Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


                                                  Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

L’ETERNEL A RACHETE JACOB

·         Esaïe 48: 20: « Sortez de Babylone, fuyez du milieu des Chaldéens ! Avec une voix d’allégresse annoncez le, publiez le, faites le savoir jusqu’à l’extrémité de la terre, dites: ‘l’Eternel a racheté son serviteur Jacob !’ ».

L’histoire de Jacob est celle d’un racheté par grâce, qui est certes faite de revirements de situations et de paradoxes… Mais la vie n’est-elle pas ainsi ? En cette période de Pâques, il me paraît bon de ne pas oublier l’immense sacrifice de Jésus-Christ pour nous racheter du péché, nous guérir de nos maladies, nous libérer de la malédiction, nous ouvrir le Ciel, etc. Voyons diverses choses concernant ce « rachat de Jacob ». Quand vous aurez compris quelque chose du « rachat de Jacob », alors vous fuirez Babylone, car l’histoire du « rachat » ne peut souffrir le compromis avec l’esprit babylonien, comprenez l’œcuménisme ambiant, où on laisse croire que c’est avec la compromission que l’on sera plus forts, moins vulnérables, etc. !

Aujourd’hui en pleine séduction du monde protestant et évangélique par le « mouvement œcuménique » et sa « doctrine de l’unité », il faut impérativement revenir à la « prédication de la croix » qui est le seul moyen de Salut, et la pleine compréhension de ce « rachat » nous gardera de tout compromis avec « l’église babylonienne » qu’est l’Eglise catholique romaine ! Si Jacob a été racheté, c’est en vertu de la Grâce Absolue de Dieu. Dans la Nouvelle Alliance, nous savons qu’elle vient uniquement de Dieu et via le sacrifice de Jésus pour nous…

L’ETERNEL A RACHETE JACOB

CELUI QUI EST A LA TRAÎNE SERA TRANSFORME EN TRAÎNEAU

·         Esaïe 41: 13/16: « Car Je Suis l’Eternel, ton Dieu, qui fortifie ta droite, qui te dis: Ne crains rien, Je viens à ton secours. 14 Ne crains rien, vermisseau de Jacob, faible reste d’Israël; Je viens à ton secours, dit l’Eternel, et le Saint d’Israël est ton sauveur. 15 Voici, Je fais de toi un traîneau aigu, tout neuf, garni de pointes; tu écraseras, tu broieras les montagnes, et tu rendras les collines semblables à de la balle. 16 Tu les vanneras, et le vent les emportera, et un tourbillon les dispersera. Mais toi, tu te réjouiras en l’Eternel, tu mettras ta gloire dans le Saint d’Israël ».

Ces prédictions sont du domaine exclusif du « roi de Jacob » l’auteur de cette prophétie (verset 21), car Il est seul dans Sa Préscience à pouvoir écrire l’Histoire d’avance. Israël doit comprendre que collectivement, il est le serviteur de Dieu (cf. 41: 8/20). Cela ne signifie pas que le peuple est important par lui-même; preuve en est que Dieu s’adresse à lui en ces termes:

·         « Vermisseau de Jacob, faibles mortels d’Israël » (cf. 14).

Cependant, il a un grand Dieu, son Rédempteur, le Saint d’Israël (verset 14). Par conséquents, les Israélites peuvent tourner le dos à la crainte (verset 10) et se réjouir en Lui (verset 16).

J’attire votre attention sur le fait que le « roi de Jacob » dit non pas: « Je ferai de toi… », mais: « Je fais de toi… ». Dès qu’une Parole de Dieu est émise, elle prend effet immédiatement, même si il faudra un certain temps pour qu’elle se réalise, elle prend effet sans délai.

Revenons au contexte d’Esaïe 41, ces choses se détachent sur l’arrière-plan réaliste d’un Israël craintif (par exemple versets 10 s.) et chétif ou « faible reste » devrait être traduit par un terme encore moins flatteur de « pou », ce qui accentue le besoin de la grâce de Dieu.

Le nom de Jacob, en hébreu « Yaacov » signifie: « celui qui est à la traîne ». Israël n’était qu’un serviteur infidèle; cependant une fois rétabli et converti, il « broiera les montagnes ». Nous découvrons une parole prophétique que nous pouvons saisir pour nous également.

Au moment du récit, Israël est en déportation sur une terre étrangère. Les israélites déportés ont un regard juste, réaliste, sur eux-mêmes. Ils ne voient que leur impuissance, leur faiblesse, et leur incapacité à sortir de cet état. Bien souvent et dans de nombreuses situations, nous avons sur nous-mêmes ce même regard et nous n’avons plus confiance en nous. L’Éternel appelle Israël « vermisseau de Jacob » – petit ver –. C’est l’état dans lequel il se trouve, à ses propres yeux et aux yeux de la nation qui l’a déporté. Et pour l’encourager, le relever, il lui fait une promesse. Lorsque nous considérons la nature animale, nous constatons que le vermisseau, le petit ver, est sans aucun doute la créature la plus fragile, la plus exposée, la plus vulnérable de la création. Un animal faiblesans défense que l’on peut écraser en marchant, ou faire disparaitre d’un coup de pouce ou qui peut être gobé d’un coup de bec d’oiseau… Et pourtant, la Bible compare le fils de l’homme au vermisseau !

·         Job 25: 5/6: « 5 Voici, la lune même n’est pas brillante, et les étoiles ne sont pas pures à ses yeux; 6 Combien moins l’homme, qui n’est qu’un ver, le fils de l’homme, qui n’est qu’un vermisseau ! ».

Dieu qui est le Tout-Puissant nous compare à cet animal chétif, ce qui nous humilie certes, mais c’est comme ça que l’on découvre comment Il peut glorifier son Nom dans nos vies. L’Éternel a comparé Jacob à un vermisseau avant qu’il ne devienne Israël et ne porte le nom de Dieu.

RATTRAPE PAR SON PASSE…

1)      JACOB sera dans la position du ver lorsque, pourchassé par la colère et la haine vengeresses de son frère Esaü, il fuira pour sauver sa vie. Plus tard, dans la maison de Laban, son oncle où il s’est réfugié, il sera également exposé aux manœuvres rusées et renouvelées de ce dernier. Dans sa solitude et sa fragilité de vermisseau, il subira pendant plusieurs décennies de mauvais traitements avant qu’il ne se décide à fuir avec sa famille. Mais là encore, malgré les troupeaux et les serviteurs envoyés au-devant de son frère Esaü pour favoriser son retour, il a encore une fois très peur, car il redoute la colère de son frère. Il craint d’être, comme un vermisseau, écrasé par la main d’Esaü. C’est à ce moment d’extrême faiblesse, de grande solitude, de résignation totale, que l’Éternel se battra avec lui jusqu’au lever du jour et fera de lui un vainqueur qui portera le nom d’Israël.

 

·         a)    Il s’est battu, s’est bagarré contre Dieu Quelle folie, il faut être insensé pour faire ça !

·         b)    Il a été frappé à l’endroit sensible de sa vie.

·         c)     Il a quand même pris la bénédiction.

·         d) Il est devenu boiteux physiquement, mais il marchait droit dans sa tête ! Auparavant c’était l’inverse, il était boiteux dans sa tête, mais il marchait droit dans son corps …

·         e)     Je suis un homme non un ver ! Jésus a consenti l’inverse pour nous et Il nous rend notre dignité. L’homme est devenu ver, pour que nous qui sommes ver, nous devenions homme.

Nous vivons actuellement dans un monde de plus en plus arrogant et ennemi de Dieu, qui brandit la laïcité comme une arme, et nous sommes souvent sans force et sans défense. Ne perdons pas courage pour autant, car l’Éternel désire nous encourager et nous faire comprendre que, si les combats semblent inégaux, Il a élu, dans sa toute-puissance, les vermisseaux de Jacob que nous sommes pour glorifier son merveilleux Nom.

Si nous relisons l’histoire d’Israël, de générations en générations, nous constatons que c’est toujours dans cet état de vermisseau que Dieu l’a pris pour manifester sa puissance et sa gloire.

2)   Analysons l’histoire de MOISE, prophète de l’Éternel, qui a d’abord été un vermisseau dans une corbeille flottante au gré du Nil avant d’être un bâton. Un bâton de berger: Moïse gardait un troupeau qui ne lui appartenait même pas ! Pourtant, c’est cet homme craintif, désarmé, rempli d’arguments, que Dieu a choisi pour délivrer Israël de la puissance de pharaon et de ses magiciens. L’Éternel le rassure: « ne crains point, Je Suis ton Seigneur, ton Sauveur, le Saint d’Israël, le Tout-Puissant et Je viens au secours du vermisseau que tu es… ».

Notre Père connaît nos faiblesses, nos insuffisances, nos incapacités et Il désire venir à nous afin de nous restaurer, nous accompagner, nous ouvrir le chemin, nous redonner notre dignité d’enfant de Dieu. N’oublions pas que c’est lorsque nous sommes les plus vulnérables, les plus faibles, les plus démunisnus comme des vers, et que nous nous tournons vers Lui, qu’Il nous porte secours. Pour revenir à la nature, les autres animaux, lorsqu’ils sont en danger, détalent, déguerpissent ou s’envolent devant leurs prédateurs, mais le vermisseau est vraiment sans défense. Par notre comparaison à des vermisseaux, le Seigneur l’Éternel nous assure qu’Il est notre défenseur, notre force, notre bouclier, notre abri, Celui qui nous protège et fait fuir nos ennemis. Ne nous appuyons donc jamais sur nos forces, elles sont vaines, et sachons que nous ne sommes jamais seuls, l’Éternel des Armées est notre secours et notre protection.

La promesse du Père s’est accomplie pour Jacob, devenu Israël, comme elle s’accomplira pour nous en Christ, le Fils de Dieu, venu pour sceller cette Alliance.

L’ETERNEL A RACHETE JACOB

DEVENU UN VER, POUR TU DEVIENNES UN HOMME !

3)  Relisons le Psaume 22: 6, où l’Esprit de Dieu, Esprit de Révélation, présente JESUS qui viendra sauver Israël comme un ver, opprobre des hommes, méprisé du peuple. Dans ce Psaume, appelé aussi Psaume de la crucifixion ou du crucifié, David prophétisait sur la mort à la Croix de Jésus, sur ses vêtements tirés au sort, sur ses pieds et ses mains percés et sur son corps où on compterait ses os un par un… vous le savez certainement, les crucifiés à cette époque étaient nus, totalement nus sur les croix sur lesquelles ils étaient cloués, ce qui ajoutait à la honte.

Par ces détails précis, notre Rédempteur veut que nous comprenions que lorsqu’Il est venu pour se charger de nos fautes, prendre sur Lui nos péchés et nos iniquités, Il n’a point revêtu de carapace protectrice, mais c’est nu, comme un ver, sans défense, qu’Il s’est présenté.

Notre Saint, notre Sauveur vint à nous, le Tout-Puissant s’est offert comme un vermisseau afin que nous entendions bien que c’est seulement lorsque nous nous sentons faibles, désemparés, impuissants, incapables, qu’il plaît à Dieu de nous secourir et nous arracher du danger. Notre Père n’attend pas que nous soyons forts ou que nous devenions de solides colonnes pour se servir de nous, mais Il vient à nous lorsque nous sommes impuissants et perdus pour nous délivrer, nous transformer et faire de nous des servantes et des serviteurs qui glorifient son Nom.

Les temps actuels sont difficiles et nous sommes de plus en plus troublés. Ne perdons pas courage, ne baissons pas les bras, mais comptons sur le secours de l’Éternel. Ne nous appuyons pas sur nos forces spirituelles ou physiques, Dieu ne pourrait pas nous utiliser, car Il nous prévient dans Esaïe 48: 11:

·         « Je ne donnerai pas ma gloire à un autre ».

L’apôtre Paul nous exhorte dans 2Corinthiens 11: 30:

·         « Oui, s’il faut se vanter, c’est de ma faiblesse que je me vanterai »…

… car c’est dans nos faiblesses que Dieu manifestera sa puissance et sa gloire. Acceptons d’être des instruments dans les mains du plus grand, du plus brillant instrumentiste: l’Éternel Dieu.

Pour revenir au ver, le fait de ne pas avoir d’os, ni aucune partie dure dans son corps, fait de celui-ci un animal extrêmement souple: ce qui fait sa fragilité et sa faiblesse constitue également sa force, car il peut se frotter à tout, onduler dans tous les sens, sans avoir aucunement mal. Laissons Dieu travailler nos cœurs et nos esprits afin que la - même - souplesse devienne notre caractéristique principale et sa beauté qui nous habitera, débordera tout autour de nous.

·         « Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu’on méprise, celles qui ne sont pointpour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu » (1Corinthiens 1: 28/29).

LE VERMISSEAU EST DEVENU PRINCE

C’est seulement quand nous sommes dans cet état misérablesans soutien, sans recours, que l’Éternel peut venir nous manifester sa force et sa gloire et nous faire vivre des moments uniques, sans rapport avec les capacités humaines.

Sa promesse ? Nous pouvons la relire dans les versets 15 et 16 du texte de ce jour :

·         « Voici, J’ai fait de toi un traîneau à battre, tranchant, neuf, à doubles dents, tu battras les montagnes et tu les détruiras en poussière, et tu rendras les collines comme de la balle, tu les vanneras, et le vent les emportera, et le tourbillon les dispersera; et toi, tu t’égayeras en l’Éternel, tu te glorifieras dans le Saint d’Israël ».

L’Éternel déclare que le vermisseau deviendra, par la force et la puissance du Tout-Puissant, une herse qui foulera montagnes et collines et que le vent dispersera. Le Saint d’Israël volera au secours des vermisseaux que nous sommes.

Celui qui est à la traîne deviendra « un traîneau à battre », je traduis: « une irrésistible machine de combat… et qui gagne » en dépit des nombreux obstacles et oppositions, lesquels seront pulvérisés ! Un traîneau aigu était l’objet le plus solide, composé de lourds madriers, garni de clous ou de dents de fer; on le traînait sur le blé moissonné pour écraser et ouvrir les épis; ceux-ci étaient ensuite vannés: on les  secouait pour permettre à la balle de s’envoler (verset 16).

·         « De lourds madriers garnis de clous ».

Quelle belle image de la puissance de la croix sur laquelle Jésus a obtenu toute victoire pour son peuple !

L’ETERNEL A RACHETE JACOB

JE NE VEUX RIEN SAVOIR D’AUTRE QUE LES CLOUS DE LA CROIX

Les « clous » de la croix deviennent pour nous une force, ce qui a été pour Christ une faiblesse, devient pour nous des « dents de fer » en vue d’un travail des plus fructueux. Tout ennemi vaincu dans notre vie ne l’est que grâce AUX CLOUS DE LA CROIX ! Les montagnes et les collines représentent les puissants ennemis d’Israël qui seront balayées, broyées, réduites en poussière… Et le « Saint Vent de l’Esprit » s’en mêlera pour les emporter dans un tourbillon !

·         Esaïe 40: 4: « Que toute vallée soit exhaussée, que toute montagne et toute colline soient abaissées ! Que les coteaux se changent en plaines, et les défilés étroits en vallons ! ».

·         Michée 4: 13: « Fille de Sion, lève-toi et piétine ! Je te ferai une corne de fer et Je te ferai des sabots de bronze, tu broieras des peuples nombreux, tu consacreras leurs profits à l’Éternel, leurs richesses au Seigneur de toute la terre ».

Mettons-nous donc au service de notre Père et Il accomplira des miracles à travers nous.

·         Genèse 32: 24/32: « Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui jusqu’au lever de l’aurore. 25 Voyant qu’il ne pouvait le vaincre, cet homme le frappa à l’emboîture de la hanche; et l’emboîture de la hanche de Jacob se démit pendant qu’il luttait avec lui. 26 Il dit: Laisse-moi aller, car l’aurore se lève. Et Jacob répondit: Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni. 27 Il lui dit: Quel est ton nom ? Et il répondit: Jacob. 28 Il dit encore: ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur. 29 Jacob l’interrogea, en disant: Fais-moi je te prie, connaître ton nom. Il répondit: Pourquoi demandes-tu mon Nom ? Et il le bénit là. 30 Jacob appela ce lieu du nom de Peniel: car, dit-il, j’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée. 31 Le soleil se levait, lorsqu’il passa Peniel. Jacob boitait de la hanche. 32 C’est pourquoi jusqu’à ce jour, les enfants d’Israël ne mangent point le tendon qui est à l’emboîture de la hanche; car Dieu frappa Jacob à l’emboîture de la hanche, au tendon ».

Après avoir envoyé sa famille immédiate de l’autre côté du ruisseau nommé Jabbok (« il videra »), Jacob passa la nuit seul à Peniel où il allait vivre l’une des plus grandes expériences de sa vie. Un homme lutta avec lui. En réalité cet homme était un ange (Osée 12: 5), l’ange de l’Éternel, l’Éternel lui-même.

Dieu frappa Jacob à l’emboîture de la hanche qui se démit, de sorte qu’il boita tout le restant de sa vie. Jacob fut vaincu sur le plan physique, mais il remporta une victoire spirituelle en apprenant à triompher au sein de la défaite et à être fort dans la faiblesse. Vidé de lui-même et de toute confiance en sa propre ingéniosité, il reconnut être Jacob, le tricheur, celui qui supplante. Oui, l’œuvre de Dieu te videra comme Jacob de ce qui remplit ta vie, l’ennemi de votre âme sera vidé ! L’orgueil de ton cœur, la propre justice, la tendance à s’apitoyer sur ton sort, ta suffisance et ta propre justice qui n’est pas même juste propre, etc., tout cela sera vidé de toi ! (…).

Alors Dieu le nomma « Israël  », nom qui peut être traduit de diverses façons: « Dieu vainc », « celui qui lutte avec Dieu », ou encore « prince avec Dieu ». Jacob appela ce lieu Peniel (la face de Dieu) car il était conscient d’y avoir vu l’Éternel.

Jacob demeura seul

Il y a une dimension spirituelle de la solitude. C’est dans notre nuit nos ténèbres et notre solitude qu’Il vient nous rejoindre. Nous avons l’exemple de Jésus seul sur la montagne voyant ses disciples dans la difficulté… Il est allé vers eux, marchant sur l’eau… Quoiqu’il en soit, l’Histoire du Salut est une question personnelle. Chacun sera confronté un jour ou l’autre avec ses propres erreurs, fautes, manquements, péché:

·         « Que chacun se plaigne de ses propres péchés » (cf. Lamentations 3: 39).

Il est vrai qu’après un divorce, un décès, des échecs, on demeure seul. Mais, quelqu’un nous attend et veut nous rejoindre dans notre solitude !

·         « … C’est pourquoi voici, Je veux l’attirer et la conduire au désert, et Je parlerai à son cœur » (cf. Osée 2: 14/16).

Le fait est que Jacob est resté seul dans la nuit et quelqu’un a surgi soudainement de nulle part.

Le choix du Yabbok n’est pas fortuit; c’est un gué, c’est-à-dire un lieu qui sépare: séparation traditionnelle entre les humains et les démons de la nuit, séparation géographique entre Jacob et Esaü. Mais c’est aussi un lieu de passage: passage physique que Jacob fait franchir à ses femmes, ses enfants et tous ses biens, et passage de Jacob lui-même vers une conscience accrue de sa propre identité et de sa mission. Luttes et combats solitaires Samson a déchiré un  lion sans témoins… Mais quels sont ces combats ?

Quels sont ces combats courageux qu’un homme doit mener contre lui-même tout au long de son existence et pour que son existence soit une existence d’homme ?

Ils sont nombreux ces combats intimes, que nous les partagions tous ou bien qu’ils soient plus spécifiques à certains d’entre nous: combat contre la peur, combat contre l’indifférence, combat contre l’égoïsme, combat contre le désespoir, combat contre le cynisme, contre le mensonge, contre la tentation du pouvoir et de la domination… combat contre la souffrance, et tant d’autres.

Un homme lutta avec lui jusqu’au lever de l’aurore

Quelle résistance de la chair chez Jacob, au point de se battre jusqu’au lever de l’aurore. Je dirais que le Seigneur a « du fil à retordre » avec la plupart d’entre nous qui ne sommes que trop charnels.

 

Il est évident que si c’est un ange ou Dieu Lui-même, Jacob pouvait être détruit immédiatement. Toutefois, ce n’était pas un combat inégal, disproportionné, le fort d’un côté le faible de l’autre. Ce fut un combat sur mesure, à sa dimension, d’homme à homme. Il se met à notre portée. Dieu ne manque pas de force physique pour éliminer tout être humain mais, la destruction de Jacob irait à l'encontre du plan de Dieu. La réalité est qu’il fallait que Dieu pousse Jacob au bout de ses limites physiques et donc charnelles, pour qu’il en arrive au point où, comme nous allons le voir, il demande la bénédiction de Dieu, celle-ci ne s’obtenant pas par des combats humains ou charnels, mais par Grâce absolue.

 

C’est d’ailleurs bien de cela qu’il s’agit, une Grâce absolue, non méritée, mais reçue car il a demandé ce que Dieu voulait qu’il demande… C’est quand l’homme est à bout, qu’il ne peut plus rien, qu’il réalise toutes ses limites. Faut-il être bousculé, maltraité, secoué, pour en arriver à recevoir de la part de Dieu ? A la fin Jacob exprime enfin vraiment quelque chose de spirituel, il en arrive à formuler la demande qui plaît à Dieu:

 

Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni

Incroyable détermination de Jacob qui le fait se surpasser et capable de retenir et d’obtenir la bénédiction. Il y a une chose de spéciale chez Jacob, c’est que contrairement à Esaü qui a méprisé les choses spirituelles, le droit d’aînesse, par exemple, Hé bien Jacob lui, est intéressé par la bénédiction plus que tout ! Il la cherche même s’il devait combiner et se battre, il cherchait cette bénédiction. Mais la bénédiction ne s’obtient pas à force de luttes, de coups et de ruses charnels.

Quand il y a Sa Présence, il faut demander. Demandez dans Sa Présence. Cessez de combattre. Quand la bénédiction est à portée de main, il ne faut pas la laisser s’échapper… il y a peu de temps il m’a été proposé de recevoir 10000 calendriers évangéliques gratuitement, mais il y a eu des interférences qui ont failli me les faire perdre, … j’ai failli me retrouver avec 100 ou 200 calendriers… je ne vous dirai pas comment, mais je les voulais tous… et j’ai fini par obtenir gain de cause. Quand la bénédiction est là il faut la garder.

Cet homme le frappa à l’emboîture de la hanche

Jusque-là Jacob marchait très bien physiquement, mais il était boiteux dans son for intérieur, tordu, calculateur, trompeur et fourbe. Le boiteux est bancal. Boiter est le contraire de marcher droit. Le boiteux marche de travers, à moins qu’il ne se serve d’un bâton pour rétablir l’équilibre. Mais après avoir été frappé là où le bas blesse, Dieu sait où et comment vous atteindre, alors il fut boiteux physiquement, mais il a commencé à marcher droit dans les voies de Dieu !

L’ETERNEL A RACHETE JACOB

BOITEUX PHYSIQUEMENT IL MARCHE DROIT SPIRITUELLEMENT

Auparavant il marchait, en étant boiteux mentalement, maintenant, il est boiteux physiquement, mais il marche droit spirituellement.

Ton nom ne sera plus Jacob, mais Israël

Je le rappelle, « Jacob », de l’hébreu « Yaacov » signifie « celui qui est à la traîne ». Celui qui était à la traîne va devenir un traîneau aigu. Une page de la vie de Jacob se tourne et il commence avec un nom nouveau « prince avec Dieu ».

IL FAISAIT LE MALIN DEPUIS TROP LONGTEMPS

Comme vous pouvez l’imaginez, ceux qui font les « malins » finissent par tomber en les mains de plus malins qu’eux, car à bon chat bon rat. Pire, ils sont livrés au pouvoir du Malin lui-même. Vous savez comment Jacob a dû servir Laban, il travaillait beaucoup et il n’était pas payé ! C’est pourquoi la rencontre avec cet « homme/Dieu » était inévitable.

·         « Et après cela sortit son frère et sa main tenait le talon d'Ésaü et on lui donna le nom de Jacob » (Genèse 25: 26).

Le nom même de Jacob provient de la même racine que le mot talon. Jacob s’attrapait au talon de son frère, il commence sa vie bousculé et injustement privé de ses droits par la force. Il lui annonce donc dans la foulée que désormais il s’appellera Israël. Une sacrée bagarre toute une nuit… Jacob « se battit »: le verbe hébreu ressemble à l’un des mots traduits par poussière, et il fait assonance avec le nom Yabboq. Que sommes dans cet immense Univers sinon qu’une poussière pensante ?

·         Exode 9: 9: « Elle (la cendre) deviendra une poussière qui couvrira tout le pays d’Egypte; et elle produira, dans tout le pays d’Egypte, sur les hommes et sur les animaux, des ulcères formés par une éruption de pustules ».

·         Deutéronome 28: 24: « L’Eternel enverra pour pluie à ton pays de la poussière et de la poudre; il en descendra du ciel sur toi jusqu’à ce que tu sois détruit ».

Nos luttes sans Dieu sont « poussière » et produisent des « ulcères ». Nos luttes avec Dieu sont aussi « poussière », un rien; et il est vrai que quand on y est, c’est difficile à respirer, mais il en ressort quelque chose de positif. La « lutte de Jacob » a engendré un « prince ». Il en ressortira à la fois désarticulé physiquement par la luxation de sa hanche, et réarticulé dans son nom, devenu Israël.

 

L’ETERNEL A RACHETE JACOB

PAR UN MYSTERIEUX ‘HOMME-DIEU’ & ‘DIEU-HOMME’

Tu as lutté avec Dieu et avec des hommes

Et non contre Dieu ! Notez avec moi qu’un seul homme est venu pour lutter avec lui, mais Dieu dit que Jacob a lutté avec des hommes ! Pluriel ! Dans ce qui vient de se passer, c’est le résumé de toutes ses luttes passées jusqu’à ce moment. Rétrospective. Toi aussi tu as lutté avec des hommes, mais c’est avec Dieu en réalité que tu luttais, car quand tu luttes contre des hommes qui te corrigent, tu luttes contre Dieu également ! Lutter contre Dieu c’est, hélas, lutter contre notre prochain, quelque soient les philosophies humanistes et laïques, celui qui lutte contre Dieu lutte contre son prochain…

En cet « homme » si étrange qui venait de se battre avec Jacob, il y a deux natures qui se confondent particulièrement l’une dans l’autre, car en début de texte il est dit:

·         « cet homme le frappa… »,

… mais à la fin du récit, il est spécifié:

·         « Dieu le frappa… ».

C’est le surnaturel qui se glisse dans le naturel et le naturel qui entre dans le surnaturel. Cet homme, c’est Dieu, ou du moins Dieu, c’est cet homme. Alors, le mystérieux personnage qui a lutté avec Jacob, « cet homme », qui peut-il être s’il représente « les hommes » ? C’est très clair, c’est le Fils de Dieu, appelé aussi « Fils de l’homme » ! En luttant contre les chrétiens et en le mettant en prison, Saul de Tarse luttait contre Jésus Lui-même.

·         « Pourquoi Me persécutes-tu ? », demande-t-Il à  Saul…

C’est ce qui arrive à beaucoup. Dieu se sert des hommes pour nous redresser ! A propos de Salomon, Dieu avait dit:

·         « Je le corrigerai avec le bâton des hommes » (2Samuel 7: 14, Bible à la Colombe).

Mais derrière ces hommes, il faut discerner la Main de Dieu qui tient le bâton. Comment Dieu va-t-Il nous corriger dans la Nouvelle Alliance ?  Avec le bâton de Sa Parole !

·         2Timothée 3: 16 : « Toute l’Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice ».

Fais-moi connaître ton nom je te prie

Son Nom c’est Jésus-Christ, le Fils de Dieu, la Lumière du monde, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, le Maître absolu de toutes choses, le réparateur des brèches, le défenseur de la veuve et de l’orphelin, l’Alpha et l’Oméga, … « LE PRINCE DE LA PAIX ».

Et tu as été vainqueur

Pourquoi cette remarque ? On n’envisage pas un instant que tu sois perdant. La vie de l’enfant de Dieu est une vie de vainqueur ! La Victoire lui a été transmise et lui appartient de fait. Ce combat l’a préparé à cette victoire. Il n’y a pas de victoire sans lutte, pas de tempête apaisée sans tempête déchaînée, pas de résurrection sans mort, pas de guérison sans maladie, pas de bénédiction sans l’avoir connu la malédiction, etc. Quelqu’un devient célèbre parce qu’il ou elle a vaincu la fatalité. Appropriez-vous la Victoire de Jésus dans chaque domaine de votre existence et face à toute situations qu’elle qu’elles soient.

Et il le bénit là

La bénédiction de Jacob consiste dans le fait d’être frappé. Qui veut ce genre de « bénédiction » ? « Il le bénit  », non pas au Jabbok, mais, à l’emboîture de la hanche ! En d’autres  termes, Il nous attend aux entournures. Dieu connaît votre « talon d’Achille », les points faibles de votre vie pour vous faire renoncer à obtenir quoi que ce soit par mérite ! Voilà ce qu’il apprend dans ce combat où il pensait tout autrement, que Dieu se battait contre lui, alors qu’en réalité… c’est lui qui se battait contre lui-même.

Voir Dieu face à face

Désirons-nous voir le vrai visage de Dieu ? Cherchons sa Face et non sa Main ! Moïse avait un  « face à face » avec Dieu, mais littéralement, c’était un « bouche à bouche ». L’Evangile nous montre le visage de Dieu nous avons besoin de faire le point devant Lui… Voyez « son visage » sur la croix… En lisant simplement les Evangiles, ce professeur d’islamologie a rencontré Jésus « face à face », dit-il.

Et mon âme a été sauvée

·         « Que servirait-il à un homme de gagner le monde entier s’il perdait son âme ? ».

C’est Jésus Lui-même qui le dit. Délivrée de quoi ? De l’emprise de sa personnalité calculatrice, trompeuse et égocentrique et de la fourberie qui a dirigé sa vie jusqu’à cette nuit de lutte. Parce que Dieu veut vous sauver, vous ne ferez pas l’économie d’un face à face avec Dieu ! Le prophète Osée rappelant cette lutte mystérieuse, dit du patriarche:

·         « Il eut le dessus en pleurant et demandant grâce ».

Oui, c’est souvent quand on en arrive à cette extrémité de pleurer sur notre misère, sans s’y complaire, et que l’on demande grâce, qu’Il nous est le plus favorable…

L’ETERNEL A RACHETE JACOB

CHARNEL JUSQUE DANS L’ESPRIT IL DEVIENT SPIRITUEL JUSQUE DANS LA CHAIR

 Dieu le frappa à l’emboîture de la hanche

Dieu connaît votre talon d’Achille et vos faiblesses, et c’est par là qu’Il peut nous atteindre, nous parler, et nous bénir ! Il faut être spirituel jusque dans la chair pour ne pas devenir charnel jusque dans l’Esprit !

Le soleil se levait

Enrichi de la bénédiction de Dieu, et quoique boiteux, il se met en marche tandis que l’aube pâlit et que « le soleil se lève sur lui ». Par l’abondance de ces révélations divines, le patriarche a été enrichi. Le soleil s’est ensuite levé: pour cette âme, en communion avec Dieu, cette expérience a été un véritable lever de soleil.

·         « Le soleil brille jusque dans les latrines, mais n’en sort pas souillé ! »

Un jour nouveau arrivait pour l’ex-Jacob, plein de lumière: les stigmates de cette lutte n’auront pas le dessus sur les plans de Dieu dans sa vie. Un jour nouveau arrive pour toi.

·          « C’est pourquoi jusqu’à ce jour, les enfants d’Israël ne mangent point le tendon qui est à l’emboîture de la hanche; car Dieu frappa Jacob à l’emboîture de la hanche, au tendon ».

Les tendons sont des cordons fixés sur les parties du squelette offrant une prise aux muscles. D’aspects plutôt larges et épais, ils possèdent une forte résistance due à leur structure en faisceaux de fibres de collagènes. Ils appartiennent aux tissus conjonctifs avec un réseau de fibres beaucoup plus organisé que la plupart des tissus conjonctifs.

Les tendons sont donc reliés au squelette et aux muscles. C’est vraiment une référence à la condition  humaine, charnelle et terrestre. De cela en effet l’enfant de Dieu ne peut se nourrir. Ceci pour rappeler qu’aucune bénédiction ne peut être le fruit des mérites de l’homme, de la chair.

L’ETERNEL A RACHETE JACOB

PARAITRE SANS ETRE… OU ETRE SANS PARAITRE ?

Jacob avait tout l’extérieur d’une personne convenable, mais il n’avait rien de ce que Dieu voulait lui accorder… Après cette « opération chirurgicale » de Dieu, il va « être … sans paraître »… Le sens du nom d'Israël n'est pas clair, même si Israël est la plus probable d'une compilation du verbe « sara » et le substantif « El » l'abréviation commune de Elohim.

 

MULTIPLES SIGNIFICATIONS D’ISRAEL

 

1)       Le verbe « lutter » en l'hébreu est un mot spécifiquement réservé à une certaine action: l'action de lutter avec Dieu.  Israël signifie: « soldat de Dieu » (cf. Noms bibliques & leurs significations). Yisra'el « celui qui conteste avec Dieu » ou: « qui débat avec Dieu ».

 

2)       Du nom hébreu יִשְׂרָאֵל (Yisra'el) signifie « Dieu a soutenu ».

 

3)       Sara est semblable à l’arabe « persister, persévérer », ce qui a trait à la parole (sora), Esaïe l’utilise au chapitre 28: 25. ‘Misra’, un mot unique qui signifie la « domination », et qui utilise Esaïe dans le passage messianique du chapitre 8, verset 6:

 

·         "... et le ‘gouvernement est sur ​​son épaule".

 

4)       Selon le dictionnaire Jones de l'Ancien Testament des noms propres: « il sera un prince avec Dieu ».

 

Le terme hébreu Israël a le sens proche de « Dieu se montre fort » ou « celui qui a lutté avec Dieu ». On peut aussi décomposer le mot hébreu: ישר-אל en ישר (yashar = tout droit) + אל (el = Dieu), c’est-à-dire “droit vers Dieu”.

 

L’ETERNEL A RACHETE JACOB

LE ROI DE JACOB A FAIT DE JACOB UN ROI

Comme nous le constatons « Israël » a plusieurs sens, mais il s’en dégage des pensées clés, à savoir:

1)      la lutte, le combat CONTRE, puis avec, Jacob est devenu « soldat de Dieu ».

2)      l’idée du soutien de Dieu dans cette affaire, dans laquelle « Dieu s’est montré fort ».

3)      de persistance, de persévérance envers et contre tout et malgré tout.

4)      avec une finalité, « devenir prince AVEC Dieu », de gouvernement et de domination.

Qui peut devenir « prince avec Dieu » ? Tout « vermisseau » ! Il va falloir que vos pensées changent du tout au tout. Comme vous le savez certainement, vos pensées provoquent des changements moléculaires spécifiques dans vos gènes ! Ils se produisent après une période de pratique d’attention intensive. Une étude fait part de récupération physique plus rapide à partir d’une situation stressante.

·         « Ce qui est le plus intéressant, c’est que les changements ont été observés dans les gènes qui sont actuellement les cibles des médicaments anti-inflammatoires et analgésiques » (Perla Kaliman, chercheur à l’Institut de Recherche Biomédicale de Barcelone, où des analyses des molécules ont été menées).

 

Une prise de conscience montre des effets bénéfiques sur les désordres inflammatoires. Les gens qui pratiquent la méditation se sortent plus facilement de situations stressantes par la pensée. En effet la pensée affecte donc les gènes, et ainsi notre santé, que ça soit pour le meilleur ou pour le pire. Probablement on est tombé malade en premier lieu car on a mal pensé. Et donc c'est à double tranchant, le pouvoir de guérison est dans notre esprit, tout comme celui de tomber malade.

 

Cet épisode de la vie de « Jacob/Israël » se termine avec une magnifique réconciliation avec son frère Esaü dont il craignait les foudres de la vengeance… Humainement Jacob était « large avec lui-même, mais rigide avec les autres »… Sentant que le vent tournait à son désavantage, ce fut exactement l’inverse qui s’est produit, et là il a commencé à « devenir rude avec lui-même, mais large de cœur avec les autres », notamment son frère Esaü qu’il avait floué de son droit d’aînesse. Quelques épreuves et luttes peuvent produire des changements radicaux dans la vie des hommes les plus coriaces. Avec le temps, Dieu utilisant les évènements dans sa vie, ceux-ci ont eu raison de lui… Comme il est dit dans le livre de Job :

 

·         « les eaux usent (autres traduction: « arrivent à user, broient, creusent, minent, rongent) les pierres » (Job 14: 19).

 

Pour finir, une dernière racine du nom d’Israël peut nous encourager: « Shir el » d’après les exégètes, veut dire: « Chant de Dieu » (et non pas: « chant vers Dieu »). Jacob n’est pas quelqu’un qui va chanter à Dieu, mais la vie de Jacob va devenir « un chant de Dieu ». En d’autres termes, cela peut vous choquer: Dieu va chanter au travers de cet homme ! Récemment, le compositeur Jim Wilson a enregistré le chant des grillons et ralenti l'enregistrement, révélant quelque chose de si incroyable… les grillons chantent un refrain angélique en parfaite harmonie... Bien que cela ressemble à une voix humaine, tout ce que vous entendez dans l'enregistrement ... est le chant de grillons ! L'enregistrement contient deux titres en même temps: le premier est le son naturel des grillons joué à vitesse normale, et la seconde est la version ralentie de la voix des grillons. L'enregistrement est appelé le Chœur de Dieu de grillons, véritable chant céleste à la Gloire du Créateur.

·         « J'ai découvert que lorsque je ralentis cet enregistrement à différents niveaux, ce son familier simple a commencé à se transformer en quelque chose de très mystique et complexe ... » (http://truthseekerdaily.com/2013/11/someone-recorded-crickets-theslowed-down-the-trac...).

Devenons un peu plus humbles, « ralentissons aussi le cours hyper stressant de notre vie à différents niveaux » et prenons du temps avec notre Seigneur, le chant de Dieu passera au travers de chacun de nous (des grillons… comme des vermisseaux), pour Le glorifier, Lui le Créateur de toutes choses. Certes nous ne nous en rendons pas toujours compte, loin s’en faut, mais c’est comme un tapis persan en cours de réalisation, on ne voit qu’un enchevêtrement de fils d’un côté, de l’autre, quelque chose d’incompréhensible, d’inextricable. Mais, une fois l’ouvrage terminé, on retourne le tapis, et on voit l’autre côté: c’est pure merveille ! C’est ainsi l’histoire de chacun d’entre nous et de Son Peuple, tout finira par une Gloire ineffable, aux siècles des siècles

 

·       

 

Retour accueil