu’un ! 

Beaucoup d’hommes et de femmes se flatteraient de connaître personnellement tel ou tel personnage vedette de quelque chose… Je vais même plus loin, certaines personnes seraient flattées de recevoir chez elles certains serviteurs de Dieu "célèbres".  « Oh ce soir nous recevons chez nous l’évangéliste "Truc Machin" des USA (et vous mettez ici le nom de votre évangéliste préféré pourvu qu’il soit célèbre…) »  

Essayons de croire que ce n'est pas pour le prestige qu'ils portent en eux, bien entendu, parce que nous pouvons supposer que tels hommes n’ont pas de prestige personnel, sinon ce serait reconnaître qu'ils roulent pour eux et pas pour le Seigneur. Etes-vous d’accord avec cela ? 

Si ce n’est pas pour le prestige, c’est pour le connaître mieux, le connaître personnellement. C’est aussi peut-être pour recevoir, consciemment ou inconsciemment, la bénédiction ou une part de cette bénédiction, que l’on imagine que ces hommes ont reçue du Seigneur et qu’ils transportent bien évidemment avec eux dans leurs bagages, du moins à en croire certains...

Connaître une personne "en vrai" dans un contact personnel, c’est entrer dans sa vie privée, c’est avoir un partage avec elle. Et, dans un partage donne et on reçoit quelque chose. Et de bonnes choses, du moins quand il s’agit d’une personne qui vient vraiment de la part de Dieu soyez assurés qu'on reçoit de bonnes choses.

Bien sûr dans la vie "du monde" c’est souvent le contraire. Connaître, partager, c’est le plus fréquemment donner de soi, ou quelque chose de soi-même. Son argent souvent, sa liberté parfois, ou même abandonner sa personnalité, mais oui, hélas on voit cela chez des groupies qui cherchent à vivre une vie qui n’est pas la leur. Et c’est pour cela qu’on parle alors "d’idoles". Ces gens sont adulés comme des faux dieux, mais en fait ils n’ont rien à donner, parce qu’ils sont spirituellement vides… Ils ne sont pleins que de ce que leurs fans leur donnent, autrement ce sont des vases vides ! 

Au contraire, la relation que nous pouvons avoir avec Dieu est toute différente. Quand Jésus-Christ est venu dans notre vie Il ne nous a pas pris quelque chose, il nous a donné. Sa vie premièrement, le salut par la même occasion, et au passage une personnalité autrement plus belle que celle que nous l'espérions. 

Quand Christ est entré dans notre vie, que le Saint-Esprit de Dieu est venu à son tour, alors nos yeux se sont ouverts sur quelques choses de neuf et nous pouvons dire, comme Job : « maintenant, mon œil t’a vu ! ».

Parce qu’il faut l’œuvre du Saint-Esprit pour « voir » Dieu. 

Notre œil est capable de voir l’œuvre du Saint-Esprit, il ne le voit pas comme il aurait pu voir la gloire d’une star si elle était venue manger à la maison. Peut-être nos yeux auraient pu voir la gloire d'une improbable star venue chez nous, au travers de sa belle voiture, de sa belle guitare, de son beau costume de scène cliquant, et de son beau poster, qu'elle m'aurait dédicacée pour 50 euros... 

Et, après son départ, nous n'aurions plus qu’à vivre avec ce souvenir et l’immense privilège de regarder sa photo jaunir avec le temps...

Il y a des gens qui n’ont que cela pour illuminer leur vie… un court instant. Mais rien ne devient différent dans la vie de ces gens là ! 

Une telle rencontre, bien improbable en ce qui concerne une star,  ne changerait rien à ma vie, elle serait sans aucun effet. Mais, gloire à Dieu, ce n’est pas ce type de rencontre ou d’expérience dont nous parle Job. Parce que pour lui, son expérience avec le Seigneur a complètement changé sa vie. Cette rencontre fait de lui un autre homme.

Job 33.28–33
" Dieu a délivré mon âme pour qu’elle n’entrât pas dans la fosse, et ma vie s’épanouit à la lumière ! Voilà tout ce que Dieu fait, Deux fois, trois fois, avec l’homme, pour ramener son âme de la fosse, Pour l’éclairer de la lumière des vivants.
Sois attentif, Job, écoute-moi ! Tais-toi, et je parlerai ! Si tu as quelque chose à dire, réponds-moi ! Parle, car je voudrais te donner raison. Si tu n'as rien à dire, écoute-moi ! Tais-toi, et je t'enseignerai la sagesse."

Pendant le temps de l’épreuve, Job a discuté avec Dieu. Il a même essayé de lui en apprendre. Vous connaissez cette réplique succulente de Dieu, réplique pleine d’humour, relatée au chapitre 40, verset 2 : « je t’interrogerai et tu m’instruiras ! » cela en dit long sur notre incorrigible prétention…

Oh, mes amis, combien de fois cette réplique je l’ai prise pour moi ! C’est moi, mais c’est peut-être vous aussi, nous croyons tout savoir… 

Le problème, c’est que lorsque nous croyons savoir, nous ne pouvons pas recevoir, parce que notre vie est semblable à une éponge… Quand une éponge est saturée d’eau, elle ne peut plus rien absorber. Il faut la serrer très fort pour la vider de ce qui l’encombre, et alors seulement elle redevient capable de retrouver sa fonction d’absorber. 

Alors, la question du jour : Sommes-nous dans ta vie en état d’absorber ce que Dieu veut nous donner ? Ou bien, sommes-nous saturés ? Voilà une question qu’il faudrait souvent nous poser… 

Serions-nous tellement encombrés des choses de la vie quotidienne, que l’éponge dégouline de partout et n’absorbe plus rien ? Cela arrive souvent …

Revenons au Psaumes 1

Psaumes 1.1–2
" Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit !"
 

Notre rencontre avec Dieu est toute différente de celles que nous pouvons avoir dans "le monde".

Psaumes 1.3
" Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit."
 

Mes amis, nous sommes les uns et les autres comme des arbres plantés près du courant d’eau vive. Cette eau-vive c’est Jésus-Christ. Mais, sommes-nous dans le descriptif du psalmiste : Est-ce que tout ce que nous faisons nous réussit ? J’en doute un peu…  Alors, je me permets de poser une question sur notre santé : comment vont vos racines ? Comment vont mes racines ? 

S’alimentent-elles à ce courant d’eau vive ou regorgent-t-elles d’une eau stagnante, au point de ne plus rien pouvoir absorber ? Si c’était le cas de certain, il serait temps de réagir  parce que cette eau stagnante risque de faire moisir les racines. Et, au bout c’est la mort de l’arbre.  

Mais, si ce n’est pas le cas, si nous sommes au bénéfice de l’eau vive, alors Alléluia ! Si elles ont soif elles vont se nourrir, comment ? Nous l’avons lu :

Psaume 1.2
"Mais (heureux l’homme…) qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit !"

Littéralement en hébreu quand on lit « la Loi » ou Torah de l’Eternel, il faut comprendre que la Torah ce n’est pas que la loi qui dit : « Tu fais ceci, tu ne fais pas cela »…  Non, la torah c’est tout l’enseignement, toute la Parole de Dieu. C’est la révélation de l’amour de Dieu.  

Alors, ce texte ne dit pas que du matin au soir et du soir au matin, nous sommes dans l’obligation de méditer sur ce qui est permis ou sur ce qui est interdit ! Il dit, tout simplement : « remplis-toi de la présence de Dieu et de sa connaissance ! »  

Bien entendu, si nous sommes ici, c’est bien parce que nous avons entendu parler de Dieu. Mais cela ne suffit pas. C’est pourquoi Job ajoute :

Job 42.5–6
"Mon oreille avait entendu parler de toi ; Mais maintenant mon œil t’a vu. C’est pourquoi je me condamne et je me repens sur la poussière et sur la cendre." 

Nous sommes interpellés sur la nécessité de plus et de mieux connaître Dieu, de plus et de mieux le recevoir dans notre vie. 

Et Job de préciser, « je me repens ». De quoi se repent-il ? De ne pas l’avoir vu plus tôt, donc de s’être fourvoyé dans des raisonnements inutiles et erronés. D’avoir eu les yeux attirés par des choses probablement flatteuses, mais inutiles. Voila de quoi Job se repend.  

Quelle perte de temps mes amis ! Et combien d'épreuves il a à subir pour arriver à cette "compréhension". Que de souffrances il aurait pu éviter...

Supplions Dieu pour pour qu’il nous aide à abandonner les filtres que nous avons devant les yeux, quand ce ne sont pas des œillères ou des écailles. Alors, quand notre vue sera devenue bonne, quand nous serons en état de dire « mon œil t’a vu », alors, et alors seulement nous pourrons avoir des racines capables d’aller se nourrir à la source de vie. 

Trop de chrétiens cherchent avec sincérité, je n’en doute pas, la bénédiction de Dieu mais pourtant ne la trouve pas parce qu’ils s’encombrent d’une multitude de préjugés, ou de techniques dites spirituelles qui les encombrent mais ne les amènent pas toujours à voir Dieu. Peut-être parce que l’intimité d’une telle rencontre n’est pas réalisée ou n’est pas comprise. Laissons-nous donc toucher par le Seigneur. 

Ouvrons notre cœur au Saint Esprit de Dieu qui veut nous remplir de la présence du Seigneur, qui veut nous ouvrir les yeux, nous ouvrir le cœur pour une rencontre merveilleuse et salutaire. 

 

Retour accueil