Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


                                                  Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

       

LE SUCCES EN TOUT ET PARTOUT

Dès le début de cette année, nombreux sont ceux et celles qui se sont souhaité « bonne et heureuse année, santé, prospérité, réussite, etc. ». Mais ce sont généralement des paroles sans puissance, animées certes de bons sentiments, mais qui ne sont pas efficaces. Car pour « prospérer » en tout, il existe des principes de base qui nous sont donnés dans les Saintes Ecritures… Lisons ensemble 1Rois 2: 1/34:

·         « 1 David approchait de sa fin et il donna ses ordres à son fils Salomon, en disant: 2 Moi je m’en vais où va tout ce qui est terrestre. Sois fort et sois un homme ! 3 Observe l’ordre de l’Éternel, ton Dieu, en marchant dans ses voies et en gardant ses prescriptions, ses commandements, ses ordonnances et ses préceptes, selon ce qui est écrit dans la loi de Moïse, AFIN QUE TU AIES DU SUCCES DANS TOUT ce que tu feras ET PARTOUT où tu te tourneras, 4 et afin que l’Éternel accomplisse la Parole qu’Il a prononcée sur moi: Si tes fils prennent garde à leur voie, en marchant dans la vérité devant moi, de tout leur cœur et de toute leur âme, tu ne manqueras jamais d’un successeur sur le trône d’Israël. 5 Tu sais bien ce que m’a fait JOAB, fils de Tserouya, ce qu’il a fait à deux chefs des armées d’Israël, à Abner, fils de Ner, et à Amasa, fils de Yéter. Il les a tués, il a versé pendant la paix le sang de la guerre, et il a mis le sang de la guerre sur la ceinture qu’il avait aux reins et sur la sandale qu’il avait aux pieds. 6 Tu agiras selon ta sagesse, et tu ne laisseras pas ses cheveux blancs descendre en paix dans le séjour des morts. 7 Tu traiteras avec bienveillance les fils de BARZILLAÏ, le Galaadite, ils seront de ceux qui mangent à ta table; car c’est ainsi qu’ils sont venus au-devant de moi lorsque je fuyais devant ton frère Absalom. 8 Voici près de toi SCHIMEÏ, fils de Guéra, Benjaminite, de Bahourim. Il a prononcé contre moi des malédictions violentes le jour où j’allais à Mahanaïm. Mais il descendit à ma rencontre vers le Jourdain, et je lui fis un serment par l’Éternel, en disant : Je ne te ferai pas mourir par l’épée. 9 Maintenant, ne le laisse pas impuni; car tu es un homme sage, et tu sais comment tu dois le traiter. Tu feras que ses cheveux blancs descendent ensanglantés dans le séjour des morts. 10 David se coucha avec ses pères et il fut enterré dans la cité de David. 11 Le temps que David régna sur Israël fut de quarante ans: à Hébron il régna sept ans, et à Jérusalem il régna trente-trois ans. 12 Salomon siégea sur le trône de son père David, et son règne fut tout à fait affermi. 13 ADONIJA, fils de Haggith vint vers Bath-Chéba, mère de Salomon. Elle lui dit: Viens-tu pour la paix ? Il répondit: Pour la paix ! 14 Et il ajouta: J’ai un mot à te dire. Elle dit: Parle ! 15 Il dit: Tu sais que la royauté m’appartenait et que tout Israël portait ses regards sur moi pour (me) faire régner. Mais la royauté a tourné pour appartenir à mon frère car elle est à lui de par l’Éternel. 16 Maintenant, je te fais une seule demande: ne me repousse pas ! Elle lui répondit: Parle ! 17 Il dit: Dis, je te prie, au roi Salomon –– car il ne te repoussera pas –– qu’il me donne pour femme Abischag, la Sunamite. 18 Bath-Chéba dit: Bien ! Je parlerai moi-même au roi à ton sujet. 19 Bath-Chéba se rendit auprès du roi Salomon, pour lui parler au sujet d’Adonija. Le roi se leva pour aller à sa rencontre, il se prosterna devant elle et s’assit sur son trône. Il plaça un trône pour la mère du roi, et elle s’assit à sa droite. 20 Puis elle dit: J’ai une seule petite demande à te faire: ne me repousse pas ! Et le roi lui dit: Demande, ma mère, car je ne te repousserai pas. 21 Elle dit: Qu’Abischag, la Sunamite, soit donnée pour femme à Adonija, ton frère. 22 Le roi Salomon répondit à sa mère: Pourquoi demandes-tu Abischag, la Sunamite, pour Adonija ? Demande donc la royauté pour lui, –– car il est mon frère aîné –– pour lui, pour le sacrificateur Abiatar et pour Joab, fils de Tserouya ! 23 Alors le roi Salomon fit un serment par l’Éternel, en disant: Que Dieu me fasse ceci et qu’il ajoute encore cela si ce n’est pas au prix de sa vie qu’Adonija a prononcé cette parole ! 24 Maintenant, l’Éternel est vivant, lui qui m’a affermi et m’a fait asseoir sur le trône de mon père David, et qui m’a donné une maison comme il l’avait dit ! Aujourd’hui Adonija sera mis à mort. 25 Le roi Salomon envoya Benayahou, fils de Yehoyada, qui le frappa; et Adonija mourut. 26 Le roi dit ensuite au sacrificateur ABIATAR: Va-t’en à Anatoth dans tes terres, car tu mérites la mort; mais je ne te ferai pas mourir aujourd’hui, parce que tu as porté l’arche du Seigneur l’Éternel devant mon père David et parce que tu as eu part à tous les tourments de mon père. 27 Ainsi Salomon chassa Abiatar du sacerdoce de l’Éternel, afin d’accomplir la parole que l’Éternel avait prononcée sur la maison d’Éli à Silo. 28 La nouvelle en parvint à Joab. Or Joab s’était rallié à Adonija, sans toutefois s’être rallié à Absalom; et Joab s’enfuit en direction de la tente de l’Éternel et saisit les cornes de l’autel. 29 On rapporta au roi Salomon que Joab s’était enfui en direction de la tente de l’Éternel et qu’il était à côté de l’autel. Alors Salomon envoya Benayahou, fils de Yehoyada, en lui disant: Va, frappe-le. 30 Benayahou arriva à la tente de l’Éternel et dit à Joab: Ainsi parle le roi: Sors ! Mais il répondit: Non ! C’est ici que je mourrai ! Benayahou rapporta la chose au roi en disant: C’est ainsi qu’a parlé Joab et c’est ainsi qu’il m’a répondu. 31 Le roi lui dit: Fais comme il a dit, frappe-le, et tu l’enseveliras; tu l’écarteras ainsi de moi et de ma famille le sang que Joab a répandu sans cause. 32 L’Éternel fera retomber son sang sur sa tête parce qu’il a frappé deux hommes plus justes et meilleurs que lui et les a tués par l’épée, sans que mon père David le sache: Abner, fils de Ner, chef de l’armée d’Israël, et Amasa, fils de Yéter, chef de l’armée de Juda. 33 Leur sang retombera sur la tête de Joab et sur la tête de sa descendance, pour toujours; mais il y aura paix pour toujours, de par l’Éternel, pour David, pour sa descendance, pour sa maison et pour son trône. 34 Benayahou, fils de Yehoyada, monta, frappa Joab, et le fit mourir. Il fut enseveli dans sa maison, au désert ».

David arrivait à sa fin, selon ce qu’il dit, il allait bientôt rejoindre ses ancêtres, et il passe le relai à son fils Salomon. C’était l’heure des bilans, des mises au point, car une page de l’Histoire allait se tourner, une autre allait s’ouvrir !

NOUS SOMMES PASSES DE 2013 A 2014 !

Etes-vous prêts à faire face au futur ? Nous entrons dans une période d’impasses écologiques, impasses sociales, impasses financières, économiques… c’est une époque historique de décrépitude totale. Tous les explosifs sociaux sont réunis... L’assommoir fiscal va continuer de frapper, il va y avoir de plus en plus de taxes, mais pas de création d’emplois. Les perspectives économiques sont bien sombres, le chômage va encore augmenter de manière dramatique, les conflits sociaux vont se généraliser, le mécontentement gronde, et pourtant je vais vous parler de succès en temps de récession ! Mais vous devez savoir qu’en route vers le succès:

·         « quoi que ce soit que vous entreprendrez, il y aura des vautours et des gibets sur le bord du chemin » (D. Villepin).

Les temps changent, mais les principes du Royaume subsistent, même en période de crise… Ici sont révélés à Salomon les principes d’une vie réussie, et ce, dans tous les domaines quels qu’ils soient, mais également partout ! Aujourd’hui, peu importe là où tu te trouves car les principes agissent partout et dans tous les domaines, tu peux fleurir là où tu te trouves ! Un fait paradoxal: des hommes de ce monde mettent en application ces principes mais n’en connaissent pas l’Auteur, tandis qu’une majorité de chrétiens qui connaissent l’Auteur de ces principes les mettent si peu en pratique !

·    Romains 2: 14/15: « Quand des païens, sans avoir de loi, font naturellement ce qu’ordonne la loi, ils se tiennent lieu de loi à eux-mêmes, eux qui n’ont pas de loi… Par-là, ils montrent une chose: les actes que la loi demande sont écrits dans leur cœur, leur conscience est témoin de cela ».

·    Luc 16: 8: « … car les enfants de ce siècle sont plus prudents à l’égard de leurs semblables que ne le sont les enfants de lumière… ».

AFIN QUE VOUS AYEZ DU SUCCES DANS TOUT

Souffrez avec moi ces quelques piqûres de rappel, pour sortir de l’amateurisme spirituel et nourrir un véritable plan d’avenir…

ACCEPTEZ DE RECEVOIR DES ORDRES !

·    « il donna des ordres à son fils ».

Jésus Lui-même a reçu des ordres de son Père Céleste:

·    « J’ai le pouvoir de donner ma vie, J’ai le pouvoir de la reprendre, tel est l’ordre que J’ai reçu de mon Père ».

Vous vous souviendrez avec moi du centurion romain qui disait à ses domestiques: « toi viens ici, et il venait, toi fais cela et il le faisait, etc. ». Il connaissait les principes d’autorité et de commandement, mais en face de Jésus de Nazareth il a réalisé qui en est l’auteur ! De même Jésus a donné ses ordres à ses disciples avant de repartir au Ciel (cf. Actes des Apôtres 1).

IL FAUDRA VOUS RESPONSABILISER !

·    « Sois fort et sois un homme ! ».

C’est à vous de chercher les forces de courage qui sont disponibles ! Je vais vous indiquer une voie… :

SOYEZ CONSCIENT DES DEVOIRS A RESPECTER !

·    « Observe l’ordre de l’Éternel, ton Dieu, en marchant dans ses voies et en gardant ses prescriptions, ses commandements, ses ordonnances et ses préceptes… ».

Nul n’est censé ignorer la loi ! Nous avons des privilèges, des droits, mais aussi des devoirs, comme dans n’importe quelle société !

Observer: avez-vous le sens de l’observation ? Cela signifie que rien ne vous échappe, et que vous prenez du temps, que vous vous concentriez.

Marcher: C’est être pragmatique, il s’agit d’agir en conséquence.

Garder: C’est persévérer, protéger.

SOUMETTEZ-VOUS AUX SAINTES ECRITURES !

·    « selon ce qui est écrit dans la loi de Moïse ».

La Parole de Dieu est entièrement inspirée, émanant de Dieu et communiquant Dieu ! Je dis parfois avec force raison : « Il y a Quelqu’un dans le Livre ! ». La devise de l’école militaire de Saint Cyr: « ils s’instruisent pour vaincre ! ».

DESIREZ VRAIMENT LE SUCCES !

·    «… afin que tu aies du succès dans tout… ».

Tant qu’il y a succession on ne peut être dans l’échec, car on peut perdre des batailles, mais pas la guerre ! Même une succession d’échecs n’est pas quelque chose de définitif, c’est même une réussite d’avoir survécu, malgré tout cela. Quel père n’est pas intéressé par la réussite de ses enfants ? Le même Saint Esprit qui agissait en David au travers de ses paroles, redit la même chose sous la plume de l’Apôtre Jean:

·    « Bien aimé je veux que tu prospères à tous égards comme prospère l’état de ton âme ! » (3Jean 1/2, le texte grec original dit « je veux » et non pas « je souhaite »).

DANS LE BUT DE MANIFESTER LA FIDELITE DE DIEU !

·    «… et afin que l’Éternel accomplisse la parole qu’Il a prononcée sur moi ».

Tout comme Salomon, c’est notre comportement qui va révéler et confirmer cette fidélité divine ! Vous savez que Dieu déclare ses intentions à de nombreuses reprises, mais toutes ne s’accomplissent pas ! Il a voulu rassembler Israël sous ses ailes protectrices, mais ils ne l’ont pas voulu et vous savez que Jérusalem a été détruite par les romains en l’an 70… il y a des responsabilités collectives, mais aussi individuelles. Il nous appartient d’avoir l’attitude qui convient pour Lui permettre d’accomplir ce qu’Il a déclaré pour notre vie !

La Justice Divine a une très grande mémoire !

Sous la royauté de Salomon, la Justice s’instaure et va régner dans tout le pays. La Justice Divine a une très grande mémoire et en la personne de David elle s’exprime, rien n’a été oublié… David et Salomon sont la personnalisation de ce que nous sommes devenus en Christ : « Justice de Dieu ». Vous devez savoir que tout ce qui n’est pas vraiment confessé devant Dieu et tout péché qui n’est pas abandonné et purifié par le Sang de Jésus reviendra en surface ! Ou bien tu pends ton péché ou bien ton péché te pendra !

·    « Ton péché te retrouvera ! ».

MAIS …

·    « Le sang de Jésus nous purifie de tout péché » (1Jean 1: 8/9).

Revenons à cette longue lecture que nous avons faite: il y a 5 personnages qui sont l’objet d’une recommandation spéciale de la part de David à Salomon… AFIN D’AVOIR DU SUCCES DANS TOUT ET PARTOUT…

AFIN QUE VOUS AYEZ DU SUCCES DANS TOUT

Ne cherchez  pas votre intérêt personnel

J O A B

Joab vient en premier lieu (v. 5/6). La faiblesse de David (2Samuel 3: 39) avait empêché le roi de faire justice immédiate du meurtre d’Abner et, plus tard, de celui d’Amasa, mais il ne les avait pas oubliés. Tout ne se règle pas en 24 h chrono comme dans des polars américains. Ce que Joab avait fait à ces hommes, il l’avait fait à David :

·    « Tu sais ce que m’a fait Joab ».

Cet homme sanguinaire pensait servir son roi, tout en servant ses propres intérêts. Impossible ! Ce que l’on fait pour soi-même, on le fait contre Dieu. En temps de paix, « la ceinture et les sandales » de Joab, son service et sa marche, avaient été tachés par le sang de la guerre. C’était une souillure. La guerre devait l’atteindre aussi; il lui faudrait apprendre qu’il n’y avait pas de paix pour lui, car elle n’est que pour ceux qui procurent la paix :

·    Jacques 3: 18: « Le fruit de la justice est semé dans la paix par les artisans de paix».

Ni le règne de paix de Salomon, ni son règne de justice ne pouvaient admettre de tels éléments. Joab devait être éliminé sans sursis et sans miséricorde, et c’est ce que nous devons faire avec l’égoïsme et les intérêts personnels….

·    « Fais selon ta sagesse », dit David (v. 6).

Oui, il y a une rétribution selon la sagesse de Christ (Apocalypse 5: 12). Sans elle, sa gloire ne serait pas complètement mise en évidence.

Joab était essentiellement guidé par ses intérêts personnels

·    « Tous cherchent leurs propres intérêts ».

Certes, il ne s’était pas détourné après Absalom (v. 28), quoiqu’il aurait bien voulu, comme nous le constatons dans 2Samuel, mais il était bien plus grave de se détourner du règne de justice au début, car cela dénotait un manque absolu de crainte en Présence de celui qui était destiné à s’asseoir comme roi glorieux sur son trône. Joab s’enfuit dans le tabernacle et saisit les cornes de l’autel. Cela ne peut le sauver. La Parole de Dieu est contre lui:

·    « Si un homme s’élève de propos délibéré contre son prochain, pour le tuer par ruse, tu l’arracheras de mon autel, pour qu’il meure » (Exode 21: 14).

 

Salomon s’en souvient. Quand le jugement de Joab est décrété, il est trop tard pour que l’autel le mette à l’abri. Il faut que la vengeance soit exécutée sur lui, afin que:

 

·    « la paix soit de par l’Éternel sur David et sur sa semence, et sur sa maison, et sur son trône, à toujours » (v. 33).

 

Autrement du sang serait resté sur la maison de David. Le jugement était nécessaire à sa gloire. Selon que l’on cherche ou pas ses intérêts, Dieu bénit chacun différemment, tandis que cela attire l’attention des forces obscures, sataniques… (cf. Job 1/8).

 

AFIN QUE VOUS AYEZ DU SUCCES DANS TOUT

N’ayez pas une trop haute opinion de vous-même !

A D O N I J A

·    1Rois 1: 5: « Adoniya, fils de Haggith, élevait des prétentions en disant: C’est moi qui serai roi ! Il se procura un char, des cavaliers et cinquante hommes qui couraient devant lui ».

Ce n’est pas nouveau non plus, combien je vois d’hommes qui s’auto-proclament « apôtres, prophètes, Bishop, Archibishop » etc., car un soit disant prophète les a déclarés « prophètes, apôtres… », etc. Du coup ils ne se sentent plus, l’orgueil les a pris et ils se trouvent encore ‘50 hommes’, chiffre très pentecôtiste, car « pentecôte » veut dire 50…, qui courent devant eux ! 50 marchands d’illusions et bonimenteurs de foire qui font la publicité de leurs gourous !

·    Jacques 3: 5: « De même, la langue est un petit membre, mais elle a de grandes prétentions. Voyez comme un petit feu peut embraser une grande forêt ! ».

Fausse sagesse et vraie connaissance

Vous connaissez sans doute l’histoire musulmane du “prophète voilé”. Il était une lumière brillante par son enseignement, qui brûlait parmi les étudiants. Il portait un voile sur son visage pour qu’on ne voit pas l’expression de sa figure qui était si glorieuse, si grande que personne ne pouvait supporter de le voir. Mais, un jour, le peuple découvrit qu’il n’était qu’un vieil homme, laid, essayant de cacher sa laideur. En effet, le voile avait vieilli, et était tombé en lambeaux... Il en est ainsi de cet Adonija, il semblait brillant, mais n’était qu’un triste sire !

Le complot échoue et Adonija implore la bonté du roi et obtient de lui la promesse formelle d’épargner sa vie. Salomon consent à oublier, à faire grâce encore une fois, mais il place Adonija sous la responsabilité devant la gloire de son règne :

 

·    « S’il est un homme fidèle, pas un de ses cheveux ne tombera en terre; mais si du mal est trouvé en lui, il mourra » (v. 52).

 

Il faut une repentance réelle !

 

Quand la justice règne, elle ne supporte plus le méchant. Salomon connaissait Adonija et ne modifia pas son jugement quand il le vit prosterné devant lui. Il savait ce qui se passait dans son cœur orgueilleux qui n’a que l’apparence de la soumission et du repentir:

 

·     « Va dans ta maison !», lui dit-il.

 

Paroles brèves et sévères. Adonija devait y prendre garde. Désormais son rôle était de se taire, comme un homme trouvé coupable et qui reste sous surveillance. Il bénéficie de ce support, aussi longtemps que le mal ne vient pas se manifester chez lui.

 

·    Romains 12: 3: « Par la grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun d’entre vous de ne pas avoir de prétentions excessives (ou: « trop haute opinion ») et déraisonnables, mais d’être assez raisonnables pour avoir de la modération, chacun selon la mesure de foi que Dieu lui a départie ».

Adonija s’adresse à Bath-Shéba pour qu’elle présente son désir au roi, son fils :

 

·    « Est-ce en paix que tu viens ? », dit cette femme pieuse qui se défie du fils de Hagguith. Elle savait en effet que s’il avait réussi dans ses projets, « elle et son fils Salomon auraient été trouvés coupables » (1: 21). Cet homme, extérieurement brisé, est toutefois bien loin de l’être dans son cœur.

 

·    « Tu sais, dit-il, que le royaume était à moi, et que tout Israël avait porté ses yeux sur moi pour que je fusse roi » (v. 15).

 

Comment une telle prétention ne soulèverait-elle pas l’indignation du vrai roi ? Lui, Adonija, avoir tous les droits à la succession, à la couronne et au peuple de David ? Ses paroles seules dénotent un cœur ulcéré, une amertume longtemps comprimée se faisant jour, parce qu’il n’y a chez lui aucun jugement de lui-même. Sans doute il dit aussi:

 

·    « Le royaume a tourné et est passé à mon frère, car il était à lui de par l’Éternel » dit-il !

 

Il feignait de reconnaître la Volonté de Dieu, et de se soumettre au trône de justice ! S’il l’a accepté, c’est qu’il ne pouvait faire autrement. À son sens, Salomon est un intrus et, dans ce cas, qu’est-ce donc, pour le cœur d’Adonija, que l’Éternel qui a établi Salomon ?

 

·    « Et maintenant, dit-il, je te fais une seule requête; ne me repousse pas... Qu’il me donne la Sunamite, Abishag, pour femme » (v. 16 /17).

 

Abischag ! Cette jeune vierge, qui avait servi David et lui avait prodigué ses soins, qui avait vécu dans l’intimité du roi de grâce, donnée à cet homme révolté que la patience seule de Salomon avait épargné jusqu’ici ! Il connaissait peu David et Salomon. Lui donner Abischag, c’était lui reconnaître quelque droit à la succession de son père, quelque contact avec le royaume qu’il pourrait revendiquer en une occasion favorable; c’était accepter la légitimité de ses prétentions et de la révolte conduite par Joab et Abiatar (v. 22).

 

La femme qui avait servi David comme une vierge chaste, serait donnée à ce profane ? Il en sera de même de l’Église. Le Roi de Gloire consentira-t-il jamais à céder à un autre, l’Épouse qu’il s’est choisie comme roi de grâce ?

 

L’Anti-christ, l’homme de péché, essayera d’enlever l’Épouse à Christ, en s’emparant de la Chrétienté Apostate, devenue la Grande Babylone de la fin, mais ses efforts pour se substituer à Christ, pour posséder son Épouse véritable et s’emparer du royaume, aboutiront, pour la prostituée et pour lui-même, à l’Etang ardent de feu et de soufre.

 

Ici, le jugement ne se fait pas attendre: le jour même Adonija fut mis à mort. N’attendez pas non plus pour rejeter toutes velléités de domination ou d’admiration des autres… La célébrité n’est pas un gage de bonheur. Car c’est Dieu qui élève, et c’est Dieu qui abaisse (cf. Psaume 75).

 

AFIN QUE VOUS AYEZ DU SUCCES DANS TOUT

Ne vous laissez pas influencer par les apparences !

A B I A T A R

Lorsqu'Adonija chercha à supplanter Salomon, Abiatar sacrificateur influent, soutint Joab, grand chef militaire, âgé lui aussi, qui voulait faire triompher le candidat, célèbre par sa beauté physique:

·    1Rois 1: 6/7 : « 6 Jamais, sa vie durant, son père ne lui avait fait un reproche, ou ne lui avait dit : Pourquoi agis-tu ainsi ? Adonija était, en outre, fort beau à voir, et il était né après Absalom. Il eut un entretien avec Joab, fils de Tserouya, et avec le sacrificateur Abiatar; et ceux-ci se rallièrent à Adonija ».

CONSPIRATIONS REVOLTES ET MECONTEMENTS

·    « Dieu regarde au cœur et non à l’apparence ! ».

L’apparence est trompeuse. Tout ce qui brille n’est pas de l’or ! Bien que cette tentative ait échouée, Abiatar seconda de nouveau Adonija, après la mort de David :

·    1Rois 2: 12/22: « Salomon siégea sur le trône de son père David, et son règne fut tout à fait affermi. 13 Adoniya, fils de Haggith vint vers Bath-Chéba, mère de Salomon. Elle lui dit: Viens-tu pour la paix ? Il répondit: Pour la paix ! 14 Et il ajouta: J’ai un mot à te dire. Elle dit: Parle ! 15 Il dit: Tu sais que la royauté m’appartenait et que tout Israël portait ses regards sur moi pour (me) faire régner (il était rempli d’illusions sur lui-même !). Mais la royauté a tourné pour appartenir à mon frère car elle est à lui de par l’Éternel. 16 Maintenant, je te fais une seule demande: ne me repousse pas ! (Adonija est resté un manipulateur) Elle lui répondit: Parle ! 17 Il dit: Dis, je te prie, au roi Salomon –– car il ne te repoussera pas –– qu’il me donne pour femme Abichag, la Sunamite (c’est un intrigant qui cherche à réaliser ses desseins coûte que coûte, même en se servant d’Abichag). 18 Bath–Chéba dit : Bien ! Je parlerai moi-même au roi à ton sujet. 19 Bath–Chéba se rendit auprès du roi Salomon, pour lui parler au sujet d’Adoniya. Le roi se leva pour aller à sa rencontre, il se prosterna devant elle et s’assit sur son trône. Il plaça un trône pour la mère du roi, et elle s’assit à sa droite. 20 Puis elle dit: J’ai une seule petite demande à te faire: ne me repousse pas ! Et le roi lui dit: Demande, ma mère, car je ne te repousserai pas. 21 Elle dit: Qu’Abichag, la Sunamite, soit donnée pour femme à Adoniya, ton frère. 22 Le roi Salomon répondit à sa mère: Pourquoi demandes-tu Abichag, la Sunamite, pour Adoniya ? Demande donc la royauté pour lui, –– car il est mon frère aîné –– pour lui, pour le sacrificateur Abiatar et pour Joab, fils de Tserouya !» (Salomon n’était pas dupe et a bien compris ce que signifiait cette demande).

C'est pourquoi Abiatar fut destitué, et Tsadoq sacrificateur fidèle, le remplaça:

·    1Rois 2: 26/35: « Le roi dit ensuite au sacrificateur Abiatar: Va-t’en à Anatoth dans tes terres, car tu mérites la mort; mais je ne te ferai pas mourir aujourd’hui, parce que tu as porté l’arche du Seigneur l’Éternel devant mon père David et parce que tu as eu part à tous les tourments de mon père. 27 Ainsi Salomon chassa Abiatar du sacerdoce de l’Éternel, afin d’accomplir la parole que l’Éternel avait prononcée sur la maison d’Éli à Silo. 28 La nouvelle en parvint à Joab. Or Joab s’était rallié à Adonija, sans toutefois s’être rallié à Absalom; et Joab s’enfuit en direction de la tente de l’Éternel et saisit les cornes de l’autel. 29 … verset 34 Benayahou, fils de Yehoyada, monta, frappa Joab, et le fit mourir. Il fut enseveli dans sa maison, au désert. 35 A sa place, le roi mit à la tête de l’armée Benayahou, fils de Yehoyada, et il mit le sacrificateur Tsadoq à la place d’Abiatar ».

Le chef de la conspiration Adonija, le faux roi, ayant été livré à son sort, la justice de Salomon atteint le sacrificateur (v. 26, 27), longtemps supporté par David, mais dont l’Éternel avait déjà prononcé la sentence aux oreilles d’Éli (1Samuel 2: 35). On retrouve ici le principe exprimé dans les paroles:

 

·    « J’ai aimé Jacob et J’ai haï Ésaü » (Malachie 1: 2), prononcées treize siècles après qu’il avait été dit: « Le plus grand sera asservi au plus petit » (Genèse 25: 23).

 

C’était le libre choix de l’Éternel, mais la sentence n’est prononcée que lorsqu’Ésaü s’est montré l’ennemi irréconciliable de Dieu et de son peuple. Il en est ainsi d’Abiathar.

 

ABIATHAR AVAIT REJOINT LE CLUB DES MECONTENTS ET DES COMPLOTEURS !

 

Cent trente-cinq ans après le jugement annoncé, il est retranché de la sacrificature, après avoir fourni un motif au jugement, par son alliance avec le rebelle. Le règne de justice s’inaugure ainsi par le jugement de tous ceux qui, placés sous la grâce et la longue patience de Dieu, n’en avaient pas profité pour mettre leur cœur et leurs actes en accord avec ce règne. Abiathar était d’autant plus coupable qu’il avait « porté l’arche du Seigneur Éternel devant David », qu’il avait aussi partagé ses afflictions dès le commencement (1Samuel 22: 20). Il avait donc eu part au témoignage de l’Oint de l’Éternel et avait souffert pour lui. Salomon reconnaît cela, mais dans le seul cas où la fidélité d’Abiathar est mise à l’épreuve et où il s’agit de la gloire du fils de David, il fait naufrage et abandonne son maître. La parole de l’Éternel, longtemps suspendue, s’accomplit; Abiathar est rejeté.

 

AFIN QUE VOUS AYEZ DU SUCCES DANS TOUT

Bénissez et ne maudissez pas !

S C H I M E Ï

·    1Rois 2: 8: « Voici près de toi Schiméï, fils de Guéra, Benjaminite, de Bahourim. Il a prononcé contre moi des malédictions violentes le jour où j’allais à Mahanaïm. Mais il descendit à ma rencontre vers le Jourdain, et je lui fis un serment par l’Éternel, en disant : Je ne te ferai pas mourir par l’épée ».

David a averti Salomon du cas de Schimeï. Il savait qu’il causerait des difficultés dans le royaume; c’était un homme dangereux, de tempérament violent, qu’on ne dominait que par la peur. Chaque fois qu’il le pourrait, il occasionnerait une rébellion, ou si une occasion favorable se présentait, il n’hésiterait pas à tuer Salomon. Il avait maudit David, puis, lors de son retour, avait montré des signes de repentance en confessant son péché. Ce même Schimeï n’avait pas suivi le parti d’Adonija; il était resté en compagnie des hommes forts de David, et avait suivi Salomon. David dit de lui:

·    « Voici, il y a avec toi, Schimeï, fils de Guéra ».

Il était donc, en apparence restauré, mais si David, en grâce, l’avait épargné, il ne le tenait pas pour innocent. Tout allait dépendre de sa conduite sous le roi de justice. Elle montrerait si sa repentance était réelle.

·    Romains 12: 14/21: « Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas. 15 Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent; pleurez avec ceux qui pleurent. 16 Ayez les mêmes sentiments les uns envers les autres. N’aspirez pas à ce qui est élevé, mais soyez attirés par ce qui est humble. Ne soyez pas sages à vos propres yeux. 17 Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. 18 S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. 19 Ne vous vengez pas vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère, car il est écrit: A Moi la vengeance, c’est Moi qui rétribuerai, dit le Seigneur. 20 Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger; s’il a soif, donne-lui à boire; car en agissant ainsi, ce sont des charbons ardents que tu amasseras sur sa tête. 21 Ne sois pas vaincu par le mal, mais vainqueur du mal par le bien ».

·    1Pierre 3/8: « Enfin, ayez tous la même pensée, les mêmes sentiments. Soyez (remplis) d’amour fraternel, de compassion, d’humilité. 9 Ne rendez pas mal pour mal, ni insulte pour insulte; au contraire, bénissez, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction. 10 Si, en effet, quelqu’un veut aimer la vie Et voir des jours heureux, qu’il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses; 11 qu’il s’éloigne du mal et fasse le bien, qu’il recherche la paix et la poursuive… ».

Schiméï est placé par Salomon sur le pied de sa responsabilité et l’accepte. Il dénote par là une pure ignorance de son état de péché et, par suite, de son incapacité d’obéir. Israël n’avait-il pas dit les mêmes paroles, lorsque la loi lui fut proposée ?

 

·    « Tout ce que l’Éternel a dit, nous le ferons » (Exode 19: 8).

 

Et Schiméï dit:

 

·    « La parole est bonne; selon que le roi, mon seigneur, a parlé, ainsi fera son serviteur » (v. 38).

 

Il sait, le malheureux, que désobéir est pour lui la mort, et que son sang sera sur sa tête — et cependant il est incapable de ne pas désobéir. Il ne peut renoncer à « deux esclaves fugitifs », et pour recouvrer ce bien d’un jour, sacrifie sa propre vie ! Quelle image du monde qui connaît la loi de Dieu et qui ne veut ni ne peut s’y soumettre, dès qu’un intérêt passager vient se placer entre la volonté de Dieu et lui. Il est jugé sur sa propre parole:

 

·    « La parole que j’ai entendue est bonne » (v. 42).

 

L’homme placé sous sa responsabilité, qui l’accepte et y manque, ne peut être supporté sous le Règne de Justice.

 

AFIN QUE VOUS AYEZ DU SUCCES DANS TOUT

Semez matériellement dans le Futur du Royaume

B A R Z I L L A Ï

·    Verset 7: « Tu traiteras avec bienveillance les fils de Barzillaï, le Galaadite, ils seront de ceux qui mangent à ta table; car c’est ainsi qu’ils sont venus au-devant de moi lorsque je fuyais devant ton frère Absalom ».

Les pensées de David aiment à se reposer, par contraste, sur ce que Barzillaï a fait pour lui :

·    2Samuel 19: 31/40: « Barzillaï, le Galaadite, descendit de Roguelim et passa le Jourdain avec le roi, pour le laisser partir du Jourdain. Barzillaï était très vieux, âgé de quatre-vingts ans. Il avait pourvu le roi de tout pendant son séjour à Mahanaïm, car c’était un homme très important. Le roi dit à Barzillaï: Viens avec moi, je pourvoirai à tout ton entretien chez moi à Jérusalem. Mais Barzillaï répondit au roi: Combien d’années vivrai-je encore, pour que je monte avec le roi à Jérusalem ? Je suis aujourd’hui âgé de quatre-vingts ans. Puis-je connaître ce qui est bon et ce qui est mauvais ? Ton serviteur peut-il savourer ce qu’il mange et ce qu’il boit ? Puis–je encore entendre la voix des chanteurs et des chanteuses ? Pourquoi ton serviteur serait-il encore à charge à mon seigneur le roi ? Ton serviteur ira un peu au-delà du Jourdain avec le roi. Pourquoi, d’ailleurs, le roi m’accorderait-il cette récompense ? Que ton serviteur s’en retourne, et que je meure dans ma ville, près de la tombe de mon père et de ma mère ! Mais voici ton serviteur Kimham, qui s’en ira avec mon seigneur le roi; fais pour lui ce que tu trouveras bon. Le roi dit: Que Kimham vienne avec moi, et je ferai pour lui ce que tu trouveras bon; tout ce que tu désireras de moi, je le ferai pour toi. Quand tout le peuple eut passé le Jourdain et que le roi l’eut aussi passé, le roi embrassa Barzillaï et le bénit; et Barzillaï retourna chez lui. Le roi passa en direction de Guilgal, et Kimham passa avec lui. Tout le peuple de Juda et la moitié du peuple d’Israël avaient fait passer le Jourdain au roi ».

Il rend à ce dévoué vieillard bien au-delà de ses désirs, dans la personne de ses fils. À l’origine, il s’agissait de Kimham seul; maintenant, tous les fils de Barzillaï ont droit à la table du roi en récompense de la fidélité de leur père. Ils jouissent de la gloire du royaume dans une position d’honneur et d’intimité particulière. Il ne suffit pas de prendre des engagements, mais il faut que ceux-ci soient suivis dans la durée, et dans les moments difficiles. Souvenons-nous-en, dans nos familles. Le dévouement des parents à Christ est récompensé dans leurs enfants :

·    « Me rappelant, dit l’apôtre, la foi sincère qui est en toi, et qui a d’abord habité dans ta grand-mère Loïs et dans ta mère Eunice » (2Timothée 1: 5).

Celui qui donne un verre d’eau au prophète ne perdra pas sa récompense, il aura une récompense de prophète ! Pourquoi Jésus dit-Il cela ? Vous savez sans doute que la vie des prophètes est périlleuse, menacée, et souvent méprisée. Donner à boire à un tel homme persécuté, mais dans lequel on voit le futur, et le sauver de la mort par la soif, alors que tous sont contre lui, ou bien l’ont abandonné, c’est un acte de courage et une détermination qui peuvent vous en coûter tout autant… 

Abigaïl l’a fait malgré la folie de Nabal son mari, rempli de haine et de mépris pour David. Mais elle voyait en David le futur roi d’Israël ! Aucun bienfait ne sera perdu, c’est investi dans le Royaume de Dieu. Gardez ce cœur lucide avisé et généreux, n’agisssez pas comme « les avares qui amassent comme s’ils devaient vivre toujours » (Aristote).

Alors que tout comme pour Barzillaï pour qui les choses de la terre commençaient à s’estomper:

·         « Je suis aujourd’hui âgé de quatre-vingts ans. Puis-je connaître ce qui est bon et ce qui est mauvais ? Ton serviteur peut-il savourer ce qu’il mange et ce qu’il boit ? Puis–je encore entendre la voix des chanteurs et des chanteuses ? »…

le brigand sur la croix a demandé de se souvenir de lui quand Jésus viendrait dans son règne ! Il donnait aussi « son verre d’eau » à Jésus, avec la certitude de son retour, que beaucoup renieront plus tard même dans le christianisme.

LA VISION DE JÉSUS QUI VIENDRA SOUDAINEMENT

En demandant à Salomon d’agir de la sorte,  David visait que le règne de son fils puisse favoriser un Tsunami de la Grâce pour tout le peuple. Ce Tsunami est arrivé. C’est ce que je souhaite à un peuple de Dieu avisé dans et pour notre pays en cette nouvelle année qui vient de commencer, peut-être celle du Retour de Jésus pour enlever son Eglise ? Le Temps de la Grâce va bientôt se terminer… Nous sommes entrés dans la dernière minute de la dernière heure des Temps qui précèdent l’Enlèvement de l’Eglise. Voici n témoignage que je tiens pour vrai: en 1968, une Chrétienne norvégienne âgée de plus de 90 ans a reçu du Seigneur une vision des événements de la fin, avant le retour du Seigneur. On avait laissé de côté cette vision, parce qu’on la jugeait trop incroyable. 40 ans après, vous pouvez lire le récit de cette vision. Il suffit de comparer avec l’état du monde actuel ! Il s’agit d’une vision reçue en 1968. À cette époque, le monde était très différent de celui dans lequel nous vivons aujourd’hui. Les thèmes abordés par cette vision peuvent nous sembler très familiers aujourd’hui, mais devaient être complètement inconnus ou même impensables, pour une chrétienne de plus de 90 ans vivant à cette époque !

Une vieille femme de 90 ans de Valdres en Norvège a eu une vision de Dieu en 1968. L’évangéliste Emmanuel Minos a fait des réunions là où elle a vécu. Il a eu l’occasion de la rencontrer, et elle lui a dit ce qu’elle avait vu. Il l’a écrit alors, mais il a pensé que c’était si inintelligible qu’il l’avait mis dans un tiroir. Maintenant, plus de 40 ans après, il comprend qu’il doit partager la vision avec d’autres. La femme de Valdres était une chrétienne très alerte, digne de confiance, éveillée et crédible, avec une bonne réputation parmi tous ceux qui l’ont connue.

Voici ce qu’elle a vu : « J’ai vu le temps juste avant la venue de Jésus et de la manifestation de la 3ème guerre mondiale. J’ai vu les événements avec mes yeux normaux. J’ai vu le monde comme un genre de globe et j’ai vu l’Europe, pays par pays. J’ai vu la Scandinavie. J’ai vu la Norvège. J’ai vu certaines choses qui auraient lieu juste avant le retour de Jésus, et juste avant que la dernière calamité ne se produise, une calamité d’un genre que nous n’avons jamais avant expérimenté. Elle a mentionné quatre vagues :

1. « D’abord avant que Jésus vienne et avant que la 3ème guerre mondiale n’éclate il y aura une « détente » comme nous n’avons jamais eu avant. Il y aura la paix entre les super puissances de l’Est et de l’Ouest, et il y aura une longue paix (Rappelez-vous, ceci était en 1968 où la guerre froide était à son plus haut niveau. E. Minos) dans cette période de paix là, ce sera le désarmement dans beaucoup de pays, aussi en Norvège et nous ne sommes pas disposés quand elle (la guerre) vient. La 3ème guerre mondiale commencera d’une manière que personne n’aurait prévue – et d’un endroit inattendu.

2. « Une tiédeur sans pareil s’emparera des chrétiens jusqu’à en tomber loin du christianisme vrai et vivant. Les chrétiens ne seront pas ouverts pour la prédication pénétrante. Ils ne voudront pas, comme dans des périodes plus tôt, accepter d’entendre parler du péché et la grâce, la loi et l’évangile, le repentir et la restauration. Là viendra un produit de remplacement: le christianisme de prospérité (bonheur). « La chose importante sera d’avoir du succès, d’être quelque chose; pour avoir des choses matérielles, choses que Dieu ne nous a jamais promises de cette façon. Les églises et les maisons de prière seront de plus en plus vides. Au lieu de la prédication à laquelle nous avons été préparés pour des générations – comme le fait de prendre votre croix et suivre Jésus, le divertissement, l’art et la culture envahiront les églises où il devrait y avoir eu des rassemblements pour LA REPENTANCE et LE RÉVEIL. Ceci augmentera nettement juste avant le retour de Jésus.

3. « Il y aura une désintégration morale que la vieille Norvège n’a jamais éprouvé. Les gens vivront ensemble comme mariés mais sans être mariés (Le concept d’union libre n’existait pas en 1968 – E. Minos). Beaucoup d’impureté avant le mariage, et beaucoup d’infidélités dans le mariage deviendront la norme commune, et cela sera justifié de chaque côté. Cela entrera même dans les cercles chrétiens et nous l’apprécierons – même le péché contre nature.

Juste avant le retour de Jésus il y aura des TV-programmes comme nous n’avons jamais expérimenté (La TV était juste arrivée en Norvège en 1968. E. Minos).

« La TV sera remplie d’une telle violence horrible qu’elle enseignera des personnes comment assassiner et se détruire les uns les autres, et la vie sera peu sûre dans nos rues. Les gens copieront ce qu’ils voient. Il n’y aura pas seulement une station de TV, mais ce sera rempli de stations de TV (Elle n’a pas connu le mot « canal » que nous utilisons aujourd’hui. Par conséquent elle les a appelés des stations. E. Minos).

La TV sera juste comme la radio où nous avons beaucoup de stations et elle sera remplie de violence. Les gens l’emploieront pour le divertissement. Nous verrons des scènes terribles de meurtre et de la destruction, et ceci s’étendra dans la société. Des scènes de sexe seront également montrées sur l’écran, la chose la plus intime qui n’a sa place que dans le mariage (J’ai protesté et j’ai dit, nous avons une censure qui interdit ce genre de chose. E. Minos). Là la vieille femme a dit: ‘Cela se produira, et vous le verrez. Tout que nous avons eu avant sera foulé à terre, et les choses les plus indécentes passeront devant nos yeux’.

4. « Les gens des pays pauvres envahiront l’Europe. (En 1968 il n’y avait pas une telle chose comme l’immigration. E. Minos) Ils viendront également en Scandinavie – et en Norvège. Il y aura un si grand nombre d’entre eux que les gens commenceront à les détester et à devenir dur avec eux. Ils seront traités comme les juifs avant la deuxième guerre mondiale. Alors la pleine mesure de nos péchés aura été atteinte (J’ai protesté sur la question de l’immigration. Je ne l’ai pas compris à cette époque. E. Minos).

Les larmes ont coulé des yeux de la vieille femme vers le bas de ses joues. « Je ne le verrai pas, mais vous vous le verrez. Puis soudainement, Jésus viendra et la 3ème guerre mondiale éclatera. Ce sera une guerre courte » (Elle l’a vu dans la vision).

« Tout ce que j’ai vu de la guerre auparavant n’est seulement qu’un jeu d’enfant comparé à celle-ci, et cela finira avec une bombe atomique nucléaire. L’air sera ainsi si pollué qu’on ne pourra plus respirer. Cela couvrira plusieurs continents, l’Amérique, le Japon, l’Australie et les nations riches. L’eau sera contaminée. Nous ne pourrons plus exploiter la terre. Le résultat sera que seulement un reste demeurera. Le reste dans les pays riches essayera de se sauver vers les pays pauvres, mais ils seront aussi durs sur nous comme nous étions sur eux. « Je suis si heureuse que je ne le voie pas, mais quand le temps approchera, vous devrez prendre courage et raconter ceci. Je l’ai reçu de Dieu, et rien de ce que j’ai reçu ne va à l’encontre de ce que la Bible enseigne… Celui qui a son péché pardonné et a Jésus comme Sauveur et Seigneur, est sauvé ».

 

 

Retour accueil