Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


   

    Pasteur Gérard Charton
    gerard.charton@9online.fr

Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique d'Hagetmau (40700)
 

Retour liste   <-Liste des enseignements 
 

La femme vertueuse

Proverbes 31.10-31

"Qui peut trouver une femme vertueuse ?
Elle a bien plus de valeur que les perles.
Le cœur de son mari a confiance en elle, et les produits ne lui feront pas défaut.
Elle lui fait du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie.
Elle se procure de la laine et du lin, et travaille d’une main joyeuse.
Elle est comme un navire marchand, elle amène son pain de loin.
Elle se lève lorsqu’il est encore nuit, et elle donne la nourriture à sa maison et la tâche à ses servantes.
Elle pense à un champ, et elle l’acquiert ; Du fruit de son travail elle plante une vigne.
Elle ceint de force ses reins, et elle affermit ses bras.
Elle sent que ce qu’elle gagne est bon ; sa lampe ne s’éteint point pendant la nuit. Elle met la main à la quenouille, Et ses doigts tiennent le fuseau.
Elle tend la main au malheureux, elle tend la main à l’indigent.
Elle ne craint pas la neige pour sa maison, car toute sa maison est vêtue de cramoisi. Elle se fait des couvertures, elle a des vêtements de fin lin et de pourpre.
Son mari est considéré aux portes, lorsqu’il siège avec les anciens du pays.
Elle fait des chemises, et les vend, et elle livre des ceintures au marchand.
Elle est revêtue de force et de gloire, et elle se rit de l’avenir.
Elle ouvre la bouche avec sagesse, et des instructions aimables sont sur sa langue.
Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, et elle ne mange pas le pain de paresse.
Ses fils se lèvent, et la disent heureuse ; son mari se lève, et lui donne des louanges : Plusieurs filles ont une conduite vertueuse ; mais toi, tu les surpasses toutes.
La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine ; la femme qui craint l’Eternel est celle qui sera louée.
Récompensez-la du fruit de son travail, et qu’aux portes ses œuvres la louent."

Précisons tout de suite que le roi Lemuel est un roi inconnu.

Probablement il s’agit là d’un artifice poétique que les auteurs utilisent parfois pour ne pas se citer eux-mêmes, remplaçant leur nom par un autre nom. Pas par n’importe quel nom puisqu’en hébreu ce nom « Lemuel » signifie « Voué à Dieu ». 

Rappelons-nous que La Fontaine faisait parler des animaux pour faire passer ses messages aux grands de ce monde, et le message passait. Mais, sans cet artifice jamais il n’aurait pu dire le quart de ce qu’il a écrit.

Alors, même s’il s’agit d’une forme de style littéraire, il est plus que probable que ce roi qui s’appelle « voué à Dieu » et qui parle avec autorité en donnant cette description de la femme, en réalité parle de la part de Dieu. 

Autrement et plus simplement dit, il s’agirait de paroles inspirées du Seigneur que transmet Salomon. Evidence, puisque sinon que ferait ce texte dans la Parole de Dieu ? 

Le Seigneur révèlerait donc ici le rôle et l’activité de la femme parfaite. 

Il est vrai que si Salomon avait voulu utiliser un style direct, comme nous parlons tous les jours vous et moi je suppose, il n’aurait pas été crédible. Pas crédible parce que Salomon même dans sa sagesse n’avait personnellement pas cette vision si pleine de considération pour les femmes, en vrai macho qu’il était. 

Alors, si le roi Lemuel est bien l’Eternel qui s’exprime comme nous le pensons, combien il est intéressant d’essayer de comprendre comment Dieu conçoit dans son cœur le rôle et la place de la femme, et non pas les hommes « machos » et verrouillés dans leur autorité prétendue.  

Rappelons-nous le récit de la création : L’Eternel n’a pas créé la femme comme un être inférieur mais comme la collaboratrice de l’homme, égale à l’homme dans sa spécificité. 

Ce portrait revêt donc une importance particulière si c’est Dieu qui parle par la bouche de Salomon, car bien peu nombreux sont les textes dans l’Ancien testament qui attribuent à la femme une telle importance et une telle reconnaissance des ses capacités et de son autorité.  

Nous pouvons aussi nous interroger s’il n’y a pas comme une forme de repentance de la part de Salomon, car au début du chapitre 31 nous pouvons lire que la mère de Lemuel, qui a instruit le roi, lui parle elle aussi avec une grande autorité pour le reprendre et corriger ses pensées. 

Proverbes 31.4-5

"Ce n’est point aux rois, Lemuel, Ce n’est point aux rois de boire du vin, Ni aux princes de rechercher des liqueurs fortes, de peur qu’en buvant ils n’oublient la loi, et ne méconnaissent les droits de tous les malheureux.

Et encore verset 8 

"Ouvre ta bouche pour le muet, Pour la cause de tous les délaissés."

Je parlais de repentance, oui probablement en tout cas pour le moins une prise de conscience.  

Salomon rétablirait ainsi l’injustice faite aux femmes, par lui-même mais aussi par tous les hommes voulant dominer voire écraser la femme.

Ce serait donc l’apothéose de ce livre des Proverbes, et le dernier verset, les derniers mots qu’il écrit dans ce livre sont sa conclusion sur l’amour.

 Proverbes 31.30

"La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine ; La femme qui craint l’Eternel est celle qui sera louée."

Et juste avant, il faut fait une déclaration concernant la femme de sa vie…  

Proverbes 31.29

"Plusieurs filles ont une conduite vertueuse ; Mais toi, tu les surpasses toutes."

Quand on connait la vie tumultueuse de Salomon il est impossible d’imaginer que c’est Salomon qui parle de sa propre vie, et l’on comprend qu’il ne pouvait pas parler en son nom. Quand l’Eternel met dans sa bouche ces mots, ils sont comme un déni, une condamnation de sa propre vie.  

Aujourd’hui il est évident que nous vivons une époque où le mariage n’a plus beaucoup de sens. La fidélité n’est plus vécue comme un privilège mais par beaucoup, une grande majorité d’hommes et de femmes comme une contrainte. 

Alors, lire ce passage des Proverbes peut sembler appartenir à un temps révolu. 

Même les petits enfants ne savent plus très bien qui ils sont, fils ou filles de qui au juste… Les familles recomposées ne sont pas là pour les éclairer dans leur petite enfance.

Et, si l’on considère ce que le monde prépare avec la « théorie du genre », les enfants perdront leurs derniers repères en s’interrogeant s’ils sont filles ou garçons… 

La famille n’est plus un lieu de refuge, de ressourcement, de sécurité, mais un champ de bataille.  

Je voudrais vous citer un extrait d’un article de « Idéa » qui n'est pourtant pas récent :

 « S. Prass, experte ès-sectes en Allemagne, a mis en garde contre certains salons de discussion du Web qui parlent de suicide. Plus d’une fois, des jeunes qui allaient faire des tentatives de suicide l’avaient signalé dans ces salons.
Sur les forums attenants, on trouve des modes d’emploi pour mettre fin à ses jours, les méthodes pour se faire livrer anonymement  des médicaments mortels, des magasins pour acheter des armes…
Les 50 000 messages postés sur un seul de ces forums semblent témoigner d’une imminente vague de suicide parmi la jeunesse.
On estime que 3.5 % des jeunes qui tentent de se suicider réussissent leur tentative. »

Croyez-vous que les jeunes aujourd’hui se reconnaissent avec ceux du livre des Proverbes ? 

Proverbes 31.26-28 

"Elle ouvre la bouche avec sagesse, et des instructions aimables sont sur sa langue.
Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, et elle ne mange pas le pain de paresse.
Ses fils se lèvent, et la disent heureuse ; son mari se lève, et lui donne des louanges. 

Croyez-vous qu’il y a beaucoup d’enfants aujourd’hui qui se lèvent le matin reconnaissant leur maman heureuse ?
Faudrait-il qu’ils soient heureux eux-mêmes pour découvrir ce qui devrait pourtant être une évidence… Enfin, je dis bien qui « devrait ». 

Les enfants sont malheureux, les parents sont malheureux parce que les hommes et les femmes se sont éloignés de l’Eternel et du modèle de famille qu’Il a conçu. 

Mais, puisqu’aujourd’hui c’est la fête des mamans, revenons à la femme, à l’épouse, à la mère.
Les hommes qui ont écrit la grande majorité des textes bibliques ont finalement laissé peu de place à la femme.
Ils ont occupé le terrain, ils se sont servis, ils se sont attribué les beaux rôles, mais quelle revanche que ce chapitre 31 !

Quelle revanche que le livre d’Esther, épouse de roi qui a sauvé son peuple de l’extermination au péril de sa vie. Quelle foi, quelle capacité de mobilisation du peuple a-t-elle démontrée. Et Rebecca, et les femmes fidèles au tombeau. Et toutes les anonymes…

Alors nos épouses n’ont peut-être pas fait toutes ces choses "extraordinaires", mais nous non plus n’avons pas fait, et de loin pas, tous les exploits des hommes de la Bible. 

Relisons encore Proverbes 31.10-11 

"Qui peut trouver une femme vertueuse ? Elle a bien plus de valeur que les perles. Le cœur de son mari a confiance en elle, Et les produits ne lui feront pas défaut. 

Pensez-vous que la méditation de ce jour soit opportuniste, ou un peu démago ?  

Combien de fois dans le ministère pastoral, mais chacun peut le constater dans la vie courante hélas ! Combien de fois nous voyons les dégâts que causent les désunions, les guerres familiales. 

Alors, sachons reconnaître et protéger le privilège que nous avons d’avoir une épouse, une famille unie telle que celle dépeinte par le roi Lemuel, alias le Seigneur.

Et louons Dieu pour sa Sagesse.

 

                      Retour accueil                              Méditations d'autres auteurs