Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


                                                  Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

       

FAIBLE MALGRE L’ONCTION ROYALE !

2Samuel 3: 39

·         « … 39 Je suis encore faible, quoique j’aie reçu l’Onction Royale; et ces gens, les fils de Tséruja, sont plus durs que moi. Que l’Éternel rende selon sa méchanceté à celui qui fait le mal ! ». 

IMPORTANCE DE L’ONCTION 

Comme vous le savez, il y a cinq onctions distinctes dans l’Ancienne Alliance, qui correspondent aux cinq ministères d’Ephésiens 4: 11ss. Je vois trop de prédicateurs qui s’arrogent le titre d’apôtre, de prophète, etc. A croire que ces hommes frustrés en mal de reconnaissance ont trouvé dans le christianisme un moyen d’être reconnus, admirés, d’assouvir un besoin de domination, etc. ! N’oublions pas que c’est « l’onction » qui créée la « fonction », et non le titre hasardeux et pompeux de « prophète » ou « d’apôtre », ni une auto-proclamation... ni même un diplôme universitaire ou théologique ! Par ailleurs, certains « prophètes escrocs » d’aujourd’hui ont allègrement confondu l’onction et la ponction du portefeuille ! C’est au pied du mur que l’on voit le maçon… 

L’ONCTION DU PROPHETE

Elle existe toujours dans la Nouvelle Alliance pour exercer le ministère prophétique

·         1Rois 19: 16: « Tu donneras l’onction à Jéhu, fils de Nimchi, comme roi d’Israël; et tu donneras l’onction à Élisée, fils de Chaphath, d’Abel-Mehola, comme prophète à ta place ». 

L’ONCTION DU PECHEUR

C’est l’onction qui va toucher les pécheurs, celle de l’évangéliste

·         Luc 4: 18: « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour guérir ceux qui ont le cœur brisé; pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés… ».

 

L’ONCTION DU SACRIFICATEUR

Cette onction concerne le ministère de docteur  

·         Exode 28 : « 41 Tu en revêtiras ton frère Aaron, et ses fils avec lui. Tu leur donneras l’onction, tu les investiras, tu les sanctifieras, et ils exerceront pour Moi le sacerdoce ». 

·         « 7 Oui, c’est le rôle du sacrificateur d’enseigner la connaissance de Dieu, c’est le sacrificateur que les gens consultent pour connaître la loi. En effet, il est le porte-parole du Seigneur de l’Univers » (Malachie 2: 7, trad. PDV).

L’ONCTION AUX LEPREUX

L’onction pastorale, celle du berger qui s’occupe des brebis dans le besoin 

·         Lévitique 14 1 & 18/20: « 1 L’Éternel parla à Moïse et dit: 2 Voici quelle sera la loi concernant le lépreux, le jour de sa purification. On l’amènera vers le sacrificateur. 3 Le sacrificateur sortira du camp. Si le sacrificateur voit que le lépreux est guéri de la plaie de la lèpre… 18 Le sacrificateur mettra ce qui lui reste d’huile dans la main sur la tête de celui qui se purifie; et le sacrificateur fera pour lui l’expiation devant l’Éternel. 19 Puis le sacrificateur accomplira le sacrifice pour le péché; il fera pour celui qui se purifie l’expiation de sa souillure. Ensuite il égorgera l’holocauste. 20 Le sacrificateur offrira sur l’autel l’holocauste et l’offrande; le sacrificateur fera pour cet homme l’expiation, et il sera pur… ». 

·         Psaume 23: « l’Eternel est mon Berger je ne manquerai de rien… Tu oins d’huile ma tête et ma coupe déborde ! ».

La brebis est ointe par le berger. Ici nous constatons tout ce que fera le sacrificateur pour le lépreux. Notez les expressions: « le sacrificateur fera pour lui, il fera pour celui qui se purifieil fera pour cet homme ». Nous voyons là les soins du berger pour la brebis malade…

L’ONCTION ROYALE

Son équivalent dans la Nouvelle Alliance, c’est l’onction apostolique

·         Psaume 89 : 20/32 : « 20 J’ai trouvé David, mon serviteur, Je l’ai oint de mon huile sainte. 21 C’est lui que ma main soutiendra; mon bras le fortifiera. 22 L’ennemi ne le surprendra pas, l’homme injuste ne l’humiliera pas. 23 Je mettrai en pièces ses adversaires devant lui, et Je frapperai ceux qui le haïssent. 24 Ma fidélité et ma bienveillance seront avec lui, et sa force s’élèvera par mon Nom. 25 Je soumettrai à sa main la mer et les fleuves à sa droite. 26 Lui, il m’invoquera (en disant): Tu es mon père ! Mon Dieu et le rocher de mon salut ! 27 Et Moi, Je ferai de lui le premier-né, le plus haut placé des rois de la terre. 28 Je lui conserverai toujours ma bienveillance, et mon alliance avec lui sera ferme; 29 Je rendrai sa descendance perpétuelle et son trône (aussi durable que) les jours des cieux. 30 Si ses fils abandonnent ma loi et ne marchent pas selon mes ordonnances, 31 s’ils profanent mes prescriptions et n’observent pas mes commandements, 32 J’interviendrai contre leur révolte avec un bâton, contre leur faute par des coups; 33 Mais Je ne ferai pas cesser ma bienveillance pour lui et Je ne lui ferai pas défaut dans ma fidélité… ». 

Vous constatez combien Dieu Lui-même s’engage personnellement auprès d’une telle personne choisie de Lui et ointe par Lui ! Il en est de même de l’onction apostolique: on ne peut vaincre un apôtre et celui-ci ne peut mourir tant qu’il n’a pas accompli la totalité de sa destinée divine sur terre ! A propos du Saint Esprit descendu comme une colombe sur Jésus, une voix venue du Ciel déclara :  

·         « Celui-ci est Mon fils bien aimé en qui J’ai mis toute Mon affection ». 

Voyez encore combien Dieu Lui-même s’investit dans la personne de Celui qui reçoit cette sorte d’onction ! 

A) JE SUIS FAIBLE MALGRE LONCTION ROYALE ! 

Tout d’abord laissez-moi-vous dire qu’il faut être réaliste et lucide avec soi même: « je suis faible », disait David. Trop sont téméraires, imbus de leur personne, et ne se voient pas tels qu’ils sont réellement. Ils ressemblent à cet homme arrêté par les gendarmes pour un contrôle alcootest, il avait des lunettes sur les yeux, mais il les a enlevées en disant : « ça fera deux verres de moins ! »… Reconnaissons notre état ! 

Ainsi, nous constatons que l’onction ne fait pas tout; après avoir reçu le Salut en Christ et le Baptême du Saint Esprit, il faut nourrir et alimenter la vie intérieure, via la méditation des Ecritures, la Piété personnelle, des temps de prière, une vie d’église régulière, un service actif, le témoignage, etc. Voyez l’exemple de Josué ! N’était-il pas le successeur oint de Moïse ? Certes ! Mais il lui a fallut attendre jusqu’à ce que certains hommes disparaissent qui avaient « bloqué » la situation pendant 40 ans ! Dieu aurait pu les faire disparaître plutôt, mais il n’en n’a pas été ainsi. Après quoi, Josué eut toute la latitude d’action nécessaire pour agir comme il le fallait ! 

·         Josué 5: 6: « En effet, les Israélites avaient marché quarante ans dans le désert, jusqu’à la disparition du contingent des hommes de guerre sortis d’Égypte qui n’avaient pas écouté la voix de l’Éternel; l’Éternel leur avait juré de ne pas leur faire voir le pays que l’Éternel avait juré à leurs pères de nous donner, pays découlant de lait et de miel ». 

Vous voyez que l’onction qui est capacité, soutien et approbation divine, qui contient le potentiel de Dieu, ne peut pas être opérationnelle à la demande comme on le voudrait. Ceci m’amène à l’apôtre Paul à qui Jésus a déclaré :  

·         « C’est dans la faiblesse que Ma Force agit ! (Autre traduction: « Ma puissance se manifeste [ou se déploie] précisément quand tu es faible ») Ma Grâce te suffit ! ».

Il est nécessaire de passer par des situations de « FAIBLESSE », afin que « Sa puissance s’accomplisse ». L’onction se manifestera d’autant plus et révèlera la Gloire de Dieu. Paul a dû apprendre par le vécu, il a expérimenté « cette puissance (onction) qui s’accomplit dans la faiblesse ». En évoquant une « écharde », il ne parlait en aucun cas de maladie, mais d’un ange de Satan qui le « souffletait » au travers de toutes sortes d’oppositions démoniaques ! Voyez pour confirmation ce qu’était cette « faiblesse » : 

·         2Corinthiens 12: 7: « 10 C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les privations, dans les persécutions, dans les angoisses, pour Christ; en effet quand je suis faible, c’est alors que je suis fort ». 

Toutefois, plus le joug est dur, plus la libération de l’onction sera éclatante : 

·         « L’onction brise (ou fait éclater) le joug » (Esaïe 10: 27). 

B) OBSTACLES ET LIMITES DE LONCTION 

Les fils de Tséruja sont Joab, Abichaï et Asaël. David était des plus prudents avec ces hommes, car il n’avait pas encore les coudées franches ! Il devait tenir compte de leur formidable personnalité, d’autant qu’il réalisait fort bien sa faiblesse à ce moment là ! Ces trois hommes auraient pu vivre des bénédictions à la hauteur de la signification de leur nom, s’ils avaient accepté l’Onction Royale qui était sur David !

 

L’OBSTACLE DE J O A B

Signifie: « L’Eternel est un père » 

Le Dieu de beaucoup est très très lointain et jamais ils ne peuvent penser qu’Il est un père pour eux ! Un des buts de l’Onction c’est de connaître Dieu comme un « PERE ». Dans sa condition terrestre (donc dans « sa faiblesse »), Jésus, LE OINT par excellence, nous révèle Dieu comme Son Père et Notre Père  

NOUS AVONS BESOIN DE CONNAITRE

L’AMOUR DE DIEU LE PERE 

Lorsque Jésus souffrait sur la croix, Il a pu dire:  

·         « Mon Dieu mon Dieu, pourquoi m’as-Tu abandonné ? ». 

Il disait « Mon Dieu » à son Père pour que nous puissions dire « Notre Père » à notre Dieu !

« ... pourquoi M'as-Tu abandonné ? »

Dans le texte Grec, le mot traduit dans nos versions par « abandonné », « egkatelipeV », est un mot composé qui signifie entre autres : 

·         livré, laissé de côté, déserté, laissé en héritage, léguer, réservé, désigné, destiné, institué.  

(Les traductions ont choisi une application sentimentale du mot qui manque de préciser le plein impact de la vérité retrouvée dans ces paroles de la croix. Il est nécessaire, ne serait-ce qu’un instant, de délaisser la subjectivité pur comprendre la signification exacte du mot « egkatelipeV », et de rechercher dans le contexte de la prédestination du sacrifice de Christ (1Pierre 1: 19,20) qui est la base de la grâce, de notre rédemption, et de notre adoption selon Éphésiens 1: 4-7).  

Nous arrivons alors à la traduction suivante:  

·         « Mon Dieu ! Mon Dieu ! A ceci Tu m'as désigné ».  

La conclusion d'une telle exactitude est même justifiée par une traduction anglaise du Nouveau Testament araméen de l'ancienne Peshitta Syriaque qui provient de la Bible Lamsa, d'où nous lisons dans Matthieu 27: 46 et Marc 15: 34 : « ... pour ceci Je fus réservé ». Le texte porte une note qui traduit: « ... ceci est mon destin ». Il est important de remarquer que l'araméen fut la langue officielle de Jésus et des apôtres, et que la signification qu'elle donne dans ces passages rejoint parfaitement celle du Grec. Pour ce qui est des paroles dans le Psaume 22:1, la traduction précise est:  

·         « Mon Dieu, mon Dieu ! à ceci Tu m'as désigné, retardant ma délivrance des paroles de mon gémissement ».  

Cette traduction rend justice à la prédestination du sacrifice de Christ, tout en nous indiquant la profondeur des souffrances que Jésus a subies sur la croix à notre place. Jésus le Fils unique et éternel de Dieu a été abandonné une seule fois sur la croix de Golgotha, mais en ce qui te concerne, tu ne seras jamais abandonné, en vertu de l’abandon suprême de Jésus par le Père ! 

·         Esaïe 49: 14/16: « 14 Sion disait: L’Éternel m’a abandonnée, le Seigneur m’a oubliée ! 15 Une femme oublie-t-elle son nourrisson ? N’a-t-elle pas compassion du fils de ses entrailles ? Quand elle l’oublierait, Moi Je ne t’oublierai pas. 16 Voici: Je t’ai gravée sur mes mains… ». 

·         1Jean 3:1/2: « Voyez, quel amour le Père nous a donné, puisque nous sommes appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas: c’est qu’il ne l’a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; mais nous savons que lorsqu’Il sera manifesté, nous serons semblables à Lui, parce que nous Le verrons tel qu’Il est ». 

L’Amour du Père a abandonné son Fils à notre profit !

L’Amour du Père nous a laissés de côté, épargnés en Christ !

L’Amour du Père nous a préféré à son Fils !

L’Amour du Père nous a désignés en Christ !

L’Amour du Père nous a destinés en Christ !

L’Amour du Père nous institués en Christ !

L’Amour du Père nous a laissé, légué un héritage en Christ ! 

Si vous êtes un leader, entouré de collaborateurs qui cherchent leurs propres intérêts, l’onction sera limitée et moins efficace 

Joab s’était irrité contre David, et voyant le roi vieillir, il a cherché la faveur d’Adonija, qui convoitait la couronne. Il cherchait son intérêt. Mais, au milieu d’un banquet de révoltés, arrive le bruit du couronnement de Salomon et des mesures royales qui sont prises pour prévenir le complot. Joab s’enfuit à Gabaon, il se cramponne à l’autel, mais Bénaja se jette sur lui, et, malgré la sainteté du lieu, le met à mort sur l’ordre réitéré de Salomon, à qui David avait laissé l’ordre de ne point l’épargner (1Rois 2: 5). Ainsi mourut ce grand et sanguinaire capitaine, expiant à la fois quatre grands crimes qui, tous les quatre, avaient eu leurs excuses (quel crime n’en a pas !) : 

·         le meurtre d’Abner qui avait tué Hazaël,

·         le meurtre d’Absalom qui avait été rebelle,

·         celui d’Amasa qui avait aussi commencé par la révolte,

·         enfin la conjuration d’Adonija, le prétendant légitime.  

Joab a-t-il jamais connu Dieu comme un père, comme son nom l’indique ? Si cela avait été le cas, il n’y aurait jamais eu besoin de complots pour garder sa place et recevoir quelques avantages venant du Ciel. Combien s’égarent comme Joab, de manière charnelle, ils cherchent leurs intérêts, mais font fausse route… et sont pris dans un engrenage infernal, on commence par un petit mensonge, puis on continue de mentir sans plus même s’en rendre compte, etc.  

AMBITIEUX, mais aussi sage et prudent, il a du toute sa vie détruire ou ménager, selon que cela lui était avantageux. Il a attendu la vieillesse pour commettre une imprudence, et elle lui a coûté cher; il tenait à la vie et n’a pu la sauver, malgré sa passive résistance. Son nom est rappelé (1Chroniques 26: 28) parmi ceux qui consacrèrent à Dieu les dépouilles des vaincus.  

·         1Chronique 11: 6/8: « 5 Les habitants de Yebous dirent à David : Tu n’entreras pas ici. Mais David s’empara de la forteresse de Sion: c’est la cité de David. 6 David avait dit: Quiconque battra en premier les Yebousiens sera chef et prince. Joab, fils de Tserouya, monta le premier et il devint chef. 7 David habita dans la forteresse; c’est pourquoi on l’appela cité de David ». 

Nous découvrons la bravoure de Joab qui accepte une mission périlleuse, et veut surtout être le premier ! Son ambition a fait de lui un homme volontaire, et ça lui a porté chance ! Plus tard, Joab revenait d’une expédition militaire au moment où Abner repartait. En apprenant ce qui s’était passé, il manifesta de vives craintes sur les intentions du général de Saül. Sans dévoiler au roi ses desseins, il se mit à la poursuite d’Abner. Bientôt il l’atteignit. Le ramenant sous quelque prétexte à Hébron, il le fit entrer dans une maison comme pour l’entretenir en particulier, et l’assassinat par trahison avec l’aide de son frère Abischaï (2Samuel 3: 30). 

Ils alléguèrent en justification de leur crime, la mort d’Hazaël; mais Abner ne l’avait pas assassiné. Joab fut jaloux du service qu’Abner allait rendre à David. Il craignait qu’Abner prenne sa place  de général en chef des armées de David.  

Quand David eut connaissance du meurtre d’Abner, il en éprouva une profonde affliction. C’était la rupture violente des négociations entamées avec les tribus soumises au fils de Saül. Mais quelle horreur surtout pour une âme comme celle de David, qu’un assassinat, un guet-apens, commis par ses propres neveux, sur la personne d’un proche parent de Saül, d’un homme qui était venu près de lui avec confiance et qu’il avait congédié en paix ! Aussi déclara-t-il publiquement qu’il était innocent de cette mort. Prophète du Très-Haut, il maudit Joab et les siens; il prit le deuil et engagea son peuple à l’imiter; il jeûna tout le jour, et il honora de son mieux la mémoire de l’illustre guerrier qu’on venait de tuer sans défense. Chacun donc put se convaincre que David n’avait point trempé dans ce crime, car nul n’aurait songé à mettre en doute sa loyauté

Et c’est là que je veux donner quelques leçons sur la LOYAUTE ! David avait été loyal avec Abner. La déloyauté et la ruse de Joab ne pouvait pas servir les desseins de Dieu ! C’était un meurtre camouflé et détestable !


LE RESPECT DE L'AUTRE


Le respect est une attitude d'acceptation, de consentement et de considération, souvent codifié, envers une personne, une chose ou une idée... du latin « respicere » qui veut dire « regarder en arrière ». Le respect évoque l’aptitude à considérer ce qui a été annoncé et admis dans le passé et d’en tirer les conséquences dans le présent. On peut ainsi parler: 

·         du respect d’une promesse,

·         du respect d’un contrat,

·         du respect des règles d’un jeu. 

Il s’agit d’une aptitude à se remémorer le moment où on s’est engagé respectivement, à tenir une promesse, à satisfaire aux conditions du contrat, à se conformer aux règles du jeu. Le respect appliqué à une personne prend le sens plus porche de l’estime, et s’appuie sur l’aptitude à se remémorer les actes accomplis par une personne dans le passé, lorsque ceux-ci sont dignes d’être reconnus ! Le respect ne doit pas être confondu avec la tolérance, celle-ci n’a pas les mêmes motifs et contrairement au respect, elle n’est pas incompatible avec le mépris !Issu du latin "respicere" signifiant "regarder en arrière", le respect évoque l'aptitude à considérer ce qui a été énoncé et admis dans le passé, et d'en tirer les conséquences dans le présent. On peut ainsi parler du respect d'une promesse, du respect d'un contrat ou du respect des règles d'un jeu. Dans ces exemples, le respect évoque l'aptitude à se remémorer le moment où on s'est engagé, respectivement, à tenir sa promesse, à satisfaire aux conditions du contrat, ou à se conformer aux règles du jeu.Issu du latin "respicere" signifiant "regarder en arrière", le respect évoque l'aptitude à considérer ce qui a été énoncé et admis dans le passé, et d'en tirer les conséquences dans le présent. On peut ainsi parler du respect d'une promesse, du respect d'un contrat ou du respect des règles d'un jeu. Dans ces exemples, le respect évoque l'aptitude à se remémorer le moment où on s'est engagé, respectivement, à tenir sa promesse, à satisfaire aux conditions du contrat, ou à se conformer aux règles du jeu.

Le respect appliqué à une personne prend un sens plus proche de l'estime, et s'appuie sur l'aptitude à se remémorer les actes accompli par une personne dans le passé, lorsque ceux-ci sont dignes d'êtres reconnus.

Le respect ne doit pas être confondu avec la tolérance, car celle-ci n'a pas les mêmes motifs, et contrairement au respect, elle n'est pas incompatible avec le mépris.Issu du latin "respicere" signifiant "regarder en arrière", le respect évoque l'aptitude à considérer ce qui a été énoncé et admis dans le passé, et d'en tirer les conséquences dans le présent. On peut ainsi parler du respect d'une promesse, du respect d'un contrat ou du respect des règles d'un jeu. Dans ces exemples, le respect évoque l'aptitude à se remémorer le moment où on s'est engagé, respectivement, à tenir sa promesse, à satisfaire aux conditions du contrat, ou à se conformer aux règles du jeu.

Le respect appliqué à une personne prend un sens plus proche de l'estime, et s'appuie sur l'aptitude à se remémorer les actes accompli par une personne dans le passé, lorsque ceux-ci sont dignes d'êtres reconnus.

Le respect ne doit pas être confondu avec la tolérance, car celle-ci n'a pas les mêmes motifs, et contrairement au respect, elle n'est pas incompatible avec le mépris.

Issu du latin "respicere" signifiant "regarder en arrière", le respect évoque l'aptitude à considérer ce qui a été énoncé et admis dans le passé, et d'en tirer les conséquences dans le présent. On peut ainsi parler du respect d'une promesse, du respect d'un contrat ou du respect des règles d'un jeu. Dans ces exemples, le respect évoque l'aptitude à se remémorer le moment où on s'est engagé, respectivement, à tenir sa promesse, à satisfaire aux conditions du contrat, ou à se conformer aux règles du jeu.

Le respect appliqué à une personne prend un sens plus proche de l'estime, et s'appuie sur l'aptitude à se remémorer les actes accompli par une personne dans le passé, lorsque ceux-ci sont dignes d'êtres reconnus.

Le respect ne doit pas être confondu avec la tolérance, car celle-ci n'a pas les mêmes motifs, et contrairement au respect, elle n'est pas incompatible avec le mépris.

 

RESPECT DU MONDE ......

•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙
˙·٠•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙ஜ۩۞۩ஜ˙·٠•●♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙


RESPECT DES GENS ......

•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙
˙·٠•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙ஜ۩۞۩ஜ˙·٠•●♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙


RESPECT DES ANIMAUX ...

•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙
˙·٠•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙ஜ۩۞۩ஜ˙·٠•●♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙

RESPECT DES FEMMES...

•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙
˙·٠•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙ஜ۩۞۩ஜ˙·٠•●♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙

RESPECT DES HOMMES...

•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙
˙·٠•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙ஜ۩۞۩ஜ˙·٠•●♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙

RESPECT DES ENFANTS...

•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙
˙·٠•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙ஜ۩۞۩ஜ˙·٠•●♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙

RESPECT DE LA NATURE ...

•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙
˙·٠•●
♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙ஜ۩۞۩ஜ˙·٠•●♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•٠·˙..........XxxXxXxMais David n’aurait-il pas bien fait de prouver d’une autre manière encore la sincérité de son deuil et de son indignation ? Ne devait-il pas, selon la loi de Dieu, punir de mort les meurtriers ? Oui, mais, comme il le dit à ses serviteurs:  

·         « je suis faible bien que j’ai reçu l’onction », son autorité n’était pas absolue et mal affermie. 

Les fils de Tséruja exerçaient sur l’armée et sur le peuple une INFLUENCE bien plus considérable que la sienne. Un roi a beau être roi, il ne peut pas toujours faire tout ce qui lui paraît juste et bon. C’est pourquoi David se vit contraint de laisser à Dieu le jugement de cette grande iniquité: 

·         « Que l’Éternel fasse retomber le mal sur celui qui l’a commis !» (2Samuel 3: 39). 

Quand on comprend sa position vis-à-vis de ses fiers neveux, loin de le juger impitoyablement, on admire plutôt qu’il ait eu le courage de se prononcer avec tant d’énergie contre leur action détestable ! Certes, Joab a remporté de grandes victoires, s’est emparé de villes et de forteresses. Toutefois il devrait se vaincre lui-même, devenir maître de lui même. C’est l’image du chrétien charnel. 

DES QUESTIONS D’INTERETS PERSONNELS

PEUVENT CONTRARIER L’ONCTION 

Pourquoi ? Parce que c’est diamétralement opposé à l’esprit de Christ ! 

·         1Corinthiens 13: 5: « l’amour ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal ». 

·         « 4 Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. 5 Ayez en vous la pensée qui était en Christ-Jésus, 6 Lui dont la condition était celle de Dieu, Il n’a pas estimé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu… Tous cherchent leurs propres intérêts » (Philippiens 2: 4 & 21). 

·         « Est-ce de manière désintéressée que Job sers Dieu ? » (Job 1: 9).  

Toute l’histoire de Job tourne autour de cette question. Vous connaissez la parabole de Jotham (cf. Juges 9), qui a un moment donné parle de l’olivier qui ne veut pas devenir roi sur Israël car il ne renonce pas à son huile et qui déclare:  

·         « qu’ai-je à faire d’aller planer sur les autres arbres de la forêt ? ».  

Il voulait garder l’huile pour lui et lui tout seul, comme si celle-ci était sa propriété:  

·         « renoncerais-je à MON huile ? ».  

Il ne voulait pas l’exercice du pouvoir, mais sa tranquillité, non pas d’une situation inconfortable: « planer », et incertaine: « déraciné », c'est-à-dire ne plus recevoir de la terre tout ce qu’il pouvait recevoir et puiser pour son bénéfice personnel. Il oubliait que ce n’était pas SON huile, mais qu’il avait été créé pour cela, non pour lui-même, mais pour être en bénédiction aux autres. Voyez vous pour libérer tout le potentiel de Dieu investi en nous, il faut renoncer à soit, c’est une clé pour les manifestations du Saint-Esprit dans nos vies et nos ministères ! 

L’OBSTACLE D’A S A Ë L

Signifie: « Ce que Dieu a fait » 

Beaucoup fréquentent les églises par opportunisme ou parce qu’il y a une bonne ambiance, j’en ai même entendu dire: « je suis ici car il y a des bonnes ondes ! ». Pour de multiples raisons ils sont là, mais peu parlent de la Rédemption, de la repentance, du pardon de leurs péchés, de la nouvelle naissance… Ils sont devenus « adeptes ou adhérents » de l’église évangélique Unetelle…

L’huile est un signe, une signature, nous dirions : « c’est signé du Seigneur ». Ça vient de Lui. Il faut qu’on puisse le dire. La marque, ou signature de Dieu est-elle sur votre vie ? Si nous voulons que des signes nous accompagnent n’oublions pas l’enseignement sur l’onction. Si Jésus est mort sur la croix, c’est pour que vous ayez Son Onction !

CONNAITRE L’ŒUVRE ACCOMPLIE DU FILS DE DIEU 

Jésus-Christ, telle la « divine olive », a commencé à être pressé au jardin de Gethsémani (signifie : « pressoir à huile ») jusqu’à l’écrasement complet de la Croix ! Pour extraire l’huile, il fallait tout d’abord :

·         … secouer ou gauler l’Olivier…

Christ est cet olivier verdoyant dans la maison de Dieu (cf. Psaume 52: 10). Toute l’onction vient de Lui. Il a été maltraité par les siens... On est même venu Le chercher dans le jardin de Getsémané avec des bâtons comme un vulgaire malfrat ! (Deutéronome 24: 20, Esaïe 17: 6 et 24: 13). Toute sa vie a été « gaulée » par l’Adversaire. Dans les Psaumes, nous voyons comment David a été défié, calomnié, combattu... Tout cela est arrivé à Jésus-Christ. De secousses diverses vont se produiront aussi dans votre vie. Ensuite, 

·         … l’on commençait par fouler les olives avec les pieds, dans une cavité peu profonde, pratiquée dans le roc.

Christ a été dénigré, méprisé et foulé aux pieds, même le meilleur de Lui-même, ses fruits, c’est à dire, ses paroles et ses miracles, son amour, sa compassion, ses intentions ont été dénaturées. Le Christ transfiguré a été défiguré ! Ne vous attendez pas à autre chose dans votre vie, vous serez aussi foulés aux pieds dans des « cavités peu profondes » ! Cela nous parle de « gens creux » et dans l’ignorance:

·         « Père pardonne leur, ils ne savent ce qu’ils font !».

Leur dureté n’est pas le signe d’une grande intelligence, mais d’une « cavité peu profonde ».

·         « Méprisé, abandonné des hommes, homme de douleurs...» (Esaïe 53). 

·         Les olives étaient concassées dans un mortier et déposées dans une corbeille d’où s’écoulait l’huile vierge,  que l’on recueillait avant de mettre la pulpe au pressoir.

Vous n'échapperez pas au fait d’être pilonné par la calomnie et la médisance, votre vie sera aussi en danger. Mais ces épreuves sont révélatrices de ce qui est au fond du cœur, de ce qui sommeille en nous, notre pureté de cœur (huile vierge). Mais tout est prévu, l’homme est porté dans une corbeille. L’apôtre Paul a échappé à ses persécuteurs descendant la muraille dans une corbeille dans laquelle les frères l’avaient mis pour qu’il s’enfuie. Cette corbeille était faite de cordes et de feuilles de palmiers tressées. Ces feuilles qui donnent de l’ombre, c’est l’image du secours des frères. Dieu a tressé une corbeille qui s’appelle « communion fraternelle ». Jésus a été recueilli à Béthanie avant d’aller à Getsémané...

·         On broyait aussi le fruit au moyen d’une roue de pierre dans un bassin circulaire qui recueillait l’huile. On passait une poutre au milieu de la pierre qui broyait les olives. Un âne ou un homme la tournait. Ensuite, on soumettait la pulpe au travail d’un pressoir qui en exprimait les dernières gouttes.

Les olives sont alors prises comme dans une sorte d’étau sans pouvoir se dérober. Vous n’y échapperez pas, ne vous esquiverez pas toujours, il est des moments de la vie où l’on est « pris » sans pouvoir ni avancer, ni reculer, « l’étau des circonstances » qui s’est resserré sur nos vies… C’est le processus de Dieu, son Ecole.

Jésus a dû tout donner, jusqu’à la dernière goutte également ! Vous aurez l’impression de tourner en rond, de faire du sur place... Et qui, comment cela se fait-il ? Par des hommes ou des ânes que l’on récompense avec un peu de foin ou de blé, pour prendre cette poutre et accomplir cette besogne, pour vous écraser... Quels sont ceux qui tournent la meule ? Ceux qui avaient l’onction autrefois et qui l’ont perdue. Leurs yeux sont crevés, ils ne voient pas ce qu’ils font... Pourquoi ? Parce qu’ils ne connaissaient pas le prix de l’onction. Il faut qu’ils l’apprennent en passant par des moments très malheureux... tel Samson dans le livre de Juges.

·         Le liquide était placé dans une cuve de pierre ou de métal, et les impuretés se déposaient au fond.

Christ a été placé après sa mort sur la Croix dans la tombe de Joseph d’Arimathée. Il a pris nos péchés, et a été fait péché pour nous. Tous nos péchés ont été jetés dans le fond de la mer, toutes nos impuretés. Nous devons passer par des circonstances parfois douloureuses pour apprendre, connaître le prix de l’onction... On s’habitue tellement à la Gloire de Dieu. Il nous faut un temps soit peu savoir ce que Jésus a payé.

·         L’Onction nous permet de comprendre CE QUE DIEU A FAIT pour nous au travers de la Rédemption… L’Œuvre est accomplie.  

·         1Corinthiens 2: 12: « L’Esprit nous a été donné pour que nous connaissions ce qui nous appartient… ».                         

Asaël, le frère de Joab et d’Abichaï était célèbre à cause de son courage et de son agilité. Lors de la déroute des troupes d’Ich-Bocheth, à Gabaon, Asaël poursuivit Abner, leur chef, dans le dessein de le tuer. Abner, qui l’avait vainement averti d’y renoncer, le transperça pour sauver sa propre vie. 

·         2Samuel 2: 18/23 : « 18 Là se trouvaient les trois fils de Tserouya: Joab, Abichaï et Asaël. Asaël avait les pieds légers comme une gazelle de la campagne: 19 il poursuivit Abner, sans se détourner de lui pour aller à droite ou à gauche. 20 Abner se retourna et dit: Est-ce toi, Asaël ? Il répondit : C’est moi. 21 Abner lui dit: Dirige-toi à droite ou à gauche; saisis-toi de l’un de ces jeunes gens et prends sa dépouille. Mais Asaël ne voulut pas s’écarter de lui. 22 Abner dit encore à Asaël: Écarte-toi de moi; pourquoi te frapperais-je (et t’abattrais-je) à terre ? Comment ensuite pourrais-je regarder en face ton frère Joab ? 23 Mais Asaël refusa de s’écarter. Sur quoi Abner le frappa au ventre avec l’extrémité inférieure de sa lance, et la lance sortit par derrière. Il tomba et mourut sur place. Tous ceux qui arrivaient à l’endroit où Asaël était tombé mort, s’y arrêtaient ». 

Il n’a pas écouté cet avertissement d’Abner, homme de guerre chevronné, et par ENTÊTEMENT, il a trouvé la mort ! Il avait trop confiance en lui-même et pensait qu’il allait tuer Abner facilement… Ce héros de David a poursuivi Abner dans une course folle, poursuivant ce rêve insensé de ramener la tête d’Abner comme un trophée de choix. En cherchant la PROMOTION, il a trouvé la mort. Il s’est attaqué imprudemment à quelqu’un de grande expérience, et ça lui a coûté la vie ! La mort survient parfois, quand on l’attend le moins, et nous sommes souvent contrariés par les aléas de la vie. La rapidité et l’agilité d’Asaël ne lui servirent à rien, sinon à précipiter sa fin. Il est mort à cause de sa TEMERITE

Téméraire vient du latin temerarius accidentel »), de temere (« par hasard »). Il s’agit d’une hardiesse hasardeuse, imprudente ! Asaël s’est engagé dans une poursuite insensée qui s’est soldée par sa mort ! Le courage et l’agilité des uns et des autres doivent être exclusivement au service du Seigneur, le Grand Roi d’Israël. S’il doit y avoir quelques promotion que ce soit, cela doit venir du Seigneur et non des hommes !

·         Psaume 75: 5/6: « N’élevez pas si haut votre front, ne parlez pas ainsi, le cou raide. 6 Car ce n’est ni de l’orient, ni de l’occident, ni du désert que vient l’élévation. 7 Car Dieu est Celui qui juge: Il abaisse l’un, et Il élève l’autre… ».

L’OBSTACLE D’A B I C H A ï

Signifie: « Propriétaire de tout ce que l’on peut désirer » 

L’Onction devrait aussi nous faire entrer dans cette dimension que ce que l’on désire, va devenir réalité, et que l’on en devienne propriétaire !  

CONNAITRE LES DESIRS DE L’ESPRIT DE DIEU 

Une multitude d’enfants de Dieu n’ont pas conscience de qui est l’Esprit Saint et de ce qu’Il veut réaliser dans leurs vies, donc ils ne Lui laissent aucun accès. Un jour lors d’une mission avec un évangéliste venant des USA je me suis mis à parler en langues pendant la réunion, ne sachant pas du tout ce que je disais… Ce frère est venu me voir à la fin de la rencontre, il m’a signalé que je parlais un très vieil anglais, de l’époque de Shakespeare… et que disait l’Esprit ?  

·         « Laisse couler mon fleuve, ma Présence comme un fleuve, ne retient pas, ne bloque par mon action, laisse mon Esprit couler comme un fleuve ! ». 

·         « Fais de l’Eternel tes délices et Il te donnera ce que ton cœur désire ! » (cf. Psaume 37). 

Mais ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas de désirer n’importe quoi humainement, mais de recevoir dans la communion avec Dieu les désirs de Dieu en nous, tel des vases communicants, et qu’Il place en nous ce qu’Il veut, souhaite, désire pour nous ! C’est cela la « Liberté de l’Esprit », non pas faire ce que l’on veut, mais qu’Il puisse faire en nous ce qu’Il veut… Lui ! C’est pourquoi il est dit: « paix aux hommes de bonne volonté ». Bien évidemment, vous aviez compris qu’il ne s’agit pas de la volonté humaine, terrestre, charnelle et ordinaire des hommes non régénérés, mais de la Bonne Volonté de Dieu, révélée, comprise et acceptée et qui devient le moteur de la vie. Il s’agit d’hommes animés de cette « bonne volonté divine » qui ont la paix et qui en sont la démonstration !  

Abichaï était un neveu de David par sa sœur Tséruja (cf. 1Chroniques 2: 16). Les liens de famille ne doivent en aucun cas limiter l’onction. A Nazareth Jésus n’a rien pu faire si ce n’est qu’Il imposa les mains à quelques malades et Il les guérit ! Les gens disaient :  

·         « n’est-ce pas le fils du charpentier, et ne connaissons nous pas sa mère, ses frères et ses sœurs ? ».  

Vous savez, quand on commence à avoir des comportements de familiarité… la relation avec le Seigneur se banalise et l’on perd tous les bénéfices de l’onction ! Qu’a-t-Il fait à Nazareth ? Presque rien, sinon qu’Il imposa les mains à quelques malades et les guérit ! L’intention de Dieu était « beaucoup » de miracles et non « quelques » ! 

LES CARACTERIELS GENENT L’ONCTION 

Dans la caverne, Saül s’était livré à David sans le savoir, et il y aurait eu une sorte de trahison à profiter de son erreur… mais, David était un homme de principe, et il ne pouvait pas écouter les propositions d’Abichaï. Les raisons qui lui avaient fait épargner Saül précédemment, subsistaient dans toute leur force. Saül est l’oint de l’Éternel. David ne cédera pas à l’intérêt personnel qui lui ferait porter une main impie sur un homme auquel Dieu seul doit retirer le trône et la vie. Il part donc, mais, pour convaincre toujours mieux Saül qu’il n’en veut pas à sa personne, il part emportant avec lui sa lance et sa cruche d’eau.  

Abichaï était tout d’abord un homme IMPETUEUX. Voyons tout d’abord la signification de ce mot: « course violente et rapide ».

« Des courses impétueuses lançaient les officiers zélés à la poursuite des soldats qui s'égaraient dans les fermes voisines, trouvant drôle de cueillir çà et là des lapins et des poules ». — (Amédée Achard; Récits d'un soldat - Une Armée Prisonnière; Une Campagne Devant Paris, 1871)

« Un vent impétueux sorti du couchant, roule les nuages sur les nuages; les forêts plient; le ciel s’ouvre coup sur coup… » — (Chateaubriand, Atal a, 1801).

Impétueux veut aussi dire: « Qui ne sait pas se refréner ». Abichaï était d’un caractère impétueux. En voyant le profond sommeil où l’Éternel avait plongé Saül et sa troupe, il ne douta pas que la fin de leur ennemi soit venue. Il proposa à David de l’en délivrer, s’engageant à le frapper de telle sorte qu’il n’y eût pas à y revenir. Il ressemble à Ruben dont il est dit dans Genèse 49: 4 :

·         « Ruben impétueux comme les eaux, tu n’auras pas la supériorité, car tu es monté sur la couche de ton père, tu as alors profané mon lit en y montant ». 

Abichaï a prononcé le Nom de Dieu à la légère, il était OPPORTUNISTE, et il voyait Dieu où Il n’était pas et suggérait à David une fausse piste pour le débarrasser de ses ennemis. Il demanda la permission de tuer le roi; mais David s’opposa au meurtre de « l’oint de l’Éternel ». 

·         1Samuel 26: 7/11: « 7 David et Abichaï allèrent de nuit vers le peuple; et voici que Saül était couché et dormait au milieu du camp, et sa lance était fixée en terre à son chevet. Abner et le peuple étaient couchés autour de lui. 8 Abichaï dit à David: Dieu livre aujourd’hui ton ennemi entre tes mains; laisse-moi le frapper de ma lance (et le clouer) en terre d’un seul coup, sans avoir à lui en donner un second ! 9 Mais David dit à Abichaï: Ne le fais pas périr ! En effet qui pourrait en toute innocence porter la main sur le Messie de l’Éternel ? 10 Et David dit: L’Éternel est vivant ! C’est à l’Éternel seul à le frapper, soit que son jour vienne et qu’il meure, soit qu’il descende au combat et qu’il y périsse. 11 Que l’Éternel me garde de porter la main sur l’Oint de l’Éternel ! Prends seulement la lance qui est à son chevet, avec la cruche d’eau, et allons-nous-en ». 

On trouve aujourd’hui à profusion ce genre d’illuminés qui disent: « Le Seigneur m’a dit !». Nombreux se servent du Nom de Jésus, mais servent-ils le Nom de Jésus ? Ils prennent leurs pensées pour celles de Dieu. Abichaï fait penser à Pierre qui dit à Jésus :  

·         « à Dieu ne plaise… Tu n’iras pas à Jérusalem... ». 

Vous connaissez la réponse de Jésus: 

·         « Retires-toi et passes derrière moi, car tu es un satan !» (traduction littérale). 

Abichaï croyait voir la Providence de Dieu dans cette situation, mais il se trompait, d’autant qu’il ne comprenait pas ce qu’était l’Onction Royale qui reposait sur le roi Saül. Le moment n’était pas venu et dans cette circonstance apparemment favorable où l’ennemi de David est livré sur un plateau, il semblait que c’était le moment de frapper Saül. Abichaï devait réaliser une vérité d’une autre nature. De par son tempérament EXPEDITIF il aurait commis une erreur fatale. Combien aujourd’hui ne savent pas reconnaître l’onction sur tel serviteur de Dieu, et font des erreurs d’appréciation préjudiciables et des jugements à l’emporte pièce ! Dans les faits, il ne voyait qu’un règlement rapide et radical du problème, car la situation ne pouvait pas être plus opportune que celle là ! Il était aussi IMPATIENT. La mort de Saül aurait probablement propulsé David sur le trône !? Et lui serait déjà à la droite de David… 

·         « L’Eternel livre aujourd’hui ton ennemi entre tes mains !». 

Il servit dans l’armée de David, sous les ordres de Joab (2Samuel 2: 18; 10: 10). Abner fut contraint de tuer Asaël en fuyant la bataille de Gabaon, mais ses deux frères Joab et Abichaï, poursuivirent en vain l’homicide, et se vengèrent traîtreusement plus tard (2Samuel 2: 18; 3: 30). Toutefois, Abichaï resta fidèle à David pendant les rébellions d’Absalom et de Chéba (2Samuel 16: 20). Abichaï était l’un des hommes d’élite du roi, et frappa à mort 300 hommes avec sa lance (2Samuel 23: 18; 1Chroniques 11: 20). Il vainquit aussi les Édomites dans la vallée du Sel, en tua 18000 et plaça des garnisons dans leur pays (1Chroniques 18: 12-13). Il secourut David dans le combat contre Yichbi-Benob (2Samuel 21: 16,17). 

Malgré sa fidélité à David, son caractère était inconsistant, et c’était pour lui impossible d’être opérationnel dans le plan de Dieu, il était trop imprévisible. « Comme les eaux », c'est-à-dire rien de vraiment solide, trop mouvant et remuant. 

C) LONCTION ACTIVE LA LOI DE LA RECIPROCITE 

« Que l’Éternel rende selon sa méchanceté à celui qui fait le mal ! » 

Cette « loi de rétribution » n’agit pas toujours tout de suite, mais le temps vient où elle agit qu’on le veuille ou non. Rempli et Oint de l’Esprit, David a demandé à ce que cette « loi de réciprocité » opère le moment venu. Un boomerang revient vers celui qui l’a lancé avec la même force ! 

·         « Sachez que votre péché vous retrouvera ! » (Nombres 32: 23).

·         « Il te sera fait comme tu as fait ! » (Abdias 1: 15).  

C’est risqué de se liguer contre un oint de Dieu et cela ne reste jamais impuni ! Jamais ! Malgré ce qu’en disent des railleurs qui minimisent le texte biblique : 

·         1Chroniques 16: 21: « 21 Mais Il ne permit à personne de les opprimer, et Il châtia des rois à cause d’eux: 22 Ne touchez pas à mes oints, et ne faites pas de mal à mes prophètes ! ». 

D) MALGRE TOUT LONCTION ROYALE A PREVALUE !

Mais, David s’empara de la forteresse de Sion

2Samuel 5: 6/9:

·         « 6 Le roi marcha avec ses hommes sur Jérusalem contre les Yebousiens, habitants du pays. Ils dirent à David: Tu n’entreras pas ici, car même les aveugles et les boiteux te repousseront ! Ce qui voulait dire: ‘David n’entrera pas ici’. 7 Mais David s’empara de la forteresse de Sion: c’est la cité de David. 8 David avait dit en ce jour: Quiconque battra les Yebousiens et les atteindra par le canal, ces boiteux et ces aveugles haïs par David ! C’est pourquoi l’on dit: -L’aveugle et le boiteux n’entreront pas dans la maison -. 9 David habita dans la forteresse, qu’il appela ‘cité de David’. Il fit des constructions tout autour, depuis le Millo et vers l’intérieur. 10 David s’élevait de plus en plus, et l’Éternel, le Dieu des armées, était avec lui ». 

aLa première onction de David

A sa première onction, il avait trouvé la ressource pour vaincre Goliath et recevoir des RICHESSES, être libéré de toute dette et rencontrer des personnes importantes (…).

aLa deuxième onction de David

Lors de la deuxième onction, il devient roi sur Juda, un tout petit royaume, mais il est limité par les fils de Tséruja; mais il ira un peu plus loin malgré tout. Il y a une extension, car de là il va recevoir une troisième onction « sur tout Israël » (2Samuel 5: 1ss.). Cette onction l’a mené beaucoup plus loin, il y a eu EXTENSION.

aLa troisième onction de David

Avec cette troisième onction, il lui faudra agir avec courage et détermination, car l’onction n’est pas magique ! Car il devra s’emparer de la forteresse de Sion qui se dresse devant lui comme un obstacle à première vue insurmontable ! Nous en tirerons quelques leçons au passage…

SION signifie: « Brûlée par le soleil, rocher dressé, brillant, château fort ». Cette cité était exposée à un  soleil de plomb, car le soleil frappait fort, il dardait la ville de ses rayons ardents. C’était un endroit très ensoleillé et lumineux… Jésus-Christ le « Soleil de Justice » doit éclairer toutes les villes du monde... Par la prédication de la Croix, nous élevons et dressons ce « Rocher ». Il faut qu’il soit vu et reconnu de très loin. Son Nom est aussi une « forteresse », le juste accoure et s’y réfugie !

Si vous voulez sortir de vos limites, il faudra s’intéresser aux « forteresses ». Ce sont des « retranchements » des « raisonnements », des « mentalités fermées »… à renverser ! Vous allez rencontrer des RESISTANCES et beaucoup d’aveugles et de boiteux qui vont s’opposer à votre élargissement !

Dans 1Chroniques 11, verset 8, la phrase n’est pas achevée: «… sera chef & prince... ».  David a eu l’idée de pénétrer dans la forteresse par un canal intérieur qui communiquait avec une fontaine. De l’eau jaillissait au pied de la colline qui alimentait l’eau de la ville.

La promesse et le défi de David: « Qui atteindra les créneaux ...». Ce canal nous suggère plusieurs choses:

a) Il faut d’abord se mouiller, aller dans la flotte !

b) C’est une forme « d’intelligence rusée » que d’agir avec la Sagesse d’En haut !

c) Il y avait une marge de manœuvre très étroite !

d) C’était très risqué et pas facile du tout ! Il fallait donc de l’audace !

e) La nécessité de communiquer avec la « Fontaine de l’Esprit ».

Les jébuséens étaient eux-mêmes boiteux & aveugles !

Les jébuséens parlaient ainsi des invalides parmi eux. Aujourd’hui encore, ils sont nombreux les « invalides » spirituels et sur le plan mental ! Ils s’opposent à Christ (Oint, Onction) tout en pensant être en sécurité dans leurs retranchements. Ils s’imaginaient que personne ne pourrait les déloger ! Comme vous le comprenez l’ONCTION ne vous conduira pas toujours sur les chemins faciles ! Bien au contraire, tant il est vrai que Dieu donne ses exercices les plus difficiles à ses meilleurs élèves ! Cette « onction » va activer toute votre ingéniosité pour trouver des solutions ! Elle va optimiser tous vos sens ! Dieu ne fera rien pour vous… sans vous !  L’Evangile vous donne:

·         une plus grande capacité intellectuelle, une meilleure analyse des évènements, une juste appréciation des situations, des idées plus claires ! ...

L’Onction Royale lui a donné d’être animé de la Sagesse d’En-Haut, et l’a contraint à prendre des risques. Les « créneaux » sur les hauteurs de la ville parlent des « situations à risques élevés » qu’il faudra prendre ! C’est dans de tels « créneaux », des situations à risques élevés, que se situe la puissance de déloger nos ennemis !

Des promesses inachevées !

·         « Quiconque... » (Vous & moi !).

Cette promesse apparaît inachevée… Il en est ainsi comme de toutes les promesses de l’Ecriture qui attendent quelqu’un (ou « un quiconque » !) pour les réaliser. Remarquez les points de suspen SION ! SUSPEN-SION La promesse est « suspendue », donc conditionnelle ! « SION », c'est-à-dire l’avenir de cette cité, est suspendue à cette promesse ! Or, il faut qu’il n’y ait « point de suspension » aux promesses de notre Grand Roi. Cela dépend de « QUICONQUE », « VOUS & MOI ». Que chacun qui se sente interpellé !

 Finalité de la promesse: « sera prince & chef ». En d’autres termes:

·          tu atteindras un statut ou un grade supérieur, une position élevée,  une plus grande autorité, une reconnaissance de tous, une récompense qui en vaut la peine… (cf. 1Chroniques 11: 6).

 

L’onction nous est donnée pour relever le défi des promesses !

Après cette victoire, il y avait encore des « aveugles & des boiteux »… mais ceux qui avaient repoussé David allaient à leur tour être repoussés ! Ils ne sont pas « entrés dans la maison ».

A « l’intérieur de la cité des jébuséens », il y a tout ce qui « invalide » les promesses du Roi  et s’oppose à l’Onction (Christ) ! Ce sont des mentalités « aveugles », des hypocrites qui ont besoin d’un collyre pour OINDRE leurs yeux, et les « boiteux », ceux qui clochent des deux pieds: un dans le monde et l’autre dans l’église. Il existe une mentalité ennemie du Christ, du Roi des rois, de l’Onction… les ANTI-CHRIST, ou « Anti-Oints », « Anti-Onction »… Y compris au sein des églises !

Vous aussi « repoussez », chassez cette mentalité « aveugle & boiteuse » de votre vie intérieure, de votre esprit, de votre cœur ! Cette mentalité qui dit: « cela n’arrivera pas ! C’est impossible » ! Ne faites pas entrer ça dans votre maison !

Joab fils de Tséruja s’est emparé de la ville LE PREMIER ! (cf. 1Chroniques 11: 6).

Il était une fois… quatre personnes qui s’appelaient :

·         « TOUT LE MONDE », « QUELQU’UN », « CHACUN » et « PERSONNE ».

Il y avait un important travail à faire, et on a demandé à « TOUT LE MONDE » de le faire.

·         « TOUT LE MONDE » était persuadé que « QUELQU’UN » le ferait. « CHACUN » pourrait l’avoir fait, mais c’est « PERSONNE » qui le fît. « QUELQU’UN »  se fâcha parce que c’était le travail de « TOUT LE MONDE ». « TOUT LE MONDE » pensa que « CHACUN » pourrait le faire, mais « PERSONNE » ne réalisa que « TOUT LE  MONDE » ne pouvait pas le faire. En fin de compte, « TOUT LE MONDE » fît des reproches à « QUELQU’UN » parce que « PERSONNE » n’avait fait ce que « CHACUN »  aurait pu faire. Moralité, il faut dire « MOI JE LE FAIS ».

Effectivement, Joab est devenu Chef ! Et vous, désirez vous être le premier ? Avez-vous de l’empressement ? Du Zèle ? Décidez-vous à être le premier ! Jésus dit que pour devenir le « premier », il faut devenir serviteur de tous ! N’attendez pas que d’autres le fassent !

FAITES LE … VOUS !

L’onction apportera un puissant démenti à la résistance de l’Ennemi… Finalement, « David s’établit », envers et contre tout, et malgré tout ! Contre toute attente, ou tout pronostique, David a vaincu et s’est emparé de la ville et s’y est établit ! Voulez vous que la « Présence du Roi » soit dans toute la région comme une référence ? C’est CAPITAL ! Au départ, il y a rumeur de défaite certaine, assurée, puis un démenti formel ! Il y est arrivé malgré la forte opposition et les grandes difficultés… il s’est emparé de la ville ! Vous êtes là pour confondre les forces et les puissances de l’Enfer !

Retour accueil