Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


                                                  Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

       

LA GRACE QUI SURABONDE  

 LA MAGNIFIQUE AVENTURE D’UN JEUNE ESCLAVE EGYPTIEN

 1Samuel 30: 11ss.

 

· “Ils trouvèrent dans les champs un homme Egyptien qu’ils conduisirent auprès de David. ils lui firent manger du pain et boire de l’eau et lui donnèrent un morceau d’une masse de figues sèches et deux masses de raisins secs. Après qu’il eut mangé, les forces lui revinrent car il n’avait point pris de nourriture et point bu d’eau depuis trois jours et trois nuits. David lui dit: Qui es-tu, à qui es-tu et d’où es-tu ? Et il répondit: Je suis un garçon égyptien au service d’un homme Amalécite et voilà trois jours que mon maître m’a abandonné parce que j’étais malade. Nous avons fait une invasion dans le midi des Kéréthiens, sur le territoire de Juda et au midi de Caleb, et nous avons brûlé Tsiklag. David lui dit: veux-tu me faire descendre vers cette troupe ? Et il répondit: Jure-moi par le nom de Dieu que tu ne me tueras pas et que tu ne me livreras pas à mon maître, et je te ferai descendre vers cette troupe. Il lui servit ainsi de guide. Et voici les Amalécites étaient répandus sur toute la contrée, mangeant, buvant et dansant, à cause du grand butin qu’ils avaient enlevé du pays des Philistins et du pays de Juda. David les battit depuis l’aube du jour jusqu’au soir du lendemain, et aucun d’eux n’échappa, excepté quatre cents jeunes hommes qui montèrent sur des chevaux et s’enfuirent. David sauva tout ce que les Amalécites avaient pris, et il délivra aussi ses deux femmes. Il ne leur manqua personne, ni petit, ni grand, ni fils, ni filles, ni aucune chose du butin, ni rien de ce qu’on leur avait enlevé: David ramena tout. Et David prit tout le menu et le gros bétail; et ceux qui conduisaient ce troupeau et marchaient à sa tête disaient: C’est ici le butin de David !”. 

LA CONDITION DU PECHEUR 

Ils ont trouvé dans la campagne dans les champs, ce jeune homme égyptien qui errait. Les soldats de David ont conduit cet homme auprès de David. C’est la condition de l’homme séparé de son Dieu. Perdu. Errant. Malade. Déprimé. Ayant faim et soif. Abandonné. Fatigué. Ayant perdu ses esprits, en un mot pécheur et séparé de Dieu. Dans un état misérable comme ce jeune homme. Pitoyable. Proche de la mort.

 

· “Nous étions tous errants ...” (Esaïe 53: 6).

 

·        Colossiens 2: 13: « Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, Il vous a rendus à la vie avec Lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses… ».

 

·        Romains 3: 23: « tous ont péché, sont privés de la gloire de Dieu ».

 

·        Romains 5: 12: « Voilà pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort a atteint tous les hommes : d’ailleurs tous ont péché… ».

 

L’homme égyptien symbolise l’homme mondain, mais éloigné de Dieu ! Sans Dieu, l’homme pécheur vit une solitude tragique. Il peut être au milieu de la foule et se sentir tout à fait seul, dans la tristesse, en quête de quelque chose. Il ne sait vers qui se tourner. Mais, tôt ou tard, Dieu nous rencontre au travers de ses serviteurs, lesquels nous conduisent dan Sa Présence, celle du fils de David, le grand roi Jésus-Christ. Amené auprès de David des questions lui ont été posées. La première chose, on lui a d’abord donné à manger et à boire...  

LES BESOINS DU PECHEUR

 

· “... ils lui firent manger du pain et boire de l’eau et lui donnèrent un morceau d’une masse de figues sèches et deux masses de raisins secs. Après qu’il eut mangé, les forces lui revinrent car il n’avait point pris de nourriture et point bu d’eau depuis trois jours et trois nuits”.  

En tout premier lieu, Dieu veut s’occuper de nous, quel que soit notre état. Il nous accepte tels que nous sommes, ne nous reproche rien, Il nous accueille. Les trois jours et trois nuits nous font inévitablement penser au fait que Jésus devait ressusciter le troisième jour… Il a consenti à subir le calvaire et à mourir pour pouvoir nous relever… Et sur la croix Il a déclaré : « J’ai soif ! »… Il a soif de nous abreuver, faim de nous nourrir !

 

· “Je Suis le pain de vie”,

 

· “si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive”...

 

Le Seigneur veut secourir l’homme et l’aider, lui faire du bien dans sa situation. Il sait qu’il y a longtemps qu’on n’a pas reçu quelque marque d’affection que ce soit, que nous avons des problèmes insurmontables, insolubles, qu’il y a tant de misère dans notre vie. Il sait que l’on erre depuis la naissance. Mais Il a le pain et l’eau nécessaires. Il est la Solution, le Remède. C’est dans Sa Présence seule qu’on peut-être rassasié. Là on trouve le vrai bonheur, la satisfaction, on est abreuvé de l’amour véritable. Le Seigneur commence par nous soigner, nous entourer, mettre un baume sur nos blessures, ensuite viennent les questions importantes, car “ventre creux n’a pas d’oreilles !”.  

LES QUESTIONS DU PECHEUR

 

· “Qui es-tu et d’où es-tu ?”.

 

Il fallait faire le point de la situation, tout de suite. Dieu voulait plus que le tirer d’affaires. Il fallait que le bilan soit fait. En Sa Présence, les questions vitales, les questions existentielles sont posées, celle de notre identité, et de notre origine.

 

· “Si tu veux savoir où tu vas, considères d’où tu viens !”.  

Certains se posent la question: Y-a-t-il eu évolution ou non ? Dieu n’en discute pas et dès le départ, Il déclare que c’est Lui qui a créé l’homme. Le but de la Bible n’est pas scientifique mais spirituel, elle ne s’arrête pas sur le « comment », mais révèle le « pour … quoi » !  

L’homme a été fait à l’image de Dieu, et non de l’animal. La première chose qu’on apprend de Dieu dans l’Ecriture, c’est qu’Il parle ! En ce sens l’homme a été fait à l’image de Dieu, il peut aussi parler. La première chose que nous savons d’Adam, c’est qu’il donne un nom aux animaux... Il parle aussi !  

L’AVEU DU PECHEUR

 

· “Je suis un garçon égyptien au service d’un homme Amalécite et voilà trois jours que mon maître m’a abandonné parce que j’étais malade...”.

 

Dans la Bible, l’Egypte est le symbole de ce monde de servitude dans lequel nous vivons. Les Amalécites, pour leur part, représentent les passions humaines, la chair avec ses convoitises et c'est vrai que quand on vit dans le monde, on devient esclave de ce qui a triomphé de nous. La Bible dit:

 

· “Le monde entier gît sous la puissance du Malin”.  

La télévision peut triompher, la cigarette, la drogue, la course aux conquêtes, l’appât de l’argent, la compétition... Nombreux ceux et celles qui sont lié par un maître impitoyable, et qui sont plein de convoitises coupables et pourtant malheureux. Le diable ne paie jamais vraiment bien. Et le jour où nous hommes fatigués ou malades, nous n’en pouvons plus, où nous sommes au bord du désespoir, le diable nous suggère:

 

·        Maintenant, jette-toi là, dans l’abîme !”.

 

Et lui se frotte les mains... Cet homme a dit:

 

·        Mon Maître m’a abandonné parce  que j’étais malade !”. 

Satan vous abandonnera à votre triste sort, il n’a rien à faire de vous. Mais, la Bonne Nouvelle, c’est que Jésus-Christ guérit les malades ! C’est ce qu’Il a toujours fait quand Il était sur terre, guérisons intérieures, physiques, morales, mentales... N’importe quelles maladies ! Tout son ministère a démontré que:  

·        Dieu est un bon Dieu et le diable, un mauvais diable”. 

LA CONFESSION DU PECHEUR 

L’Egyptien a fait l’aveu de sa misère, il a confessé ses mauvaises actions. Avec ses compagnons d’infortune, il avait fait une incursion, incendié la ville de Tsiklag, amenant bien des problèmes. Il était assez révolté et remuant. Il mettait le feu partout où il était. Mais il a avoué ses méfaits : 

· “Celui qui avoue ses transgressions et les délaisse, obtient miséricorde” (Proverbes 28: 13).  

Quand nous confessons nos péchés, nous sommes libérés. Même si il y a eu de la casse dans votre vie... et que vous ayez fait les 400 coups ! Quand on est “esclave d’un Amalécite”, c’est à dire de nos passions, de celui qui gouverne ce monde, on fait n’importe quoi... et non seulement on nuit aux autres, mais aussi à soi-même. Dites:  

· “Seigneur Jésus, voici ce qui s’est passé dans ma vie. Je sais que ça ne va pas, que ça me rend malheureux, triste, que j’ai besoin de ton secours, de ta vie dans mon cœur, que ton sang me purifié de tout péché, que tout soit changé en moi ...”.   

LA DECISION DU PECHEUR 

Après avoir confessé toutes ces choses, David lui a posé une question, comme s’il voulait dire:  

· “Eh bien, puisque tu avoues ces mauvaises actions, je voudrais te demander quelque chose: veux-tu me faire descendre vers cette troupe ?”.  

David ne l’oblige pas, il respectait sa personne, tout comme Dieu vous respecte. Il veut vous conseiller. Il se propose : 

· “Je te conseille d’acheter de moi un collyre pour oindre tes yeux !”.  

Ce n’est pas une obligation, c’est une nécessité. Si tu ne veux pas le faire, tu n’y es pas obligé, mais tu peux venir à Jésus, payer le prix de t’approcher de Lui, et Il ouvrira tes yeux. Tout comme David, Dieu nous dit en Jésus-Christ: 

· « J’ai besoin de toi, Je voudrais que tu me serves, que tu sois utile, que tu prennes une décision et que tu marches derrière-moi. Je serai celui qui va te guider, Je serai ton chef et tu seras à mes côtés. Si autrefois tu errais, maintenant, tu vas me suivre... ».  

· « Si quelqu’un me suit, il ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie ».  

Jésus est le plus formidable des leaders. Il faut prendre une décision claire et ferme, mais Il ne nous forcera jamais. 

L’ASSURANCE DU PECHEUR 

Cet homme a dit à David:  

· “D’accord !”.  

Mais il a ajouté:  

· “Je voudrais une assurance de ta part, je voudrais : que tu me jures par le Nom de ton Dieu que tu ne me tueras pas et que tu ne me livreras pas à mon maître, alors, je descendrai vers cette troupe”.  

Quand on s’approche de Jésus, on peut avoir des réticences, la peur d’être piégé, et dire:  

· “Attention, qu’est-ce qui peut m’arriver si je m’engage, qu’est-ce que Jésus va faire avec moi ? Que peux-t-Il exiger de moi ou me demander ?”.

Nous avons besoin d’être rassuré, d’une assurance. Aujourd’hui, bien des gens ont une assurance pour la vie, le chômage, pour la voiture, la maison, les accidents, la mort... Jésus est capable de jurer, de s’engager à ton propos de manière formelle.

 · “Je jure de te faire vivre, et non pas de te tuer ! Je ne te remettrai pas sous le joug de ton ancien maître, tu ne retomberas plus jamais en esclavage...”.

·         Celui qui croit en moi vivra, combien même il serait mort !”. 

·         Jean 10: 27/30: « 27 Mes brebis écoutent ma voix, et Je les connais, et elles viennent à ma suite. 28 Et Moi, Je leur donne la vie éternelle; elles ne périront jamais et personne ne pourra les arracher de Ma Main. 29 Mon Père qui me les a données est plus grand que tout, et nul n’a le pouvoir d’arracher quelque chose de la Main du Père. 30 Moi et le Père nous sommes un ». 

Jésus disait encore: « Si le fils t’affranchit, tu seras réellement libre ! ».  

Quand Dieu nous délivre, ce n’est pas pour retomber. Cela peut arriver, mais ce n’est jamais de par la volonté divine. Il peut nous dire:  

· “Tu es passé des ténèbres à mon admirable Lumière, de la puissance de Satan à la puissance de Dieu, toutes choses sont passées, et toutes sont devenues nouvelles, tu as reçu un cœur nouveau, tes péchés sont pardonnés, effacés, ta conscience est pure maintenant. Autrefois ta robe était souillée, mais Je t’ai revêtu de la robe du Salut”.  

· “Je vous ai écrit petits enfants, afin que vous sachiez vous qui avez cru au Nom du Fils de Dieu, que vos péchés sont pardonnés que vous avez maintenant la vie éternelle” (1Jean 5: 13).  

Vous êtes en sécurité. Jésus déclare:  

· “Main tenant, vous êtes dans ma Main, et nul ne vous ravira de ma Main, ni de la Main de mon Père”.

Le jeune esclave égyptien connaissait la “valeur” de son ancien maître et il ne voulait en aucun cas retourner vers lui. Il avait compris... 

LES BENEDICTIONS DU PECHEUR SAUVE  

Cet homme a donc servi de guide à David. Il s’est mis à sa disposition, à son servie et on lui a donné du raisin et des figues sèches. Les figues représentent la guérison, puisque le roi Ezéchias a été guéri par l’application d’une masse de figues sur son ulcère. Il devait mourir, mais il y a eu un retour de situation. Dieu avait vu la prière et les larmes, et Il a rajouté 15 années de sursis au roi Ezéchias. La guérison de Dieu est à notre portée. 

En revanche, les deux paquets de raisins secs qui lui ont été donné comme provision, nous parlent de la joie, de la réjouissance, des vendanges. Paul parle de ces deux paquets de raisin dans l’épître aux Philippiens : 

· “Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ! Je le répète: réjouissez-vous !”.  

Voilà nos deux paquets de raisins, une provision de JOIE dans le Seigneur. La Cité Céleste est la Cité de la Joie, le monde spirituel est en fête, et sur terre, nos cœurs sont gonflés de cette joie... “Des raisins secs...”: une joie durable, et non pas une joie éphémère.  

·        Seigneur, que ma joie demeure...”. 

Je veux conserver cette joie et y puiser des forces...  

·        La joie du Seigneur sera votre force”.  

L’ABONDANCE DU PECHEUR SAUVE PAR GRACE 

David a su faire grâce à ce jeune homme et ce jeune homme l’a conduit vers ses ennemis. Il a battu les Amalécites du matin jusqu’au soir et la victoire fut extraordinaire, 400 jeunes gens se sont enfuis sur des chameaux et David a sauvé (ramené, récupéré) tout ce que les Amalécites avaient volé. Le diable a pillé beaucoup des vies chrétiennes, et les a frustrées de leurs biens, de leurs droits, de ce qui est légitime.  

Nombreux sont les chrétiens qui pleurent, qui s’apitoient sur leur sort, ou se résignent. Mais, voyez-vous, quand on sait faire grâce, Dieu nous fait aussi grâce et on peut tout retrouver ! David a retrouvé le menu comme le gros  bétail. Les petites comme les grandes choses, dans tous les domaines. Ne pas se contenter du « menu bétail », mais vouloir le « gros bétail » ! Des bénédictions plus importantes. Et ceux qui conduisaient le troupeau, qui marchaient à sa tête disaient:  

·        C’est ici le butin de David !”. 

 Nous qui sommes pasteurs et responsables, nous devons aussi affirmer le résultat de la victoire de Jésus au Calvaire et dire:  

· “C’est ici la Grande victoire de Jésus-Christ, le fils de David !”.  

Nous ne devons pas avoir peur d’affirmer, de scander ces choses. Le butin est ce qui est repris aux ennemis vaincus, les richesses et ce qu’ils avaient volé ! Il y a du butin et de la promotion pour chaque victoire des enfants de Dieu. Chaque victoire nous rend plus fort. Il ne faut rien retrancher, ne rien oublier. C’est un message qui fait l’inventaire et qui dit:  

· “Voici le butin en Jésus-Christ !”.  

« DU CHAOS NAISSENT LES ETOILES ! » (Charlie Chaplin) 

Maintenant nous passons de l’image de Christ qui sauve le pécheur au travers de David, à l’image du croyant qui peut récupérer tout ce que l’ennemi a pris, volé, par la Grâce de Dieu seul. David avait beaucoup pleuré suite à ce drame : 

·         « David et le peuple élevèrent la voix et pleurèrent jusqu’à ce qu’ils n’eussent plus la force de pleurer… David fut dans une grande angoisse » (1Samuel 30: 4 6). 

Toutefois, l’Ecriture nous dit qu’il a repris courage en s’appuyant sur l’Eternel son Dieu… 

·         « Mais David reprit courage en s’appuyant sur l’Eternel son Dieu ». 

Il l’a consulté, attendu la réponse, et enfin il est allé récupérer ce qui lui avait été volé. Dieu lui avait répondu:  

·         « poursuis, car tu atteindras et tu délivreras » (1Samuel 30: 8). 

·         «  Et David se mit en marche… » (1Samuel 30: 9). 

Tout comme David, Dieu a mis en vous, en nous tous une capacité que l’on appelle du mot savant de « résilience ». C’est la possibilité d’encaisser les coups, puis, de reprendre ce qui a été dérobé ! C’est dans ce sens qu’il est écrit: 

·         « sept fois le juste tombe, mais il se relève ! » (Proverbes 24: 16).  

S’il a repris courage, c’est que l’ennemi le lui avait aussi volé. S’il vous arrivait d’être dans une détresse sans précédent, ne sachant plus que faire, n’ayant que les yeux pour pleurer, cherchez sa Divine Présence, remettez votre lourd dossier entre Ses Mains, attendez ses instructions, et dès que vous saurez ce qu’il faut faire, alors foncez ! Vous allez récupérer… Quand vous vous êtes converti, je voulais vous rappeler que vous avez été béni. En hébreu le mot « bénir » signifie « investir dans ». Au travers de votre foi en Jésus, Sa Justice vous a été imputée, Dieu a mis en vous cette « résilience » même si vous ne le saviez pas du tout ! Dans le livre du prophète Michée il est écrit :  

·         « Je suis tombée, MAIS je me relèverais » (Michée 7: 8). 

Il y a donc en nous un ressort qui permet de rebondir et de revenir à une situation plus qu’honorable ! Voyez-vous, quand vous êtes EN Christ, après un traumatisme ou une crise grave qui bouleverse votre âme, 

a)      … vous trouverez la capacité de réorganiser votre vie sur le plan psychique et émotionnel,

b)      cette expérience de souffrance va révéler des forces latentes inconnues qui défient votre créativité,

c)      vous pourrez sortir vainqueur d’une épreuve qui aurait pu laisser des cicatrices,

d)     vous saurez vous adapter face aux dangers à venir,

e)      et s’il y a des traces de votre traumatisme, vous ne serez pas anéanti par ses effets,

f)       chaque épreuve surmontée avec succès va améliorer la capacité de faire face à l’épreuve suivante 

Une très belle image est celui de l’huître perlière. L’aspect extérieur d’une huître n’est pas très beau, on dirait un caillou rugueux, gris et sale… Et, si un élément étranger pénètre en elle, un grain de sable ou autre, cela produit une blessure, une souffrance. L’huître va alors secréter de la nacre autour de cet élément pour s’en dégager… Au bout d’un temps, il y a une magnifique perle. L’huître produit une perle en réponse à l’agression. Oui, si vous avez la bonne réaction, la « résilience » va entraîner une expérience fructueuse et positive. Voyez-vous, c’est toute l différence entre ceux qui succombent et d’autres qui en sortent fortifiés par l’expérience, ce qui donne un regain d’énergie. Dieu a placé en nous des mécanismes défensifs de survie… 

·         « David sauva tout ce que les Amalécites avaient pris… il ne leur manqua personne, ni fils, ni filles, ni aucune chose du butin, rien de ce  qu’on leur avait enlevé… David ramena tout ! ».  

Je voudrais terminer an parlant de la différence entre la « Miséricorde » de Dieu et sa « Grâce ». Cette illustration nous parlera très clairement de cette différence :

LA DIFFERENCE

ENTRE LA MISERICORDE DE DIEU ET SA GRACE

Imaginez que vous êtes sur la route, en retard, et que vous pressez quelque peu sur le champignon pour gagner quelques précieuses minutes. Tout d'un coup, vous entendez une sirène et apercevez un gyrophare bleu dans votre rétroviseur. Jetant un coup d'œil sur votre compteur, vous ne pouvez qu'exprimer: oh non ! Ça y est, je suis cuit ! le gendarme s'avance jusqu'à votre vitre et demande à voir votre permis de conduire et la carte grise du véhicule. Puis, il vous pose cette question:

Savez-vous à quelle vitesse vous rouliez ?

Un peu trop vite ?

Lui répondez-vous, en prenant votre air le plus penaud possible.

Venez voir sur le radar

Vous quittez votre voiture et vous vous dirigez vers la voiture de gendarmerie. L'agent vous indique l'écran du radar qui indique une vitesse effectivement supérieure à celle autorisée sur ce tronçon de route. Puis l'agent prend son carnet de contraventions. L'infraction est manifeste, la punition méritée même si vous aviez toutes les meilleures excuses du monde pour votre dépassement de la vitesse autorisée. Imaginez encore cette suite possible. Levant les yeux vers le gendarme vous lui demandez:

Monsieur l'agent ?

Oui ?

S'il vous plaît, ne me donnez pas de contravention. Je ferai attention dorénavant !

Vous regardant quelques instants, l'agent ferme son carnet, puis vous regarde à nouveau:

D'accord, je veux bien. Mais roulez quand même moins vite. Allez, bonne fin de journée.

Fin incroyable, exceptionnelle. Vous méritiez cette contravention, mais l'agent de police vous a donné une chance. Vous avez donc échappé à la sanction que vous méritiez. C'est précisément ainsi que se manifeste la MISERICORDE de Dieu à notre égard. Nous méritons tous de payer le prix fort à cause de notre péché. Et comme le dit Paul, la sanction, c'est la mort

·         Romains 6: 23: « le salaire du péché c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur ».

Il serait tout à fait juste que nous soyons éternellement séparés de Dieu. Cependant, il a choisi de nous placer au bénéfice de Sa Miséricorde.

Cependant, il y a dans l'Évangile un autre aspect qui échappe à beaucoup de gens. Revenons à notre agent de police. Imaginez encore qu'au moment de retourner dans votre voiture, l'agent de police vous dise:

Attendez un instant, je n'en ai pas encore fini avec vous.

Et sur ces mots, le voilà qui plonge sa main dans une de ses poches pour sortir son portefeuille. Il l'ouvre et vous tend un billet de 100 euros en déclarant:

— Je tiens à vous donner cela. Très bonne journée à vous !!!!!

Là, l'agent de police aurait manifesté un caractère nouveau, qui va bien au-delà de la miséricorde: oui, cela aurait été de la GRÂCE !

Faire preuve de miséricorde envers quelqu'un, c'est lui épargner ce qu'il mérite.

Faire preuve de grâce envers quelqu'un, c'est lui offrir ce qu'il ne mérite pas.

Dieu a fait preuve de miséricorde envers nous en nous pardonnant notre péché et en renonçant à nous en tenir pour responsables. Mais Il est allé plus loin en nous offrant sa grâce, en nous donnant la vie dans l'union avec le Christ.

Le pardon est un don merveilleux, mais ce n'est pas l'événement le plus important; ce n'est pas non plus le but ultime du sacrifice du Christ sur la croix. Le pardon est la condition préalable à l'accomplissement de l'objectif suprême de Dieu, il est lié aux mérites de Christ sur la croix. Nous sommes sauvés dans le but que nous recevions la vie de Jésus-Christ, qui vient habiter dorénavant en nous. La raison toute simple pour laquelle Jésus-Christ vient habiter en nous lorsque nous sommes sauvés est que nous puissions recevoir sa vie, être nourri à la sève divine, être ainsi transformés progressivement à son image, puis manifester cette vie et cette puissance autour de nous, tel David relevant le défi de reprendre ce que l’Ennemi avait volé. Jésus a dit très clairement qu'Il était venu pour que nous ayons la vie :

·         Jean 10:10 : « le voleur ne vient que pour égorger tuer et détruire, mais Je Suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient même en abondance ».

Avant d'être sauvés, nous étions spirituellement morts, mais désormais nous sommes vivants (Éphésiens 2: 1). Tel le jeune homme égyptien « les forces vont vous revenir », ou bien comme David qui était abattu, « vous allez vous mettre en marche »… 

AMEN ! 1000 fois AMEN !!!

Retour accueil