Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 

 

 

La Mission de lutte contre les dérives sectaires durcit le ton  
 Ndlr : Ci-joint, le Rapport complet visible également sur le site http://www.miviludes.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=127
 

la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a présenté son rapport annuel, mercredi 26 avril ; le premier depuis que Jean-Michel Roulet a pris la tête de cet organisme, le 1er octobre 2005.

Le ton a changé : le nouveau président n'hésite plus à parler de "sectes" ou de "groupes sectaires", là où l'ancien, Jean-Louis Langlais, s'en tenait à la notion de "dérives sectaires". "Nous n'utilisons pas la langue de bois, justifie M. Roulet. Le mot "secte" n'est pas péjoratif. Nous ne stigmatisons pas, nous rapportons des faits vérifiés."

Le rapport met l'accent sur la protection des mineurs face à "l'emprise sectaire", ainsi que sur les dérives des thérapies alternatives proposées par certains groupes sectaires ou gourous.

C'est le cas du "respirianisme", dont la fondatrice, l'Australienne Ellen Greve, surnommée "Jashmuheen", prêche le jeûne total et prétend se nourrir uniquement d'air et de lumière.

La Miviludes n'hésite pas à mettre en cause certains courants chrétiens, des "groupes charismatiques et communautés pseudo-évangéliques (qui) ne sont pas à l'abri de telles dérives, notamment quand ils invitent leurs adeptes à suivre des séances de prières collectives, où les guérisons "miraculeuses" (...) affluent dans des proportions qui frôlent souvent l'hystérie".

Une communauté protestante est nommément critiquée par la Miviludes. Il s'agit des Frères de Plymouth, groupe d'inspiration évangélique de 1 500 membres environ en France, surtout présent dans le quart Sud-Est. Il se rattache au courant darbyste, fondé au XIXe siècle par le pasteur anglican John Nelson Darby. Un peu à la manière des Amish aux Etats-Unis, les Frères de Plymouth vivent repliés sur eux-mêmes et pratiquent l'endogamie.

Le pasteur Jean-Arnold de Clermont, président de la Fédération protestante de France, voit dans les accusations portées contre les Frères de Plymouth un signe de durcissement de la Mivilitudes : "Je ne suis pas étonné que M. Roulet ait souhaité accrocher une communauté évangélique contestable à son tableau de chasse."

Dans un communiqué du 26 avril, les Frères dénoncent "une série de contre-vérités" à propos du rapport et précisent que "la Miviludes a préféré accorder du crédit aux témoignages d'une poignée d'opposants".

Xavier Ternisien

Article paru dans l'édition du Monde le 28.04.06

Communiqué par le CPDH