Bienvenue
En ce moment 
vous êtes

 
    
visiteurs sur le site
Merci


 

   
Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 

                                                        

Dans les vents contraires...

Par le Pasteur Gérard Sadot
(résumé de prédication)

Retour accueil

 

· “Aussitôt après, il obligea les disciples à monter dans la barque et à passer avant lui de l’autre côté, pendant qu’il renverrait la foule. Quand il l’eut renvoyée, il monta sur la montagne  pour prier à l’écart ; et, comme le soir était venu, Il était là seul. La barque, déjà au milieu de la mer, était battue par les flots; car le vent était contraire  A la quatrième veille de la nuit, Jésus alla vers eux, marchant sur la mer. Quand les disciples le virent marcher sur la mer, ils furent troublés, et dirent : C’est une fantôme ! Et, dans leur frayeur, ils poussèrent des cris. Jésus leur dit aussitôt : Rassurez-vous, c’est moi; n’ayez pas peur ! Pierre lui répondit : Seigneur, si c’est toi, ordonne que j’aille vers toi sur les eaux. Et il dit: Vient! Pierre sortit de la barque, et marcha sur les eaux, pour aller vers Jésus. Mais, voyant que le vent était fort, il eut peur; et, comme il commençait à enfoncer, il s’écria : Seigneur, sauve-moi ! Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit, et lui dit : “homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? Et ils montèrent dans la barque le vent cessa. Ceux qui étaient dans la barque vinrent adorer Jésus, et dirent : Tu es véritablement le fils de Dieu”.

Passages obligatoires

Jésus oblige ses disciples à passer d’un bord du Lac de Galilée à l’autre bord. Si Jésus les a obligés, cela signifie qu’ils ont résisté. On ne peut pas obliger sans qu’il y ait eu de la réticence. Il y a des moments dans notre vie spirituelle où Jésus nous fait passer par des endroits où nous ne voudrions pas passer. Ce sont des passages obligatoires et on a beau protester, on a beau gesticuler, Jésus nous oblige à passer d’un endroit à un autre. Certainement que les disciples on eu des objections en disant : “nous connaissons bien la mer, nous sommes des marins, des pêcheurs de générations en générations, nous connaissons bien le lac, le vent va se lever, ce n’est pas le moment de s’embarquer dans une aventure périlleuse, où cela va être pénible pour joindre les deux bouts, pourquoi aller dans cette situation dangereuse. Nous connaissons notre métier, notre affaire, on va diriger nos affaires comme nous le désirons, comme nous  l’entendons”. Mais Jésus les oblige à passer de l’autre bord, Il n’écoute pas du tout leurs objections, Il dit : “c’est un passage obligé !”. A un moment donné, nos protestations ne changent rien. La main de Dieu peut  nous contraindre à passer par tel chemin .Nous voudrions que les choses soient autrement, comme si nous pouvions dire à Jésus ce qu’il doit faire. Parfois j’entends des prières comme si nous savions mieux que Jésus ce qu’il faut faire:

· “Seigneur, il faut faire ceci, cela et untel, il faudrait que tu fasses quelquechose pour lui...”,

… mais dites-moi, qui commande, c’est Jésus ou c’est nous ? Qui est serviteur, Jésus ou nous? Qui est le maître, Jésus ou nous? et je crois que là nous avons besoin d’apprendre à ne pas essayer de  donner des ordres au Seigneur en lui disant : “j’aimerais que Tu fasses ça parce que le Seigneur c’est moi et le serviteur c’est toi !” C’est tout à fait l’inverse, c’est nous qui sommes serviteurs de Jésus et c’est Lui le Maître! “Parle Seigneur, car ton serviteur écoute!“ (1Samuel:3: 9)

Qui lui dira: ”que fais-tu ?”

(Job 9: 12)

Nous devons apprendre la dépendance vis-à-vis du Seigneur plutôt qu’avoir un esprit de direction où on va lui dire : “Nous, on sait mieux que toi !” Que sais-tu mieux que Lui ? Si tu dois passer par une tempête tu n’en sais rien, mais Lui le sait ! En tous cas, là ils sont passés par une tempête. Lui a renvoyé la foule alors que d'habitude, c’était eux qui le faisaient. Mais,  cette fois Jésus a dit : “c’est moi qui vais renvoyer la foule et vous, il faut passer de l’autre côté et vous allez faire autre chose”.

Une leçon  d’ humilité

Connaissez-vous cette histoire, celle d’un célèbre peintre grec Appel, qui un jour exposait ses tableaux, de magnifiques tableaux ? Un homme voyant ces tableaux, s’est arrêté sur l’un d’eux et a commencé à critiquer la sandale d’un personnage, à critiquer cette sandale dans cette peinture parce qu’il était cordonnier et il avait vu un défaut et en tant que cordonnier, il a dit : “cette sandale, ça ne va pas, elle aurait dû être comme cela, et … etc.”. Le peintre l’a laissé faire cette critique car lui n’était que peintre et il pensait que le cordonnier était bien placé pour parler en matière de sandale, donc il l’a laissé critiquer dans ce domaine-là mais une fois que le constat du cordonnier a été terminé, celui-ci a voulu juger au dessus de la sandale, tout le reste du tableau. A ce moment-là, le peintre grec Appel a arrêté le cordonnier et lui a dit :

· “cordonnier, pas plus haut que la chaussure !”.

Il y a là une petite leçon d’humilité. Parfois nous pourrions critiquer des choses à un certain niveau mais il y a un moment où le Seigneur nous dit : “d’accord, d’accord, tu es un bon marin, un bon pêcheur, tu sais beaucoup de choses mais pas plus haut que la chaussure ! Peut-être que tu connais quelque chose dans le domaine de la chaussure mais pas plus haut, le reste tu ne connais pas, il y a beaucoup de choses que tu ignores au-dessus de la chaussure et moi je suis peintre, le Maître en peinture et Je connais un grand nombre de choses que tu ne connais pas et tu peux te permettre de juger les sandales mais tu n’est pas obligé de te permettre de juger tout le reste.

Parfois on est obligé de dire à certaines personnes, même dans les églises : “merci frère, c’est bien, mais pas plus haut que la chaussure !”. On a besoin d’apprendre et dans ce sens, Jésus a été obligé d’apprendre beaucoup de choses à ses disciples. Les disciples savaient jeter le filet, savait ramer, ils savaient ce que c’était qu’une barque, ils savaient tirer le poisson, l’amener dans la barque, le ramener à terre, le vendre sur le marché, le cuire dans la maison mais à un moment donné, Jésus est en train de montrer qu’il y a des choses qu’ils ne connaissent pas et quand il les oblige à passer le lac il ne leur dit pas qu’ils ne savent pas quelque choses, mais Il dit :”maintenant vous allez connaître autre chose et si vous voulez juger de la situation : pas plus haut que la chaussure, pour l’instant, le Maître c’est moi et vous êtes les apprentis et vous êtes des disciples”. 

Quand on rame...  sans avancer ! 

On a besoin parfois d’apprendre beaucoup, beaucoup de choses et le soir Jésus a renvoyé la foule, les disciples étaient déjà au milieu de la mer, Il est monté sur la montagne. Il avait besoin de se ressourcer et la Bible nous dit : Il priait, Il était là seul, Il priait à l’écart sur la montagne. Avait-il abandonné ses disciples qui étaient au milieu de la mer et ramaient, ramaient... mais ils n’avançaient pas, ils étaient au milieu du lac, ils ne pouvaient plus revenir, ni continuer, ni avancer ou reculer, ils étaient pris. Parfois certains disent mais qu’est-ce que le Seigneur nous fais traverser, on rame, on n’avance pas, les vents sont contraires, mais est-ce la volonté de Dieu ? Si c’était la volonté de Dieu, les vents ne seraient pas contraires, on aurait pas autant de contrariétés, de problèmes, si c’était la main de Dieu...

Les gens se sont imaginé que la volonté de Dieu ne passe que par des chemins agréables dans lesquels on va toujours dérouler devant nous de magnifiques tapis rouges avec des supporters de part et d’autres qui applaudissent et envoient des fleurs en disant:

· “bravo ! voilà les chrétiens ! ils sont formidables !”.     

Ah ! il y a des gens qui se sont imaginés que dans la volonté de Dieu  tout est facile, tout est merveilleux, il n’y a pas d' embûches pas de problèmes, pas de tempêtes parce que c’est la volonté de Dieu. La volonté de Dieu passe aussi par des tempêtes et ce n’est pas parce que tu es dans la tempête que ce n’est pas la volonté de Dieu.

           

Dieu est  en train de t’apprendre quelque chose. Toi tu voudrais juger de l’ensemble du tableau mais le Seigneur te dit pas plus haut que la chaussure cordonnier ! 

Jésus est aussi dans les vents conraires 

La barque était au milieu de la mer, elle était battue par les flots, car le vent était contraire. Mais voyez-vous, alors que le vent était contraire, Jésus était dans le vent ! Il nous est dit à la quatrième veille de la nuit, Jésus alla vers eux marchant sur la mer. Il était là au rendez-vous Quand les vents sont contraires, il y a de grandes chances que tu vois Jésus venir vers toi avec le surnaturel qui est dans le vent contraire précisément. Il ne va pas toujours dans ton sens mais dans le vent contraire, Jésus vient vers toi et  marche vers toi, au milieu des éléments déchaînés. Le surnaturel et la puissance de Jésus, du Fils de Dieu sont au rendez-vous.

Jésus va vers eux et les disciples le voient marcher sur la mer et quand ils voient que Jésus est dans le vent contraire et qu’Il  vient dans leur direction ils sont troublés, ils disent ce n’est pas possible,on n’a jamais vu un homme marcher sur l’élément liquide, c’est donc un fantôme ! Et tant qu’il y aura des problèmes et des tempêtes qu’est-ce qu’on va dire de Jésus ? Il n’existe pas, c’est un fantôme, c’est une vue de l'esprit, et on dit c’est une illusion, une hallucination,  A notre époque où les athées sont superstitieux et les croyants incrédules, je déclare que Jésus est bien plus réel que toutes nos phobies !

C’est Moi,  n’ayez pas peur !

Alors, ils sont troublés,  dans la frayeur et ils poussent des cris. Ne vous est-il pas arrivé de pousser des cris, pas en public mais parfois on pousse des cris quand on est seul, on n’est pas bien, on a envie de hurler, de crier n’importe quoi, c’est du, c’est lourd mais Jésus te dis à ce moment-là quand tu commences à pousser des cris: “rassure-toi, c’est moi!” Jésus nous rassureras toujours au milieu de la tempête, il nous  dira : “les craintes, ça sert à quoi ? de quoi allez-vous encore avoir peur ? ça suffit ! vous n’en finissez pas d’avoir peur! RASSUREZ-VOU ! Jésus ne calme pas nos peurs, il nous encourage à maîtriser nous mêmes nos peurs. “Maintenant, c’est assez ! C’est Moi !  de quoi auriez-vous peur ? Pierre dit :

· “Seigneur, si c’est toi, (parce que j’en doute !) ordonne que j’aille vers toi sur les eaux ».

Je ne sais pas ce qui se passe vraiment dans la tête de Pierre. Comment peut-il demander à marcher sur les eaux? Parfois j’entends des prières et je me dit :” mais qu’est-ce qu’ils demandent au Seigneur ? “ Que de choses étranges quand on vit dans la crainte !

Jésus dit:” Viens !”. Pierre, enjambe la barque, il a reconnu la voix de Jésus. Aucun fantôme ne peut parler comme Jésus ! Quand on est dans la tempête on entend la voix de Jésus mieux que dans n’importe quelle autre situation, plus fort la tempête fait rage, plus votre oreille spirituelle sera ouverte et  entendra le Seigneur qui vous appelle quelque part au fond de votre coeur et vous dire : “n’ayez pas peur, venez vers moi, viens, affronte les vents contraires et viens vers moi.”

Sortir de sa zone de sécurité

Pierre sort de la barque, il marche sur les eaux, je ne sais pas combien de mètres il a fait, peut-être cinq ou dix, la Bible ne le précise pas mais c’est certain il a marché sur les eaux. Tous ceux qui le critiquaient dans la barque n’en ont pas fait autant, il y a toujours des gens pour critiquer mais ils n’en ont pas fait autant. Il y a des gens qui disent: “il a  marché par la foi !” mais ils sont restés dans une zone de sécurité et ils n’ont pas voulu en sortir et ils n’ont pas eu cette audace de faire quelque chose. On peut le critiquer mais Pierre a fait quelque chose au risque de faire naufrage, au risque de couler, de sombrer et d’ailleurs c’est ce qui est arrivé il a fait quelques pas de la foi et quelques uns disaient “ce n’est pas possible !”, d’autres se mirent à applaudir, mais quand il a vu que le vent était fort que les vagues étaient hautes, il a oublié de regarder vers Jésus, parce que jusqu’à présent il regardait vers Jésus, malgré que le vent était fort. Il aurait dû écouter quand Jésus a dit rassurez-vous, n’ayez pas peur, c’est moi ! Il aurait dû s'aggripper à cette parole, mais non, quelques secondes après, il fait exactement l’inverse de ce que Jésus a dit.

Dès qu’il y a un problème, les gens commencent à avoir peur. et quand il a eut peut le miracle cessa car il commençait à enfoncer alors que jusqu’à présent cela marchait mais là il commence à s’enfoncer. Beaucoup de gens commencent dans la foi, ils ont fait quelques pas,mais à un moment donné la tempête est forte, ils ont peur, l’instinct de conservation est là, ils craignent pour leur intégrité physique et à ce moment-là plus ils ont peur plus ils s' enfonçent. Seigneur, qu’est-ce qui se passe? je vais me noyer ! Seigneur sauve-moi ! Jésus dans sa bonté étend la main, il le saisit, le remonte et il va marcher avec Jésus par un miracle qui nous étonne, Jésus étend la main et le saisit : “homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? N’empêche, il est arrivé jusqu’à Jésus, c’était déjà pas mal et dans ses doutes il crie quand même au Seigneur, quelle foi formidable ! Alors avec peu de foi tu peux encore crier au Seigneur qui viendra à ton secours qui étendra sa main ! Il te sortira de tes problèmes ! Ils montèrent dans la barque et le vent à ce moment-là, le vent cessa. Quand Jésus monte dans la barque de ta vie,le vent s’arrête cesse. Bien sûr, ils étaient étonnés et ceux qui étaient dan la barque vinrent se prosterner devant Jésus. Ce n’est pas rien car dans la Bible on ne se prosterne que devant Dieu seul et là ils se prosternent devant un homme qui s’appelle Jésus de Nazareth. C’est là un acte d’adoration comme à la divinité; Ils se prosternent devant Jésus et disent: ” tu es véritablement le Fils de Dieu “. Jusqu’à présent ils ne l’avaient pas compris, ils n’avaient pas reçu cette révélation on peut essayer de discuter longtemps, Jésus est-il ou n’est-il pas le Fils de Dieu ? On peut raisonner là-dessus mais il y a des moments dans notre vie où le fait que Jésus n’est pas un simple homme devient une réalité pour nous.

Pierre a marché sur la parole sortie

de la bouche de Jésus !

           

De la même manière qu’il a marché sur l’eau de la même manière nous pouvons marcher sur l’eau. Jésus a donné un ordre:

· “viens ! rassurez-vous n’ayez pas peur, c’est moi, viens maintenant !”…

… et si Pierre a enjambé la barque et a marché sur l’eau en réalité il ne marchait pas sur l’eau mais sous ses pieds il y avait la Parole de Jésus : “Viens” Il mettait un pied sur cette parole: “viens” et il posait l’autre pied sur cette Parole de Jésus : “viens !” et il n’enfonçait pas parce que sous ses pieds il y avait la parole de Jésus et il marchait sur la base de la Parole de Jésus et sur les éléments déchaînés où personne ne marchait. Avez-vous vu des gens marcher sur l’eau à l’heure actuelle ? Jamais dans l'histoire on n’a parlé de quelqu’un qui aurait marché sur l’eau. La Bible nous dit que Jésus a marché sur l’eau et Pierre a aussi marché sur l’eau et quand il y a des tempêtes, des vents contraires et des difficultés qui s’amoncellent devant nous, et que tu as l’impression que tu vas couler et faire naufrage la Bible dit que tu peux marcher sur l’eau parce que Jésus vient devant toi dans les vents contraires, au milieu des flots mouvants et endiablés, c’est cela le message de la Bible parce qu’il est véritablement le Fils de Dieu tu vas toucher du doigt qu’Il est le Fils de Dieu tu vas le ressentir au plus profond de ton âme, et tu vas te prosterner et dire Seigneur:” tu es le Fils de Dieu “et tu vas voir, le vent s’est  levé, le vent est peut-être contraire et comme dans ce texte, le vent est fort ! Mais le vent cesse aussi”. Note: Il ne s’agissait pas de Lévitation... Pierre a expérimenté que l’eau se splidifait sous ses pieds car il est écrit:

· “Il a dressé mes pieds sur le Roc !“ (Psaume 40: 3).

La Force de l’injustice

Dans nos  vies, il y a des forces contraires. L’injustice en est une. Ne vous est-il est jamais arrivé d' être traité injustement, ne vous est-il jamais passé à l'esprit que c’est dur d’être critiqué à tort et d’être frustré, de n’avoir pas été élevé au niveau de vos mérites, d’être mal jugé ou de n’être pas bien apprécié, cela vous est déjà arrivé d’être mal à l’aise... On peut  se mettre en colère, être violent,  essayer de se défendre en accusant les autres en disant : “personne ne m’aime, personne ne me comprend et celui-là a des défauts, et celle-là je la connais bien” Quand on subit l’injustice on voit le monde en noir quand on voit ce vent contraire qui nous arrive on préfère ridiculiser les autres pour essayer de se protéger soi-même et cela engendre  des disputes, des tiraillements, des peines, des chagrins. Il n’y a pas d’église parfaite, même dans la nôtre il y a des injustices, même si tu pensais que c’ était la meilleure! Les gens disent: “Mais depuis que j’ai vu cette injustice je ne viens plus dans cette église je vais  dans l’autre là-bas “. Sache bien que dans l’autre, il y en a peut-être encore plus. C’est de l’enfantillage de croire que dans les autres églises cela ne se passe pas. Dans toutes les communautés d’hommes et de femmes il y aura toujours des gens qui vous feront du mal malgré eux parfois c’est le pasteur qui va te faire du mal sans le vouloir il ne le saura même pas et tu vas avoir de la haine contre lui et lui ne le sait même pas ! Cela vous pousse à être révolté !

Votre réaction fera la différence !

Le but de l’injustice c’est de relever le défi pour montrer que vous n’êtes pas du tout ce que l’on voudrait que vous soyez. Vous n’êtes pas du tout ce que les autres pensent de vous, vous n’êtes pas du tout ce qu’ils déclarent de vous. Vous subissez une injustice quand vous êtes calomniés, mais vous relevez le défi :“Je vais rester quand même dans cette église et je vais relever le défi et avec la grâce de Dieu qui va me changer quand même, je vais faire la démonstration que je ne suis pas du tout ce que les autres disent, pensent ou voudraient que je sois. Voilà la bonne réaction dans le vent contraire de l’injustice ! Quand vous réagissez comme cela Jésus marche vers vous et vous dis “rassure-toi, n’aie pas pas, je suis là, je viens à ton secours”. Là tu vas monter ton vrai caractère plein de douceur, plein d’amour et tu vas montrer cet amour tu es plein de compassion et de patience et tu va montrer cette compassion parce que tout cela est mis à l’épreuve et cela permet quelque part au caractère de Jésus de venir vers toi, de marcher vers toi. Ce ne sont pas des choses naturelles, ce sont des choses surnaturelles quand Dieu transforme notre caractère quand on subit le vent contraire de l’injustice, Jésus vient vers nous et nous amène à être comme Lui, semblables à Lui et c’est là qu’il faut la foi pour relever le défi et pour enjamber la barque et marcher vers Lui. Et cela va permettre au caractère de Christ  qui est en toi d’apparaître dans toute Sa splendeur et dans toute Sa beauté. J’aime Jésus lorsque subissant l’injustice de la croix Il prie pour ses bourreaux en disant  :

· ”Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font”.

Oui, même sur la croix subissant une injustice, c’est vrai que Jésus est plein, débordant d’amour même pour ceux qui le haïssent. Tu n’as jamais été cloué sur une croix, c’est quelque chose d’atroce parce que les nerfs souffrent des clous dans les mains et dans les pieds et on agonise pendant des heures...tu n’en es pas encore là.. alors tu peux encore dire: ”Père pardonne-leur !”  

Etienne un bel exemple

           

Etienne le premier martyr chrétien qui était rempli de l’amour  apparaît à un moment donné comme un ange devant les juges du tribunal juif, le Sanhédrin, son visage était comme celui d’un ange et qu’ont-ils fait ? Ils n’ont pas voulu voir que ce visage d’Etienne était celui d’un ange et ils ont dit :” nous ne voulons pas qu’un tel homme soit au milieu de nous et nous allons prendre des pierres et le lapider parce qu’il dit des choses qui sont mauvaises contre le Temple et contre Moïse. Il est conte nous, il faut qu’un tel homme disparaisse”. Ils ont commencé à lui jeter des pierres et à le faire saigner. Tuer des gens à coup de pierre, c’est épouvantable, c’est un spectacle horrible … Mais, lui dit :

· “Seigneur Jésus, ne leur impute pas ce péché”.

Quelle injustice ! Et lui déborde d’amour comme Jésus sur la croix! Je crois qu’on a du chemin à faire au milieu de nos injustices. J’aime Joseph dans la Bible qui avait eu des songes et des visions et ses frères sont devenus jaloux de lui et disent : “quoi, on va se prosterner devant toi ? mais ça ne vas pas?” et Jacob dit : “Moi, me prosterner devant mon fils ? mais ça ne va pas; il est fou !”. Et tous complotent contre Joseph, on lui prend son vêtement que son Père lui avait donné, on le déchire et lui on le jette dans une citerne où il n’y avait pas d’eau et ensuite ils le vendent aux Ismaélites et puis il se retrouve en prison. Il vit pendant quinze ans une galère pas possible et un jour Dieu le fait sortir de là, vous connaissez l’histoire, il devient second après pharaon, gouverneur de toute l’Egypte, preuve que de temps en temps il y a les miracles de Dieu, chose inespérée, la Providence de Dieu le sort de cette prison, il devient gouverneur de Pharaon. Plus tard ses frères sont dans la famine en Israël et ils viennent en Egypte où il savent qu’il y a du blé. Ils ne reconnaissent pas leur frère, ils ne savent pas et ils arrivent ayant oublié tout le mal qu’ils avaient fait. Ils avaient oublié leur frère, ils croyaient qu’il était mort, disparu et là ils se trouvent devant lui sans le reconnaître.

           

Quinze ans se sont écoulés et ils affirment :”nous sommes de braves gens !”. Hypocrites qu’ils étaient ! Une autre traduction dit : “nous sommes des gens sincères”. Mais Joseph, plus tard va se révéler à eux et ils sont effrayés. Joseph leur dit :”tout le mal que vous avez pu me faire Dieu l’a transformé en bien.” Tout le mal que vous avez voulu me faire, Dieu l’a transformé en bien, la force du vent contraire !  On a besoin quand on est sur un lac de mettre sa voile au vent et utiliser le vent contraire pour faire avancer sa barque, ça sert à ça, il faut mettre sa voile au vent.  Voilà des hommes dans la Bible qui ont su se servir des vents contraires.

La Force de l’opposition

Une deuxième force dont je voudrais vous parler c’est la force de l’opposition. Vous connaissez la force de l’opposition Personne ne s’est opposé à vous. Mais la force d’opposition est un vent contraire comme une prise de judo... vous utilisez la force de votre adversaire à votre avantage. L’autre se rue vers vous de toutes ses forces et vous le faites basculer dans l’autre sens et vous vous servez de la force de l’adversaire. La Bible dit que Jésus a eu beaucoup d’opposition dans son ministère. Les gens pensent que du temps de Jésus il n’y avait pas d’opposition tout se passait bien ! Mais, non ! Où avez-vous avez trouvé cela où ? Jésus rencontre de l’opposition et pourtant, n’est-Il pas le Fils de Dieu ? N’est-Il pas envoyé par Dieu, le Tout-Puissant créateur du ciel et de l’Univers ? Les gens n’étaient pas contre les miracles, ils n’étaient pas contre les manifestations de l'Esprit, ils étaient contre Jésus de Nazareth, lui, il ne le voulaient pas !

Grands projets, grandes oppositions  

Si vous avez de grands projets, vous aurez de grandes oppositions et plus vous aurez de grands projets et plus vous aurez des forces cachées qui vont sortir de leurs embuscades qui vont surgir tout à coup. Elles attendaient simplement des gens avec de  grands projets !

Tant que les gens n’ont pas de grands projets il n’y a pas non plus d’opposition mais dès que vous avez de grands projets,il y a des forces qui sont là contre vous, elles sortent de leur cachette. La Bible déclare que l’apôtre Paul qui avait de grands projets, marchait avec Dieu et était envoyé par Dieu. Partout où il allait, il débusquait des forces contre lui...il suffisait qu’il aille dans une ville pour qu’il y ait de la bagarre, il y avait des histoires tout de suite. Je ne sais pas si cela vous est arrivé mais en tous cas un jour on a amené Paul à Jérusalem devant le tribun et il a raconté comment il s’est converti et à un moment donné les juifs ont crié : “Ote de la terre un pareil homme, un tel homme, il faut l’enlever de la terre!” C’est vrai qu’il les contrariait, qu’il les perturbait beaucoup et Paul, “un tel homme”, ne pouvait pas faire un pas sans susciter la colère et des réactions et qu’il ait beaucoup d’ennemis. Quand vous avez un projet, de fortes oppositions vont se liguer contre vous et vous avancerez d’opposition en opposition ...mais vous savez quoi ? Vous avancez quand même. Voilà, il n’y a pas d’autres moyen et le plan de Dieu suit son cours quand même. Je le dis une fois de plus il y a des gens qui ont de drôles d’idées il pensent par exemple que si un chrétien rencontre de l'opposition, automatiquement il n’est pas dans le plan de Dieu. Si un pasteur rencontre des difficultés sur son chemin, nous disons:” Il n’est pas dans le plan de Dieu!” On nous a bercés d’illusions, on nous a dit des choses qui sont fausses. C’est justement parce que ça commence à bouger dans un sens ou dans un autre, qu’on commence à déranger des puissances démoniaques qu’il y a des réactions, la plupart du temps qui sont contre vous ils ont un esprit d’opposition mais quand vous faites quelque chose qui est grand ils ne sont pas d’accord avec vous n’avez-vous pas remarqué ? Quand vous êtes dans la routine:” métro-boulot-dodo”, il n’y a rien qui s’oppose. les gens disent :” il y a des siècles que c’est comme ça ! Ça doit continuer comme ça !” J’ai horreur des publicités qui disent:

La France: ” terre de traditions ! ” 

Il faut quand même avoir un autre état d’esprit. On a été Catholiques ou Protestants pendant des siècles, et il faudrait le rester ! Vous avez été protestants pendant des siècles parce que le grand-père et l’arrière grand-père étaient protestants et il faudrait le rester ? Terre de tradition signifie :“rester tributaire du passé “ et moi, j’ai envie de découvrir des choses, les traditions se sont des choses qu’on connaît déjà...Les gens moyens, en général résistent à tout progrès. Dans les églises évangéliques’il y a des choses nouvelles que Dieu nous montre, qu’on avait oubliées depuis longtemps et on dit : “ c’est nouveau alors je n’en veux pas ! “..

Quand on a voulu introduire la voiture tout le monde était contre. Pourquoi ? Parce que la nature nous a créés pour la marche et pour les chevaux !!! Voilà un argument médiocre! La terre est plate, point final, on ne discute pas ! En Angleterre, après qu’on ait marché sur la lune, des gens le niaient disant que c’était un truquage de la télévision.

           

La Force de la faiblesse

La troisième force qui est un vent contraire dans notre vie,  l’Apôtre Paul en parlait :

· “Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort”.

Cette troisième force dans notre vie, dont nous pouvons nous servir, c’est la force de la faiblesse. La force de la faiblesse, parce que quand nous sentons que nous n’avons plus de forces que nous n’en pouvons plus que nous sommes au bout du rouleau, très souvent on a épuisé toutes nos ressources, intérieurement on n’a plus la possibilité de réfléchir, on est  amorti, on n’arrive pas à se rappeler les choses, physiquement on est courbaturé on a mal dans le dos, on n’a pas envie de se lever le matin, on n’a plus envie que de mourir à la limite et c’est là que Dieu peut te bloquer quand tu es complètement  hors course qu’il n’y a plus rien à faire, c’est là que Dieu dit :” maintenant tu vas commencer à me voir, jusqu’à présent j’ai vu tout ce que tu as fait pour moi, tout ton zèle, toute ton énergie, tu as fait tomber le feu du ciel, tu as même fait que le ciel se ferme pendant trois ans maintenant, j’ai vu ton ministère, c’est bon tu des résultats, tu es comme Elisée qui demandait la mort et disait :” je suis seul en Israël il n’y a plus personne j’ai déployé mon zèle, voilà toute mon énergie spirituelle...” Il y a eu des choses qui se sont produites, il n’en pouvait plus, il demandait la mort, il ne voulait plus vivre, il n’avait plus le goût de vivre il était dans une dépression carabinée... J’ai vu ton ministère  maintenant tu vas voir le mien c’est quand tu es faible que tu es fort et Je me glorifie dans les faiblesses, car, maintenant Je vais enfin pouvoir dire Mon mot..” Quand on est plein d’énergie, souvent on n’écoute pas mais la Bible nous dit que Dieu nous reprend sur un lit de souffrance, il parle à notre coeur et à notre conscience. Il a fallu que Dieu  allonge de ses serviteurs sur un lit de souffrance, pour qu’enfin il puisse leur parler .Certains pensent : “mais je suis quelqu’un de formidable, j’ai du tranchant, de la force” mais en réalité ils ne sont qu’un instrument. C’est Dieu qui  fait le travail... La hache ne peut pas se glorifier ! Celui qui s’en sert, le bûcheron, c’est lui qui pourrait se glorifier ! Dieu se sert de nous comme d’un instrument, la hache n’est rien du tout, en elle-même elle est morte, elle n’est rien !

La Force de l’échec

                                                                                                                                                                                                                                                               

Et puis il y a une autre force, c’est la force de l’échec. Savez-vous qu’on a besoin de rencontrer des échecs, cela  rabaisse le caquet, pas pour vous, vous êtes des gens humbles, mais moi j’ai vu que j’étais orgueilleux et Dieu m’a fait passer par des échecs et la plupart du temps nous trouvons des excuses à nos échecs en disant :

· “Si c’est arrivé comme ça  c’est que la balle a rebondi comme cela, ce n’est pas de ma faute, je n’y peux rien, il y a des éléments incontrôlables, il y a eu des rebondissements de telle et telle manière”.

Si vous réfléchissez quelques minutes, les balles ne rebondissent pas toutes seules, plusieurs éléments font qu’une balle rebondit, les balles ne rebondissent jamais au hasard, d’abord il y a la nature de la balle, le caoutchouc, l’élasticité en fonction de son poids et de sa densité. La deuxième chose c’est la façon de la lancer, la force avec laquelle vous le faites et enfin il y a la surface sur laquelle la balle va rebondir qui fait que son rebondissement sera différent. Il y a la nature de la balle, la manière dont elle est lancée et l’endroit,  la surface sur laquelle elle va rebondir et en réalité, des lois très précises, rigoureuses, explicables indiquent la trajectoire de la balle et son rebondissement et ce n’est pas le hasard ! Dans certains événements de notre vie, nous disons que c’est la faute de l’autre, c’est arrivé sans qu’on y soit pour quelque chose. Non, la plupart du temps nos échecs nous sont imputables, pas au hasard !

Nous n’avons pas compris que ce que nous avons dit ou fait est comme une balle qui rebondit et nous revient en pleine figure et qu’il n’y a pas à accuser les autres de nos échecs mais que chacun doit les prendre en compte pour lui-même. Si la balle a rebondi de cette manière c’est que tu l’as lancée avec une certaine force et que tu as pris dans la main une balle qui a une certaine nature, une certaine élasticité, un certain poids et lancé avec la même force, au même endroit, elle rebondira exactement de la même manière. Dans ma vie de tous les jours il en est de même, nos erreurs et nos insuffisances nous amènent à rectifier le tir et si dans un échec la balle a mal rebondi, c’est que la prochaine fois, il faut faire attention à ce qu’elle ne rebondisse pas  comme cela et savoir utiliser cette balle des événements et des circonstances et des situations pour que cela ne soit pas un piège dans le rebondissement.

Apprenez de vos erreurs ! 

Alors, arrêtons de dire : “je n’ai pas de chance !”. Chaque année en France il y a des entreprises qui se créent. Dans les cinq années qui suivent peu auront survécues car la majorité de ces entreprises vont échouer et ceux qui les auront lancées diront que la concurrence était trop dure, qu’il n’y avait pas d’autre choix que de fermer boutique, qu’il y avait trop de contraintes et de difficultés, qu’il y avait ceci et cela, on s’est heurtés à tel problème, et les gens étaient contre nous, il y avait ci et il y avait là et savez-vous quoi ? On ne se rend pas compte que c’est nous qui n’avons pas su gérer la situation, qui avons fait des erreurs... Mais ces erreurs sont un capital d’expériences et c’est même riche, elles nous amènent à voir là ou cela ne va pas en nous, ce sont des forces dont on se sert pour ne plus faire les mêmes erreurs, pour continuer à aller de l’avant parce que savez-vous qu’un problème n’a pas de solution si vous pensez qu’il n’y a pas de solution, si vous pensez que vous êtes dans une impasse vous tournerez en rond toute votre vie si vous pensez que vous êtes appelé à tourner en rond toute votre vie, si vous croyez qu’il n’y a pas de solutions, il n’y aura jamais de solutions, si vous croyez qu’il vous sera toujours impossible de réussir, vous serez toujours dans l’échec et les impossibilités seront là, les unes après les autres et vous resterez dans l’échec.

L’Impossible  Possible !

Il faut voir la force de l’échec dans votre vie, vous pouvez vous tromper une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, dix fois, peu importe le nombre de fois mais l’important c’est qu’à chaque fois vous appreniez quelque chose de vos erreurs et de vos échecs et une des choses les plus difficiles pour l’être humain c’est d’apprendre quelque chose des erreurs. Je le vois en tant que pasteur, on a traversé des difficultés dans notre église et je m’aperçois que même chez les responsables, les gens n’apprennent pas des erreurs. Ils recommencent les mêmes choses et ils vont reprendre des coups ! Aux gosses on dit : “ne mets pas la main sur la plaque de feu parce que ça brûle”. L’enfant le fait quand même mais comme il est intelligent il ne se brûlera pas deux fois. Nous, nous ne sommes pas intelligents comme les gosses et nous allons nous brûler une deuxième, une troisième, une quatrième fois, on a l’impression pour certains que ça leur plaît de se brûler les mains et les pieds. Il y a des gens qui avec leur langue ont fait tellement de mal et ils disent que c’est la faute des autres. Non ! c’est ta faute. Si tu n’avais pas une langue de vipère, cela ne me serait pas arrivé, je n’aurais pas empoisonné les autres et cela ne me serait pas revenu en pleine figure ! Nous avons beaucoup besoin d’apprendre, beaucoup...

Quand on capte bien les vents contraires, quand on sait les utiliser, ceux-ci contraires entraînent des bateaux,  font tourner les moulins. Le vent amène la pluie qui est un agent de fécondation, qui favorise la vie agricole. Ainsi bien des bonnes choses peuvent alors  germer dans notre vie.

Nous avons besoin de savoir utiliser les vents contraires et quand on sait les utiliser, on marche vers Jésus, et Jésus marche vers nous et même si à un moment donné tu te décourages parce que tu as l’impression que le vent est fort, Jésus viendra Lui-même te prendre par la main et Il te sortira de ta difficulté parce qu’il est plein de compassion, si tu as encore une once d’amour et une once de confiance en Lui,

Il t’en sortira encore. Il te sortira de tes frayeurs, Il te remettra dans la barque, le vent cessera et tu aborderas sur l’autre rive et tu seras encore témoin de la grâce de Dieu. Dieu ne se lasse pas de faire des miracles,

Dieu ne se lasse pas de pardonner, Dieu ne se lasse pas d’intervenir, Il est plein de patience à notre égard beaucoup plus que tu ne l’imagines, que je ne l’imagine, Dieu est un Dieu qui a une grand compassion. En résumé : les vents contraire dans ta vie, dans ma vie, dans la vie de plein de gens sont une  opportunité. Si tu rencontre de l’opposition, le vent de la faiblesse, et la force de l’échec, il n’y a pas de problème, Dieu va t’aider.

La force du désespoir

Si tu es dans ces situations, même plein de désespoir, bats-toi quand même et Jésus viendra vers toi, Jésus sauve. Voilà le Jésus que nous connaissons, ce n’est pas un Jésus qui condamne, il veut que nous apprenions dans les vents contraires, il nous y mène et nous révèle beaucoup de choses sur notre vie dans les vents contraires, et on se bat avec la force du désespoir quand on est épuisé, qu’il n’y a plus personne pour nous aider, ni devant ni derrière parce que tout le monde te critique ou tous peuvent t’ applaudit quand ils te voient marcher... mais dès que tu coule,  tous  t’enfoncent car tu as remarqué,en effet, quand tu es en état de faiblesse, tout le monde t’enfonce. Mais, Jésus ne t’enfoncera jamais, Jésus te fait remonter à la surface, Il nous relève mais si tu apprends à relever celui qui s’enfonce le jour où ce sera ton tour, tu trouveras quelqu’un pour te relever mais si tu enfonces ceux qui coulent le jour où tu t’enfonceras, il n’y aura personne pour t’aider. On doit aider les gens autant qu’il est possible de les aider, tant qu’on le peut, on essaie de faire quelque chose.

La prière des larmes 

Parfois on n’a plus que les yeux pour pleurer… Mais, ces larmes sont si précieuses ! David disait dans les Psaumes : “ Car, l’Eternel écoute la voix de mes larmes, l’Eternel accueille ma prière !” (Psaume 6: 9 /10)           .

Quand il n’y a plus de solutions à vues humaines,  on est tellement déprimé qu’on entrevoit que la mort comme seule issue... Quelqu’un a dit:

· “Je voudrais” n’a jamais rien fait. Ensuite,

· “J ‘essayerai” a fait de grandes choses“, enfin,

· “Je veux” a fait de grands miracles.

Des gens sont passés du stade de vouloir à s engager dans l’action. Ils ont essayé et cela a fait de grandes choses parce qu’ils ont essayé. “Je veux” a fait de grands miracles. Le désespoir c’est arriver aux limites du possible, du soutenable. Mais vous savez quoi ? Quand tu arrives aux limites du possible, Dieu intervient et Jésus vient vers toi, c’est cela qui est formidable, tu arrives aux limites du possible mais en réalité tu arrives aussi à la frontière du miracle, de l’ impossible ! C’est formidable ce que Dieu fait et cette force, ce courage te viennent de Jésus.

Percer l’Horizon !

 

Un missionnaire devait traduire le mot espérance dans une langue vernaculaire, et dans ce langage africain, il n’y avait pas d’équivalence sémantique... il a fallu trouver une substitution et il a traduit le mot “espérance” par l’expression “percer l’horizon”. Voyez-vous, c’est cela l’espérance c’est quelque chose qui fait lever les yeux pour voir au-delà de nos désespoirs et  percer l’horizon au-delà des limites, pour voir l’impossible de Dieu avec les yeux de l’espérance, percer, voir au-delà, plus loin ! C’est pourquoi nous avons besoin d’espérance parce que sans espoir une personne  est candidate au  suicide.

L’Espérance naît du cimetière des espoirs déçus, nous avons eu bien des espoirs déçus et ils ont fini au cimetière. On a dit : “J’espérais cela et c’est mort !” plusieurs fois, et un jour de ce cimetière d’espoirs déçu a surgi l’Espérance.

J’aime les vents contraires par que je sais qu’ il va falloir marcher sur l’eau, que j’ ai besoin de rien moins qu’ un miracle...que Jésus seul peut  faire.

Jésus est le Maître  de l’ impossible !”

(La Roche Foucault)

Si on ne crois pas que Jésus fait des miracles, il n’y a plus qu’à mourir et moi j’ai décidé de ne pas mourir mais de vivre malgré tout et de voir le surnaturel de Dieu dans ma vie !