Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


                                                  Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

        SURMONTER LES AGRESSIONS DIABOLIQUES

NOUS SOMMES PRESSES DE TOUTES PARTS

·        2Corinthiens 4: 8: « Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité ; dans la détresse, mais non dans le désespoir… ».

Nous aussi, nous sommes pressés et agressés de toutes parts. Que de publicité dans nos boîtes aux lettres ou sur internet… Même votre « maison » est sujette à des agressions en apparence naturelles, la pluie, le vent, les vagues, les tremblements de terre… Mais derrière cela, quelques soient les explications scientifiques, se cachent des puissances invisibles qui opèrent. Ceci ajouté aux erreurs humaines qui prêtent main forte à l’adversité.

·         Matthieu 7: 21/27: « Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur ! N’entreront pas tous dans le Royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. 22 Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton Nom ? N’avons-nous pas chassé des démons par ton Nom ? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton Nom ? 23 Alors Je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de Moi, vous qui commettez l’iniquité. 24 C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que Je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. 25 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison: elle n’est point tombée, parce qu’elle était fondée sur le roc. 26 Mais quiconque entend ces paroles que Je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. 27 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison: elle est tombée, et sa ruine a été grande ».

Notez à nouveau avec moi la différence entre ceux qui ont chassé les démons PAR son Nom, et ceux qui le font EN son Nom. A l’inverse de ceux qui ont agi en son Nom, ceux qui ont fait ces choses par son Nom n’ont pas mis en pratique les paroles que Jésus a dites. Encore une fois, je souligne la grande différence entre ceux qui se servent du Nom et ceux qui servent Le Nom. Dans l’histoire des deux maisons l’une bâtie sur le roc l’autre sur le sable, il est question des mêmes agressions:

·         « … la pluie, les torrents, les vents se sont jetés contre cette maison… ».

L’expression suggère quelque chose de calculé, de prémédité, de machiavélique, d’intentionnel, comme si « la pluie, les torrents et le vent » s’étaient donné le mot, s’étaient concertés et avaient comploté pour démolir cette maison qui sera cernée de toutes parts.

La deuxième maison est bâtie sur le sable d’un succès illusoire, car c’est fait par son Nom. Dans le cas de la maison bâtie sur le roc, il s’agit de ceux qui ont agi en son Nom en mettant ses paroles en pratique, et qui ont été agressés de deux manières différentes par les éléments déchaînés. D’un côté par ce qui vient de l’Ennemi. De l’autre, par les bénédictions, car la pluie peut-être celle de la bénédiction, le vent celui de l’Esprit, le torrent de la grâce, de l’amour divin et celui des délices de Dieu (…) ! En effet, toutes les manifestations divines peuvent être contrefaites ou attaquées. La résistance de la maison bâtie sur le Roc vient de quelqu’un qui met les paroles de Jésus en pratique, à l’épreuve de la foi. La première maison a résisté, elle n’est pas tombée, l’autre, bâtie sur le sable, a été « battue » et elle est tombée en ruine. Toute épreuve a son utilité. La pression révèle la fissure. Oui, nous sommes bien pressés et agressés de toutes parts, et personne n’échappe à l’heure de vérité, à l’heure de l’épreuve.

UN GEANT TUEUR NOUS MENACE ET NOUS DEFIE

Dans la catégorie « agressions et pressions », il y a le Stress, un géant qui peut paralyser toute une nation. Il est responsable de nombreux décès. Un magazine sur le sujet déclare:

·         « Après avoir éclaté au milieu du XIVe siècle, tuant près du quart de la population. Aujourd’hui, six siècles plus tard, l’Europe et l’Occident doivent affronter une épidémie moins dramatique, mais tout aussi dévastatrice et bien plus insidieuse. Ce fléau moderne est multiforme, quoique toutes ses manifestations traduisent une même cause: LE STRESS. Surnommé le ‘Tueur du XXe siècle’, le stress est avant tout le produit des tensions psychologiques qu’exige la vie… les maladies organiques qui découlent du stress sont chaque année à l’origine de nombre d’hospitalisations et de décès, au moins plusieurs dizaines de millions » (revue d’Afrique du sud, « to the point ») !

Je pense aussitôt au défi d’un géant qui a stressé toute l’armée d’Israël et l’a confiné dans une peur diffuse…

·         1Samuel 17:  4 /11: « Un homme sortit alors du camp des Philistins et s’avança entre les deux armées. Il se nommait Goliath, il était de Gath, et il avait une taille de six coudées et un empan. 5 Sur sa tête était un casque d’airain, et il portait une cuirasse à écailles du poids de cinq mille sicles d’airain. 6 Il avait aux jambes une armure d’airain, et un javelot d’airain entre les épaules. 7 Le bois de sa lance était comme une ensouple de tisserand, et la lance pesait six cents sicles de fer. Celui qui portait son bouclier marchait devant lui. 8 Le Philistin s’arrêta; et, s’adressant aux troupes d’Israël rangées en bataille, il leur cria: ‘Pourquoi sortez-vous pour vous ranger en bataille ? Ne suis-je pas le Philistin, et n’êtes-vous pas des esclaves de Saül ? Choisissez un homme qui descende contre moi ! 9 S’il peut me battre et qu’il me tue, nous vous serons assujettis; mais si je l’emporte sur lui et que je le tue, vous nous serez assujettis et vous nous servirez’. 10 Le Philistin dit encore: ‘Je jette en ce jour un défi à l’armée d’Israël ! Donnez-moi un homme, et nous nous battrons ensemble’. 11 Saül et tout Israël entendirent ces paroles du Philistin, et ils furent effrayés et saisis d’une grande crainte (…) verset 16: Le Philistin s’avançait matin et soir, et il se présenta pendant quarante jours (…) versets 23/24: … le Philistin de Gath, nommé Goliath, s’avança entre les deux armées, hors des rangs des Philistins. Il tint les mêmes discours que précédemment, et David les entendit. 24 A la vue de cet homme, tous ceux d’Israël s’enfuirent devant lui et furent saisis d’une grande crainte ».

Quel défi. C’était chaque jour, pendant 40 jours. A notre époque, un tel homme paraitrait sur tous les journaux télévisés, on ne verrait que lui, martelant le publique de ses discours toujours les mêmes. La télévision et internet, géants médiatiques sont aussi des diffuseurs de mauvaises nouvelles, des mensonges divers, de la désinformation… Les téléspectateurs sont matraqués par des slogans publicitaires, mais aussi politiques, commerciaux, idéologiques. Le discours de Goliath était le même deux fois par jour. Une menace tenace. Ce mensonge répété 80 fois a fini par devenir vérité. Goliath mettait la pression sur tout le peuple. Le chiffre 40 représente les épreuves dans la Bible. Le résultat recherché et atteint par Goliath: terreur du roi Saül, de ses chefs, de son armée, de son peuple. Personne n’osait relever le défi, ils étaient tous paralysés et morts de peur.

RECONNAITRE UNE PERSONNE STRESSEE

-          Votre patron vous insulte ou vous crie dessus, déversant sur vous ses frustrations…

-          Vous recevez votre lettre de licenciement,

-          Vous devez vous recycler professionnellement,

-          Pendant votre stage, le maître se moque de vous publiquement !

-          Vous apprenez que votre conjoint veut divorcer,

-          Vous préparez le repas de midi, votre enfant renverse une casserole d’eau et le téléphone sonne en même temps

La vie dite « moderne » génère un stress inévitable, et le monde gît encore et toujours sous la puissance du Malin (cf. 1Jean 5/19). Ces pressions et bouleversements constants, comme le décès d’une personne chère, une pile de factures à régler, finissent par avoir des conséquences sur notre organisme:

·         « Les recherches montrent qu’il y a un rapport étroit entre le stress et les maladies physiques » (The Wall Street Journal).

 Toutefois, quelqu’un déclare, avec raison:

·         « J’ai besoin des difficultés pour faire quelque chose; c’est dans ces moment-là que je donne le meilleur de moi-même. Dans ces situations on se surpasse, comme animé par un ressort spécial, et les difficultés sont surmontées. Sans ces défis à relever, on ne fait rien on sombre dans l’apathie, c’est-à-dire on meure à petit feu. Toutes sortes de situations, un brassage de variations nous oblige à évoluer, à s’adapter: à la retraite, beaucoup s’éteignent car ils n’ont plus aucune activité ».

Ainsi, un certain degré de contraintes nous stimule à chercher des solutions, à inventer. Quelques échecs nous amènent certains à croire qu’ils sont des incapables, et désormais, ils baissent les bras avant même de les avoir levés… Mais un échec est une expérience enrichissante qui nous apprend ce qu’on doit savoir, ce qu’il faut éviter de faire, ce qu’il faut absolument faire. Une petite décharge électrique nous amène à réagir, et nous pousse à nous protéger. Etre sur la brèche chaque jour, dans une effervescence permanente, ça nous donne des idées; si il n’y a pas de sentiment d’urgence, on ne fait rien. Cette ambiance nous nourrit en en avons besoin pour être ingénieux et pour créer.

FAIBLESSE ET FORCE DES SERVITEURS DE DIEU

Tout comme les apôtres nous portons ce trésor de l’Évangile dans des vases de terre, mais la force n’en est que plus évidente; alors, exposés à toutes les souffrances, nous sommes toujours soutenus; exposés à la mort, nous possédons la vie (2Corinthiens 4 versets 7/12).

Les apôtres parlent, parce qu’ils ont cru; leur suprême espérance est la résurrection; toutes leurs souffrances font abonder la grâce dans l’Église, qui en bénit Dieu (versets 13/15). Par conséquent, ils ne perdent donc pas courage, car si l’homme extérieur se détruit, l’homme intérieur se renouvelle, et les afflictions du temps présent produisent une gloire éternelle (versets 16/18).

Grec: « Afin que l’excellence de cette puissance soit de Dieu et non de nous ».

Jusqu’ici l’apôtre a exposé les glorieuses prérogatives du ministère de la nouvelle alliance; maintenant, il va en montrer une autre face: c’est dans la faiblesse et l’infirmité de ses serviteurs, dans leurs souffrances et leur mort graduelle, que cet Évangile prépare et accomplit ses victoires (2Corinthiens 4: 8/12).

Par-là, l’homme reste humilié et toute gloire revient à Dieu. Ce trésor immense d’un ministère de grâce et de lumière, nous le portons dans des vases de terre, image de cette faiblesse, de cette abjection naturelle, de ces dangers du corps et de l’âme auxquels les plus fidèles serviteurs de Dieu sont toujours exposés par les tentations, les combats du dedans et du dehors. Par là même il devient d’autant plus évident que cette grande puissance qu’exerce l’Évangile est de Dieu, non de l’homme.

Le second passage est celui où l’Apôtre décrit le contraste qu’offre souvent l’enfant de Dieu pressé par la tribulation, en perplexité, persécuté, abattu, mourant tous les jours, et cependant tellement plein de la vie de Dieu, de sa paix, de sa force, que rien ne peut l’écraser, ni même vraiment l’ébranler. Vous donc qui cédez facilement aux impressions du dehors, n’en accusez que la faiblesse de votre foi et votre peu de communion avec Jésus-Christ !

La vie de Paul a été une succession d’épreuves comme celles qui sont mentionnées dans ce passage:

·         Actes 14: 19 : « … Alors survinrent d’Antioche et d’Icone des Juifs qui gagnèrent la foule, et qui, après avoir lapidé Paul, le traînèrent hors de la ville, pensant qu’il était mort. Mais, les disciples l’ayant entouré, il se leva, et entra dans la ville. Le lendemain, il partit pour Derbe avec Barnabas ».

 

·         2Corinthiens 2: 13/14: « je n’eus point de repos d’esprit, parce que je ne trouvai pas Tite, mon frère; c’est pourquoi, ayant pris congé d’eux, je partis pour la Macédoine. 14 Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui répand par nous en tout lieu l’odeur de sa connaissance ! ».

Le stress a généré en Paul de l’anxiété, cependant, Dieu l’a toujours fait triompher en Christ. Les chrétiens triomphent même dans la mort ! Si la mort entraîne la destruction de notre corps, elle ne signifie pas notre fin. Au contraire, c’est par la mort que nous recevons notre héritage céleste, la vie éternelle et la couronne de justice

·         2Timothée 4: 6/8: « Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche. 7 J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. 8 Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement ».

Rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu

·         Romains 8: 35/39: « 35 Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? 36 selon qu’il est écrit: C’est à cause de Toi qu’on nous met à mort tout le jour, qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. 37 Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par Celui qui nous a aimés. 38 Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, 39 ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur ».

 

·         Mathieu 10: 28: « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme; craignez plutôt Celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne ».

Aux versets 8,9 l’utilisation continue du temps présent ainsi que l’adverbe « toujours » (verset 10) traduisent bien l’expérience permanente de Paul (cf. 11.23 s.)

L’épuisement des ressources de l’homme n’est pas la fin de celles de Dieu. Plus que tout autre chrétien, Paul administra la preuve que l’extrême détresse humaine était la meilleure situation pour que se manifeste la puissance divine. Paul évoque les différentes tribulations qu’il a endurées.

La plupart des chrétiens ont traversé l’une ou l’autre de ces épreuves. Ils ont été pressés de toute manière et désemparés (verset 8), persécutés et abattus (verset 9). Ils ont été acculés à un point tel qu’ils ne voyaient plus de solution humaine à leurs problèmes, plus aucune issue. Mais Dieu est toujours resté avec eux. Lorsque les moyens humains sont épuisés, Dieu peut présenter ses solutions divines:

·         Deutéronome 31: 6: « Fortifiez-vous et ayez du courage ! Ne craignez point et ne soyez point effrayés devant eux; car l’Eternel, ton Dieu, marchera Lui-même avec toi, Il ne te délaissera point, Il ne t’abandonnera point ».

Revenons à 2Corinthiens 4, les versets 8 et 9 où nous trouvons quatre paires de contrastes qui montrent la fragilité des instruments et la grandeur de la puissance divine:

1) pressés de toute manière, de tous les côtés, mais non écrasés par cette pression. Autre traduction: « Cernés mais non coupés de tout ».

2) dans la détresse, perplexes quelquefois, et apparemment vaincus par les difficultés, mais non réduits au désespoir. Autre traduction: « Ne sachant que faire, mais jamais privés de tout espoir ». Dans la détresse, mais non dans le désespoir. Humainement parlant, Paul n’entrevoyait pas d’issue à ses difficultés, et pourtant le Seigneur n’a jamais permis que son serviteur touche le fond du désespoir. L’apôtre ne s’est jamais trouvé dans une situation sans issue.

3) persécutés par leurs ennemis, mais non abandonnés et dans l’attente d’une délivrance. Autre traduction: « Pourchassés par les hommes, mais jamais abandonnés par Dieu ». 

4) abattus, vaincus et jetés à terre, mais toujours libérés de l’ennemi, se remettant debout après avoir été prostrés, et jamais détruits. Autre traduction: « Souvent terrassés mais jamais achevés ».

Du fait que le trésor a été confié à des vases de terre, il donne une apparence de fragilité, voire de défaite, alors qu’il ne fait que remporter victoire sur victoire, explique l’apôtre. L’apparence extérieure n’est que faiblesse, mais en réalité, il s’agit d’une puissance incomparable. En déclarant nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité, Paul rappelle qu’il est constamment agressé par ses adversaires et assailli par les difficultés, mais cela ne l’a jamais empêché de délivrer le message en toute liberté.

·         Jacques 4: 7: « Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous ».

·         2Corinthiens 11: 23/29: « Sont-ils ministres de Christ ? — Je parle en homme qui extravague. — Je le suis plus encore: par les travaux, bien plus; par les coups, bien plus; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, 24 cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un, 25 trois fois j’ai été battu de verges, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme. 26 Fréquemment en voyage, j’ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères. 27 J’ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. 28 Et, sans parler d’autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Eglises. 29 Qui est faible, que je ne sois faible ? Qui vient à tomber, que je ne brûle ? ».

Que de stress dans la vie de l’apôtre !

CES PRESSIONS VONT REVELER UNE FORCE EN TOI

·         Proverbes 30: 33: « Car la pression du lait produit de la crème, la pression du nez produit du sang, et la pression de la colère produit des querelles ».

Il existe en résumé deux sortes de pressions, celles qui produisent du sang et celles qui produisent de la crème. Tout dépend de la réaction. Les pressions sont révélatrices.

·         « la pression du nez produit du sang ».

De cette pression résulte un effet immédiat. C’est une image de nos réactions à la violence, aux coups de poings donnés… c’est douloureux et sanglant.

·         « la pression du lait produit de la crème ».

C’est plus intelligent, le résultat est savoureux tel de la « crème ». La crème est quelque chose d’onctueux. Vous le savez « onctueux » vient de « ONCTION ». C’est la libération de l’onction qui est visée par la pression.

·         Luc 8: 45/46 & 48: « Et Jésus dit: ‘qui M’a touché ?’. Comme tous s’en défendaient, Pierre et ceux qui étaient avec Lui dirent: ‘Maître, la foule t’entoure et te presse, et Tu dis: Qui M’a touché ?’. 46 Mais Jésus répondit: ‘Quelqu’un M’a touché, car J’ai connu qu’une force était sortie de Moi’. (…) verset 48: Jésus lui dit: ‘Ma fille, ta foi t’a sauvée; va en paix’ ».

La pression du mal sur la vie de cette femme pendant 12 ans a produit du sang… La pression sur Jésus a produit la « crème », l’onction est sortie de Lui pour guérir cette femme de son fléau.

Lors d’un épisode de la vie de David, il est question de Joab son chef de guerre qui a remporté une victoire partielle, jusqu’à ce que David vienne. En d’autres termes, il est vrai que Joab avait combattu et remporté la victoire, mais cela n’aurait jamais été sans qu’il fut bénéficiaire de l’onction qui reposait sur David. Et quand David est arrivé, c’est comme si il validait la victoire de façon définitive. Et là, la victoire a été complète, absolue.

Toutes nos victoires sans Jésus ne sont que des demi-victoires. Seul Jésus a remporté La Victoire Absolue et à Lui et Lui seul soit toute la Gloire. Si nous avons quelque victoire que ce soit, l’Ecriture déclare:

·         « nous avons la victoire par Jésus-Christ ».

C’est grâce à Lui et à Lui seul. Rien d’autre. Sinon, c’est la glorification de tout ce qui est humain, et ça, cela s’appelle « voler la gloire qui revient à Dieu seul » !

LES SITUATIONS DE STRESS SONT DES OPPORTUNITES

Les situations de stress sont des opportunités; au milieu des adversités des miracles surgissent. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est au milieu de conflits féroces et acharnés que Dieu a aidé Israël et que de nombreux miracles ont pris place au moment de l’Exode, mais aussi pour la conquête du pays de Canaan sous la conduite de Josué !

Les heurts, les souffrances, les calamités, les traitements injustes, toutes les attaques de Satan et de ses hordes, peuvent être envisagés comme une bénédiction, tant il est vrai qu’il fait une œuvre qui le trompe. Tout peut et tout va tourner à la Gloire de Dieu dans votre vie. S’il attaque, l’Ennemi de votre âme va avoir des ennuis. On dirait que c’est ce qu’il cherche, il tend le bâton pour se faire battre :

·         “Benaja frappa un Egyptien d’un aspect formidable et ayant une lance à la main; il descendit contre lui avec un bâton, arracha la lance de la main de l’Egyptien, et s’en servit pour le tuer” (2Samuel 23:21).

 

Mais, Benaja a arraché la lance de  cet Egyptien de grande taille, il l’a frappé et tué avec cette même lance. En d’autres termes, l’Adversaire “ tend le bâton pour se faire battre”, et il semble aimer cela et ne pas comprendre pourquoi il est toujours vaincu ! Il prend des coups depuis 2000 ans, mais il n’en n’a pas encore assez pris. Donc, frappez-le, frappez-le encore ! Le « bâton » qu’avait Benaja, c’est pour nous la victoire de la croix, qui paraît futile face à la dangereuse lance de l’égyptien. Ne vous laissez donc pas impressionner par l’apparence de l’Ennemi, et la forme terrifiante qu’il peut prendre... S’il se présente n’ayez aucune peur et, descendez contre lui, et opposez-vous à lui avec la Victoire de la Croix. A vues humaines, Benaja n’avait aucune chance... Mais vous savez quoi ? C’est le diable qui n’aura aucune chance avec vous ! Tout comme David a décapité Goliath avec sa propre épée, toi aussi tu peux retourner les situations en ta faveur par la foi en Jésus-Christ... N’allons pas chercher l’ennemi, mais s’il se présente à nous, il doit s’en souvenir ! Il ne cherche que celui qui se laissera dévorer par lui. C’est celui qui ne lui résiste pas et qui abandonne de suite.

 

·         « Soumettez-vous à Dieu, résistez au diable, et il fuira loin de vous ».

Il se rendra compte qu’il perd son temps avec vous, avec un tel homme, une telle femme… Même sur la croix le diable n’a pu vaincre Jésus, qui, Lui, a vaincu pour nous, a validé, actualisé  et officialisé cette victoire en notre faveur.

Se soumettre à Dieu veut dire être dans la dépendance totale de Dieu notamment face à ces agressions. Alors, pour nous, se réalisera le Psaume 91 entier, car Jésus a aussi payé pour ça en résistant au diable dans le désert, mais aussi en nous assurant Sa Victoire sur la croix du calvaire ! En effet l’accomplissement des promesses de ce Psaume 91 ne devaient en aucun cas dépendre de l’injonction de Diable à Christ et seulement pour Lui (…), mais uniquement de Christ pour nous.

·         Matthieu 1: 1/11: « Alors Jésus fut emmené par l’Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable. 2 Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, Il eut faim. 3 Le tentateur, s’étant approché, Lui dit: Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. 4 Jésus répondit: Il est écrit: L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. 5 Le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur le haut du temple, 6 et Lui dit: Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas; car il est écrit: Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet; et ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre une pierre. 7 Jésus Lui dit: Il est aussi écrit: Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu. 8 Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, Lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire, 9 et Lui dit: Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m’adores. 10 Jésus lui dit: Retire-toi, Satan ! Car il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras Lui seul. 11 Alors le diable le laissa. Et voici, des anges vinrent auprès de Jésus, et Le servaient ».

Le Diable cite le Psaume 91, et il déclare que c’est au sujet de Christ que cela est écrit. Et Jésus ne dit pas que cela n’est pas, ne le concerne pas, mais il va citer d’autres textes qui parlent de Lui et qui disent : « Tu ne tenteras point… Tu adoreras ». Là Jésus parle de Lui-même, mais en même temps, Il renvoie la balle au Diable déclarant: « Tu adoreras… ». Cela le Diable ne pouvait l’entendre ni le recevoir, c’est pourquoi il a dû partir quand Jésus Lui a commandé « Retire-toi Satan ! ». Il ne peut que s’exécuter, en aucun cas il ne peut être adorateur, face à l’Adorateur par excellence qu’est Jésus, il ne peut que déguerpir. Déjà, lors de cette tentation au désert, Jésus a refusé le miraculeux en sa faveur, pour que nous, vous et moi, en soyons bénéficiaires; c’est pour nous qu’Il a consenti à subir toutes ces tentations et qu’Il les a surmontées, en sorte qu’aucune tentation ne sous fasse succomber, mais que nous les dépassions, et qu’ainsi nous expérimentions l’intégralité des promesses.

·         « 1 Celui qui demeure sous l’abri du Très-Haut Repose à l’ombre du Tout Puissant. 2 Je dis à l’Eternel: Mon refuge et ma forteresse, mon Dieu en qui je me confie ! 3 Car c’est Lui qui te délivre du filet de l’oiseleur, de la peste et de ses ravages. 4 Il te couvrira de ses plumes, et tu trouveras un refuge sous ses ailes; sa fidélité est un bouclier et une cuirasse. 5 Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole de jour, 6 ni la peste qui marche dans les ténèbres, ni la contagion qui frappe en plein midi. 7 Que mille tombent à ton côté, et dix mille à ta droite, tu ne seras pas atteint; 8 de tes yeux seulement tu regarderas, et tu verras la rétribution des méchants. 9 Car tu es mon refuge, ô Eternel ! Tu fais du Très-Haut ta retraite. 10 Aucun malheur ne t’arrivera, aucun fléau n’approchera de ta tente. 11 Car Il ordonnera à ses anges de te garder dans toutes tes voies; 12 ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre une pierre. 13 Tu marcheras sur le lion et sur l’aspic, tu fouleras le lionceau et le dragon. 14 Puisqu’il m’aime, Je le délivrerai; Je le protégerai, puisqu’il connaît mon Nom. 15 Il m’invoquera, et Je lui répondrai; Je serai avec lui dans la détresse, Je le délivrerai et Je le glorifierai. 16 Je le rassasierai de longs jours, et Je lui ferai voir mon salut ».

 

·         « Le prince de ce monde vient, mais il n’a rien en Moi ».

Effectivement, Jésus est resté serein, Il n’a pas permis à Satan et ses pressions d’agir en Lui, Il n’a pas donné de prise à l’Ennemi de nos âmes. Satan pouvait déployer toute sa méchanceté sur la forme extérieure de Jésus, sur son corps, mais il n’avait aucune prise sur Lui. Le calvaire que Jésus a vécu fut terriblement mauvais. L’adversité, les souffrances qui au départ sont à l’origine les effets du péché, des instruments du diable, deviennent des instruments de la Rédemption, car la foi s’en empare. Cette foi au sein de l’adversité fait que le serpent s’avale lui-même.

Même au moment où Jésus rendit son esprit, à son dernier souffle, il est dit:

·         Jean 19: 30: « Quand Jésus eut pris le vinaigre, Il dit: Tout est accompli. Puis, Il baissa la tête, Il remit son esprit ».

Il était encore maître, même dans cette extrémité.

·         1Jean 4: 17: « Tel Il est, tels nous sommes aussi dans ce monde (et non pas « tels nous serons au Ciel !»): c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement ». 

Bien sûr, nous sommes semblables à Lui, mais pas sans Lui. C’est encore son onction dans notre vie qui nous assure Sa Victoire. Si Satan n’a rien EN Lui, que peut-il contre nous qui sommes EN Christ ?

STRESS ET PRESSIONS DIVERSES FONT ECLATER LE MIRACULEUX

L’antique prophète Elie est monté au Ciel dans un « tourbillon »… du latin « turbo », turbinis. Cela évoque des cyclones, des tornades, des rafales de vent inouïe, le mouvement de l’eau qui tournoie avec rapidité… Sur le plan spirituel il s’agit d’un déploiement de puissance céleste. C’est dans ce contexte que sont apparus:

·         « des chevaux et des chars de feu » qui sont descendus pour l’enlever.

Le Ciel, une fenêtre spatio-temporelle, s’est soudainement ouvert pour le recevoir. Un « tourbillon » suppose des pressions atmosphériques très fortes. Dans notre cas, ce n’est pas en ne faisant rien qui l’on s’élève spirituellement, que le Ciel s’ouvre, que le surnaturel se manifeste, mais en pleine activité dans la vigne du Seigneur. Faut-il que le « ciel » mette la pression sur nous pour que le miraculeux arrive ?

Avant la sortie d’Egypte, Pharaon a pressé le peuple d’Israël en lui imposant un rythme de travail infernal, il a exigé l’augmentation de la production; ils travaillaient plus pour le même salaire… ça ne vous rappelle rien ? Ne sommes-nous pas aussi esclaves d’un monde aux intérêts financiers ? Le but était de contrôler tout un peuple et surtout de l’empêcher d’adorer le seul et unique Dieu vivant.

AFIN QUE LES MIRACLES SE MULTIPLIENT DANS LE PAYS

Exode 11: 9

« … afin que mes miracles se multiplient dans le pays… »

Aimeriez-vous voir des miracles, une multiplication de miracles ? Les miracles ne se produisent pas toujours comme on se l’imagine. Ici c’est à cause de l’opposition acharnée, et du cœur endurci de Pharaon que cela est arrivé ! La question qui vient tout de suite à l’esprit est: Dieu peut-Il multiplier les miracles sur une terre hostile, notamment un pays ou l’opposition à l’Evangile de Jésus-Christ est de plus en plus évidente ? Pharaon était un homme versatile, calculateur, qui revenait sur ses promesses. Il ne cherchait que son intérêt. Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ?

Les miracles qui ont eu lieu en Egypte étaient de miracles de jugement. L’Ennemi de  l’Egypte s’en est donné à cœur joie. Certes Dieu supervisait et avait en contrôle tout ce qui se passait. Mais quand Dieu est mis de côté et que des populations ne veulent pas qu’Il domine sur eux, le trône est vide, et quelqu’un vient de suite s’assoir dessus… L’Ennemi de nos âmes qui a toujours voulu prendre la place qui revient à Dieu seul… la dureté du cœur de l’Ennemi a pour objet ou finalité de faire éclater les signes divins au milieu de l’Egypte. Il faut que ça « éclate ».

La pression est retenue un temps jusqu’à ce qu’elle soit si importante que ce n’est plus possible d’être contenue. Tous les recours ayant été inutiles, il ne peut en être autrement. Cette dureté du cœur de Pharaon et de ses conseillers a enclenché des « jugements ». Le don des miracles se manifestent au milieu de beaucoup d’oppositions. C’est une clé du miraculeux.

·         Actes 14: 22 : « … fortifiant l’esprit des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu ».

On n’entre dans cette dimension du Royaume que par beaucoup de tribulations. Moïse est devenu « un homme piège » pour Pharaon et l’Egypte (Exode 10: 7).

UN TERRITOIRE PROTEGE DE TOUT STRESS ET PRESSIONS

Le pays de Goshen où était le peuple d’Israël était sous haute protection divine. Ce territoire désigne la terre où Joseph a établi son père Jacob et ses frères… La localisation de cet endroit demeure une énigme. Mais, là, ce peuple fut épargné des plaies qui ont frappées toute l’Egypte… C’est une image de notre position en Christ. Voyez les textes:

·         Exode 8: 21: « Si tu ne laisses pas aller mon peuple, Je vais envoyer les mouches venimeuses contre toi, contre tes serviteurs, contre ton peuple et contre tes maisons; les maisons des Egyptiens seront remplies de mouches, et le sol en sera couvert. 22 Mais, en ce jour-là, Je distinguerai le pays de Goshen où habite mon peuple, et là il n’y aura point de mouches, afin que tu saches que Moi, l’Eternel, Je Suis au milieu de ce pays. 23 J’établirai une distinction entre mon peuple et ton peuple. Ce signe sera pour demain ».

 

·         Exode 9: 6: « Et l’Eternel fit ainsi, dès le lendemain. Tous les troupeaux des Egyptiens périrent, et il ne périt pas une bête des troupeaux des enfants d’Israël ».

 

·         Exode 9: 26: « Ce fut seulement dans le pays de Goshen, où étaient les enfants d’Israël, qu’il n’y eut point de grêle ».

 

·         Exode 10: 4/6: « Si tu refuses de laisser aller mon peuple, voici, Je ferai venir demain des sauterelles dans toute l’étendue de ton pays. 5 Elles couvriront la surface de la terre, et l’on ne pourra plus voir la terre; elles dévoreront le reste de ce qui est échappé, ce que vous a laissé la grêle, elles dévoreront tous les arbres qui croissent dans vos champs; 6 elles rempliront tes maisons, les maisons de tous tes serviteurs et les maisons de tous les Egyptiens. Tes pères et les pères de tes pères n’auront rien vu de pareil depuis qu’ils existent sur la terre jusqu’à ce jour. Moïse se retira, et sortit de chez Pharaon ».

 

·         Exode 10: 21/23: « L’Eternel dit à Moïse: Etends ta main vers le ciel, et qu’il y ait des ténèbres sur le pays d’Egypte, et que l’on puisse les toucher. 22 Moïse étendit sa main vers le ciel; et il y eut d’épaisses ténèbres dans tout le pays d’Egypte, pendant trois jours. 23 On ne se voyait pas les uns les autres, et personne ne se leva de sa place pendant trois jours. Mais il y avait de la lumière dans les lieux où habitaient tous les enfants d’Israël ».

 

Des cris dans tout le pays sauf au pays de Goshen 11: 6 mais verset 7 nous dit qu’aucun chien ne hurlera à la mort. Quelle différence.

 

LE SURNATUREL DIVIN EST UN REFUGE DANS CES TEMPS DE TENEBRES

 

Le nom « Goshen » contient la notion de « s’approcher ». Il signifie « Lieu du soleil »… le vrai « soleil » n’est pas celui que les Egyptiens adoraient, mais Jésus-Christ appelé « Soleil de Justice ». « Goshen » veut aussi dire « Terre de force ». Des forces sont redonnées à ceux qui sont en cet endroit… C’était aussi une « Terre herbeuse »: lieu de pâturages pour les troupeaux. Ce sont les PROVISIONS DIVINES.

 

EN TOUTE LIBERTE ET SANS OBSTACLE

·         Actes 28: 30/31: « Paul demeura deux ans entiers dans une maison qu’il avait louée. Il recevait tous ceux qui venaient le voir, 31 prêchant le royaume de Dieu et enseignant ce qui concerne le Seigneur Jésus-Christ, en toute liberté et sans obstacle ».

Nous savons que Paul est arrivé à Rome en l’an 60 après Jésus-Christ. Pendant son séjour, il écrivit les lettres aux Éphésiens, aux Philippiens, aux Colossiens, et à Philémon. En toute assurance et sans empêchement, pendant deux ans Paul annonça le Royaume de Dieu et Jésus-Christ. Il prêcha l’évangile à tout le prétoire :

·         Philippiens 1: 12/14: « Je veux que vous sachiez, frères, que ce qui m’est arrivé a plutôt contribué aux progrès de l’Evangile. 13 En effet, dans tout le prétoire et partout ailleurs, nul n’ignore que c’est pour Christ que je suis dans les liens, 14 et la plupart des frères dans le Seigneur, encouragés par mes liens, ont plus d’assurance pour annoncer sans crainte la Parole ». 

 Il s’adressa même à la maison de César:

·         Philippiens 4: 22: « Tous les saints vous saluent, et principalement ceux de la maison de César ».

Luc termine son récit sur cette note victorieuse. Nous ne savons pas ce qui est ensuite arrivé à Paul, mais son œuvre était achevée. Il avait posé les fondations de l’Église de Christ à travers l’Empire romain.

L’histoire du christianisme a commencée par un charpentier dans une petite ville d’Israël. Il s’est répandu d’abord grâce à l’activité de douze apôtres, pour la plupart sans instruction, et plus tard, par le travail de Paul et de ses compagnons. C’est ce que Luc a présenté dans son évangile et dans le livre des Actes. Ce livre est connu sous le nom d’Actes des apôtres, mais il mériterait plutôt le titre d’Actes du Saint-Esprit. Quoi que les apôtres aient pu faire, ils l’ont accompli par la puissance du Saint-Esprit; c’est ce même Esprit qui continue d’œuvrer dans le monde entier jusqu’à nos jours. Le livre des Actes n’est pas terminé.

Transposons-nous maintenant sur un plan plus élevé, plus haut, dans le domaine de l’Esprit. Dans ce dernier verset du livre des Actes, nous découvrons qu’après avoir abattu toutes ses cartes, Satan n’arrivait à plus rien dans le ministère de l’apôtre Paul, car Paul connaissait toutes ses ruses et plus aucune pression n’avait d’effet sur lui ! Paul les avait toutes surmontées, et aucunes d’elles ne pouvait avoir le dessus sur lui.

 

 

Retour accueil