Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


                                                  Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

OSEZ DEMANDER MAINTENANT

C’est bientôt la fête de Pentecôte, célébrant la venue de l’Esprit après la mort, la résurrection et l’ascension du Christ, alors, il est bon de rappeler ce que Jésus avait enseigné aux disciples concernant la prière en son Nom. Il les enjoint d’OSER DEMANDER en son Nom, chose qu’ils n’avaient jamais faite auparavant…

·         « Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon Nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite » (Jean 16: 24).

Quelle surprise que cette déclaration de Jésus. Pourtant les disciples avaient déjà prié, et Jésus leur avait enseigné le « Notre Père », c’est-à-dire l’état d’esprit qu’il faut aborder dans la prière, les principes de la prière exaucée. Mais, Jésus déclare:

·         « Vous n’avez rien demandé jusqu’à présent ! ».

Malgré qu’ils aient prié, ils ne recevaient pas, c’est seulement très bientôt qu’ils vont demander en son Nom et qu’ils vont recevoir: « vous recevrez », sous-entendu: « alors, vous recevrez ! ».

Oh ! Combien cela a dû être déconcertant pour eux. Jusqu’à présent les disciples priaient, mais ils ne demandaient pas au Nom de Jésus, parce qu’ils n’avaient pas encore reconnu en Lui l’unique médiateur entre Dieu et les hommes, jusqu’à ce qu’une autre ère s’ouvre, celle du Saint Esprit. C’est pourquoi, ayant achevé son œuvre, Il fut glorifié, pour vivre dans leur cœur par le Saint-Esprit, en sorte qu’ils puissent prier en son Nom.

NOUS SOMMES DES FONDES DE POUVOIR

Demander au Nom de Jésus ne concerne pas la formule « au Nom de Jésus » dont on use et abuse allégrement dans les milieux charismatiques, pour des résultats médiocres. Non, faire quelque chose au Nom d’une autre personne suppose qu’il y a eu un accord préalable, comme un serviteur que son maître envoie comme FONDE DE POUVOIR faire telle ou telle opération bancaire.

·         Amos 3: 3: « Deux hommes marchent-ils ensemble, sans en avoir convenus au préalable ? ».

 

·         Jean 14: 13/14: « …  et tout ce que vous demanderez en mon Nom, Je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. 14 Si vous demandez quelque chose en mon Nom, Je le ferai ».

Jésus leur réitère ici la promesse qu’ils recevront toutes les grâces demandées et que leur joie sera accomplie:

·         Jean 15: 11: « Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite ».

·         Jean 17: 13: « Et maintenant Je vais à Toi, et Je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite ».

JESUS NOUS PRIE DE PRIER EN SON NOM

Alors sera réalisée pour eux la belle image de Jean 16: 21:

·         «  La femme, lorsqu’elle enfante, éprouve de la tristesse, parce que son heure est venue; mais, lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus de la souffrance, à cause de la joie qu’elle a de ce qu’un homme est né dans le monde ».

Cette « joie du salut » élimine toute « souffrance » antérieure. Voyez la promesse qu’accompagne « la naissance d’un homme dans le monde », c’est-à-dire « votre nouvelle naissance » grâce aux souffrances de Christ:

·         Jean 16: 22/24: « Vous donc aussi, vous êtes maintenant dans la tristesse; mais Je vous reverrai, et votre cœur se réjouira, et nul ne vous ravira votre joie. 23 En ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité, Je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, Il vous le donnera en mon Nom. 24 Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon Nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite ».

« En ce jour-là », c’est à dire à partir du jour de la Pentecôte, lorsque le Saint Esprit est descendu sur les disciples et qu’ils ont revêtu la puissance d’en-haut…

Verset 24: la communion avec le Père garantit la plénitude de la joie. Selon le grec du dernier verset, Jésus pense à une plénitude permanente.

·         « Ce que vous demanderez au Père …  en mon Nom ».

C’est par Christ que nous devons venir à Dieu. Il est « le seul Nom ». Avant, lorsqu’ils priaient, Il leur enseignait à dire: « Notre Père ».

·         Matthieu 6: 9: « Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui es aux cieux ! Que ton Nom soit sanctifié; 10 que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au Ciel ».

 

·         Luc 11: 2: « Il leur dit: Quand vous priez, dites: Père ! Que ton Nom soit sanctifié; que ton règne vienne. 3 Donne-nous chaque jour notre pain quotidien ».

MAINTENANT ils peuvent prier dans le Nom du Seigneur monté au Ciel.

Est-ce l’anticipation de cette promesse qui leur a donné l’audace d’oser demander le corps de Jésus à Pilate ?

·         « … arriva Joseph d’Arimathée, conseiller de distinction, qui lui-même attendait aussi le Royaume de Dieu. Il OSA se rendre vers Pilate, pour DEMANDER le corps de Jésus » (Marc 15: 43).

DEMANDER SUPPOSE DES SITUATIONS A HAUTS RISQUES

Joseph d’Arimathée a pris un risque énorme. D’un côté les foudres de Pilate qui avait fait exécuter un innocent, et de l’autre la rage des membres du Sanhédrin (tribunal religieux) à l’encontre duquel il allait. Donc pas un simple refus. Quoi qu’il en soit, je vois dans ce texte qu’oser demander implique une dose de courage, la décision d’affronter à ses risques et périls des personnes malveillantes… et de se retrouver dans des difficultés diverses. Pourtant, je vous le dis, prenez le risque d’essuyer des échecs, que quelque chose ne marche pas, que l’on vous rejette ou vous humilie… etc., et ce qui fait peur à certains, c’est le risque d’être exaucé ! Prenez le risque d’oser demander, il vous en coûtera bien moins que de ne rien demander !

En demandant le corps de Jésus, Joseph d’Arimathée a contribué au plan de Dieu qui allait ressusciter Jésus. Bien qu’il ne sache pas vraiment ce qui pouvait et allait arriver, ayant OSE DEMANDER le corps de Jésus, il allait dans le sens de la pensée divine, et de là allait surgir le plus grand miracle de tous les temps, la RESURRECTION DU CHRIST. Vous ne savez pas ce que vos prières peuvent générer pour l’avenir. Mais en osant demander, vous vous inscrivez automatiquement dans un plan de Dieu que vous ignorez maintenant. Si vous ne demandez rien, vous pénaliserez beaucoup de gens qui devraient recevoir.

Vous comprenez maintenant pourquoi l’Ennemi de nos âmes fera tout pour que nous ne prions pas et donc recevions pas. Il déclenchera des évènements de toutes sortes, quelqu’un arrive à l’improviste chez vous, le téléphone sonne et insiste jusqu’à ce que quelqu’un réponde, bref, toute une série de situations qui vous dissuaderont de prier, comme par hasard.

·         Daniel 6: 10/11: « Lorsque Daniel sut que le décret était écrit, il se retira dans sa maison, où les fenêtres de la chambre supérieure étaient ouvertes dans la direction de Jérusalem; et trois fois le jour il se mettait à genoux, il priait, et il louait son Dieu, comme il le faisait auparavant. Alors ces hommes entrèrent tumultueusement, et ils trouvèrent Daniel qui priait et invoquait son Dieu ».

Aujourd’hui il y a encore de nombreux obstacles à la prière, et surtout au fait d’OSER DEMANDER. En effet, l’apôtre Pierre dit:

·         « que rien ne fasse obstacle à vos prières… » (1Pierre 3: 7).

SIX OBSTACLES QUI NOUS DISSUADENT DE DEMANDER

1)      L’IGNORANCE.

La plupart ne savent pas quoi demander, parce qu’ils ne savent pas ce qui est à leur disposition. Et on peut arriver à un point tel qu’on ne perçoit plus ses véritables besoins et désirs. Nous en arrivons à dire comme cette église d’Apocalypse:

·         « Je n’ai besoin de rien… ».

Nous ne savons plus véritablement ce que nous voulons. Mais, surtout, nous ne connaissons pas les  provisions de Dieu dans les lieux célestes en Jésus-Christ.

·         « Mon peuple périt faute de connaissance » (Osée 4: 6).

Nous ne savons pas ce que Dieu est capable de faire. Certains disent:

·         « Il peut tout faire ».

Mais restent dans le vague absolu. D’autres disent:

·         « Il ne peut faire quoi que ce soit présentement ».

Nous ne ressentons plus nos véritables besoins parce ceux-ci ont été continuellement ignorés rejetés ou humiliés pour les avoir exprimé dans leur enfance. Il se peut qu’on ait été critiqué, rabaissé ou ridiculisé pour avoir eu l’audace de demander et de redemander ce que nous voulions. Et en définitive, nous avons refoulé nos désirs. Soyez en sûrs et certains:

·         Ephésiens 3: 20: « Or, à Celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons… ».

 

2)      DES CONVICTIONS RESTRICTIVES.

C’est un deuxième écueil à l’expression de nos requêtes. En effet, des convictions restrictives nous ont été inculquées par nos parents, les professeurs, les prêtres, les pasteurs, les médias. Ce conditionnement culturel peut nous restreindre et nous paralyser. Alors, Dieu nous prie de Le prier, nous encourage à Lui demander:

·         « Demandez et vous recevrez ! ».

On nous enseigne qu’il vaut mieux donner que de recevoir. Certes, notre capacité à recevoir est proportionnelle à notre capacité de donner. Mais celui qui n’a rien ne peut rien donner. Zéro plus zéro, égal… zéro ! Les échecs et les expériences traumatisantes de notre vie nous apprennent qu’en refoulant nos désirs, nous ne risquons pas d’être déçus, qu’il ne faut pas trop attendre des hommes comme notre père…

Il se peut que dans votre famille, vos désirs ont été négligés, ridiculisés, ou dénigrés. Nos besoins et désirs ne comptaient pour rien. Nous n’avons pas la possibilité de faire des choix; personne ne s’informait de nos préférences, ni n’accédait à nos requêtes. Nous étions peut-être des êtres inférieurs qui devaient manger ce qu’on plaçait devant eux, porter ce qu’on leur désignait et parler uniquement quand on leur adressait la parole. Voici une liste de phrases que vous avez probablement entendues dans votre enfance:

-          Cesse de m’importuner avec tes questions…

-          Laisse-moi tranquille !

-          Je ne veux pas en entendre parler…

-          Je n’ai pas le temps de m’occuper de cela,

-          Ah ! non ! encore toi ! Que veux-tu encore ?

-          Tu es trop égoïste, tu ne penses qu’à toi !

-          Tu tiens compte que de tes besoins, et non de ceux des autres !

-          Tu fais comme je te dis ou tu t’en va, jeune homme !

-          Tant que tu vivras chez moi tu devras m’obéir !

-          Si ça ne te plaît pas de vivre ici, je ne te retiens pas !

-          Si tu peux rien dire de gentil, boucle la !

-          Cesse de t’acharner sur ta mère…

-          Quand je voudrai connaitre ton opinion, je te la demanderai…

-          Dépêche-toi, nous avons un programme chargé aujourd’hui !

-          Ferme la et obéi !

-          Fais ce qu’on te dit !

-          Si tu la ferme et que tu fais ce qu’on te dit, tout ira bien !

Il est aussi vrai que votre formation religieuse peut vous avoir conditionné de la sorte. Faites ce qu’on vous dit et ne vous posez pas de questions. Vous comprenez maintenant que depuis très longtemps on ne vous a pas encouragé à demander, bien au contraire !

3)      DES CROYANCES LIMITATIVES.

Nous disons:

·         « Dieu a tellement à faire qu’Il n’a pas le temps de s’occuper de moi ! ».

Ou bien:

·         « Si Dieu m’aimait vraiment, je n’aurais pas besoin de le Lui demander ».

Eh bien, c’est faux…comme la messe ! C’est comme dans un couple. Il est fort possible qu’une personne vous aime et ne sache pas ce que vous voulez. Cette croyance romantique selon laquelle si une personne vous aime, elle devinera tous vos besoins et ira au-devant d’eux est une source féconde en déceptions et de tristesse. A moins d’avoir épousé un médium, il y a de très grandes chances que votre partenaire devine ce que vous voulez si vous n’avez pas le courage et l’intelligence de le demander explicitement !

Un père et son petit garçon faisaient une promenade quand ce dernier demanda comme l’électricité se déplaçait à l’intérieur des fils reliant les poteaux de téléphone entre eux.

·         « Je ne sais pas, répondit le père, je n’ai jamais été très fort en électricité ! ».

Quelques rues plus loin, le garçon demanda ce qui causait le tonnerre et les éclairs…

·         « A vrai dire, répondit le père, je me le demande moi-même ! ».

Pendant la promenade, le petit garçon continua à poser des questions auxquelles  le père ne peut répondre.

·         « Papa, j’espère que tu ne m’en veux pas d’avoir posé ces questions… », dit le petit garçon.

·         « Bien sûr que non, répondit le père, comment apprendrais tu autrement ? ».

C’est ainsi que si le père ne connaît jamais les réponses, l’enfant finira par cesser de poser des questions. Il réprimera sa curiosité et son désir d’apprendre.

Jésus parlant du Père céleste dit:

·         « Ne leur ressemblez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le Lui demandiez » (Matthieu 6: 8).

 

4)      LA PEUR DE PARAITRE RIDICULE.

Qui d’entre nous n’a pas vécu des expériences douloureuses ou humiliantes ? Depuis notre enfance, c’est notre lot. Cela a engendré en nous la crainte d’essayer d’obtenir ce que nous voulons et désirons vraiment. Nous avons donc peur d’être rejetés, d’avoir l’air idiot, de perdre la face, de nous exposer ou d’être blessés. Ces peurs nous rendent passifs. Nous nous contentons de moins que ce que nous voulons vraiment et jugeons mal ceux qui obtiennent ce que nous voulons. Nous n’avons plus le courage de formuler nos requêtes pour que celle-ci se matérialisent. Il y a donc une peur du rejet. Mais surtout, celle d’avoir l’air ridicule. C’est-à-dire de déplaire en exprimant les désirs.

A l’école je ne posais jamais de questions, ne demandais jamais conseil, ne priais jamais le professeur de ralentir par peur d’avoir l’air idiot, je ne disais jamais:

·         « Ralentissez, je ne vous suis plus ! ».

Honnêtement, si vous saviez que vous êtes « justes », c’est ridicule d’avoir peur d’être ridiculisés. D’autres n’osent pas demander, car ils sont animés d’une crainte d’être vulnérables et de devenir redevables !

5)      LE MANQUE D’AMOUR DE SOI.

Seulement une personne sur trois aurait une bonne opinion d’elle-même ! Donc, regardons à droite et à gauche… dans notre entourage. Une personne sur trois a une bonne opinion d’elle-même. La plupart d’entre nous ne se sentent pas dignes d’être aimés, heureux, et comblés. Ils se croient incapables de créer le genre de vie qu’ils souhaitent. Nous souffrons de complexes d’infériorité, d’un sentiment de névrose de culpabilité, et d’un immense manque de confiance en nous. Par conséquent, nous ne croyons pas que nos désirs et nos besoins soient importants et dignes d’être satisfaits. Nous sommes victimes de la croyance que les besoins des autres sont plus importants que les nôtres, surtout ceux des hommes, de nos enfants, de nos parents vieillissants, de notre patron, des sans-abris, des pauvres… etc. Nous sacrifions notre satisfaction personnelle sur l’autel de l’altruisme. Aussi nous en arrivons à dire:

·         « Mes besoins ne comptent pas, je ne le mérite pas… ».

Pourtant l’Ecriture déclare :

·         « Deutéronome 30: 9: « L’Eternel, ton Dieu, te comblera de biens en faisant prospérer tout le travail de tes mains, le fruit de tes entrailles, le fruit de tes troupeaux et le fruit de ton sol; car l’Eternel prendra de nouveau plaisir à ton bonheur, comme Il prenait plaisir à celui de tes pères… ».

 

6)      UNE FIERTE MAL PLACEE.

Nous sommes si arrogants, au point de ne pas reconnaître que l’on a besoin de quelqu’un ou de quelque chose. Nous sommes convaincus que nous devons tout faire nous-mêmes, parfaitement et du premier coup, au risque de perdre le respect de l’autre, ou notre propre sentiment de compétence. Quelqu’un disait:

·         « Je déteste demander mon chemin. C’est comme admettre que je ne sais pas ce que je fais. Je me dis que si je roule assez longtemps, je finirai par le trouver  (Jeff Aubery).

Pourquoi ? Parce que l’on a peur de paraître faible et sans ressource. Que les autres nous jugent parce qu’on n’a pas ce que l’on veut demander. Nous sommes censés tout comprendre par nous-mêmes. Ainsi, dans l’armée, la norme veut qu’on ne demande jamais d’aide, que l’on se conduise pas comme une mauviette et que l’on ne sollicite pas de traitement de faveur…

OSEZ DEMANDER, OSEZ DEMANDER, OSEZ DEMANDER !!!

a)       le prix à payer à ne pas demander

 

·         « vous ne recevez pas parce que vous ne demandez pas ! » (Jacques 4: 2).

Celui qui ne demande rien n’obtient rien. C’est une des lois de la vie de demander. Nous avons tous des attentes. Par exemple, les femmes veulent que leurs maris les aident dans les tâches ménagères, laver la vaisselle, sortir des ordures, mettre les enfants au lit, ranger la maison, faire des achats avec elles au supermarché, et si elles pensent qu’elles ne sont pas aidées, elles ressentent un profond ressentiment à l’égard de leur conjoint. Si ce ressentiment n’est pas exprimé clairement, il va creuser un gouffre émotionnel dans la relation du couple.

Voilà ce qui se passe dans le naturel… l’amour disparaît. Si nous n’avons jamais de prières exaucées, ce serait pareil avec Dieu. N’oubliez pas, si vous ne demandez pas vous ne recevrez pas. Jésus nous enjoint de demander, afin que notre joie soit parfaite. Si beaucoup n’ont pas la joie parfaite, c’est qu’ils ne demandent pas.

·         « Quand je prie, il se produit des coïncidences, et quand je ne prie pas, il ne s’en produit pas ! » (William Temple).

 

b)       quel est votre degré de détermination ?

 

·         « Demandez et demandez encore, et l’on vous donnera, cherchez, cherchez encore et vous trouverez, frappez encore et encore… et l’on vous ouvrira… » (Luc 11: 9).

 

·         Luc 11: 9: « Ainsi, Moi, Je vous le dis: Demandez, continuez à demander, et vous recevrez; cherchez, persévérez dans votre recherche, et vous trouverez; frappez, insistez, et la porte vous sera ouverte » (Traduction PVV).

Vous pouvez donc réitérer le fait de faire des requêtes, bien sûr il ne s’agit pas de formuler les mêmes, ou de répéter toujours les mêmes choses ou de réciter le « Notre Père » à tour de bras. Jésus qu’on ne doit pas se lasser de demander. Vous avez reçu ? Demandez encore d’autres choses. Vous n’avez pas reçu… demandez à nouveau. Cette traduction dit:

·         « continuez de frapper, continuez de demander… ».

Certes, on n’en demande jamais assez, mais, en définitive, Jésus traite du degré de détermination dans la prière. Il en est qui baissent les bras sans les avoir déjà levés. Quel est le degré de votre détermination ?

·         Marc 10: 17/22: « Comme Jésus se mettait en chemin, un homme accourut, et se jetant à genoux devant Lui: Bon maître, lui demanda-t-il, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? 18 Jésus lui dit: Pourquoi m’appelles-tu bon ? Il n’y a de bon que Dieu seul. 19 Tu connais les commandements: Tu ne commettras point d’adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; tu ne feras tort à personne; honore ton père et ta mère. 20 Il lui répondit: Maître, j’ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse. 21 Jésus, l’ayant regardé, l’aima, et lui dit: Il te manque une chose; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-Moi. 22 Mais, affligé de cette parole, cet homme s’en alla tout triste; car il avait de grands biens ».

Cet homme a demandé de l’aide à Jésus sur cette question métaphysique. Il a bien fait. Il était tourmenté par la pensée de la mort, de sa finitude et il ne pouvait s’y résoudre. Son désir était intense:

·         « … il accourutse jetant à genoux… ».

Cet empressement décrit sa sincérité et sa détermination. Il avait besoin non seulement de réconfort, mais de certitudes. C’était pour lui une question de vie, d’une VIE PLUS GRANDE, plus riche de sens, de la vie véritable, la vie éternelle. Il était dans l’impasse. Il avait le sentiment de ne pas vivre vraiment. Il a donc mis à nu ses pensées et ses sentiments les plus secrets.

Cet homme anonyme peut être chacun d’entre nous: « un homme ». Dans Matthieu il est dit qu’il était riche, Luc dit que c’était un notable. Ces interrogations peuvent survenir dans la vie de tout un chacun à tout instant. Nous sommes tous « riches » et « notables »... Cet homme ressentait son insuffisance. Malgré tout ce qu’il avait déjà fait et accompli, il y avait un grand vide dans le cœur. Ce qu’il vivait, il le pressentait clairement, n’avait pas la vraie vie. Il se disait sans doute:

·         « Que dois-je faire pour que ma vie ait un sens ? ».

Ici, la question porte non pas sur l’intellect, mais sur l’action. Il avait observé les commandements, et il était toujours insatisfait. Ce n’était pas en eux qu’il y avait la vraie vie. Pour cet homme, il y avait autre chose à faire. Des capacités inexplorées à découvrir. C’est en cela que Jésus l’aima, car il représente l’aspiration de beaucoup d’hommes, et surtout parce que l’observation de la loi de Moïse ne pouvait pas apporter ce que Lui Jésus allait apporter à tous ceux qui croiraient en Lui ! Jésus vous aimera aussi quand vous comprendrez que Lui Seul peut vous aider sur les questions existentielles.

Jésus possède la solution à sa problématique. Ce n’était pas celle à laquelle il s’attendait:

·         « Va, vends tout ce que tu as, donnes aux pauvres… et tu auras un trésor dans le Ciel, puis viens et suis Moi ».

Il avait de grandes propriétés, il avait fait de belles acquisitions. Mais, à cette réponse de Jésus, son visage s’est assombri, il est devenu tout triste. Il ne peut souscrire à la proposition de Jésus. Question : Qui dicte votre chemin ? Jésus ou une acquisition dont vous n’êtes pas conscient ? Les trésors sont dans les profondeurs spirituelles du Ciel, où il y a la vraie vie, la satisfaction:

·         « Là où est ton trésor, là est ton cœur ! ».

Ainsi, les profondeurs spirituelles du Ciel sont en connexion avec le cœur de l’homme.

Un voile mystérieux de tristesse s’est déposé sur le cœur de cet homme, sans lequel on n’aurait pas même l’idée que quelque chose nous manque. Cette tristesse restera tant qu’on ne se déterminera pas à agir. Voyez-vous, il y avait déjà eu pas mal d’action. « Il accourut, se jetant à genoux… ». Certes, il s’abaisse, il confesse, mais Jésus lui dit:

·         « Agis maintenant selon ma Parole ! ».

Jésus a refusé d’être « bon », ou un « bon maître » selon l’idée que cet homme s’en faisait, à savoir quelqu’un qui prendrait tout l’histoire de sa vie en main, et qu’il prendrait pour un dieu. Non ! Il n’y a que Dieu seul qui soit bon:

·         « Prends-toi en main toi-même ! Agis maintenant sur ma Parole ! Va jusqu’au bout de ta détermination ! ».

 

c)       connaissez les dispositions divines

 

·         « Avant même qu’ils appellent, Moi, Je leur répondrai, alors qu’ils parleront encore, Moi, Je les aurai écouté ! » (Esaïe 65: 24).

Notez avec moi que toute solution divine existe avant même que le besoin soit exprimé. Dieu n’est jamais pris au dépourvu. Certes, le problème surgit, mais la solution est déjà prête.

·         « Quand un homme a fait son possible, il existe encore un pouvoir puissant et mystérieux qu’il doit influencer s’il veut réussir. Ce pouvoir ne s’atteint qu’à travers la prière » (Russel H. Convel).

Il ne s’agit pas de pousser Dieu à bout, ce serait le tenter, mais d’aller jusqu’au bout et Dieu sera avec vous.

Mère Térésa a fait un rêve.

·         « J’ai trois sous, dit-elle à ses supérieurs, et Dieu m’a donné en rêve l’ordre de construire un orphelinat ».

·         « Mère Térésa, la grondèrent gentiment ses supérieurs, vous ne pouvez pas construire un orphelinat avec trois sous. Vous n’irez pas loin avec trois sous ! »

·         « Je sais, répondit-elle, mais avec Dieu, et trois sous, je peux faire n’importe quoi ! ».

 

d)       savoir ce que l’on veut

Mariage:

C’est la volonté de Dieu, et après avoir célébré le premier mariage de toute l’Histoire de l’humanité, Il vit que tout ce qu’il avait fait était très bon. C’est Son idée, ça vient de Lui:

·         « Que le mariage soit honoré de tous ! » (Hébreux 13: 4).

Famille:

·         « Il donne une famille à ceux qui n’en avaient pas ! » (Psaume 68: 7).

Affection:

·         « Tu seras caressé sur les genoux comme une femme caresse l’enfant quelle chéri » (Esaïe 66: 13).

·         « Pour lui ma tendresse déborde » (Jérémie 31: 20).

·         Psaume 16: 3: « Les saints qui sont dans le pays, les hommes pieux sont l’objet de toute mon affection ».

Amitié:

·         « L’amitié de l’Eternel est pour ceux qui Le craignent… Il est tel ami plus attaché qu’un frère… » (Proverbes 18: 24).

Maison:

·         Deutéronome 6: 1: « … des maisons qui sont pleines de toutes sortes de biens et que tu n’as point remplies, des citernes creusées que tu n’as point creusées, des vignes et des oliviers que tu n’as point plantés ».

·         « Je te bâtirai une maison stable… » (1Rois 11: 38).

·         Marc 10: 3: « … ne reçoive au centuple, présentement dans ce siècle-ci, des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants, et des terres, avec des persécutions… ».

Véhicule:

·         « Les chars de l’Eternel se comptent par milliers » (Psaume 68: 18).

·         Genèse 24: 3: « L’Eternel a comblé de bénédictions mon seigneur, qui est devenu puissant. Il lui a donné des brebis et des bœufs, de l’argent et de l’or, des serviteurs et des servantes, des chameaux et des ânes ».

Vêtements:

·         « … les méchants amassent des vêtements pour les justes… » (Job 27: 16/17).

Bijoux:

·         « Mais le père dit à ses serviteurs: Apportez vite la plus belle robe, et l’en revêtez; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds » (Luc 15: 22).

·         Néhémie 9: 2: « Ils devinrent maîtres de villes fortifiées et de terres fertiles; ils possédèrent des maisons remplies de toutes sortes de biens, des citernes creusées, des vignes, des oliviers, et des arbres fruitiers en abondance; ils mangèrent, ils se rassasièrent, ils s’engraissèrent, et ils vécurent dans les délices par ta grande bonté ».

·         Genèse 24: 53 : « … Et le serviteur sortit des objets d’argent, des objets d’or, et des vêtements, qu’il donna à Rebecca; il fit aussi de riches présents à son frère et à sa mère ».

Oui ! A l’instar de Rebecca, vous pouvez rencontrer dans votre vie de telles personnes providentielles, envoyées de Dieu pour vous bénir !

Emploi:

·         « J’ai été jeune, j’ai vieilli, je n’ai jamais vu le juste abandonné, ni sa postérité mendier son pain… » (Psaume 37: 25).

Santé et forme physique:

·         « … ta santé durera autant que tes jours… » (Deutéronome 33: 25),

·         « Il renouvelle la force de ceux qui tombent en défaillance » (Esaïe 40: 29).

Temps libre:

·         Psaume 84: 10: « Mieux vaut un jour dans tes parvis que mille ailleurs; je préfère me tenir sur le seuil de la maison de mon Dieu, plutôt que d’habiter sous les tentes de la méchanceté ».

Le temps passé dans la Présence de Dieu nous en fait gagner beaucoup ! Une heure peut nous en faire gagner mille !

Développement intellectuel:

·         « Je t’instruirai, je te montrerai la voie que tu dois suivre… » (Psaume 32: 8).

·         Daniel 12: 4: « Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera ».

·         Psaume 119: 104: « Par tes ordonnances je deviens intelligent, aussi je hais toute voie de mensonge ».

Direction:

·         Psaume 23: « Il me dirige dans les sentiers de la justice… »,

·         « L’Eternel sera toujours ton guide » (Esaïe 58: 11).

Sagesse:

·         Proverbes 28: 5: « Les hommes livrés au mal ne comprennent pas ce qui est juste, mais ceux qui cherchent l’Eternel comprennent tout ».

·         Jacques 1: 5: « Si quelqu’un manque de Sagesse, qu’il la demande à Dieu qui la lui accordera sans reproche ».

Protection:

·         « Ne crains point, Je Suis ton bouclier… » (Genèse 15: 1).

·         « L’ange de l’Eternel campe autour de eux qui Le craignent » (Psaume 34: 7).

Sommeil:

·         Proverbes 3: 24: « Si tu te couches, tu seras sans crainte; et quand tu seras couché, ton sommeil sera doux.».

·         Psaume 127: 2: « En vain vous levez-vous matin, vous couchez vous tard, et mangez-vous le pain de douleur; Il en donne autant à ses bien-aimés pendant leur sommeil ».

Nourriture:

·         Matthieu 6: 31: « Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous ? Que boirons-nous ? De quoi serons-nous vêtus ? ».

·         Proverbes 13: 4/6: « 4 L’âme du paresseux a des désirs qu’il ne peut satisfaire; mais l’âme des hommes diligents sera rassasiée… ».

Victoire sur nos ennemis:

·         Deutéronome 28: 7: « L’Eternel te donnera la victoire sur tes ennemis qui s’élèveront contre toi; ils sortiront contre toi par un seul chemin, et ils s’enfuiront devant toi par sept chemins ».

·         Psaume 60: 12: « Avec Dieu, nous ferons des exploits; Il écrasera nos ennemis ».

Paix:

·         Esaïe 57: 19: « Je mettrai la louange sur les lèvres. Paix, paix à celui qui est loin et à celui qui est près ! dit l’Eternel. Je les guérirai ». … etc.

 

e)       croire que l’on est digne de recevoir

Certes, le centurion romain avait dit:

·         « Je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit… ».

Mais, il n’a pas dit qu’il n’était pas digne de recevoir. Ne prenez pas ce texte hors du contexte pour en faire un prétexte. La preuve en est qu’il a demandé à Jésus-Christ d’intervenir en sa faveur.

Vous devez croire que vous allez obtenir ce que vous désirez. L’état d’esprit dans lequel on demande est capital. Vous devez dès le départ avoir un degré de certitude quant à l’issue de vos prières. Si vous prévoyez d’obtenir un OUI, cela influencera tout le reste. Priez pour ce que vous serez sûrs de recevoir. Et tout changera quoi que ce soit, votre intonation de voix, votre manière de marcher, le choix de vos mots, votre habillement… posez-vous ces questions:

-          Comment me comporterai-je si j’avais l’assurance d’obtenir ce que je veux ?

-          Que dirai-je ?

-          Qu’éprouverai-je physiquement, comment me tiendrai-je, me déplacerai-je ?

-          Quel langage emploierai-je ?

-          Quelles inflexions prendrait ma voix si j’étais absolument certain d’obtenir ce que je veux ?

 

·         « C’est pourquoi Je vous le déclare, tout ce que vous demanderez en priant (en accord avec Moi, le Seigneur), croyez que vous l’avez reçu, et cela vous sera accordé » (Marc 11: 24).

 

f)        agir malgré la peur

Généralement les peurs viennent de nous-mêmes. Nous créons nos propres peurs. La crainte, les soucis et les tourments nous empêchent de réaliser le meilleur de nous-mêmes, des autres et de Dieu.

40% de nos soucis ne se réaliseront jamais.

30% se rapportent à d’anciennes décisions qui ne peuvent plus être changées.

12% concernent les critiques dirigées contre nous par des anxieux qui souffrent d’un complexe d’infériorité.

10% ont trait à la santé qui ne fait qu’empirer quand on s’inquiète.

8% correspondent à de véritables problèmes que la Parole de Dieu peut résoudre en éliminant toute inquiétude.

En outre, d’après les recherches médicales, 75 à 90% de toutes les maladies sont provoquées par le stress, les craintes, les inquiétudes et les soucis.

·         « Jette-toi d’abord da la falaise, et il te poussera des ailes pendant ta chute » (Ray Bradbury).

Nota bene… il est évident qu’il ne faut pas prendre cela au littéral ! Mais, quand on veut vraiment avec passion, c’est possible de recevoir.

g)       tirer des leçons de ses expériences et persévérer

Ne déclarez jamais forfait, quelques citations peuvent vous aider:

·         « … ne baissez jamais, jamais, jamais, jamais les bras ! » (Winston Churchill).

·         « … il y aura toujours quelqu’un pour dire oui. Si vous demandez assez longtemps, vous trouverez cette personne » (Janet Carson).

C’est comme cela que vous viendrez à bout de toute résistance.

·         « … ne renoncez jamais, car c’est à ce moment précis que le vent tournera » (Harriet Beecher Stowe).

Toutefois, quand Dieu dit: « NON », ce n’est pas la peine de s’entêter ! La subjectivité de Balaam et son entêtement l’ont mené à la perdition. Dieu avait dit « non » (cf. Nombres 22). Il fallait s’en tenir là, mais il a voulu passer outre et il a été tué par l’épée (cf. Josué 13: 22).

Je voudrais vous signaler que Dieu répond toujours aux prières, soit par oui, soit par non. Mais Il ne les exauce pas toujours, ou bien autrement que l’on aurait pensé. Mais, c’est le sujet d’une autre étude sur la prière…

SE HEURTER A UN REFUS PEUT CACHER UNE BENEDICTION !

Il y a bien des années, en Ecosse, la famille Clark caressait un rêve. Ils travaillaient et économisaient de l’argent dans le but d’emmener leurs neuf enfants en voyage aux U.S.A. Cela leur avait pris des années, mais ils avaient fini par mettre assez d’argent de côté. Ils avaient obtenu des passeports et réservé des places sur un nouveau transatlantique. Toute la famille attendait avec beaucoup d’impatience et d’enthousiasme le moment de se lancer dans cette aventure magnifique. Toutefois, plusieurs jours avant le départ, le benjamin fut mordu par un chien. Le médecin recousit la jambe de l’enfant, puis suspendit un drapeau jaune à la porte de la maison des Clark. En effet, comme il risquait d’avoir attrapé la rage, toute la famille devait rester en quarantaine pendant eux semaines.

Le rêve des Clark se trouvait anéanti. C’en était fait du voyage en Amérique. Le père rempli d’amertume et de colère marcha jusqu’au quai d’un pas lourd et bruyant pour voir le navire appareiller… sans la famille Clark. Il versa des larmes amères, et il maudit son fils et Dieu de leur malchance.

Cinq jours plus tard, une tragique nouvelle se répandit dans toute l’Ecosse, et le monde entier. Le gigantesque TITANIC avait sombré corps et bien. Le navire insubmersible avait coulé, entraînant des centaines de personnes au fond de la mer. La famille Clark aurait dû se trouver à bord, mais parce que le fils avait été mordu par un chien, elle était restée derrière. A l’annonce de cette nouvelle, Mr. Clark étreignit son fils et remercia Dieu d’avoir épargné sa famille et d’avoir transformé en bénédiction ce qui lui était apparu comme une tragédie !

·         « Faites connaître à Dieu vos demandes… Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ » (Philippiens 4: 6 et 19).

 

Retour accueil