Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


                                                  Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

TON LANGAGE TE FAIT RECONNAITRE !

·         Matthieu 26: 73: « Peu après, ceux qui étaient là, s’étant approchés, dirent à Pierre : Certainement tu es aussi de ces gens-là, car ton langage te fait reconnaître ».

Autres traductions: « ton langage te trahit, ta façon de parler le montre bien, on le reconnaît à ta façon de parler, ton accent te trahit, ton accent révèle d’où tu viens… ». L’Ennemi a vite reconnu Pierre à son accent. Oui, la façon de parler, bien plus qu’un accent régional, a un grand pouvoir sur le cours de notre vie, sur la suite des évènements ! Il s’agit de parler correctement sans « défauts » de langage ! Une leçon nous est donnée dans les Ecritures:

·         Juges 12: 4/7: « Jephthé rassembla tous les hommes de Galaad, et livra bataille à Ephraïm. Les hommes de Galaad battirent Ephraïm, parce que les Ephraïmites disaient : Vous êtes des fugitifs d’Ephraïm ! Galaad est au milieu d’Ephraïm, au milieu de Manassé ! 5 Galaad s’empara des gués du Jourdain du côté d’Ephraïm. Et quand l’un des fuyards d’Ephraïm disait: Laissez-moi passer ! Les hommes de Galaad lui demandaient: Es-tu Ephraïmite ? Il répondait: Non. 6 Ils lui disaient alors: Eh bien, dis Schibboleth. Et il disait Sibboleth, car il ne pouvait pas bien prononcer. Sur quoi les hommes de Galaad le saisissaient, et l’égorgeaient près des gués du Jourdain. Il périt en ce temps-là quarante-deux mille hommes d’Ephraïm. 7 Jephthé fut juge en Israël pendant six ans; puis Jephthé, le Galaadite, mourut, et fut enterré dans l’une des villes de Galaad ».

Tout cela parce qu’ils avaient un défaut de prononciation ! Combien d’hommes politiques aujourd’hui dérapent au niveau du langage, dans leurs discours, lapsus révélateurs, paroles provocantes, et les journalistes ne les manquent pas … Sur le plan spirituel, c’est bien plus sérieux et plus grave.

DE QUOI PARLEZ VOUS EN MARCHANT ?

·         Luc 24: 13/27: « 13 Et voici, ce même jour, deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades; 14 et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passé. 15 Pendant qu’ils parlaient et discutaient, Jésus s’approcha, et fit route avec eux. 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de Le reconnaître. 17 Il leur dit: De quoi vous parlez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes ? 18 L’un d’eux, nommé Cléopas, Lui répondit: Es-tu le seul qui, séjournant à Jérusalem ne sache pas ce qui y est arrivé ces jours-ci ? —  19 Quoi ? leur dit-Il. Et ils lui répondirent: Ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, 20 et comment les principaux sacrificateurs et nos magistrats L’ont livré pour Le faire condamner à mort et L’ont crucifié. 21 Nous espérions que ce serait Lui qui délivrerait Israël; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées. 22 Il est vrai que quelques femmes d’entre nous nous ont fort étonnés; s’étant rendues de grand matin au sépulcre 23 et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire que des anges leur sont apparus et ont annoncé qu’Il est vivant. 24 Quelques-uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit; mais Lui, ils ne l’ont point vu. 25 Alors Jésus leur dit: O hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! 26  Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’Il entrât dans sa gloire ? 27 Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, Il leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui Le concernait ».

Dans vos soucis et problèmes quotidiens, comment et de quoi parlez-vous en marchant ? Avez-vous conscience d’un « Christ vivant », ressuscité, ou bien parlez-vous comme si « Jésus de Nazareth était mort pour toujours » ?  Les disciples d’Emmaüs étaient dans la tristesse, dans la désillusion et la déprime ! Ils parlent de Jésus comme d’un prophète, alors qu’Il est le Fils de Dieu, ils disent qu’Il était puissant en œuvres et en paroles, alors que c’est tout à fait l’inverse, Il était puissant en paroles et en œuvres… Ils pensaient que Jésus était venu pour délivrer Israël du joug des romains, mais en réalité, Il est venu pour libérer l’Humanité toute entière du joug du péché, Etc. De plus ils parlent mal des femmes qui les ont beaucoup étonnés, mais ils ne les ont pas crues… Voyez comment le Ressuscité va rétablir cette injustice : « O hommes sans intelligence ! ».

A cause de leurs paroles défaitistes ! Savez-vous que les mots ne sont pas anodins, mais qu’ils sont révélateurs du fond de notre cœur. Jésus disait que de l’abondance du cœur, la bouche parle. Ils ne sont pas seulement des moyens de communication, mais une raison de vivre ! Ils sont une arme, un aliment :

·         Jérémie 15: 16: « J’ai recueilli tes paroles, et je les ai dévorées; Tes paroles ont fait la joie et l’allégresse de mon cœur; car ton Nom est invoqué sur moi, Eternel, Dieu des armées ! ».

·         Ezéchiel 3: 3 : « Il me dit: fils de l’homme, nourris ton ventre et remplis tes entrailles de ce rouleau que je te donne ! Je le mangeai, et il fut dans ma bouche doux comme du miel ».

·         1Timothée 4: 6 : « En exposant ces choses aux frères, tu seras un bon ministre de Jésus Christ, nourri des paroles de la foi et de la bonne doctrine que tu as exactement suivie ».

Ainsi les mots peuvent être nourrissants, bénéfiques, ou bien un vrai poison. Ils sont comparés à un aliment. Il est effectivement important de savoir avec quoi nous nourrissons nos pensées, nos âmes.

·         Lévitique 17: 15: « Toute personne, indigène ou étrangère, qui mangera d’une bête morte ou déchirée, lavera ses vêtements, se lavera dans l’eau, et sera impure jusqu’au soir; puis elle sera pure ».

L’eau est une allusion à la Parole qui purifie, lave, nettoie:

·         Ephésiens 5: 26 : « … afin qu’il la sanctifiât, en la purifiant par l’Eau de la Parole » (trad. Darby, NEG, Osty, PVV, TOB). 

Mais il y a aussi le fait de « manger des bêtes mortes »… quelles sont ces « bêtes mortes » dont on nourrit notre âme ? Des gémissements, des plaintes, des doléances, le langage de la haine, d’impuretés, paroles hargneuses, propos déséquilibrés, pessimistes, acariâtres, désabusés… ! Voilà ce que sont ces « bêtes mortes et déchirées ». Cela rend impur. Car ce n’est pas ce qui entre dans la bouche et dans le corps de l’homme qui le rend impur, mais ce qui sort de sa bouche ! C’est ce qui empoisonne l’existence, nous écrase. Seule l’Eau de la Parole de Dieu peut nous laver. Le langage peut entraîner les pires maux, car la vie et la mort sont au pouvoir de la langue.

Chaque jour les étudiants en médecine d’une certaine faculté passaient devant une marchande des 4 saisons. Pour s’amuser, quelques-uns de ces jeunes gens décidèrent de convaincre cette femme qu’elle était malade. Ils s’échelonnèrent, et le premier en passant salua la marchande en ajoutant :

·         « Cela va bien aujourd’hui ? ».

·         « Très bien ! », dit la dame.

Le deuxième arrive à son tour et ajoute :

·         « ça n’a pas l’air d’aller ce matin ! ».

·         « Oh, ça va ! », répondit la femme.

Puis le troisième : « Vous êtes bien pâle ce matin ! ».

·         « Oh ! Ce n’est pas grave », dit la marchande.

Le quatrième arriva et ajouté :

·         « Vous avez sûrement la fièvre ! ».

·         « Oui, dit la femme, je vais rentrer, je ne me sens pas bien ce matin ! ».

Voyez le pouvoir des mots, des paroles ! Regardez le mot « agressivité »: autrefois, c’était négatif, mais aujourd’hui, c’est positif,  on engage un agressif pour qu’il soit compétitif, capable de vendre.

N’avez-vous jamais entendu qu’on vend aujourd’hui des parfums appelés « poison », « égoïste », « scorpion » ? Ils se vendent très bien. Si on met en vente un « produit d’enfer », on ne l’achète pas si on est sain d’esprit, mais les publicitaires ne s’y trompent pas, ils savent que les gens vont l’acheter. Aujourd’hui, nombre de nos contemporains sont déboussolés, et comme les ninivites, ils ne savent plus leur droite de leur gauche.

Aux U.S.A., un journal annonçait que de bonnes nouvelles, mais il a fait faillite après 3 mois d’existence ! Par contre, les  journaux à scandale qui racontent des horreurs avec des mots affreux se vendent. Est-il étonnant de voir tant de gens malades, déprimés, impurs ? Comment peut-il en être autrement quand ils s’imprègnent l’âme de films d’horreurs et de magazines aux rumeurs de caniveaux. Les mots lus, ou parlés, sont des images qui se gravent en profondeur dans l’inconscient et qui font leur chemin. Alors, nous parlons et nos expressions négatives traduisent la mauvaise forme, l’humeur maussade, et nous nous enfermons dans le ghetto du négatif !

·         Lévitique 11: 1/8: « L’Eternel parla à Moïse et à Aaron, et leur dit: 2 Parlez aux enfants d’Israël, et dites: Voici les animaux dont vous mangerez parmi toutes les bêtes qui sont sur la terre. 3 Vous mangerez de tout animal qui a la corne fendue, le pied fourchu, et qui rumine. 4 Mais vous ne mangerez pas de ceux qui ruminent seulement, ou qui ont la corne fendue seulement. Ainsi, vous ne mangerez pas le chameau, qui rumine, mais qui n’a pas la corne fendue: vous le regarderez comme impur. 5 Vous ne mangerez pas le daman, qui rumine, mais qui n’a pas la corne fendue: vous le regarderez comme impur. 6 Vous ne mangerez pas le lièvre, qui rumine, mais qui n’a pas la corne fendue: vous le regarderez comme impur. 7 Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue et le pied fourchu, mais qui ne rumine pas: vous le regarderez comme impur. 8 Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leurs corps morts: vous les regarderez comme impurs ».

Il y a deux éléments à retenir:

a) l’action de ruminer,

b) les pieds fourchus.

Ces 2 aspects devaient correspondre l’un avec l’autre. La vie intérieure (ruminer) doit se voir dans la marche extérieure (pieds fourchus).

Au verset 7 il est question du porc qui a la corne fourchue, mais qui ne rumine pas. Extérieurement, ça ressemble aux critères bibliques, mais ce n’est pas le produit d’une vraie méditation et communion avec Dieu et sa Parole (ruminer).  Combien il en est aujourd’hui qui font croire qu’ils sont spirituels, et ils ont seulement l’extérieur, une vitrine ! Mais l’arrière-boutique est tout autre chose ! Ils n’ont que l’apparence de la piété.

Il y a le cas aussi de ceux qui « ruminent », et qui connaissent très bien la Parole de Dieu, mais leur vie extérieure n’est pas conforme (le pied n’est pas fendu). Ils font ce qu’ils veulent. C’est le cas du chameau. Leurs vies ne sont pas en adéquation avec leur vie intérieure.

La leçon est que notre langage déteint sur notre vie et l’oriente. Cela détermine notre marche. Le laisser aller dans le langage affecte notre marche. Se négliger, se vautrer par terre, se tenir voûté, être débraillé, va de pair avec le langage dégradé.

Le célèbre acteur « James Dean » est l’ancêtre de ce phénomène. Quand on regarde ses films, il ne se tient jamais droit, mais voûté, roulé en boule. Du temps de Corneille, on portait des cols qui forçaient à se tenir droit, on était  harnaché et boutonné, c’était l’époque de l’énergie, de la volonté, et le langage classique soutenait la morale et l’éducation.

UN POUVOIR DE VIE ET DE MORT

·         Proverbes 18: 21: « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue; quiconque l’aime en mangera les fruits ».

Les tables de  la loi de Moïse ont été traduites par l’expression les « 10 commandements ». Terme militaire, qui n’est pas dans la pensée du texte hébraïque. En hébreu, ce n’est pas du tout ça. On devrait traduire: « Les 10 paroles », dans le sens de « conseils d’un père aimant ses enfants ! ». Toutefois, ces « 10 paroles » nous « tuent » dans notre prétention à acquérir notre Salut par nos efforts, en essayant d’obéir à la loi de Moïse.

Jacques, leader de l’église de Jérusalem, frère de Jésus, disait dans son épitre que la langue est pleine d’un venin mortel !

La langue peut être insolente :

·         Osée 7: 16: « Ce n’est pas au Très-Haut qu’ils retournent; ils sont comme un arc trompeur. Leurs chefs tomberont par l’épée, à cause de l’insolence de leur langue. C’est ce qui les rendra un objet de risée dans le pays d’Egypte ».

La langue peut être trompeuse :

·         Michée 6: 12: « Ses riches sont pleins de violence, ses habitants profèrent le mensonge, et leur langue n’est que tromperie dans leur bouche ».

·         Psaume 50: 19: « Tu livres ta bouche au mal, et ta langue est un tissu de tromperies ».

La langue peut être flatteuse :

·         Psaume 5: 10: « Car il n’y a point de sincérité dans leur bouche; leur cœur est rempli de malice, leur gosier est un sépulcre ouvert, et ils ont sur la langue des paroles flatteuses ».

La langue peut être malicieuse :

·         Psaume 10: 7: « Sa bouche est pleine de malédictions, de tromperies et de fraudes; il y a sous sa langue de la malice et de l’iniquité ».

La langue peut être arrogante :

·         Psaume 12: 4: « Ceux qui disent: Nous sommes puissants par notre langue, nous avons nos lèvres avec nous; qui serait notre maître ? ».

La langue peut être blessante :

·         Proverbes 18: 12: « ils blessent, car ils parlent à la légère ».

La langue peut être mortelle :

·         Jérémie 18 : 18 : « Tuons le avec la langue ! ».

La langue peut s’élever contre toi :

·         Esaïe 54: 17: « Toute arme forgée contre toi sera sans effet; et toute langue qui s’élèvera en justice contre toi, tu la condamneras. Tel est l’héritage des serviteurs de l’Eternel, tel est le salut qui leur viendra de Moi, dit l’Eternel ».

La langue peut être doucereuse, perverse, pernicieuse, fausse, etc. Parlons un peu de ces mauvaises langues:

La médisance: dire de quelqu’un avec une intention mauvaise un mal qui serait vrai !

La calomnie: c’est blesser la réputation et l’honneur de quelqu’un, en racontant des choses fausses. Cela vient du diable !

Les cabales: c’est une conduite détournée pour supplanter quelqu’un par des manœuvres obscures. Cela suppose la méchanceté et la violence.

·         Psaume 31: 12/14: « Je suis oublié des cœurs comme un mort, je suis comme un vase brisé. 13 J’apprends les mauvais propos de plusieurs, l’épouvante qui règne à l’entour, quand ils se concertent ensemble contre moi: ils complotent de m’ôter la vie. 14 Mais en Toi je me confie, ô Eternel ! Je dis: Tu es mon Dieu ! ».

La conséquence est une souffrance morale.

-          Joseph fut accusé par la femme de Putiphar d’avoir tenté une relation avec elle : « l’esclave hébreu est venu vers moi pour se jouer de moi… ».

-          Jésus a lui-même été calomnié par de faux témoins.

-          Le premier martyr de l’Eglise, Etienne fut lapidé par ceux qui l’avaient calomnié. Il aurait dit des paroles blasphématoires contre Moïse !

-          L’apôtre Paul fut accusé par un certain Tertulle, d’avoir profané les Temple ! etc.

Les mots sont chargés de puissance et d’intention en eux-mêmes. Nous avons l’exemple du centenier romain qui a dit à Jésus:

·         « Dis seulement un mot et mon serviteur sera guéri ! ».

Jésus avait plusieurs sortes de paroles: des paroles de polémiques, des paroles d’encouragement, mais surtout, des paroles de retournement:

·         « vous pleurez ? Vous rirez ! «  (Luc 6: 21).

La Parole de Dieu peut retourner les situations à votre avantage. Jésus n’a jamais cessé de prononcer de telles paroles.

Un changement de vocabulaire et d’imagination ne peut se faire sans l’aide de l’Esprit Saint dans notre vie. Seul l’Esprit peut nous donner un autre cœur, avec des pensées nouvelles, des orientations différentes, des aspirations autres, car c’est du cœur que viennent…

TRANSFORMER L’IMAGINATION

On peut comparer l’être humain à un iceberg, immergé à 90%. A côté de celui-ci, un bateau représentant notre conscience et un vent qui souffle vers le sud, qui correspondrait à notre volonté. L’iceberg devrait dériver vers le sud, mais il n’en n’est rien. Il continue à dériver vers le nord, car un courant sous-marin l’y pousse irrésistiblement.

C’est ainsi que nous vivons, à l’image de l’iceberg. Les 10%, la partie visible de l’iceberg, c’est la partie consciente de notre être, de ce que nous savons de nous. Le vent souffle désespérément vers le sud: c’est notre aspiration au bonheur, à la joie, à la paix, au succès, à une vie tranquille et prospère. Mais que peut ce vent malgré une bonne volonté, face à la force du courant marin qui nous entraîne dans la direction opposée ? Mais rien n’est irrémédiable. Nous pouvons changer le programme. Il suffit d’apprendre à occuper son esprit de concept d’harmonie, de joie, de santé, de succès.

Par exemple: si vous êtes timide, cette donnée est inscrite dans votre subconscient depuis longtemps. Vous multipliez les gaffes, les maladresses, les rougeurs, et cela ne fait que renforcer votre attitude. Pour renverser le courant, et déplacer l’iceberg de votre subconscient immergé à 90%, il faut un véritable sous-marin. Ce sous-marin, c’est votre imagination. Celle-ci vous permettra de construire  de nouveaux scénarios mentaux positifs. Pour supprimer cette timidité, il faut éliminer la cause: la manière dont vous vous imaginez. Pour devenir plus calme, plus ouvert, plus communicatif, il faut graver dans votre esprit de nouvelles images de vous-même où vous parlez en public avec facilité, où vous êtes à l’aise, éloquent, brillant. Mais, afin que ces scénarios se figent dans votre subconscient, il faut travailler dans l’idée de glorifier Dieu. Point important pour changer de vie, il faut changer aussi de vocabulaire. Cessez de dire :

·         « aujourd’hui encore, il fait mauvais temps ! Je déteste le métro ! Je n’aime pas voir la tête de mon patron ! J’ai beaucoup trop de choses à faire ! Je suis sûr que la voiture va tomber en panne ! Et la voisine du haut, c’est insupportable, on va finir par se disputer ! Etc.

Jésus dit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de toute ton ‘imagination’ (trad. Anglaises), et ton prochain comme toi-même ! ».

·         2Corinthiens 10: 5: Oui, nous renversons les raisonnements (trad. Anglaise Dake: « casting down imaginations ») et les arguments sophistiqués qui se dressent prétentieusement en rempart contre la véritable connaissance de Dieu. Faisant prisonnière toute pensée (rebelle), nous l’amenons à obéir au Christ et à reconnaître son autorité ».

Oui, il y a des « remparts » ou « forteresses » qui se dressent contre la connaissance de Dieu. C’est à nous qu’il incombe de les renverser… ! Des traductions anglaises parlent de « renverser  les mauvaises imaginations » (Trad. Dake).

Dans le Psaume 23, David se gargarise l’esprit, il sature son imagination avec des images réconfortantes. Et avec de bonnes paroles, des couleurs « de verts pâturages », il dit « oui » au bonheur ! Le tout pour glorifier Dieu !

·         Psaume 23: « Cantique de David. L’Eternel est mon berger: je ne manquerai de rien. 2 Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. 3 Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de son Nom. 4 Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car Tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent. 5 Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires; Tu oins d’huile ma tête, et ma coupe déborde. 6 Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie, et j’habiterai dans la maison de l’Eternel jusqu’à la fin de mes jours ».

Les images sont fortes : Un berger, de verts pâturages, des eaux paisibles, des sentiers de la justice, une vallée de l’ombre de la mort, la houlette et le bâton du berger, une table, de l’huile, une coupe, la maison de l’Eternel…

·         Hébreux 13: 5/6: « Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent; contentez-vous de ce que vous avez; car Dieu Lui-même a dit: Je ne te délaisserai point, et Je ne t’abandonnerai point. 6 C’est donc avec assurance que nous pouvons dire: Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien; que peut me faire un homme ? ».

Il s’agit de parler le langage de la Parole de Dieu, de « confesser », ce qui veut dire « être d’accord avec ». Soyons courageux avec la Parole de Dieu pour déclarer ce qu’elle déclare ! Alignons nos paroles sur la Parole de Dieu.

L’ESPRIT TE CHANGERA EN UN AUTRE HOMME

·         1Samuel 10 : 6 : « L’Esprit de l’Eternel te saisira, tu prophétiseras avec eux, et tu seras changé en un autre homme ».

Certes Saul était sans doute quelqu’un de bien, mais il fallait qu’il change… Comment changer de cap dans notre vie ? Ce texte est le premier qui, mentionnant l’Esprit, parle de changement de l’homme. Quand l’Esprit vient, Il change l’homme. Il faudrait qu’il vienne plus souvent, certes ! Il est le seul qui puisse maîtriser leur langue.

·         « Prophétiser », c’est « parler comme Dieu » (cf. Jérémie 15: 19).

Etre « domptés » par le Saint Esprit nous amènera à devenir « dociles » :

·         « heureux les doux (dans le sens de « docile » en grec), car ils hériteront… ».

Il faut qu’Il saute, ou qu’Il fonde comme un oiseau de proie, ou qu’Il s’empare de nous, comme on s’empare d’une forteresse, ou toute résistance sera mise à plat… Le mot « doux » vient d’un mot grec qui était souvent appliqué au domptage d’un cheval. A l’état sauvage, celui-ci courait des prairies en prairies, libre, faisant sa propre volonté. Puis un jour, il a été capturé, et pour finir, il a été dompté, devenu capable de recevoir quelqu’un sur son dos, qui le dirigera en tenant les rênes. Il est alors soumis au cavalier et obéis aux directives du cavalier. Il est devenu « docile », « doux », dompté ». Le « parler en langues » est un effet du baptême dans l’Esprit, lequel va nous aider à tenir un autre langage que celui de la négativité, du désespoir, de l’apitoiement de soi, du défaitisme, de la calomnie etc.

·         Jacques 3: 3/5: « Si nous mettons le mors dans la bouche des chevaux pour qu’ils nous obéissent, nous dirigeons aussi leur corps tout entier. 4 Voici, même les navires, qui sont si grands et que poussent des vents impétueux, sont dirigés par un très petit gouvernail, au gré du pilote. 5 De même, la langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voici, comme un petit feu peut embraser une grande forêt ! ».

Le mors dans la bouche des chevaux dirige leur corps tout entier, tout comme les grands navires sont dirigés par un petit gouvernail, la langue agit ainsi. De notre langue dépend tout le cours de notre vie ! Tel un petit feu la langue embrase tout le cours de l’existence. *avec la venue de l’Esprit dans notre vie, il y a un mors dans notre bouche, et « quelqu’un » tient les rênes pour nous diriger…

·         Actes 4: 20: « … car nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu ».

·         Esaïe 19: 18: « En ce temps-là, il y aura cinq villes au pays d’Egypte, qui parleront la langue de Canaan, et qui jureront par l’Eternel des armées: l’une d’elles sera appelée ville de la destruction ».

Il est aussi vrai qu’il y a aujourd’hui une langue bien spécifique du peuple de Dieu. Pas un « patois de Canaan », remplis d’expressions hermétiques aux nouvelles personnes qui viennent dans l’église… « Le pied de l’orgueil, la circoncision … du cœur…, des charbons ardents sur la tête », etc. Mais le langage de la foi, des promesses, de la prière, de la louange, de l’intercession, du témoignage, des paroles d’autorité, etc.

UNE LANGUE EMBARRASSEE OU EXERCEE ?

a)      Exode 4: 10: « Moïse dit à l’Eternel: Ah ! Seigneur, je ne suis pas un homme qui ait la parole facile, et ce n’est ni d’hier ni d’avant-hier, ni même depuis que tu parles à ton serviteur; car j’ai la bouche et la langue embarrassées ».

 

b)      Esaïe 50: 4: « Le Seigneur, l’Eternel, m’a donné une langue exercée, pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu; Il éveille, chaque matin, Il éveille mon oreille, pour que j’écoute comme écoutent des disciples ».

Moïse avait un défaut de langue. Certaines traductions parlent d’une langue « lourde », « pesante », « bégayante ». Il n’était plus si éloquent qu’il ne l’était à la cour de Pharaon. Là il était puissant en paroles. Dieu n’avait pas besoin de cet homme avec sa compétence bien humaine: « puissant en paroles ». Il a fallu attendre bien longtemps, jusqu’au point où cet homme bégayait ! Moïse n’est jamais entré en Canaan… Sa langue était embarrassée. Esaïe y était. Sa langue était « exercée ».

·         Psaume 106: 33: « Car ils aigrirent son esprit, et il s’exprima légèrement des lèvres ».

·         Nombres 20: 10: « Moïse et Aaron convoquèrent l’assemblée en face du rocher. Et Moïse leur dit: écoutez donc, rebelles ! Est-ce de ce rocher que nous vous ferons sortir de l’eau ? 11 Puis Moïse leva la main et frappa deux fois le rocher avec sa verge. Il sortit de l’eau en abondance. L’assemblée but, et le bétail aussi ».

Canaan représente non pas le Ciel, mais les promesses de Dieu. Pour entrer dans Canaan, il faut parler cette « langue de Canaan » !

BENEFICES D’UNE LANGUE EXERCEE

·         Psaume 45: 2: « Tu es le plus beau des fils de l’homme, la grâce est répandue sur tes lèvres: C’est pourquoi Dieu t’a béni pour toujours ».

·         Proverbes 10: 20: « La langue du juste est un argent de choix; le cœur des méchants est peu de chose ».

·         Proverbes 15: 4: « La langue douce est un arbre de vie, mais la langue perverse brise l’âme ».

·         Proverbes 25: 15: « Par la lenteur à la colère on fléchit un prince, et une langue douce peut briser des os ».

·         Esaïe 50 : 4 : «… une langue exercée, pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu ».

·         Proverbes 12: 18: « Tel, qui parle légèrement, blesse comme un glaive; mais la langue des sages apporte la guérison ».

PLUS … TÔT… LES ACTIONS DE GRÂCES !

·         Ephésiens 5: 4: « Qu’on n’entende ni paroles déshonnêtes, ni propos insensés, ni plaisanteries, choses qui sont contraires à la bienséance; qu’on entende plutôt des actions de grâces ».

Comme déjà signalé dans cet article, ce que Dieu veut entendre et dans l’Eglise ce qu’on doit aussi entendre, c’est le langage de la reconnaissance du cœur ! Savoir remercier Dieu. Et pour cela il ne faudrait pas attendre, il faut que ce soit fait « plus… tôt », ce qui court-circuitera  les « paroles déshonnêtes (littéralement: ‘des paroles pourries’) ».

Lorsque Josué est mort, on a consulté Dieu. Qui montera attaquer les cananéens ? L’Eternel répondit: « Juda ». Et ensuite on voit la marche victorieuse de cette tribu. « Juda » signifie « louange ». Commençons nos journées avec la louange. En tout premier lieu ! Voyez comment « Juda » s’est emparé de la victoire… :

·         Juges 1: versets 3, 4, 8, 9, 17, 18, 19: « Et Juda dit à Siméon, son frère: monte avec moi dans le pays qui m’est échu par le sort, et nous combattrons les Cananéens; j’irai aussi avec toi dans celui qui t’est tombé en partage. Et Siméon alla avec lui. 4 Juda monta, et l’Eternel livra entre leurs mains les Cananéens et les Phéréziens; ils battirent dix mille hommes à Bézek. 5 Ils trouvèrent Adoni-Bézek à Bézek; ils l’attaquèrent, et ils battirent les Cananéens et les Phéréziens. 6 Adoni-Bézek prit la fuite; mais ils le poursuivirent et le saisirent, et ils lui coupèrent les pouces des mains et des pieds. 7 Adoni-Bézek dit: Soixante-dix rois, ayant les pouces des mains et des pieds coupés, ramassaient sous ma table; Dieu me rend ce que j’ai fait. On l’emmena à Jérusalem, et il y mourut. 8 Les fils de Juda attaquèrent Jérusalem et la prirent, ils la frappèrent du tranchant de l’épée et mirent le feu à la ville. 9 Les fils de Juda descendirent ensuite, pour combattre les Cananéens qui habitaient la montagne, la contrée du midi et la plaine… 17 Juda se mit en marche avec Siméon, son frère, et ils battirent les Cananéens qui habitaient à Tsephath; ils dévouèrent la ville par interdit, et on l’appela Horma. 18 Juda s’empara encore de Gaza et de son territoire, d’Askalon et de son territoire, et d’Ekron et de son territoire. 19 L’Eternel fut avec Juda; et Juda se rendit maître de la montagne… ».

 

-          Juda s’associe avec Siméon (signifie ‘qui entend ‘). Entendons-nous dans la louange !

-          Juda monta… Elevons la bannière de la louange.

-          Les fils de Juda attaquèrent… attaquons tout ennemi dans la louange.

-          Juda combattit les Cananéens. La louange est un combat.

-          Juda se mit en marche. Marchons dans un esprit de louange.

-          L’Eternel fut avec Juda : Dieu est avec nous dans lorsque nous louons !

-          Juda se rendît maître de la montagne. Nous aussi nous dominerons l’ennemi par la louange.

 

·         Psaume 22: 1/3: « Au chef des chantres. Sur Biche de l’aurore. Psaume de David. Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m’as-tu abandonné, et t’éloignes-Tu sans me secourir, sans écouter mes plaintes ? 2 Mon Dieu ! Je crie le jour, et tu ne réponds pas; la nuit, et je n’ai point de repos. 3 Pourtant Tu es le Saint, Tu sièges au milieu des louanges d’Israël ».

Louer, c’est décerner des éloges, vanter les mérites de quelqu’un, sa grandeur… Dieu siège au milieu des louanges et non pas des « pourquoi ceci », « pourquoi cela », ou des « lamentations ». Ici, le mot « siéger » en hébreu implique un monarque assis sur un trône et qui règne. On devrait traduire :

·         « Dieu trône au milieu des louanges de son peuple ».

Si quelqu’un loue Dieu dans un véritable un esprit d’adoration, degré suprême qui va au-delà des mots, admiration sans bornes, il verra les manifestations divines, Dieu montrera son gouvernement.

« KATABOLE » CONTRE « EXOMOLOGEO »

·         2Corinthiens 1: 8/11: « Nous ne voulons pas, en effet, vous laisser ignorer, frères, au sujet de la tribulation qui nous est survenue en Asie, que nous avons été excessivement accablés au-delà de nos forces, de telle sorte que nous désespérions même de conserver la vie. 9 Et nous regardions comme certain notre arrêt de mort, afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts. 10 C’est Lui qui nous a délivrés et qui nous délivrera d’une telle mort, Lui de qui nous espérons qu’Il nous délivrera encore, 11 vous-mêmes aussi nous assistant de vos prières, afin que la grâce obtenue pour nous par plusieurs soit pour plusieurs une occasion de rendre grâces à notre sujet ».

Paul et ses compagnons ont été accablés au-delà de leurs forces. Ce mot « accablés » (grec : « katabolé ») est utilisé en rapport avec « une machine qui lance des pierres », et par voie de conséquence, une situation insupportable, qui entraîne l’abattement, qui soumet à une violente oppression. Ils ont été comme écrasés par un « machine qui leur lançait des pierres », sur le plan spirituel, ce qui s’est traduit dans le concret par des situations épouvantables et intenables.

·         Hébreux10: 23: « Retenons fermement la profession (même mot dans le texte grec que « confession », « exomologéô ») de notre espérance, car Celui qui a fait la promesse est fidèle ».

·         Romains10: 10: « Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, 11 selon ce que dit l’Ecriture: quiconque croit en Lui ne sera point confus ».

Ce mot « profession ou confession » vient de l’hébreu « Yâdah » qui veut dire « tirer des flèches sur quelqu’un » (cf. Jérémie 50: 14) ou « jeter des pierres » (Lamentations 3: 53).

·         Jérémie 50: 25: « L’Eternel a ouvert son arsenal, et Il en a tiré les armes de sa colère; Car c’est là une œuvre du Seigneur, de l’Eternel des armées, dans le pays des Chaldéens ».

N’oubliez pas que « chaldéens » signifie: « comme des démons ». Nous avons à combattre contre des puissances démoniaques, des esprits méchants dans les lieux célestes, etc. Mais nous ne sommes pas sans ressources, et dans son arsenal ouvert notamment dans les derniers temps, il y a une arme redoutable contre l’Ennemi, la confession de la Parole de Dieu ! Elle doit être lue, méditée, assimilée, proclamée, et confessée … Nos paroles sont une arme de guerre spirituelle. Jésus ressuscité a dans sa bouche une Epée aiguë à double tranchant (Apocalypse 1 : 16).

Deux principes s’affrontent dans le Nouveau Testament: « katabolé »: ACCABLER, contre « exomologéô »: CONFESSER.

Une machine (« katabolé ») lance des pierres, mais nous pouvons riposter et en lancer aussi des pierres, comment ? Par la confession de la Parole de Dieu et des promesses, car je le redis ici, confesser veut dire « jeter des pierres, lancer des flèches, atteindre par un projectile ».

Certes l’Ennemi nous accable. Mais, nous ne sommes  pas sans munitions sur le plan spirituel.

Qu’est-ce qu’une profession, un professeur ? C’est quelqu’un qui enseigne chaque jour pendant des heures une matière, la géographie, l’histoire, les mathématiques, etc. Il est spécialisé dans tel domaine et il en fait sa profession. En tant que chrétien, c’est notre travail de « professer », ou « confesser » la Parole de Dieu. Les neurochirurgiens nous disent que le centre de la parole est dans notre cerveau, et contrôle notre cerveau.

Si vous parlez de maladie, vous serez toujours malades. Si vous pensez pauvreté… celle-ci vous tiendra toute votre vie. Ce que nous disons détermine notre destin. Veillons à nos paroles. Si vous parlez échec, cela prendra corps dans votre vie.

Ne dites plus de vous:

·         « je suis minable ! Je suis  un bon à rien ! Je ne comprends pas, je ne sais pas, je n’arrive pas, je ne peux pas, je suis incapable, un raté… »

Ne dites pas des autres:

·         « il ne vaut rien, ils se moquent de moi, ils sont méchants, ils m’en veulent… ».

Dites plutôt :

·         « Avec  Dieu nous ferons des exploits, Dieu est mon Père et Il m’aime, je ne manquerai de rien, Il est mon bouclier, Il est mon rocher, ma forteresse, mon asile protecteur… ».

Confesser a donné en français « homologuer ». Aucune victoire ne sera homologuée dans votre vie tant que vous ne confesserez pas ladite victoire. Jésus a remporté toute victoire pour nous, mais, il nous incombe de la confesser de notre bouche, pour l’enregistrer à notre compte. Parlez un langage d’accord avec la Parole de Dieu, soyez en communion avec elle.

·         Néhémie 13: 24: « La moitié de leurs fils parlaient l’asdodien, et ne savaient pas parler le juif; ils ne connaissaient que la langue de tel ou tel peuple ».

Combien hélas au milieu de peuple de Dieu aujourd’hui ne connaissent pas le langage de la foi, de la reconnaissance, des actions de grâces, etc. C’est dommage. Nombre de chrétiens parlent le langage pessimiste de tel et tel peuple, telle nation, et s’accorde aux points de vue négatifs des médias, de la télé, et autres informations…

CONFESSEZ SA PAROLE !

Comme vous le savez, la foi consiste à croire ce que Dieu croit. Qu’est-ce que Dieu croit ? Il croit sa Parole.

·         « J’ai parlé, J’agirai ! » (Nombres 23 : 19).

·         « Ce que ma bouche a dit, ma Main l’accomplit » (Ezéchiel 22 : 14).

La foi consiste à dire ce que Dieu dit. Dieu est lié à sa Parole, et Il s’attend à être cru sur Parole. Chaque fois que nous doutons de cette Parole, nous Le faisons menteur (Tite 1: 2). Si vous vous nourrissez de cette Parole, vous ne serez jamais dépourvus, le Saint Esprit vous rappellera toutes ces choses au bon moment. Pour qu’Il vous les rappelle, il faut bien que vous la lisiez et la conserviez dans le grenier de votre mémoire:

·         Jean 14: 26: « Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon Nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que Je vous ai dit ».

·         Psaume 119: 16: « Je fais mes délices de tes statuts, Je n’oublie point ta Parole ».

Le Saint Esprit travaille avec la Parole, c’est l’Epée de l’Esprit. C’est de cette manière que l’adversaire sera taillé en pièces :

·         Psaume 118: 10/12: « Toutes les nations m’environnaient: au Nom de l’Eternel, je les taille en pièces. 11 Elles m’environnaient, m’enveloppaient: au Nom de l’Eternel, je les taille en pièces. 12 Elles m’environnaient comme des abeilles; elles s’éteignent comme un feu d’épines; au Nom de l’Eternel, je les taille en pièces ».

Quand l’adversaire viendra avec la maladie, je pourrai dire: « Il s’est chargé de mes maladies » (Matthieu 8: 17).

Quand je serai dans l’impasse, je dirai: « Mon âme, attend l’Eternel, Il est mon secours et mon bouclier » (Psaume 33: 20).

Besoin de protection ? « L’Eternel me gardera du tout mal » (Psaume 121: 7).

Besoins matériels ? « Mon Dieu pourvoira à tous mes besoins… » (Philippiens  4: 19).

Si l’inquiétude apparaît: « Ne crains rien, car Je Suis avec toi, ne promènes pas des regards inquiets, car Je Suis ton Dieu » (Esaïe 41: 12).

Le Diable tente de m’assaillir ? « Je lui résiste au Nom de Jésus et il fuira loin de moi ! » Jacques 4 : 7).

Si vous vous sentez coupables… « Il n’y a donc aucune condamnation parce que je suis en Jésus-Christ » (Romains 8: 1).

Il vous arrive de douter de votre Salut ? « Je persévère en Lui, Il me donne la vie éternelle, et je ne périrai jamais et personne ne me ravira dans la Main de mon Père céleste » (Jean 10: 27/28).

Arrivé aux portes de la mort, appelé « reine des épouvantements », je pourrai la narguer et dire: « O mort, où est t victoire, O mort, où est ton aiguillon ? » (1Coritnhiens 15: 55/56).

Et tant d’autres promesses sur toutes sortes de sujets qui sont là à notre disposition. Battez-vous avec l’Epée de l’Esprit. N’attendez pas que les problèmes arrivent, soyez en communion avec Lui bien avant. Le Saint Esprit vous rappellera Sa Parole dans votre esprit, et vous pourrez vous appuyer dessus avec foi, en confessant cette Parole, vous verrez combien Dieu est fidèle !

 

Retour accueil