Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 49 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


                                                  Pasteur Gérard Sadot
 

Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

Retour liste   <-Liste des enseignements 

A Love Story

 

Aimez-vous les histoires d’amour ? Oui ! Eh bien je vais vous en raconter une ! Toute la Bible est une « love story » ! Dans l'épître de Jean il est écrit: "DIEU EST AMOUR !". Nous allons lire une toute petite anecdote insérée dans une généalogie de la Bible !

« 34  Schéschan n’eut pas de fils, mais des filles. Schéschan avait un esclave égyptien, nommé Jarha. 35  Et Schéschan donna sa fille à Jarha, son serviteur, pour femme, et elle lui enfanta Atthaï ». La Bible, 2Chroniques 2 : 34/35

Dans le récit qui nous est fait nous savons qui est avant et qui est après. C’est un engendrement de nouvelles naissances. Il est fait mention des générations passées et futures, de façon répétitive et monocorde: Untel engendra Untel, Untel engendra Untel, Untel engendra Untel… Naissances, vie et mort, transmission de la vie et de l’Histoire. Vous aussi vous avez une généalogie et c’est devenu une mode de rechercher l’arbre généalogique de nos ancêtres. Nous aimons savoir d’où nous venons, et où nous allons ! D’ailleurs quelqu’un disait que si nous voulons savoir où nous allons il est nécessaire de savoir d’où nous venons ! Faire mémoire du passé est essentiel !

Une généalogie ! Au Ciel il y a un registre où tous les hommes sont inscrits, aucun d’eux n’est oublié ! Vous n’êtes pas laissé pour compte et vous êtes né pour quelque chose. Mais ce qui retient mon attention est cette belle l’histoire d’un esclave égyptien.

Un hébreu, Schéschan, avait un esclave égyptien du nom de Jarha. Il n’avait pas de fils, de postérité masculine, mais il avait des filles. Dans son infortune,  il a trouvé une solution… Et il a donné une de ses filles à son esclave. Il a fait un choix bien déterminé, il n’était pas raciste !

Une fois quelqu’un m’a dit que Dieu était raciste car Il a fait des races et des couleurs de peaux. La vérité est que Dieu aime la variété, la diversité ! Et puis, peut-être que c’est vous qui êtes racistes, car souvente fois on vous a vu « bleus de colère », « blanc de peur », « rouge de honte »… Vive la France !

Maintenant, revenons à notre récit ! Je veux vous dire que cet homme Schéschan, n’a pas bradé sa fille, mais il l’a accordée à Jarha car il était travailleur, vaillant à la tâche !

C’est une belle histoire d’amour, a love story !

Aucun père ne donne sa fille à n’importe qui ! Tout père qui se respecte veut que sa fille soit heureuse et qu’elle soit en sécurité ! Jarha et la fille de Schéschan s’aimaient vraiment ! Ce n’était pas un mariage forcé ou arrangé pour des intérêts familiaux. J’ai une très bonne nouvelle, vous allez vivre une formidable histoire d’amour !

Saisir les opportunités…

De leur union est né Attaï, dont le nom veut dire « opportun ». Il avait saisi l’opportunité de devenir un homme libre. Dans la Bible il est dit :

         « Si tu peux devenir libre, profites en plutôt ! » (1Corinthiens 7 : 21).

Dans une vile grecque antique se trouve une épigramme relatant la conversation d’un passant avec une statue à présent disparue :

         Quel est ton nom Ô statue ?

         Je m’appelle « L’OCCASION ».

         Pourquoi marches-tu sur la pointe des pieds ?

         Pour montrer combien je passe vite !

         Pourquoi as-tu les cheveux aussi longs ?

         Pour qu’on puisse me saisir quand on me rencontre !

         Pourquoi ton crâne est-il dénudé par derrière ?

         Parce qu’une fois passée, on ne peut plus me saisir !

Restons en Grèce. L’orateur grec Démosthène a dit : « Les petites opportunités sont souvent le début de grandes entreprises ».

Un jour le grand apôtre Paul se trouvait devant le gouverneur romain dénommé Félix. Celui-ci a eu une très belle occasion venant de Dieu de se convertir au Christ. Hélas, Félix a manqué l’heure de Dieu et il est passé à côté du Salut de son âme qui lui était exposé. Pensant être maître de son temps, de sa vie et des circonstances, il a dit :

         « Quand j’en trouverai l’occasion, je te rappellerai » (cf. Actes 24 : 25).

Il vous faut savoir que ce n’est pas vous qui fixez le jour et l’heure de votre conversion. Lorsque vous entendez la Bonne Nouvelle et répondons à l’Appel qui en émane, il nous est fait à ce moment là la grâce de croire en Jésus et d’être sauvé en prenant le chemin de la repentance. S’il vous plaît, ne remettez pas à plus tard votre Salut, donnez votre cœur aujourd’hui. Plus tard ton cœur peut s’endurcir, devenir insensible, indifférent à la prédication de la croix. Le Seigneur te cherche aujourd’hui, maintenant, saisi la vie éternelle, la chance de ta vie, et que cette opportunité ne sois pas pour toi une occasion manquée !

Quand une femme est enceinte, on dit qu’elle attend un heureux évènement. J’ai une Bonne Nouvelle, unis dans la foi au Christ, d’heureux évènements sont en court dans votre vie, ils arrivent dans les jours, les semaines et les mois à venir ! Assurément, vous n’allez pas vers le pire, mais vers le meilleur !

L’Egypte symbolise notre pauvre monde esclave !

Esaïe 36:6 : « Voici, tu t’es confié dans l’appui de l’Egypte, de ce roseau cassé, qui entre dans la main de celui qui s’appuie dessus, et la lui perce, tel est Pharaon, roi d’Egypte, pour tous ceux qui se confient en lui ! ».

Il ne faut pas t’appuyer sur l’Egypte qui est un roseau brisé de peur qu’il ne te blesse ! Le monde s’appuie sur lui-même et que de blessures ! Dans ce monde, nombreux sont ceux qui son esclaves, il y a toujours des exploiteurs et des exploités ! Les privilèges n’ont pas disparu ! Une toute petite partie de la population mondiale détient la plus grandes partie des richesses de ce monde ! Des « maîtres barbares » se partagent l’âme humaine, la dégradent, la ruinent. Il y a beaucoup de « mauvais maîtres ».

         L’Alcool est un terrible maître ! En France il y a un café pour 80 habitants et la Bretagne bat tous les records, un café pour 40 habitants ! Voilà ce qui fabrique une « race » des dégénérés et de dégradés !

         Le Boulot… maître tyrannique qui empêche les gens de venir se recueillir dans l’Eglise le dimanche matin !

         La Cigarette, autre maître qui domine sur bien des hommes et de plus en plus de femmes.

         Le Mensonge. J'ai vu des personnes qui vivaient dans le mensonge perpétuel ! Leur vie est un mensonge. Il faut sauver les apparences ! Garder la face !

         Le Mauvais Caractère ! Autre esclavage : « Je fais ce que je veux et ce qui me plaît ! ». Vous avez vu que vous faites surtout le vide autour de vous !

         Et si on parlait du Jeu ?… C’est aussi un maître, le « maître du jeu », avec les tarots, le poker, le tiercé, le foot. Cela devient passion, et on y perd son âme !

Jarha veut dire : « quartier de lune »

Les égyptiens pratiquaient le culte de la lune. Ils sacrifiaient un porc à la pleine lune, et lui lui envoyaient des baisers, on lui apportait de l’encens !

         Job 31 : 26/28 : « 26 Si j’ai regardé la lumière du soleil quand elle brillait, et la lune s’avançant dans sa splendeur; 27 Si mon cœur s’est laissé séduire en secret, si ma main s’est portée à ma bouche… 28 Cela encore est un crime puni par les juges, car j’aurais, renié le Dieu d’en-haut ! ».

Aujourd’hui encore on a des expressions significatives :

         « Etre dans la lune »,

         « être bête comme la lune »,

         « demander la lune »…

Combien dépendent de la lune et des astres, esclaves de pratiques superstitieuses et religieuses :

         Ils s’accrochent à un fer à cheval,

         Un trèfle à quatre feuilles,

         Un talisman,

C’est de mauvaise augure quand :

         On perd un bouton de chaussure,

         Que le nez vous dérange,

         Quand on rencontre un gendarme, un ramoneur, un prêtre, un bossu, un chat noir !

         Et chanter en mangeant procurerait un mari bête !

         Attention ! si le pain est posé à l’envers sur la table, ça porte malheur !

         Poser des chaussures sur la table…

         Passer sous une échelle,

         Entendre le cri d’une chouette, du hibou, de la corneille ou d’un corbeau !

Et je passe sur les signes de croix, l’eau bénite, les cierges, le sel… etc. Quelqu’un disait: « je ne suis pas superstitieux, ça porte malheur ! ».

La lune de miel ne doit pas devenir la lune de fiel !

Il y a eu un DON !

« Il a donné… »

Le fait de donner est dans la nature de Dieu.

         « Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique… » (cf. Jean 3 : 16).

Dieu a donné le meilleur et le maximum pour le monde pécheur, esclave du péché (cf. Jean 8 : 38) sous toutes ses formes !

         « Je ne fais pas la bien que je voudrais et je fais le mal que je ne voudrais pas ! ».

C’est bien plus fort que nous !

Dieu vous respecte et Il ne s’est pas moqué de vous !

Le nom de « Schéschan » signifie « LIBRE » ou : « noble »

Dans la Bible, la femme symbolise la faiblesse. Or, Jésus-Christ est venu dans le monde et a pris une position de « faiblesse » pour nous libérer de l’esclavage, et c’est pourquoi il est dit :

         « Si le Fils vous affranchit vous serez réellement libre ».

Il en a le pouvoir ! Il apporte une révolution d’amour. Il libère des chaînes du passé, du poids du présent, de l’angoisse du futur ! Cela abouti dans la vie de Jarha à une Nouvelle Naissance dans cette généalogie. Quand on accepte l’alliance avec le Don du Père, on devient un être libre, nouveau, capable de dire « non »  à toutes les tentations, à l’orgueil, la colère, à toutes formes d’esclavage. Après la naissance physique, il faut la naissance spirituelle, qui introduit dans le Royaume de Dieu, celui de la liberté en Jésus-Christ. Saisissez cette occasion sans la reporter à plus tard ! Grâce inespérée. Mais, c’est quoi une « grâce » ? Mon fils un jour m’a demandé :

         « c’est quoi une grâce ? ».

Je lui ai expliqué :

         « imagines que tu as été désagréable toute la journée avec maman. Je rentre le soir, j’avais prévu de te faire un cadeau, mais tu ne le savais pas. J’apprends que tu t’es mal comporté. Je me dis alors: puisque c’est ainsi, il n’aura pas son cadeau ! ».

Mais si tu viens me le confesser, me le dire, alors, je change d’avis, et je t’accorde la surprise, bien que tu ne l’aie pas méritée. C’est ça la Grâce !

         « Si nous confessons nous péchés, Il est fidèle et juste pour nous pardonner et nous faire grâce ! ».

C’est le moment de saisir la grâce de Dieu… de faire partie de la famille de Dieu :

         « Dieu donne une famille à ceux qui sont seuls » (cf. Psaume 68 : 7; Ephésiens 2 : 19).

Jésus était libre. Etait-Il libre parce qu’Il n’avait jamais péché ou bien, était-ce parce qu’Il était libre qu’Il n’a jamais péché ? C’est parce qu’Il était libre qu’Il n’a jamais péché ! Quand on est « libre » on ne pèche plus ! Seul quelqu’un qui est libre peut libérer !

Jésus a toujours été libre !

Libre dans le désert lorsqu’Il a refus d’opérer la transformation des pierres en pain !

Libre au milieu de la tempêtes, quand il dormait paisiblement dans la barque, alors qu’autour de lui les disciples s’agitaient et s’affolaient !

Libre de passer par un territoire appelé Samarie, malgré les préjugés et la désapprobation de ses compatriotes.

Libre de recevoir publiquement des hommages d’une prostituée et de frayer avec des gens de mauvaise vie !

Libre devant les religieux juifs, hostiles…

Libre alors que la foule songeait à le faire roi après le miracle de la multiplication des pains, car Il méprisait la gloire des hommes, Il s’est retiré pour prier seul son père céleste, insensible aux honneurs des hommes.

Libre de crier : « malheur à vous pharisiens hypocrites » sans ménager leur orgueil !

Libre de fêter la Pâques, de chanter des cantiques, alors qu’Il savait qu’Il allait souffrir, connaître l’agonie, l’humiliation, la douleur, la mort !

Libre de s’avancer vers ses bourreaux et de dire : « C’est Moi ! », Il ne cherchait pas à fuir dans la nuit !

Libre devant Pilate, libre de se taire, alors qu’un seul mot pouvait l’écraser !

Libre sur la Croix d’y rester… un seul regard vers le Ciel, et des légions d’anges l’auraient délivré, mais Il est resté pendu au bois, buvant la coupe amère jusqu’à la lie !

Recevez la grâce du pardon de vos péchés !

Aux U.S.A. un prisonnier avait purgé plusieurs années de détention, et il reçut un jour un aumônier venu lui apporter une Bonne Nouvelle de la Grâce de Dieu. Ce criminel endurci ne voulut rien entendre. Un an plus tard, il fut gracié par le gouverneur qui chargea l’aumônier de remettre l’acte de grâce au détenu. Arrivé à la cellule l’aumônier tout joyeux s’écria :

         « Mon ami, vous êtes gracié ! ».

Apercevant l’ecclésiastique, le prisonnier lui tourna le dos en maugréant, disant qu’il ne voulait rien entendre. L’aumônier insista en répétant qu’il était gracié, mais le truand persista dans son attitude et déclara qu’il refusait la grâce que l’aumônier lui offrait. En fait, il pensait que celui-ci lui parlait encore de religion. Quelque temps plus tard, le malheureux prisonnier fut conduit à l’échafaud, après avoir réalisé l’énormité de sons erreur et d’en avoir pas prêté l’oreille au message qui lui était adressé.

Avant de mourir, il déclara tristement à ceux qui l’entouraient :

         « Aujourd’hui je meurs, non pas à cause de mes crimes, mais parce que j’ai refusé la grâce ».

  

Méditations d'autres auteurs

 

Retour accueil