Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


                                                  Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

       

FIN ET MORT DE LA PEUR 

·        Genèse 3:10 : « Il répondit: j’ai entendu ta Voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché ». 

J’entends de temps à autre cette expression: « je suis mort de peur ! », et aussi: « j’ai peur de la mort ! ». Je vais donc vous parler de la « mort de la peur ! ». En effet, l’être humain est sujet à diverses craintes. Celles-ci l’assaillent continuellement depuis la chute en Eden:  

·        j’ai entendu ta Voix dans le jardin

La Voix de Dieu ne fait pas peur quand on n’a rien à se reprocher ! (…).

·        et J’AI EU PEUR

La peur nous fait perdre beaucoup. Elle nous fait frapper aux mauvaises portes (…)

·        parce que je suis nu

« Faute de Vision, le peuple périt ». Le verbe traduit par « périr » veut aussi dire « être nu ». L’homme qui n’a pas de vision est « nu ». Le péché nous fait perdure la vision de Dieu pour notre vie, nous dépouille de tout ce que Dieu a de meilleur en réserve  (…).

·        et je me suis caché

Solution naïve : qui peut croire que Dieu ne peut pas nous voir !?

·        « Nulle créature n’est cachée à ses yeux » (cf. Hébreux 4: 13).

Il y a deux façons de se cacher. Etre caché en Dieu et se cacher de Dieu. Dans la Nouvelle Alliance, l’homme est caché en Christ. Protection divine sublime s’il en est (…). Depuis la chute de l’homme la peur est d’une actualité continuelle. Elle opère partout, chez tous. Surtout en ces temps de la fin : 

·        « les hommes rendront l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra sur la terre, car les puissances de cieux seront ébranlées… » (Luc 21: 16).

LA PEUR TOUTE UNE CHAÎNE D’ACTEURS

Une Société américaine de chimie (ACS), a réalisé une vidéo qui analyse la peur. Comme pour tout ce que nous ressentons, l'émotion de la peur est enclenchée par une succession de processus neurologiques et chimiques dans notre corps.

Ces mécanismes sont donc expliqués dans une vidéo intitulée "The chemistry of fear", comprendre "la chimie de la peur", largement illustrée par des films d'horreur. Le film est guidé par Abigail Marsh, maître de conférences en psychologie à l'Université de Georgetown.

·        "La peur est l'attente ou l'anticipation d'une possible blessure, explique-t-elle. Nous savons que le corps est extrêmement sensible à la possibilité d'une menace, et il existe ainsi de multiples voies qui achemine l'information de la peur dans le cerveau".

Vous êtes assis dans votre salon et, soudain, vous entendez le bruit d'une vitre qui se casse. Ou que l'on casse... L'alerte sonore est alors transmise au thalamus du cerveau, puis à l'amygdale, principal organe de la peur. Là, un neurotransmetteur - le glutamate - prend le relais et déclenche une cascade de réactions dans la substance grise périaqueducale. A ce stade, le cerveau doit prendre une décision: rester immobile, bondir ?

Pendant ce temps, l'information atteint l'hypothalamus qui contrôle le système nerveux. C'est le moment de mettre en branle l'usine chimique du corps: les glandes surrénales qui produisent le cortisol et l'adrénaline. Cette dernière accélère le rythme cardiaque, la pression sanguine et le rythme respiratoire; il y a aussi un shoot de glucose dans le sang, tandis que le cortisol tient le système nerveux en éveil.

Nous voilà prêts pour les 3 stades de la réponse à la peur:

·        l'immobilité, face à l'approche d'un prédateur dans l'espoir de lui échapper;

·        la fuite, lorsque le danger devient trop imminent;

·        la lutte, lorsque la fuite ou la tentative de fuite a échoué et qu'il ne reste plus qu'à se battre pour se protéger.

L'effet de la peur est donc nettement plus complexe que ce qu'on aurait pu imaginer, et tout se passe en un laps de temps très court. Les chercheurs ont également voulu voir ce qu'il se passait quand l'un des organes essentiels de cette chaîne ne fonctionnait pas. Ils ont pu observer le cas d'une femme dont les amygdales ne marchaient pas: la peur lui était étrangère. Rien que ça ! Toutefois, certaines peurs sont nécessaires, car elles nous protègent de divers dangers. Il s’agit de peur naturelle. Mais le sujet que je vais essayer de traiter est la peur de nature spirituelle !

LA PEUR NOUS LIVRE AU DOCTEUR MENSONGER 

Josué 22: 22/27 

·         « Dieu, Dieu, l’Eternel, Dieu, Dieu, l’Eternel le sait, et Israël le saurait... Si nous nous sommes bâtis un autel pour nous détourner de l’Eternel... que l’Eternel en demande compte ! ... C’est bien plutôt par une sorte d’inquiétude que nous avons fait cela, en pensant que vos fils diraient un jour à nos fils: ‘Qu’y a-t-il de commun entre vous et l’Eternel, le Dieu d’Israël ?’ ... C’est pourquoi nous avons dit: ‘Bâtissons nous donc un autel, non pour des holocaustes et pour des sacrifices, mais comme un témoin entre nous et vous, entre nos descendants et les vôtres, que nous voulons servir l’Eternel devant sa face...’ ». 

Les deux tribus de Gad et de Ruben et la 1/2  tribu de Manassé occupaient le territoire à l’Est du Jourdain. Au départ, la 1/2 tribu de Manassé avait revendiqué de vastes portions de la Terre Promise en disant:  

·         « Ce pays... est un lieu propre pour des troupeaux, et  tes serviteurs ont des troupeaux... que la possession de ce pays soit accordée à tes serviteurs, et ne nous fais point passer le Jourdain... Nous ne posséderons rien... de l’autre côté du Jourdain » (Nombres 32: 4/5 & 19). 

Moïse s’y était d’abord opposé pressentant une situation génératrice de problèmes dans l’avenir. Mais les trois tribus s’étaient engagées solennellement à passer le Jourdain avec tous leurs frères pour combattre avec eux en Canaan jusqu’à ce que la nation entière soit entrée en possessions du territoire. Moïse avait accédé à leur demande, et tout est allé très bien pendant quelques années pour ces trois tribus. Ces hommes de guerre étaient rentrés chez eux après leur démobilisation. Alors, les problèmes ont commencé.  

Quand on est démobilisé, c’est là que commencent les problèmes. Que s’est-il passé ?  Ils ont décidé d’élever un monument qui ressemblait à l’autel des sacrifices du Tabernacle. Mais sa hauteur, sa grandeur était telle qu’elle attirait les regards de loin, et qu’on pouvait le voir de loin dans le secteur ouest du Jourdain. Alors les autres tribus d’Israël ont été alarmées de cette initiative de Ruben Gad et Manassé. Pour le reste du peuple c’était une grave désobéissance aux directives divines de Dieu. N’y avait-il pas déjà un lieu de culte ?  Cette construction ouvrait la voie à toutes sortes de déviations et à l'idolâtrie.  

La peur a généré l’idolâtrie, et toute idolâtrie n’est qu’un « docteur mensonger ». 

·         Habakuk 2: 18/20, 3: 1: « 18 De quoi sert l’image taillée que son ouvrier l’ait taillée ? Ce n’est que fonte, et qu’un docteur de mensonge; de quoi sert-elle, pour que l’ouvrier qui fait des idoles muettes se fie en son ouvrage ? 19 Malheur à ceux qui disent au bois, réveille-toi; et à la pierre muette, réveille-toi; enseignera-t-elle ? Voici, elle est couverte d’or et d’argent, et toutefois il n’y a aucun esprit au-dedans. 20 Mais l’Eternel est au Temple de sa sainteté; toute la terre, tais-toi, redoutant Sa Présence. 1 La requête d’Habacuc le Prophète pour les ignorances ». 

Cette sorte de peur qui les animait n’était pas naturelle et au final, sans solution véritable. Alors les autres tribus d’Israël ont envoyé une délégation de 10 hommes, sous la conduite de Phinéés, fils du Souverain Sacrificateur, pour leur adresser des remontrances sévères. Mais cette délégation a été accueillie par des propos rassurants ! Ceux que nous avons lus au début. 

Au verset 24, il y a le mobile profond de cette action:  

·         « C’est par une sorte d’inquiétude que nous avons fait cela !». 

Pourquoi une telle inquiétude puisque ces 3 tribus vivaient si près de Dieu ? Elles s’étaient écartées du plan de Dieu tout en étant à l’Est du Jourdain. Certes, cet autel était pratique, plus besoin de se déplacer, d’aller rendre un culte de l’autre côté du Jourdain. La vie avec Dieu nous coûte quelques efforts. Savez-cous donc pourquoi ces 3 tribus avaient construit cet autel ? Elles avaient en fait mauvaise conscience. Il arrive aujourd’hui que des croyants en Jésus vivent en marge de sa volonté à « l’Est du Jourdain ». Alors, la conscience travaille. Ces tribus n’avaient pas la frontière du Jourdain face aux envahisseurs. L’histoire démontrera plus tard qu’ils ont choisi une mauvaise portion de territoire, car ils s’exposaient ainsi au danger. De plus, ils avaient de bonnes intentions au départ, mais, hélas, par la suite, nous découvrons qu’ils ne se joignent pas aux autres tribus pour combattre avec eux et secourir leurs frères (Juges 5: 15/17). En réalité, ils avaient mauvaise conscience, mais ils camouflaient leurs sentiments d’inquiétude et d’insécurité sous le Nom de Dieu. Ils avaient répété: 

·         « Dieu, Dieu, l’Eternel, Dieu, Dieu, l’Eternel... ». 

Nombreux sont les chrétiens qui ont le Nom du Seigneur dans la bouche, mais dont le cœur est éloigné ?  

·         Matthieu 7: 21/23: « Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur, n’entreront pas tous dans le Royaume de cieux... ». 

L’autel paraissait être un symbole de l’unité entre eux et les autres tribus. Leur langage pieux parle de l’unité. Mais, la réalité, c’est qu’ils se sont fait un monument, un édifice qui fait concurrence au véritable autel. Cette unité de façade cachait une autre réalité sous-jacente : « l’esprit d’indépendance ». Aujourd’hui, ce même esprit est à l’œuvre dans nombre d’églises locales, où chacun désire paraître, se faire son monument. Avec en plus l'hypocrisie, l’outrecuidance de mettre Dieu dans sa sauce, et parler d’unité. Bien des tentatives. Cela ressemble, ça paraît plus grand, mais ce n’est pas la vérité. Il ne peut y avoir deux autels, deux cultes, deux pasteurs, deux directives dans une église. Ils prennent des initiatives... avec de bonnes intentions au départ, et qui attirent les regards... dangereusement pour l’avenir... 

Mais Dieu a l’homme de la situation, comme un ambassadeur de la paix (Phinéés cf. Nombres 25). Celui qui remet les choses en ordre. Il prévient une guerre civile qui couve, des luttes intestines et fratricides. Il est l’homme qui va régler cette  confusion et cette tension. Un homme lucide. Il va les exhorter à venir de l’autre côté du Jourdain, à revenir au milieu d’eux. Là où était leur place véritable. Il les exhorte à retrouver leur place; il les remet en place. Il leur rappelle le plan initial de Dieu:  

·         « Si vous tenez pour impur le pays qui est votre propriété, passez dans le pays qui est la propriété de l’Eternel, où est fixée la demeure de l’Eternel, et établissez-vous au milieu de nous » (Josué 22: 19). 

En d’autres termes, vous pouvez encore changer, il n’est pas trop tard pour bien faire. Reconnaissez que votre « propriété est impure »… En effet, ce qui nous est propre est souvent sale. On défend bien souvent nos propriétés impures... Nous avons tous des propriétés impures, des domaines de notre vie qui doivent être abandonnés, et cela suffira pour que vous reveniez, la porte est encore ouverte. Il y a de la place pour vous. Comme Phinéés, nous sommes des ambassadeurs de la réconciliation (2Corinthiens 5: 18/20).  

Pour finir, les 10 tribus sont sorties indemne de ce procès. La guerre a été évitée. Ils avaient un vrai et profond désir d’adorer Dieu. Et Phinéés ayant écouté leurs arguments conclu:  

·         « Nous reconnaissons maintenant que l’Eternel est au milieu de nous, puisque nous n’avez point commis cette infidélité contre l’Eternel » (Josué 22: 31). 

Soyons aussi ces ambassadeurs de paix qui écoutent patiemment comme Phinéés, dans les situations tendues extrêmes.... Le monde a besoin de voir un exemple en nous, chez nous, avant de reconnaître ce que Phinéés avait reconnu en son temps:  

·         « Maintenant, l’Eternel est au milieu de nous !». 

Cette sorte d’inquiétude malsaine nous fait faire des choses qui nous amènent dans des impasses, nous fait prendre de mauvaises solutions. Différentes peurs qui nous amènent à des voies de garage... Elles ont des noms différents, mais une même racine: 

1) La Superstition qui vient de l’ignorance. C’est la peur du malheur. 

2) La Timidité, peur de s’exprimer (1Timothée 1/7). 

3) La Lâcheté, peur d’agir (Apocalypse). 

4) La Pauvreté peur de manquer. 

5) Les Murmures peur d’être francs. 

6) La Paresse, peur de se dépenser, de s’investir. 

7) L’Incrédulité, peur de croire. 

8) L’Amertume, peur de pardonner. 

9) L’Hypocrisie, peur qu’on découvre notre vrai visage... 

·         Proverbes 12: 25: « L’inquiétude dans le cœur de l’homme l’abat, mais une bonne parole le réjouit ».

·         « Y a-t-il de l’inquiétude au cœur de l’homme, il la réprime; une bonne parole la change en joie » (trad. NBS). 

Vous et moi avons le pouvoir de réprimer l’idolâtrie qu’est l’inquiétude dans notre cœur, car nous connaissons la Bonne Parole de Dieu qui va repousser ce « docteur mensonger » et qui va tout transformer en joie !

LES ESCLAVES DE LA PEUR SUBISSENT L’ENFER ! 

·         Apocalypse 21: 8: « Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort ». 

On raconte cette histoire… Un homme mourut et alla en Enfer… Pendant son examen d’entrée, Satan lui demanda:  

·         « qu’est-ce que tu crains le plus ? » …

·         « Je n’ai peur de rien ! », répondit notre homme.  

·         « Alors, dit Satan, vous vous êtes trompés d’endroit. Nous ne recevons ici que les clients qui sont esclaves de la peur !». 

Certes, il ne s’agit que d’une histoire pour illustrer notre propos, et non d’une affirmation doctrinale ! Mais, elle contient une dose de vérité. L’on pourrait faire une longue liste des peurs qui étouffent et harcèlent l’être humain. Déjà dans un dictionnaire, nous pouvons relever 149 synonymes en relation avec elle:  

·         Panique, alarme, angoisse, épouvante, crainte, terreur, anxiété, redouter, s’affoler, trembler, s’effaroucher, être blême, avoir la frousse... 

La peur se manifeste en toutes occasions 

·         La Peur des hommes, des choses, de la grêle, du vent, de la pluie, de la chaleur, du froid, de l’orage, de l’incendie, des inondations, des tremblements de terre, des déraillements train, des accidents de voiture, des épines, du poison, des pierres qui sont sur le chemin, des attentats, de la bombe atomique, d’une révolution, de la guerre, peur pour l’argent, les récoltes, les troupeaux, les magasins, les usines, les meubles, peur de voyager en avion ou en bateau, crainte de ombres au clair de lune, du téléphone, des souris, de voir du sang, de la solitude, de ne pas séduire, de l’échec, PEUR D’AVOIR PEUR !  

Bref, de telles personnes ne sont jamais en paix. Ces craintes sont les résultats d’expériences passées, et nous leur permettons de nous hanter. Bien des hommes capables sont devenus des ratés, car ils ont cédé à la crainte irraisonnée de l’échec. Le psychique est souvent en cause dans de nombreuses maladies corporelles. Ainsi des émotions négatives comme la peur, le désespoir ou l'égoïsme pouvaient être responsables d’anxiété, d'irritabilité, de tensions et de crispations internes capables d’entraîner par exemple des ulcères.  

C’EST MOI ! N’AYEZ PAS PEUR ! 

·         Matthieu 14: 24/33: « La barque, déjà au milieu de la mer, était battue par les flots ; car le vent était contraire. 25 A la quatrième veille de la nuit, Jésus alla vers eux, marchant sur la mer. 26 Quand les disciples le virent marcher sur la mer, ils furent troublés, et dirent: C’est un fantôme ! Et, dans leur frayeur, ils poussèrent des cris. 27 Jésus leur dit aussitôt: ‘Rassurez-vous, c’est Moi; n’ayez pas peur !’. 28 Pierre lui répondit: ‘Seigneur, si c’est Toi, ordonne que j’aille vers Toi sur les eaux’. 29 Et il dit: ‘Viens !’. Pierre sortit de la barque, et marcha sur les eaux, pour aller vers Jésus. 30 Mais, voyant que le vent était fort, il eut peur; et, comme il commençait à enfoncer, il s’écria: ‘Seigneur, sauve-moi !’. 31 Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit, et lui dit: ‘Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?’. 32 Et ils montèrent dans la barque, et le vent cessa. 33 Ceux qui étaient dans la barque vinrent se prosterner devant Jésus, et dirent: ‘Tu es véritablement le Fils de Dieu’ ».  

Littéralement, Jésus leur dit : « Je Suis ! N’ayez pas peur ! ». Ce qui signifie que « rien n’est rien » devant ce « Je Suis » magistral. Tout n’est rien à qui Dieu est tout. Et combien de fois Jésus dira: « Je Suis ! ». Il est la Présence Absolue de Dieu. Partout où l’on réalise cela, tout est pacifié. Vous avez remarqué que Jésus a du fil à retordre avec Pierre et les disciples. Jésus leur dit « n’ayez pas peur ! ». Ça n’a duré qu’un petit moment. Quelques instants après:  

·         « Pierre voyant que le vent était fort, eut peur… et il commençait à s’enfoncer ! ». 

Avait-il oublié que la Parole de Jésus est plus forte que le vent ? La peur est entrée en lui et la foi est partie. La peur engendre le doute nous dérobe, nous vole ce que nous aurions dû recevoir. La peur disqualifie de « marcher sur les eaux », c’est-à-dire de surmonter tout problème spécifique. La peur n’arrange rien, au contraire, on commence à s’enfoncer. Tout comme Jésus, Pierre aurait dû marcher sans crainte sur l’eau. Mais, même si la crainte est entrée en lui, il aurait pu la maîtriser, et ainsi se surpasser. En Jésus nous sommes aussi « christifiés », c’est-à-dire que le Christ habite notre esprit et désire se manifester pleinement au travers de notre tempérament, nos tendances, et des circonstances de notre vie. Le monde veut voir si l’on est véritablement des fils et de filles de Dieu (cf. Romains 8: 14).  

Il veut grandir en nous et prendre toute la place. Cependant, toute crainte n’est pas forcément négative. Il est des craintes normales, qui nous permettent de faire face à ce qui pourrait nous blesser, et nous amène à être prudents. Sans celles beaucoup d’entre nous ne seraient pas en vie aujourd’hui. Cette crainte convenable, qui avertit d’un danger, est l’instinct de conservation qui agit comme un signal d’alarme qui signifie: AGIS ! 

·         « Il faut qu’Il croisse et que je diminue ».  

C’est ce qui a commencé au moment de notre baptême. Et tout ce qui ne ressemble pas au Christ doit et va partir avec perte et fracas, sous l’action de l’Esprit Saint. Déjà depuis votre conversion vous avez constaté que nombre de choses ont perdu de leur importance et tombent d’elles-mêmes. L’Esprit de Jésus qui agit en nous, nous dépouille de notre vielle nature, Il s’insère dans nos vies, et nous oriente toujours plus vers Christ. Tel un mur qui s’effrite peu à peu, parcelle par parcelle, tout au long de notre vie, et au fur et à mesure nous faisons l’expérience de notre faiblesse. Alors, on se réjouit d’être ce que Dieu veut que nous soyons, et nous devenons ce qu’Il est. Jusqu’au point où ce n’est plus nous qui vivons, mais Lui qui vit en nous. Nous devenons semblables à Lui. Tout cela demande un abandon joyeux, et notre vie est divinisée. Nous devenons « frères de Jésus ». 

·        Hébreux 2: 1/16: « C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d’elles. 2 Car, si la parole annoncée par des anges a eu son effet, et si toute transgression et toute désobéissance a reçu une juste rétribution, 3 comment échapperons-nous en négligeant un si grand Salut, qui, annoncé d’abord par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l’ont entendu, 4 Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint-Esprit distribués selon sa volonté. 5 En effet, ce n’est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir dont nous parlons. 6 Or quelqu’un a rendu quelque part ce témoignage: ‘Qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui, ou le fils de l’homme, pour que Tu prennes soin de lui ? 7 Tu l’as abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Tu l’as couronné de gloire et d’honneur, 8 Tu as mis toutes choses sous ses pieds’. En effet, en lui soumettant toutes choses, Dieu n’a rien laissé qui ne lui fût soumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises. 9 Mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de la mort qu’Il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, Il souffrît la mort pour tous. 10 Il convenait, en effet, que Celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur Salut. 11 Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi Il n’a pas honte de les appeler frères, 12 lorsqu’Il dit: ‘J’annoncerai ton Nom à mes frères, Je te célébrerai au milieu de l’assemblée’. 13 Et encore: ‘Je me confierai en Toi’. Et encore: ‘Me voici, Moi et les enfants que Dieu m’a donnés’. 14 Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, Il y a également participé Lui-même, afin que, par la mort, Il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable, 15 et qu’Il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude. 16 Car assurément ce n’est pas à des anges qu’Il vient en aide, mais c’est à la postérité d’Abraham. 17 En conséquence, Il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu’Il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple; 18 car, ayant été tenté Lui-même dans ce qu’Il a souffert, Il peut secourir ceux qui sont tentés ».

Avec la naissance de Jésus, une nouvelle ère devait arriver, celle de la mort de la peur ! C’est là la Bonne Nouvelle, qu’au travers de la Rédemption, Sa Mort et Sa Résurrection, le Christ nous a délivrés de la crainte de la mort, la peur de la mort dans laquelle nous étions retenus en esclavage. Qu’est-ce que Jésus a fait ? Il a tué la peur, Il l’a mise à mort, en sorte que toute notre vie nous en sommes délivrés. La peur a été mise à mort sur la croix, et au travers de sa Résurrection. Ce qui nous libère, c’est que nous n’avons plus du tout la crainte de la mort. Parce que la mort de la peur a eue lieu il y a 2000 ans sur le mont Golgotha. Toute peur, qu’elle qu’elle soit, doit être assujettie dans la foi au sacrifice de Jésus. C’est ainsi que l’Eglise ne doit pas non plus craindre la mort:

·        Apocalypse 1: 17/18: « Je tombais à ses pieds comme mort. Il posa sur moi Sa Main droite en disant: Ne crains point ! Je Suis… le Vivant. J’étais mort et voici, Je Suis vivant aux siècles des siècles… ».

CESSEZ D’AVOIR PEUR DE LA PEUR ! 

·         « Ne crains point petit troupeau, car il a plu à Dieu de te donner le Royaume » (Luc 12: 32).  

Dans ces paroles de Jésus à ses disciples, l’église en embryon, nous découvrons de la tendresse, de la douceur, du courage, une promesse. L’intention divine est encore de nous donner le Royaume. Mais le leitmotiv est: « n’aies pas peur, ne crains point ! ». Cette affirmation « n’aies pas peur » est une promesse qui montre combien nous avons besoin :  

·         d’être rassurés,

·         d’avoir de la tendresse,

·         de la paix,

·         de la douceur,

·         du courage

Tout cela est procuré dans la mort de Jésus pour nous ! C’est dans cette foi que nous recevons ce que Dieu est toujours prêt à nous donner. Il est toujours le Grand Donateur.  

·         « Si tu connaissais le Don de Dieu… ».

·         « Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique… ».

·         « L’Eternel te donnera la supériorité sur les nations de la terre… ». 

La peur fait obstacle à la réception des dons de Dieu 

La peur est un obstacle aux dons de Dieu. Elle est hélas inhérente à notre condition humaine. Qui n’a jamais eu peur ? Chacun cherche le moyen de s’en prémunir. La peur nous fait peur. Nous agissons par anticipation de cette peur. La peur de l’inconnu notamment. Surtout dans nos temps où les médias diabolisent l’avenir, la peur du lendemain. On s’attend au pire, on amasse, on engrange, on thésaurise, l’on souscrit à des retraits complémentaires, des assurances vie, on adhère à des mutuelles, des conventions obsèques, on choisit jusqu’au capitonnage de son cercueil, sa musique et ses fleurs ! Et voilà l’Avenir exorcisé. Mais, est-ce vivre ou bien survivre ? A vouloir trop se protéger dans dangers réels ou supposés, on s’isole, on s’enferme dans un égoïsme qui, loin de nous libérer nous étouffe nous emprisonne, et verrouille le cœur et nos portes. 

·         2Timothée 1: 7: « Car ce n’est pas un esprit de timidité, de lâcheté ou de défaitisme que Dieu nous a donné, mais un esprit de courage, d’amour et d’enthousiasme, c’est un esprit actif et aimant qui nous rend forts et aimants ; il nous donne un jugement sain et une parfaite maîtrise de nous-mêmes » (trad. PVV). 

Autres traductions :  

·         « Dieu nous a donné un Esprit qui, loin de faire de nous des lâches, nous rend forts, aimants et réfléchis » (Semeur).

·         « … car Dieu ne nous a pas donné un esprit de crainte, mais de puissance, et d’amour, et de conseil » (Darby et Jérusalem).

·         « En effet, ce n’est pas un esprit de lâcheté que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de pondération » (trad. NBS). 

·         1Jean 4: 18: « La crainte n’est pas dans l’Amour, mais l’Amour Parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour ». 

Il est évident ici qu’il s’agit de l’Amour de Dieu envers nous dans lequel nous devrions être enracinés, c’est-à-dire en avoir pleinement conscience en tout et partout. Car notre amour pour Dieu ne sera jamais parfait. Le verbe bannir est traduit ailleurs par « jeter dehors », « chasser », c’est donc radical. C’est pourquoi Paul dit aux Ephésiens: 

·         « Soyez enracinés et fondés dans l’Amour » (Ephésiens 3: 17). 

L’AFFRANCHISSEMENT DE TOUTES LES PEURS 

Jetons ou coup d’œil sur des peurs courantes: 

PEUR DE LA PAUVRETE 

Bien des gens ont peur de manquer et nourrissent un esprit de pauvreté donc, ils accumulent dans les greniers, les caves, et les comptes en banques ! C’est ce qui tourmentait un riche propriétaire fermier qui avait des biens en réserve pour des années mais qui est mort la nuit même où il prit sa retraite, alors qu’il se croyait à l’abri pour longtemps ! Pourtant, la Bible déclare:  

·         « Il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l’intégrité ».

·         « l’Eternel est mon berger, je ne manquerai de rien ! » (Psaume 84: 12; 23: 1). 

PEUR DE LA CRITIQUE 

·         « Que vont penser les gens si je dis ou je fais ceci ou cela ? ».  

En effet combien de faux amis disent:  

·         « Il est fou !»,

·         « Qu’est-ce que les gens vont dire ou penser ?».  

La peur des critiques est souvent plus forte que le désir de réussir. La Bible déclare :  

·         « Toute arme forgée contre toi sera sans effet, et toute justice qui s’élèvera en justice contre toi, tu la condamneras. Tel est l’héritage des serviteurs de l’Eternel (Esaïe 54: 17). 

PEUR DU REJET 

Et du fait de ne pas ou plus être aimé. Mais l’Ecriture vient encore à notre aide:  

·         « Si ton père ou ta mère t’abandonnent, moi, l’Eternel Je ne t’abandonnerai jamais !»,

·         « Je t’aime d’un amour éternel, Je t’ai gravé sur mes mains !»,

·         « Je te guérirai, Je panserai tes plaies, dit l’Eternel. Car ils t’appellent la repoussée, cette Sion dont nul ne prend souci...» (Esaïe 41: 17, Jean 6: 63, Jérémie 31: 3; 30: 17). 

PEUR DE PERDRE SA LIBERTE 

D’être enfermé, piégé ou enchaîné. Le patriote américain Patrick Henry s’est écrié il y a plus de 200 ans:  

·         « Donnez-moi la liberté, ou donnez-moi la mort !».  

La Bible toute entière, Parole de Guérison pour l’homme tout entier déclare:  

·         « Maintenant voici, Je te délivre de tes chaînes que tu as aux mains...» (Jérémie 40: 4). 

·         « Si le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres !» (Jean 8: 36). 

·         « Celui qui comprend l’enseignement de Jésus-Christ ressent la même chose qu’un oiseau qui ne savait pas jusqu’alors qu’il avait des ailes et puis, soudain comprend qu’il peut voler, être libre et qu’il ne doit plus avoir peur de rien !» (Tolstoï, écrivain russe 1828/1910). 

Telle est la condition du chrétien ! 

PEUR DE LA VIEILLESSE 

 … et que celle-ci: « s’empare de lui sans qu’il s’en aperçoive !», comme le dit le prophète Osée (Cp. 7: 9).  

Devenir dépendant des autres et perdre ses facultés de mémoire, de réflexion, ne plus avoir de buts à réaliser, de se voir mourir à petit feu... est terriblement angoissant. Pourtant la Bible déclare:  

·         « Leurs forces augmentent pendant la marche ! Il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance... ». 

Nous pouvons en effet mourir après une heureuse vieillesse et rassasié de jours, et ce en pleine santé:  

·         « Ta vigueur (ou ta santé) durera autant que tes jours ! » (Psaume 84: 8; 92: 15; Esaïe 40: 29; 58: 11, Genèse 15: 15) 

PEUR DE LA MORT 

Elle est appelée la Reine des épouvantements, à cause la peur de l’homme de la sensation d’étouffement et du néant...

·         « Celui qui croit en moi vivra, combien même il serait mort !».  

La résurrection de Jésus est le gage de notre propre résurrection. Mais, le Néant par définition, c’est: « ce qui n’existe pas !». Il ne peut-être, puisqu’il n’existe pas...! 

LA SEULE CRAINTE QUE NOUS DEVRIONS AVOIR 

Les Bénédictions de la Crainte de Dieu 

·         Matthieu 10: 28 : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme; craignez plutôt Celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne ». 

·         Proverbes 25: 14: « L’amitié de l’Eternel est pour ceux qui le craignent, et son alliance leur donne instruction ». 

Pour mieux cerner ce verset, j’ai consulté d’autres traductions: 

* Segond: “L’amitié de l’Eternel est pour ceux qui Le craignent, et son Alliance leur donne instruction”. 

“La familiarité de Yaweh est pour ceux qui le craignent. Il leur fait connaître les bénédictions de son Alliance” (Proverbes 25: 14, version Crampon). 

* Rabbinat: “L’Eternel communique ses mystères à ses adorateurs, Il leur révèle son Alliance”. 

* Chouraqui: “L’intimité d’Adonaï (YHWH) est à ses frémissants, son pacte pour le faire pénétrer”. 

* Tob: “Le secret de Yahvé est pour ceux qui Le craignent, son Alliance pour qu’ils aient la connaissance”. 

* Darby: “Le secret (En note: “Communication intime) de l’Eternel est pour ceux qui Le craignent, pour leur faire connaître son Alliance”. 

* Autre: “La pensée secrète de l’Eternel est pour ceux qui Le craignent et (cela) pour leur faire connaître son Alliance” 

Le mot hébreu pour « secret » (SOD) désigne un entretien familier et confidentiel. C’est dans de tels entretiens que Dieu donne ses instructions. Au verset 15, ces enseignements divins deviennent plus complets et plus admirables dans la mesure où l’attention du disciple se soutient, et leur résultat est de tirer du filet celui qui y est tombé, pour le mettre sur une voie sûre (cf. Jean 8: 31/32). 

·         Le Seigneur ne fait rien sans qu’Il en ai révélé le secret (SOD) à ses serviteurs les prophètes”. 

Le mot SOD signifie “Conseil”.  

a) En hébreu, SOD évoque: “un petit groupe d’intimes, d’amis où des décisions sont prises après délibération” (cf. Proverbes 15: 22). Le mot veut dire “des décisions secrètes” (cf. Proverbes 11: 13). Les prophètes invités à assister à Son Conseil, connaissaient les “mystères de Dieu”. 

SECRET

AMITIE

FAMILIARITE

ENTRETIENS FAMILIERS ET CONFIDENTIELS

INTIMITE

CONSEIL

COMMUNICATION INTIME

COMMUNIQUER SES MYSTERES

PENSEE SECRETE 

LA CRAINTE DE DIEU EST LE SECRET DES SECRETS ! 

C’est la base. Mais l’expression: “crainte de Dieu” est aussi diversement traduit:  

“Frémissants”  

“Etre agité par un léger tremblement, sous l’effet d’un agent physique ou d’une émotion”. “Frémissant”: “un être vivant animé d’un tremblement”: (frémir de fièvre, de crainte, d’espoir). Cela avec une grande tension nerveuse.  Se dit de quelque chose qui fait entendre un bruit continu, fait de battements et des vibrations (une salle frémissante d’enthousiasme) Se dit d’un sentiment particulièrement vif, “le frémissement des ailes d’un insecte”, “le frémissement d’une salle de théâtre”. 

“Adorateurs” 

·         “aimer, attacher, admirer, apprécier”. 

“Craindre le Seigneur”, ne signifie pas une crainte naturelle, mais l’Amour qui bannit la crainte. La Bible ne parle pas d’une peur naturelle, mais de la Révérence envers Dieu. Craindre le Seigneur, ce n’est pas trembler devant Dieu. Mais la Bible parle de plusieurs bénédictions parce qu’on craint le Seigneur.  

·         Proverbes 15: 33: “La crainte du Seigneur enseigne la sagesse et l’humilité précède la gloire”. 

Dieu veut que son peuple ait de la sagesse dans ces derniers jours, la sagesse, la connaissance de Dieu. Alors, on traite les affaires du monde avec intelligence.  

1) Le commencement de la sagesse.  

Vous rirez devant les princes et les rois de ce monde, ne préparez rien, car Je mettrai mes paroles dans votre bouche. Qui a la sagesse de Dieu ? Ceux qui ont de la révérence pour Dieu. Alors, ils ont de l’intelligence dans toutes les situations, familiales, professionnelles... Pourquoi ? Il met Sa Sagesse dans votre cœur. Jésus a toujours ouvert sa bouche avec sagesse. Les gens ont murmuré sur Lui, mais Il avait toujours de la révérence pour Dieu, Il faisait ce que le Père Lui dictait... Même dans la cour du palais, Jésus agissait dans la sagesse de Dieu. 

Hénoc a eu cette connaissance de Dieu... Il a voulu marcher avec Dieu et Dieu avec lui. Dieu ne marche pas avec quelqu’un qui ne Le connaît pas : 

·         Amos 3: 3: «Deux hommes marchent-ils ensemble, sans en être convenus au préalable?». 

·         Ecoute l’instruction de ton père et de ta mère... C’est une couronne de grâce sur ta tête” (Proverbes).  

Voulez-vous être prospère l’année qui vient ? Craignez Dieu... Alors vous aurez de la sagesse de savoir ce qu’il faut faire dans des situations des plus inextricables. 

2) Elle détermine votre destinée.  

·         Proverbes 1: 29: “Ils ont haï la science et ils n’ont pas choisi de craindre Dieu”.  

Dieu a vu que le cœur de David était envers Lui, pas envers les gens... David craignait le Seigneur, il n’a pas accepté que le philistin puisse défier le Seigneur. Il avait cette crainte... Son cœur était parfait devant Dieu. Dieu l’a donc oint pour prospérer et être plein de succès. C’est ainsi que les portes fermées s’ouvrent... Les gens qui étaient contre vous vont venir se prosterner devant vous... Dieu a décidé que ses enfants vont vivre au-dessus des circonstances. Avant que Josaphat aille à la bataille “Il a tout fait dans la crainte du Seigneur avec fidélité et un cœur parfait”. Ils ont donc fait face à l’ennemi et ils ont eu la victoire, une grande destinée. Ayez la crainte du Seigneur de façon biblique.  

3) La crainte du Seigneur nous aide à nous éloigner du mal.  

Cela nous aide à fuir le mal. Dieu a aidé Lot à sortir de Sodome... Il est dit de s’enfuir. 

·         Proverbes 3: 7: “Ne sois point sage à tes yeux, crains le Seigneur et détourne-toi du mal”.  

·         Proverbes 16: 6: « Par la bonté et la fidélité on expie l’iniquité, et par la crainte de l’Eternel on se détourne du mal ».   

Vous aurez la capacité donc de s’enfuir du mal.  

·         Proverbes 8 : 13: “La crainte du Seigneur, c’est la haine du mal...”. 

Il ne s’agit pas d’haïr les hommes, ou ceux qui sont rétrogrades, ou qui que ce soit. Salomon avait la sagesse de Dieu mais il ne haïssait pas le mal. Salomon a épousé des femmes étrangères et païennes. Les croyants et incroyants n’ont rien à faire ensemble. Et il a écouté ces femmes. Salomon a perdu la sagesse de Dieu et il a adoré les dieux de ces nations, et à la fin de sa vie, il était plein de confusion. Il a aimé le mal et ne s’est pas réjoui des bénédictions de Dieu. Plus vous haïssez le mal plus vous aurez la sagesse de Dieu. Attention avec les compromis avec le monde et le diable. Ça va vous coûter votre sagesse... C’est la sagesse qui vous donne l’or, l’argent, la domination. Quand vous perdez la sagesse, vous perdez tout.  

4) Cela prolonge vos jours

·         Proverbes “La crainte de l’Eternel augmente les jours, mais les années des méchants sont abrégées”.  

Combien il est dur de vivre avec des personnes âgées atteintes de sénilité... Mais ma pensée et ma mémoire resteront jeunes et pleins de vie ! Ma mémoire demeurera intacte. Je ne perdrais pas la tête. Je continuerai de courir, de prêcher fort... d’agir jusqu’à mon dernier souffle ! 

5) Cela vous donne une forte confiance.  

Ceux qui sont animés de cette crainte ont une grande assurance. Ils savent que Dieu les protège et leur donne sécurité, qu’Il est protecteur, pourvoyeur, que Dieu est leur sécurité.  

·         Proverbes 14: 26: “Celui qui craint l’Eternel possède un ferme appui”.

·         “Le succès dans votre vie vient de la façon dont vous parlez” (Kenyon).

Retour accueil