Bienvenue
En ce moment 
vous êtes

 
    
visiteurs sur le site
Merci


 

   
Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


   

   

    Pasteur Jean Louis Jean Frantz  

    Pastfrantz@yahoo.fr

Messages apportés à l'Eglise Evangélique Baptiste Agapè de Champigny-sur-Marne

 

Retour liste   <-Liste des enseignements 
 

La responsabilité individuelle du chrétien

 

Tentons une brève définition de la responsabilité 

Nous pouvons dire que la responsabilité c’est le fait de devoir répondre d’un fait ou d’un acte. La responsabilité se veut un acte de gérance. Elle fait appel à deux valeurs quasi inextricables, totalement solidaires : Liberté et propriété. Eu égard à ces deux valeurs, l’individu est responsable à l’égard d’autrui des conséquences de ses actions, qu’elles soient bonnes ou détestables. En lésant les autres dans leurs droits ou leurs propriétés par sa négligence ou même si c’est involontaire, sa responsabilité est engagée. 

On peut distinguer beaucoup de type de responsabilité. Je me contenterai d’en citer :

La responsabilité civile

La responsabilité délictuelle

La responsabilité administrative

La responsabilité politique

La responsabilité environnementale

La responsabilité éthique ou une éthique de responsabilité

La responsabilité Familiale

La responsabilité ministérielle soit structurale soit gouvernementale

La responsabilité relative à sa vision de l’atemporel consécutive à ses connaissances scripturaires qui n’est pas une responsabilité relative.

Dans l’épitre au aux Galates, l’apôtre des gentils dit ceci :
Galates 6 : 5  Chacun portera son propre fardeau. 

Dans l’épitre aux Romains : Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour  lui -même.

Or, depuis la création, la question de la responsabilité individuelle s’était clairement posée. Dans le combat spirituel, la question de la responsabilité doit se poser encore avec une grande acuité. 

Nombreux sont des chrétiens qui rejettent sur les démons leurs propres chutes. Ils donnent comme excuses que s’ils désobéissent ce n’est pas de leur faute ce celle des démons, celle de Satan régnant ainsi leur propre responsabilité. S’il est vrai que le diable tente les serviteurs de Dieu, il n’en demeure pas moins vrai qu’il faille éduquer les chrétiens sur leurs propres failles éducationnelles.  

Quelqu’un à qui on explique depuis des lustres que son comportement est une pierre d’achoppement pour les siens, sans accuser, à la prime à bord, les démons, devrait venir devant le Seigneur avec ce problème pour demander de l’aide. Dieu ne va nous aider que quand on prend conscience de notre propre responsabilité. 

Dans l’évangile de Mathieu, il est dit : Venez à moi vous tous qui sont fatigués, je vous donnerai le repos. Je ne pense pas que ce repos soit une délivrance des démons. Ce repos me semble – t – il, est une affirmation, voire une confirmation de notre responsabilité dans l’humilité. Ce repos c’est l’annonce de la restauration pour qui conque croit.

Romains 1 :16. Pour être pardonné de ses péchés, il faut au préalable les reconnaitre et se savoir pécheur. 

Trop nombreux sont ceux qui, à l’église, rejettent sur le pasteur leurs déboires, encore trop nombreux sont ceux qui passent le gros de leur temps à tenter de trouver des démons dans tels gestes de la sœur du frère des démons à chasser. Que sont donc, nombreux des responsables, des anciens qui, pour ne pas reconnaitre leur faillite éthique préfèrent rejeter sur les autres  leurs errements, leur manque d’efficacité, leur manque de vision. 

Nous allons regarder ce qui s’est passé dans la genèse dès le début de la création, sans rentrer dans les détails spatiaux temporels mais en suivant l’ordre de la narration du texte. Il faut éviter toute équivoque, toute ambiguïté, toute tentative de minimiser le rôle de l’humain dans ce qui lui arrive. Il faut faire fi de toute idée que c’est le diable seul qui soit la cause des péripéties de l’homme. 

Nous sommes avertis que Satan est le père du mensonge. Sous savons aussi qu’il veut tordre le sens de la vérité et qu’il s’inscrit dans une  éternelle rébellion contre les desseins de Dieu. De là à lui rendre responsable à notre place de toutes nos erreurs, il y a un pas à ne pas franchir. D’ailleurs, il faut acter que Dieu nous a créés libres, capables de faire des choix. Si Le Souverain Créateur nous a ainsi créés, Il nous a donné par contre la liberté de dire oui ou non, donc étant responsables. 

Est-ce que une jeune femme qui a multiplié des avortements et qui devient stérile c’est la faute des démons ? Non on n’aura pas besoin de chasser les démons les mauvais esprits de stérilité, on se trompe de combat. Cette femme n’a pas besoin d’être délivrée de je ne sais quels démons de stérilité. Sa responsabilité a été engagée. Une telle personne a besoin de confesser ses fautes devant Dieu qui les lui pardonnera, mais sauf miséricorde du Seigneur, elle doit se contenter de rester sans enfant.  

Est-ce la faute des démons si les chrétiens médisants, calomniateurs et orgueilleux se retrouvent dans des problèmes quasi insurmontables ?  Non je ne pense pas qu’il faille accuser les démons. Qui sème le vent récolte la tempête. Est la faute des démons quand notre méchanceté nous reviennent comme un boumerang ? Je persiste  et je signe que notre propre responsabilité a été engagée. Alors qu’il y ait eu une séduction, soit, il n’en demeure pas moins évident que l’individu aura fait un choix délibéré, donc mesurant la somme de risques qu’il prend. 

La lecture de galates 6 : 7-8 nous dit ceci :Ne Vous y trompez pas: sur le principe ne se moque pas-de-Dieu. Ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera aussi. Celui Qui sème coulée chaise sa moissonnera de la chaise la corruption; MAIS celui Qui sème l'Esprit moissonnera coulée de l'Esprit la vie éternelle. 

Ce texte est éclairant en tout point car il renvoie l’homme aux conséquences de ses actes, doc le rend du coup, responsable de ce qui lui arrive. Une seconde prisme lecture de ce texte interdit à tout un chacun de se défausser sur les démons en les rendant responsable de tous nos maux. Toutes nos faillites ne sont pasà imputer sur le compte des démons. Il est temps de nous savoir dévolus de grandes responsabilités devant Dieu, devant la société, devant nos familles devant nos enfants, devant nos maris et nos femmes. Nos décisions doivent être pesées avant d’être prises. Les paroles que nous prononcerons ont des conséquences sur les vies de celles et ceux contre lesquels nous les prononcerons.  Par la bouche nous bénissons, par elle aussi nous maudissons. 

Intéressons- nous un instant au livre du commencement. Genèse 3 :13-18. Depuis le verset 12  aux questions pertinentes et persistantes du Seigneur Adam va adopter une posture de déni. Adam va même essayer de culpabiliser le Seigneur en Lui disant c’est la femme que tu as mise auprès de moi qui m’a donné l’arbre et je l’ai mangé. C’est comme pour dire si tu ne l’avais pas mise auprès de moi je n’aurais, je n’aurais  pas mangé l’arbre. 

Le Seigneur aurait pu dire ok : je vais te délivrer du démon qui a séduit la femme, non Il sait que Adam venait d’engager sa responsabilité et il était en train de changer toute la destinée de l’humanité par son choix d’obéissance à la voix du malin. Lorsque Dieu va se retourner vers la femme, celle-ci va enfoncer le clou : ce n’est pas moi, mais c’est le diable. Son excuse était toute trouvée. Elle devait être délivrée en entrant dans un combat spirituel. Le fameux pourquoi du Seigneur sonne la charge de la responsabilité de la femme au moment même où elle cherchait à se disculper, à se défausser. 

Comme nous l’avons fait remarquer plus haut, Dieu n’a pas hésité à prononcer la condamnation de Satan.  Avec un puisque Majestueux qui renonce à tout équivoque quant à la part de responsabilité du diable, sans pour autant, renoncer à la caducité des arguments de lâcheté d’Adam et sa compagne  

Les versets 15 ; 16 ; et 17 sonnent comme le coup prêt  d’une défense mal assurée. Les arguments de refus de responsabilité de l’un comme de l’autre ont été balayés par la solennité du jugement du Seigneur qui les rend responsables de leur choix. Le tribunal divin rendit son verdict l’homme était coupable d’avoir fait un choix libre. Satan a bien évidemment tordu le sens de la vérité qui a été dictée par Dieu au premier couple humain, en revanche c’était à eux de se tenir dans l’économie de la vérité divine. 

 Il serait intéressant de comprendre ce texte de l’épitre cathédrale de l’apôtre des gentils. Il s’agit de ce texte trouvé en Romains13 :14    Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ et n’ayez soin de la chair pour en satisfaire les convoitises. 

Ne cherchons pas toujours des boucs émissaires. Ne rejetons pas sur nos frères les causes de propres échecs. N’essayons pas de nous déroger à notre responsabilité. Ce n’est pas parce qu’on aura accusé les autres de nos fautes qui fait que nous ne sommes pas en faute. La solution de nos problèmes se trouve à équidistance entre la reconnaissance de nos propres défaillances et l’appétence à demander le secours du Seigneur Jésus-Christ dans nos vies. 

Le récit d’Ananias et Saphira illustre fort bien la responsabilité humaine et individuelle de chacun lorsque des portes sont laissées ouvertes à Satan. Dans Actes 5 : 1-5, il est fait mention d’un terrain qui a été vendu par ce couple dont le prix de la vente allait être donnée aux apôtres pour la communauté. Ananias a gardé une partie de l’argent du vent pour lui. Sans doute  a – t –il estimé que la somme était trop importante pour tout rendre. Cet homme ou ce couple a été séduit par Satan. Je prends soins ici de préciser que le couple s’est rendu coupable de mensonge en vers l’Esprit.  

Je ne sais pas s’il était marié sous le régime de la communauté aux acquêts, mais toujours est-il ils se sont livrés tous les deux aux mensonges. Le diable a rempli leur cœur de malice, parce que en eux se trouvait la germe de cette convoitise. Ils auraient pu en être débarrassés s’ils avaient accepté qu’en eux quelque chose allait mal. Ils auraient pu implorer la grâce de Dieu sur eux avant la catastrophe, mais sans doute ils ne se sentaient pas assez faible pour prier et demander le secours de Jésus, ils se sont laissés entrainer dans l’abîme de la mort. 

Je vous fais remarquer que le pourquoi de l’apôtre Pierre sonne avec autant de véhémence que celui du Seigneur dans genèse 3. Pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur au point de mentir à l’Esprit Saint ? Nous dirons, au passage, que le Dieu de la genèse n’a pas changé dans le livre des actes. Constatons ici un continuum dans la souveraineté de Dieu. Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Il est l’alpha et l’oméga, dixit l’apôtre Jean dans apocalypse. 

Si la responsabilité du couple n’était pas engagée, il n’y aurait pas cette question de l’apôtre Pierre. Une cause non explicite dans la vie d’Ananias a permis à Satan de remplir son cœur, mais cela n’a pas altéré son jugement, il a été rendu coupable de son acte de mensonge et il mourut. On peut dire qu’il n’ira pas au paradis car Ananias a été jugé par le Seigneur. Il ne leur a pas été reconnu de circonstances atténuantes. 

Chacun est tenté quand il a été amorcé par ses propres convoitises. C’est aussi le verdict de l’apôtre Jacques dans le premier chapitre son  épitre. Jacques 1 :14 

Si, mon frère, tu te retrouves dans une situation difficile dans ta vie, ne cherche pas d’emblée à rentrer dans un combat spirituel. Il se peut que les démons à chasser soient des démons imaginaires. Je ne dis pas qu’il faille abandonner l’idée que les démons existent et qu’ils agissent en réseau pour  leur commandant. Mon propos est pour alerter chacun de nous sur la nécessité de reconnaitre nos diverses responsabilités dans ce qui nous arrive.  

 Nous sommes responsables et coupables dans nos décisions charnelles. 

Bonne nouvelle ! La bible déclare dans 1Jean 1 :9 Si nous reconnaissons nos péchés Il est juste et fidèle pour nous les pardonner. Ne rejetons pas sur les autres les responsabilités qui sont les nôtres, mais reconnaissons les d’abord et apportons les au pied de Jésus dans une vraie repentance.  

Venez à moi, dit Jésus vous tous qui êtes fatigués, venez à moi vous qui êtes chargés, je vous donnerai le repos. Mathieu 11 :28 

 

                      Retour accueil                              Méditations d'autres auteurs