Bienvenue
En ce moment 
vous êtes

 
    
visiteurs sur le site
Merci


 

   
Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 

Noël fête du "soleil invaincu", et le père Noël invention de la firme Coca Cola

Aujourd’hui tout le monde sait que Jésus-Christ n’est pas né au solstice d’hiver, ou que le Père Noël n’est qu’une invention de Clément Moore et de la firme Coca Cola, pourtant Noël est perçu de plus en plus comme la plus grande fête chrétienne de l’année. Non seulement ce n’est pas une fête chrétienne, mais cette fête est son parfait contraire, la fête antéchrist par excellence, initiée par la Grande Prostituée et les dénominations chrétiennes qui lui ont emboité le pas sur le chemin de la perdition.

Chaque prêtre catholique et à fortiori chaque pasteur chrétien devrait savoir cela et combattre avec détermination cette abomination païenne et exaltation idolâtre. Non seulement ce n’est pas fait, mais en plus ils laissent pénétrer le culte des idoles dans les foyers chrétiens et pire encore dans les églises où chants et prières vantent les vertus de l’esprit de Noël. Je vais donc reprendre mon combat, quasi solitaire avec le reste fidèle, contre l’adversaire en choisissant chaque jour un autre thème, selon l’inspiration du jour et sans préparation préalable, afin de bien faire la démonstration qu’une simple démarche honnête et volontaire, suffit à se faire l’allié du Christ et non son adversaire. Aujourd’hui avec internet rien n’est plus simple, voyez plutôt.

Origine de la fête du 25 décembre 

La fête pré chrétienne du 25 décembre à Rome

Dès le premier siècle avant J-C, on célébrait à Rome le culte de Mithra, d'origine persane, importé à Rome par les légionnaires romains. Mithra était la divinité perse de la lumière. On fêtait le 25 décembre, pour le solstice d'hivers, la naissance de Mithra le soleil invaincu (Dies natalis solis invicti). On le fêtait par le sacrifice d'un jeune taureau.

En 274, l'empereur Aurélien déclare le culte de Mithra religion d'état et il fixe la célébration du solstice au 25 décembre

La fête du 25 décembre devient une fête chrétienne

Fêter un anniversaire de naissance ne faisait pas partie des traditions juives, car ces pratiques étaient d’origines païennes.  Les premiers chrétiens les ont rejeté jusqu’au 4e siècle de notre ère. La fête de Noël n'existait donc pas au début du christianisme.

A Rome, l'Église a choisi  le 25 décembre pour célébrer la naissance de Jésus, sans doute pour faire pièce à la fête païenne de la naissance de Mithra. Vers 330 ou 354, l'empereur Constantin décida de fixer la date de Noël au 25 décembre

En 354,  le pape Libère instaura la célébration de la fête du 25 décembre qui marque le début de l'année liturgique. Cette date a une valeur symbolique. En effet, en s'inspirant de Malachie 3/19 et Luc 1/78, on considérait la venue du Christ comme le lever du “Soleil de justice”. La fête de Noël célèbre ainsi la naissance de Jésus soleil de justice.

La fête du 25 décembre est arrivée progressivement en orient et en Gaule : en 379 à Constantinople, au début du Vème siècle en Gaule, au cours du Vème à Jérusalem et à la fin du Vème en Égypte.

L'empereur Théodose en 425 codifie officiellement les cérémonies de la fête de Noël. La fête du 25 décembre est devenue exclusivement chrétienne. Clovis est baptisé dans la nuit de Noël 496. En 506, le concile d’ Agde en fait une fête d’obligation. En 529, l’empereur Justinien en fait un jour chômé.

La messe de minuit se célèbre dès le V° siècle, avec le pontificat de Grégoire le grand. Au VII° siècle, l'usage s' établi à Rome de célébrer 3 messes : la vigile au soir du 24 décembre, la messe de l'aurore et la messe du jour le 25 décembre.

La fête du 25 décembre, fête de Noël, s'est répandu progressivement en Europe. Elle a été célébrée à la fin du V° siècle en Irlande, au VII° en Angleterre, au VIII° en Allemagne, au IX° dans les pays scandinaves, au IX° et X° dans les pays slaves.

A partir du XII°, la célébration religieuse de la fête de Noël est accompagnée de drames liturgiques, les “mystères” qui mettent en scène l'adoration des bergers ou la procession des mages. Ces drames liturgiques se jouaient primitivement dans les églises, puis sur les parvis.

Les crèches d'église apparaissent en Italie au XV° et l'arbre de Noël en Allemagne au XVI°. Puis les crèches familiales, napolitaines puis provençales, se développent a partir du XVII°.

Au moment de la Réforme en 1560, les protestants s'opposent à la crèche et préfèrent la tradition de l'arbre. Avec la contre réforme au XVII° , les représentations des drames liturgiques sont interdites parce qu'elles sont devenues trop profanes.

Au XIX°, le père Noël apparaît aux États-Unis. Il se répand en Europe après la deuxième guerre mondiale. A partir du XIX, les organismes de charité offrent aux plus démunis le traditionnel repas de Noël. Actuellement, cette fête tend à devenir principalement  une fête de l'enfant et de la famille.

D'après le blog « lettre à l'épouse »