Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


Pasteur Gérard Charton
gerard.charton@9online.fr

Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique d'Hagetmau (40700)
 

Retour liste   <-Liste des enseignements 
 

Illusions spirituelles…
 

1 Corinthiens 3.16-21

" Ne savez–vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes. Que nul ne s'abuse lui–même : si quelqu'un parmi vous pense être sage selon ce siècle, qu'il devienne fou, afin de devenir sage. Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. Aussi est–il écrit : Il prend les sages dans leur ruse. Et encore : Le Seigneur connaît les pensées des sages, Il sait qu’elles sont vaines. Que personne donc ne mette sa gloire dans des hommes ; car tout est à vous… "

1Corinthiens 6.19-20

"Ne savez–vous pas que votre corps est le temple du Saint–Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous–mêmes ? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu."

Lorsque Jésus s’adressait aux disciples, Il leur dit qu’il y avait bien des choses qu’Il ne pouvait leur révéler car ils auraient été incapables de les comprendre sur le moment. 

Il est bien possible que ces versets que nous venons de lire fassent partie de ces choses que ces premiers disciples n’auraient pas pu comprendre au début de son ministère sur la terre, mais qui après son retour vers le Père, la formation de ces disciples accomplie et conduit par l’Esprit donné dans la  dimension de la Pentecôte, cela devenait compréhensible.  

Il fallait un peu plus de maturité spirituelle pour saisir ce qui n’a rien de commun avec la sagesse du monde.

Il fallait que ces premiers chrétiens échappent aussi au poids de la tradition juive pour entrer dans la connaissance de l’Evangile dans une vision "nouvelle". 

Bien que greffés sur le tronc commun du peuple de Dieu, et non pas ensemencés par la tradition juive comme certains voudraient présenter les choses aujourd’hui, le Seigneur a : 

-      Premièrement libéré son peuple venu des nations, de la seconde alliance si vous préférez, de tout l’amalgame de traditions ayant finalement brouillées l’objectif de la première alliance.

-      Et d’autre part donné à l’Eglise ce qui était jusqu’alors caché aux juifs habitués à vivre une relation avec Dieu, orchestrée par des rites, des cérémoniels accomplis par des prêtres, donc des tiers faisant "écran", se reposant  sur eux pour vivre leur foi. 

Jésus va balayer cette conception qui a mis un filtre entre le croyant et le Seigneur, mettant l'homme à l’écart de Dieu plutôt que le rapprocher de Lui. 

D’ailleurs, et c’est aussi une leçon à méditer, nous savons parfaitement que ce que nous déléguons à autrui n’a jamais dans notre esprit la même valeur, ni pédagogique ni affective, que ce que nous accomplissons nous même. 

Bien entendu l’Alliance faite avec Israël n’avait pas vocation à mettre une distance entre l’Eternel et le peuple, mais cet état d’esprit s’est installé peu à peu. 

Les sacrifices auraient du avoir valeur de rappel et de prise de conscience du besoin de pardon. Mais, nous le savons il aura fallu que Jean Baptiste soit choisi par Dieu pour réveiller le peuple devenu négligent. Qu’il soit envoyé pour préparer le terrain à Jésus, la notion de repentance s’étant évaporée remplacée par des rites.

Pour nous chrétiens Jésus est bien entendu le sacrifice absolu et définitif.

Et parce qu’il est absolu alors aucun rite aucune œuvre ne peut avoir de valeur salvatrice.

Tout sacrifice, le plus spectaculaire, le plus fervent le plus démonstratif ne serait qu’une insulte à notre Seigneur, car il signifierait que celui de Jésus à la croix ne serait pas suffisant ou qu’il serait incomplet. 

Nous comprenons donc qu’entre autres enseignements, Jésus doit amener le juif - comme le chrétien - à réaliser que toutes les traditions, aussi bonnes soient-elles, n’avaient qu’une fonction, celle d’amener  à réaliser l’amour de Dieu manifesté par Jésus, le Messie. 

Alors, souvenons-nous, que Jésus acclamé dans lors de son entrée à Jérusalem était honoré comme étant le libérateur de la puissance romaine. Comme un roi et non comme Christ. D’où le changement radical dans les cœurs des hommes lorsqu’ils ont compris que Jésus ne serait pas le libérateur qui chasserait les soldats romains. Alors, ils manifestèrent leur rancœur. 

Il attendait un roi vainqueur ils ne reçurent qu’un "agneau expiatoire". Leur tradition héréditaire ne pouvait accepter ce qu’ils considéraient comme un échec, comme une imposture à leurs yeux. 

Se référant à Abraham, Moïse, David et tous les prophètes de Juda et d’Israël, les juifs se savaient du peuple élu par Dieu. 

Mais, encore une fois, ils se sont appuyés sur les prêtres, les sacrificateurs, les docteurs, et les rabbins… Tout en allant voir les dieux des pays environnant ! 

Finalement, Jésus a connu le même contexte religieux que nous vivons aujourd’hui lorsque l’on regarde l’Eglise.

-      Des hommes et des femmes prétendent être chrétiens,

-      Certains, même pas tous, se marient à l’église,

-      Ils baptisent leurs enfants,

-      Ils s’y font enterrer.

Et, ainsi ils vivent dans une illusion de spiritualité. Mais cela reste une illusion. 

Nous pourrions nous arrêter à un constat, celui de dire que l’histoire se renouvelle et donc ne peut se dérouler autrement, le cœur des hommes étant toujours aussi fermés.

Mais ce serait un constat d’échec, et l’Alliance que Dieu a faite pour l’Eglise n’aurait aucune possibilité de réalité… 

Mais, Jésus annonce qu’il y a des choses que les disciples ne peuvent pas comprendre à cette époque. Et, s’il dit cela ce n’est pas pour que nous restions sur notre « faim », c’est pour au contraire nous avertir : 

« Soyez attentifs, Veillez et priez ! » Combien de fois ces recommandations nous sont données dans toute la Parole, aussi bien dans le premier Testament que dans le Nouveau. 

-      Veillez sur vos âmes » ont dit Moïse et Josué.

-      Veillez sur vos actes, que la crainte de l’Eternel soit sur vous », c’est dans le livre des Chroniques.

-      Et, les mêmes recommandations ou avertissement dans la bouche de Jésus, de Paul de Pierre… 

Déjà au temps de l’Eglise naissante il était important de veiller à ce qui allait se passer et qui était nouveau pour les croyants, aussi bien d’origine juive que ceux des nations. 

Ce qui s’est passé c’est une rupture du schéma de la foi

Elle n’est pas à vivre au travers la spiritualité des autres, ou l’hypothèse de leur spiritualité, mais il en va de la responsabilité et de l’engagement de chacun. 

Le Sacrifice qui peut te sauver n’est pas celui que fait sacrificateur ou le prêtre, mais c’est le sacrifice unique et total pour toi, à cause de toi de ton péché ! 

Jacques va expliquer l’engagement des chrétiens en ces termes :

Jacques 4.4

" Adultères que vous êtes ! ne savez–vous pas que l'amour du monde est inimitié contre Dieu ? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. "

Quant à Paul, Romains 6.3

" Ignorez–vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus–Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés ?"

Et voila le chrétien projeté dans un monde spirituel qui ne lui est pas familier. Projeté à un point tel que je suis certain qui ni vous ni moi n’en connaissons véritablement l’ampleur. 

1Corinthiens 6.3

" Ne savez–vous pas que nous jugerons les anges ? Et nous ne jugerions pas, à plus forte raison, les choses de cette vie ? " 

Alors, naïvement je pose cette question :

Qui parmi nous s’imagine être en train de juger ceux qui ne seront pas sauvés ? Et à plus forte raison juger les anges déchus ? 

Réalisez bien ceci parce que cela va vous aider quand l’ennemi et ses anges vous harcèlent « Vous allez juger les démons ! »  

Voilà une affirmation qui semble complètement surréaliste, en tout cas c’est comme cela que je la ressens. 

Comme nous sommes loin d’une notion de délégation de notre foi et de notre engagement spirituel. 

Si ceci a pu se produire ce n’est pas parce que le chrétien serait meilleur que le juif. Non, cela n’a rien à voir parce que le juif peut recevoir la même chose dès lors qu’il accepte Jésus dans sa vie. 

Si cela est devenu possible, c’est parce que Dieu donne quelque chose de nouveau :

« Veillez et prier » dit Jésus aux disciples, « Attendez-le dans la chambre haute, je vous l’envoie… »

C’est du Saint Esprit qu’il s’agit, vous l’avez bien compris. 

Jésus a reçu le Saint Esprit lors de son baptême. S’étant fait homme il avait  besoin de ce dépôt dans son cœur pour réaliser son ministère. 

L’Eglise a besoin du Saint Esprit pour rester une construction spirituelle. 

Et, l’homme d’aujourd’hui a tout autant besoin du Saint Esprit pour connaître le plan de Dieu, la volonté de Dieu dans sa propre vie. 

L’apôtre Paul a écrit ceci que nous lisons dans

1Corinthiens 6.9-11

 " Ne savez–vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, (6–10) ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu. Et c'est là ce que vous étiez, quelques–uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus–Christ, et par l'Esprit de notre Dieu. "

Justifiés par Jésus Christ, grâce à son sacrifice, mais justifiés également par le Saint Esprit car c’est Lui qui nous convainc de péché, de justice et de jugement. C’est Jésus qui le dit (Jean 16.8)

Le Saint Esprit met le doigt sur notre péché, et quand le croyant se complait dans son péché alors Il intervient comme une sirène d’alarme pour nous avertir du danger. 

Ne résistons pas à son intervention. C’est un grand privilège d’entendre son alarme, beaucoup ne l’entendent pas et se perdent. 

Au contraire, comme il a été rappelé, « Veillons et prions » afin que nous ne soyons pas surpris le jour où le Seigneur va venir nous chercher.

Nous sommes le temple de Dieu et l’Esprit saint doit habiter en nous pour nous accompagner dans le chemin de la sanctification. " Sanctification sans laquelle nul ne verra Dieu " (Hébreux 12.14).

Puissions-nous être attentifs aux avertissements du Seigneur !

Que Dieu vous aide !

 

                      Retour accueil                              Méditations d'autres auteurs