Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


                                                  Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

AVEZ-VOUS BESOIN D’UN MIRACLE ? 

L’on n’a pas besoin de miracle quand tout va bien, car alors, on vit le miracle. Les miracles agissent dans un environnement où il y a des hommes. S’il n’y a pas d’hommes, pas de miracles. S’il n’y a pas de besoins ou de problèmes, pas de miracles. Les miracles interviennent dans les contraintes quotidiennes que les circonstances vous imposent.        

Si votre vie devient routinière ‘métro, boulo, dodo’, et caveau et que vous aspirez à autre chose que de tourner en rond, le temps de votre miracle est arrivé. Il est vrai que l’on s’installe facilement dans la routine, dans la vie professionnelle, les relations affectives, la vie domestique ou spirituelle. Pourquoi ? Parce qu’on n’a plus d’objectifs dans la vie. On n’est plus capable de faire des choix, d’opérer une sélection. Et l’on traverse cependant des périodes où tout ce que nous faisons nous ennuie, rien ne réussit à susciter notre intérêt, ou tout travail est une corvée, la vie privée une galère, et l’avenir ne recèle d’aucune promesse, et n’est pas reluisant. Et si on n’est pas prêt à bouger, on est menacé de stagnation, de résignation. 

VOUS ALLEZ DEVENIR L’ARTISAN DE VOTRE MIRACLE 

1) TROUVEZ DE NOUVEAUX OBJECTIFS.  

Si votre situation actuelle ne vous satisfait plus, et que votre vie professionnelle ou autre est O.K. pourtant vous avez l’impression que ce traintrain ne vous convient plus, sans trop  savoir pourquoi et où ça va pas... l’heure a sonné de faire le bilan. Cherchez d’autres centres d’intérêts: 

-Randonnée à la montagne,

-suivre des cours de calligraphie,

-obtenir de l’avancement,

-apprendre à nager,

-secours de personnes en difficultés... 

2) OSEZ PRENDRE DES RISQUES.  

Se lancer dans une nouvelle entreprise paraît risqué.  

·         « Joseph d’Arimathée osa se rendre vers Pilate pour demander le corps de Jésus...» (Marc 15: 43).  

Celui qui ne fait rien ne risque pas de se tromper. Beaucoup d’appréhension, où l’on peut être la proie du doute:  

-Vais-je réussir à maîtriser l’ordinateur ?

-Taper à la machine ?

-Faire du traitement de texte ?

-Comprendre ces nouveaux concepts ?

-Serais-je capable de reprendre des études ? 

En restant les bras croisés, vous courrez le risque, le pire des risques, celui de la paralysie... 

3) AVOIR DE LA METHODE.  

Une fois les craintes et doutes surmontés, on est prêt à entreprendre les premières démarches. C’est le premier pas qui compte. La façon d’atteindre votre but sera fonction de votre personnalité. Certains moyens fonctionneront et d’autres pas. Si vous n’avancez pas sur une route, vous pouvez en prendre une autre. Ce qui compte, c’est d’avoir l’esprit fermement fixé sur le but à atteindre, en collectant toutes les informations dont vous pouvez avoir besoin pour y arriver. Accrochez votre charrue aux étoiles. Ne vous laissez jamais décourager par les revers, et vous réussirez. 

a) Nécessité de se décider.  

Savoir ce que l’on veut. L’écrire de façon précise et détaillée. Exemple: « Je veux apprendre à danser !», oui, mais, quelle sorte de danse, la valse, le rock, la samba...? Quel genre d’emploi voulez-vous trouver ? Avec plus de responsabilités ? Plus d’argent, plus de disponibilité ? En définissant vos buts, vous saurez saisir l’occasion dès qu’elle se présentera! Avez-vous entrepris des démarches concrètes, des rendez-vous ? Avez-vous établi une stratégie pour l’avenir proche, progressez-vous un pas après l’autre ? On doit savoir clairement ce que l’on veut et se décider. 

b)  Il faudra vous préparer.  

·         « La volonté de réussir est importante, mais bien plus encore, la volonté de se préparer !» (Bobby Kight).  

·         « Jotham prépara ses voies devant Dieu et il devînt puissant » (2Chroniques 27: 6, version anglaise).  

Avant de se lancer, il faut s’enquérir du terrain tels les espions de Moïse, et se préparer en fonction des informations que l’on peut recueillir. 

·         Nombres 13: 17/20: « Moïse les envoya pour explorer le pays de Canaan. Il leur dit : Montez ici, par le midi; et vous monterez sur la montagne. 18 Vous verrez le pays, ce qu’il est, et le peuple qui l’habite, s’il est fort ou faible, s’il est en petit ou en grand nombre; 19 ce qu’est le pays où il habite, s’il est bon ou mauvais ; ce que sont les villes où il habite, si elles sont ouvertes ou fortifiées; 20 ce qu’est le terrain, s’il est gras ou maigre, s’il y a des arbres ou s’il n’y en a point. Ayez bon courage, et prenez des fruits du pays ».  

Si on veut monter sa propre affaire la préparation doit inclure un projet détaillé de l’activité  ainsi qu’une étude de marché. Il faudra peut-être emprunter de l’argent à la banque. Il faudra aussi des outils, des locaux, de la publicité, du marketing coûteux...  

c) Se jeter à l’eau.  

Après avoir investi de l’énergie, fait des recherches, il ne faut pas abandonner. Il faut y aller maintenant.  

·         « L’échec, la faillite peuvent être trouvés chez ceux qui pensent et n’agissent jamais, et chez ceux qui agissent et ne pensent jamais !» (Révérend W.A.Nance).  

Si d’autres ont pu le faire, vous le pouvez aussi. Personne ne réussit facilement. Celui qui a réussi a dû surmonter ses doutes, être fortement motivé malgré bien des entraves. Les obstacles doivent être des tremplins qui vous montrent où vous vous trompez, et ce qu’il faut donc corriger. 

4) VOUS DEVREZ PROGRESSER.  

Rien ne sera jamais acquis aisément. Si vous pensez que ça ne va pas aussi vite que vous l’espériez, cela ne signifie pas que votre projet est mauvais. Il ne faut pas laisser tomber de suite. Les obstacles vous donneront la souplesse et l’imagination nécessaire pour trouver des solutions.  

L’échec est l’habitude d’abandonner ses projets. Le succès, l’habitude de les poursuivre.  

·         « Il n’y a aucune situation désespérée dans la vie, il n’y a que des hommes qui ont perdu l’espoir » (Claire Booth Luce).

·         « Un progrès réel et sûr est fait de multiples petits progrès» (Henry St. John, vicomte).  

Vous allez apprendre à apprendre. Il vous faudra donc grandir. Je comprends pourquoi Jésus en pardonnant les péchés du paralytique lui dit:  

·         « MON ENFANT....».  

Cet homme n'avait jamais grandi. Il était encore un enfant à l’âge adulte. Donc il avait fait bien des erreurs qui l’ont paralysé... Il lui fallait grandir, c’est à dire opérer des changements indispensables. Dieu ne change pas. Jamais. Si je suis avec Lui, un des deux va changer. Deviner qui ? Le monde changera avec ou sans vous. Mais vous aussi vous pouvez changer avec ou sans lui. Vous devez faire quelque chose pour que ça change. Pour cela, il vous faut prendre des décisions. Vous connaissez l’histoire cet ivrogne debout sur le trottoir, sa clé en main. Quand on lui demande ce qu’il fabrique, il répond:  

·         « On m’a dit que la Terre tournait sur elle-même. J’attends que ma maison arrive devant moi !».  

Opérer des changements peut-être très risqué. Hélas, il n’y a pas de bonne fée avec une baguette magique pour nous aider. Le statu quo paraît tellement plus sûr face à toutes les inconnues qui se cachent derrière les nouveaux choix... Prétextes et erreurs à éviter: 

1) L’erreur d’attendre le moment favorable, le bon moment, la situation idéale...

Cela dissimule la crainte de sauter le pas, même si telle décision est le gage d’une vie meilleure à long terme.  Il en est qui n’arrivent jamais à prendre des résolutions. Il faut du courage pour dire adieu à un environnement familier... et parfois, seule une très forte pression de l’extérieur pour pousser quelqu’un à le faire. 

2) L’erreur de jouer la carte de la sécurité

Nous sommes trop conservateurs, et nous disons:  

·         « Un bon tient, vaut mieux que deux tu l’auras !».  

On a peur de ce dont demain sera fait. De s’aventurer sur des terres inconnues, même si elles promettent d’être plus verdoyantes ! Certains supportent sans broncher une situation pénible, mais cette passivité peut coûter très cher, et se répercuter sur la santé physique et mentale... Votre mécontentement sapera votre vie familiale, amènera de l’irritation... Faire le mort n’est qu’une illusion... 

3) L’erreur de la modestie et de se contenter de son sort.  

Notamment les femmes à qui on a inculqué l’idée qu’il est mal pour elles d’aspirer à une meilleure situation financière, ou éducation. On leur inculque d’être modestes et de se tenir loin des feux de la rampe. D’être effacées. La plus discrète possible... 

4) L’erreur de l’absence de liberté, d’être dépendant.  

·         « Je ne peux rien faire sans untel, mon mari, ma femme, mon patron...».  

On voudrait élargir son horizon, progresser, s’intéresser à de nouveaux domaines, mais on ne peut le faire parce que d’autres ne nous donnent pas leur soutien ou désapprouvent nos projets. On n’arrive pas à s’affranchir de leur tutelle. La seule personne qui doit savoir ce qui est bon pour elle, c’est vous-même. Vous devez être assez grand pour cela. Ne soyez pas prisonnier des autres. En comptant toujours sur les autres, on renonce à atteindre ses objectifs personnels. Tout doit dépendre de votre détermination à améliorer les choses. On est aussi dépendants ou indépendants que l’on désire bien l’être. 

L’INDISPENSABLE PRISE DE RISQUE 

·         Matthieu 9: 28: « Lorsqu’il fut arrivé à la maison, les aveugles s’approchèrent de Lui, et Jésus leur dit: Croyez-vous que Je puisse faire cela ? Oui, Seigneur, Lui répondirent-ils. 29 Alors Il leur toucha les yeux, en disant: Qu’il vous soit fait selon votre foi. 30 Et leurs yeux s’ouvrirent. Jésus leur fit cette recommandation sévère: Prenez garde que personne ne le sache ». 

Croyez-vous que Je puisse  faire cela ? Je crois sincèrement qu’il faut être aveugle pour Le croire. Les voyants ne peuvent le croire. C’est là le problème. De grands défis nous sont préparés, et Dieu désire que nous ayons une part importante dans cette course passionnante de l’histoire. Dieu vous veut dans la meilleure forme possible, pour lui, pour vous et pour le monde qui vous entoure. Faites Lui confiance ! Une confiance aveugle pour y voir clair… 

Vous connaissez sans doute l’histoire vraie de cet acrobate du nom de Blondin, Jean-François Gravlet qui, au début du siècle est devenu célèbre à cause de ses traversées des chutes du Niagara. Il le fit souvent et généralement sans filet. Un jour la foule était réunie près des chutes pour assister à sa performance la plus dangereuses. Il avait fait le projet de parcourir la corde en poussant devant lui une brouette chargée d’un lourd sac de ciment. Avec ce poids supplémentaire, la moindre erreur pouvait renverser la brouette et faire tomber du filin, le précipitant plus de 50 mètres plus bas dans les eaux tumultueuses, le vouant à une mort certaine. Des milliers de badauds regardaient le souffle coupé, alors qu’il avançait plaçant un pied devant l’autre avec précaution, poussant la brouette au travers de la gorge remplie d’écume, oublieux du grondement de l’eau en dessous de lui. Quand il parvint sur l’autre bord, la foule reprit son souffle et poussa des acclamations. Quelle habilité. 

         Ayant fait sa traversée, Blondin lança un défi à un journaliste qui était près de lui:  

·         « Croyez-vous que je puisse faire n’importe quoi sur une corde raide ?».

·         « Oh ! Oui ! Monsieur Blondin, répondit le journaliste, après vous avoir vu aujourd’hui, je le crois ! Vous pouvez tout faire ».

·         « Dans ce cas-là, croyez-vous qu’au lieu de transporter un sac de ciment, je pourrais mettre un homme dans la brouette, un homme qui n’a jamais été sur une corde auparavant et que je pourrais, sans filet, le pousser en sécurité de l’autre côté ?».

·         « Oh ! Oui, Monsieur ! s’exclama le reporter, je le crois vraiment !».

·         « C’est bon, dit Blondin; alors, mettez-vous dans la brouette !». 

Le journaliste devint livide et disparut rapidement dans la foule. Cependant une personne ce jour-là eut cette confiance en Blondin. Un brave volontaire accepta d’entrer dans la brouette et de traverser au-dessus des chutes avec le maître acrobate.  

Alors que Blondin renversait son sac de ciment et installait son passager dans la brouette, les hommes des deux côtés de la cataracte engageaient des paris quant au succès de l’opération. Alors, sous les acclamations de la foule, Blondin commença sa traversée de l’autre côté des chutes, poussant cette fois-ci un passager terriblement nerveux. Alors qu’il se trouvait à mi-course de la corde, à 500 mètres du bord, un homme qui avait fait un énorme pari se glissa et coupa un des câbles porteurs. Brusquement le filin se mit à se balancer de la manière la plus folle, les oscillations gagnant en intensité. Blondin luttait pour garder l’équilibre, à deux doigts de la mort. Si la roue de la brouette quittait la corde, ils seraient tous les deux précipités la tête la première dans les eaux bouillonnantes. Blondin éleva la voix, court-circuitant la terreur de son passager dans la brouette:  

·         « Debout !», Commanda-t-il, « Lève-toi et empoigne mes épaules !».  

         L’homme restait assis paralysé.  

·         « Allez, debout ! Quitte la brouette… où tu meurs !».  

Sans savoir comment, l’homme réussit à se mettre debout et à sortir de la brouette qui se balançait: 

·         « Tes mains autour de mon cou ! Maintenant, tes jambes autour de ma taille !» cria Blondin.  

De nouveau l’homme obéit, s’agrippant à Blondin. La brouette vide tomba et s’abîma dans les flots écumants. L’équilibriste se tenait là, utilisant l’expérience de tant d’années et tous ses muscles bien entraînés pour se maintenir sur la corde jusqu’à ce que les balancements se soient un peu calmés. Ensuite, centimètre par centimètres, il continua sa traversée, portant l’homme comme un enfant. Finalement, il le déposa sur l’autre bord ». 

C’EST CELA MARCHER PAR LA FOI ! 

Comme pour ces deux aveugles, Jésus peut ouvrir vos yeux sur vos ténèbres. Tous ceux qui ont connu le succès ont connu en cours de route des échecs proportionnels à l’ampleur de leur réussite. La défaite doit être envisagée comme une chance de mieux comprendre notre véritable état d’esprit. Cela permet de remettre le pied à l’étrier. Une défaite n’est pas un échec, à moins que vous en restiez là. C’est dans la faiblesse que nous puisons des forces. Il faut être atteint parfois dans son orgueil, et qu’une indignation divine s’éveille en nous et nous procure des forces jusque-là inconnues, secrètes.  

D’abord, on apprend qu’on ne peut obtenir de résultats sans investir. Les épreuves révèlent nos défaillances. Il y a un trésor dans les ténèbres. La défaite est sans doute une des plus grandes formes de bénédiction. La défaite vous amènera à découvrir et exploiter des ressources jusque-là laissées en friche.  

Vous connaissez sans doute l’histoire Milo C. Jones, qui exploitait une petite ferme dans le Wiscontin. Il arrivait à peine à joindre les deux bouts. Et une catastrophe s’est abattue sur lui, un accident cardiovasculaire qui l’a laissé paralysé. Ses proches, convaincus qu’il ne s’en sortirait pas l’ont laissé dans un lit sans s’occuper de lui. Incapable d’utiliser son corps, Jones s’est tourné dans son esprit. Il eut une idée qui allait transformer sa vie. Il a réuni sa famille autour de lui, et leur dit de planter du maïs sur toute l’étendue de sa terre. Le maïs servirait à nourrir un troupeau de porcs. Puis on ferait de la boucherie et fabriquerait des saucisses. Quelques années plus tard, les saucisses de la famille Jones se vendaient d’un bout à l’autre du pays, et Milo Jones est devenu riche comme Crésus.  

Pourquoi ? Parce que dans son épreuve, il dû exploiter une ressource jusqu’alors laissé en friche dans son esprit.  

Lorsque la défaite vous frappe, ne perdez pas de temps à gémir. Faites plutôt l’inventaire de vos atouts et vous réaliserez qu’ils sont beaucoup plus nombreux que les pertes que vous avez subies. Cet homme a pris le contrôle de sa destinée. Il aurait pu rester le reste de ses jours à croupir dans un lit, à se faire du mauvais sang pour-lui-même, à se morfondre...  

De telles situations nous obligent à faire le point le bilan, à nous arrêter. Alors, une petite voix intérieure nous invite à faire l’inventaire des facteurs qui nous ont conduits à la défaite... Cherchez le germe de réussite qui se cache dans un revers apparent, ou des déboires. Cherchez le germe caché dans les épreuves du passé.  

CESSEZ DE LIMITER DIEU ! 

·         Psaume 78 verset 41: « Ils ne cessèrent de tenter Dieu, et de provoquer le Saint d’Israël ».  

Version David Martin: « Car coup sur coup ils tentaient le Dieu Fort; et bornaient le Saint d’Israël ».  Une version anglaise dit: « Ils ont limité le Saint d’Israël ». 

Ne limitez pas Dieu dans votre vie et situation dans laquelle vous êtes. C’est hélas ce qu’ils ont fait et n’ont pas pu recevoir la bénédiction de Dieu dans une pleine mesure. Combien de fois nous Le limitons. Dans une grande société, il y a des ressources limitées, mais devant Dieu, notre grand Dieu, nous savons que ses ressources sont illimitées. Alors on ne devrait pas Le limiter. Cela peut nous arriver de limiter dieu par nos pensées, par notre façon de faire les choses. Nous Le mettons dans une boîte. Laissez-Le agir. Permettez-le-Lui. Dans certaines situations familiales, ou santé, ou mariage, ou enfants, nous le limitons et nous disons, c’est comme ça que Dieu va marcher. Mais nous devrions être ouverts au Saint-Esprit, ouvert aux directives du Saint-Esprit et faire ce qu’il nous demande de faire. Dieu est un Dieu de variétés, Il n’est pas limité à une seule façon de faire. Après avoir donné la Manne venant du ciel pendant 40 ans, à l’entrée du pays promis, il y avait plus de manne, mais d’immenses champs de blé sur pied. Il ne peut pas être limité à mes façons de penser et de voir. Il dit : « Mes pensées sont au-dessus de vos pensées... ». 

·         Esaïe 55: 9: « Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées ». 

Dieu a des voies bien plus élevées que les nôtres. Dieu a des pensées différentes que nous, il y a une grande distance entre Ses pensées et les nôtres. Quand nous faisons selon notre idée, nous passons à côté de Dieu à des milliers de kilomètres de Lui. Il est des gens qui planifient tout et veulent que Dieu bénisse ce qu’ils ont préparé. Mais ça ne peut marcher. Ses voies et pensées sont meilleures que les nôtres. Quand nous faisons ce qui nous plaît, nous lions les mains de Dieu, et nous Le LIMITONS. 

Ne Le limitez donc pas dans vos pensées 

Naaman, capitaine du roi de Syrie était atteint de la lèpre. Il s’est rendu en Israël avec des idées bien précises sur comment sa guérison s’opérerait, quasiment de manière magique ou occulte,  2Rois 5: 9/11:

·         « Naaman vint avec ses chevaux et son char et s’arrêta à la porte d’Elisée... ‘Va lave-toi 7 fois dans le Jourdain, ta chair redeviendra saine, et tu seras pur...’ ». 

·         v11 : « Naaman fut irrité et s’en alla en disant: Voici, je me disais (pensais): il sortira vers moi, il se présentera lui-même, il invoquera le Nom de l’Eternel, son Dieu, il agitera la main sur la place et guérira le lépreux ».  

Il était en colère car le prophète n’est même pas sorti, il y avait de belles rivières dans son propre pays... Pourquoi ne pas obéir en se plongeant 7 fois dans les eaux du Jourdain ? Ce fut laborieux, mais il a fini par obéir, mais il fut entièrement guéri. Dieu a opéré la guérison d’une autre façon, bien loin de ce que Naaman pensait. Dieu a une sagesse infiniment variée. Nous disons parfois:  

« C’est comme ça que ça va marcher... »… et ça ne marche pas et on se met en colère... On suit ses propres pensées, et on se demande pourquoi ça ne marche pas ? Nous pouvons aussi passer à côté des bénédictions de Dieu et limiter Dieu dans notre vie.  

·         Psaume 147: 5: « Notre Seigneur est grand, puissant par sa force, son intelligence n’a  point de limite ». 

Dieu le veut et le peut. Il n’y a pas de méthode, Dieu est un Dieu de diversité et Il veut que nous dépendions du Saint-Esprit. Cherchez Sa Face sérieusement, et Il se lèvera pour vous donner tout ce dont vous avez besoin. Le succès viendra. C’est possible de limiter Dieu comme l’ancien Israël l’avait fait. Vous et moi pouvons aussi le faire dans n’importe qu’elle situation. Attendez-vous à Lui et Il agira. 

Nous avons un Dieu de diversité 

·         1Corinthiens 12: 1 & 4/6: « Diversité de Dons... diversité de ministères...v.6 diversité d’opérations...». 

Ici, il y a une grande diversité. Dieu utilise différentes méthodes; notre Dieu ne peut être enfermé dans  une seule façon d’agir... Nous disons: « c’est comme cela qu’Il va agir !» et nous nous trompons… Prenons l’exemple des guérisons de Jésus « Oint pour délivrer tous ceux qui étaient sous l’empire du Diable... L’Esprit étant sur Lui sans mesure » (Actes 10: 38).. 

Le lépreux 

Matthieu 8: 9: « Le lépreux vint à Lui, et il Lui dit: ‘Seigneur si Tu le veux Tu peux me rendre pur...’ ». Jésus répondit: ‘Je le veux’, et Il étendit sa main et la toucha et le guérit de cette manière. Mais Jésus n’a pas fait toujours de cette manière.  

Le centurion romain 

Matthieu 8 v.8, le centurion romain dit à Jésus: “je suis un homme sous autorité... mais dit un mot et mon domestique sera guéri »… ”. Il savait que Jésus avait autorité sur les maladies...Une parole, un mot était suffisant. 

La belle-mère de Pierre 

v. 15 La belle-mère de Pierre ayant la fièvre. Il menace la fièvre. De même pour les démons. 

Le paralytique 

Cp. 9 Le paralytique couché dans son lit v.2 « Mon enfant prend courage, tes péchés sont pardonnés ». 

La femme à la perte de sang 

Matthieu.9: 22/23 La femme à la perte de sang a touché le bord du vêtement de Jésus… et cette terrible perte de sang s’est arrêtée immédiatement. Elle le toucha. 

Les 2 aveugles 

·         Dans l’Evangile de Matthieu 9 v. 27/29 deux aveugles sont venus voir Jésus: « Fils de David, aie pitié de nous. Croyez-vous que Je puisse faire cela... ‘Oui’, répondirent-ils ! Et là Il toucha leurs yeux... ».  

En une autre occasion Il a fait de la boue qu’Il a appliquée sur les orbites de cet homme né aveugle…  (Jean 9).  

Ne Le  limitez pas dans vos actions ! 

Le prophète Elisée a demandé à Joas de tirer des flèches, comme acte prophétique, les flèches étant un symbole de défi et de victoire sur l’ennemi… Celui-ci s’est exécuté presque à contre cœur il ne tira que 3 flèches, et le prophète s’est mis en colère:  

·         « L’homme de Dieu s’irrita contre lui, et dit: ‘il fallait frapper cinq ou six fois; alors tu aurais battu les Syriens jusqu’à leur extermination; maintenant tu les battras trois fois !’ » (2Rois 13: 19). 

Il nous faut vraiment chercher le Seigneur et ne pas Le limiter. Laissons-le être un Dieu de miracles et de prodiges dans notre génération. Quelque soient vos circonstances, attendez-vous à Lui. Beaucoup de gens veulent bien faire et donner des conseils, mais attendez-vous à Dieu. Bien des gens ont des idées lumineuses, mais ces superbes idées qui peuvent marcher ici et là, ne sont pas forcément l’idée de Dieu. Mais quand nous allons vers Lui nous ne pouvons pas imposer nos superbes idées, car c’est comme ça que nous Le limitons. Nous devons Lui obéir et faire ce qu’Il a dit. S’il vous plaît, ne Le limitez pas dans votre vie.  

Dieu veut que tout homme soit sauvé. Vous pouvez être sauvé, ne Le  limitez pas en vous sentant indigne. Dieu veut vous faire prospérer. L’or et l’argent sont à Lui. Dieu a préparé le moyen de vous en sortir. Ne Le limitez pas en vous résignant. Lazare a été ressuscité ! Ne placez pas votre confiance dans votre débrouillardise. Les apôtres ont été amenés à des extrémités pour pouvoir à nouveau dépendre de Lui et de Lui seul. Dieu veut se glorifier:  

·         « Nous avons été excessivement accablés, au-delà de nos forces, de telle sorte que nous désespérions même de conserver la vie. Nous regardions comme certain notre arrêt de mort, afin de ne pas placer nôtre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu qui ressuscite les morts. C’est Lui qui nous a délivrés et qui nous délivrera d’une telle mort, Lui de qui nous espérons qu’Il nous délivrera encore...» (2Corinthiens 1: 8/10).  

Ne Le limitez pas dans vos paroles non plus ! 

·         « Ils parlèrent contre l’Eternel en disant: ‘Dieu pourrait-Il dresser une table dans le désert ?’ » (Psaume 105). (…). 

LES  DECEPTIONS FONT MÛRIR POUR LE MIRACLE 

Si on épluche des oignons, ça fait pleurer. Beaucoup y renoncent. Pourtant une soupe ou une quiche aux oignons, c’est tellement bon. On peut éplucher des oignons sans pleurer. Prenez un plastique transparent, mettez les oignons dedans et découpez-les...  

Arrêtez de vous apitoyer sur votre sort.

Arrêtez de pleurnicher.

Arrêtez de revendiquer des autres,

Arrêtez de quémander...  

Certes la vie est faite de Déceptions. La déception, c’est le sentiment que l’on éprouve après avoir été trompé dans son attente, dans son espérance. Y-en-aura toujours... Lorsqu’on n’arrive pas à faire quelque chose qui a exigé de grands efforts de notre part. Nous ressentons alors un blocage, comme si on se trouvait face à un mur, sans possibilités de réussir. Toutes les situations suivantes et bien d’autres occasionnent des déceptions et provoquent du désespoir

- Un jeune homme a 30 ans. Son instruction est limitée. Petit salaire. Il ne peut se marier et mener une vie satisfaisante. Sa mère dit: « Il est triste, et éprouve un fort sentiment de déception ».  

- Ceux qui font un travail ingrat et se sentent inutiles.

- La déception est là si on ne prête pas attention à nos efforts

- Il y a aussi ceux qui appartiennent à une minorité et qui éprouvent aussi ce genre de sentiments déchirants, convaincu d’être victimes d’une discrimination injuste.

- Des hommes d’affaires qui essaient de fournir des produits ou des services de qualité peuvent être ruinés par des concurrents malhonnêtes et sans scrupules...  

·         Proverbes 13: 12: « Un espoir différé rend le cœur malade, mais un désir accompli est un arbre de vie ».        

Une attente différée rend le cœur malade. Toutes ces déceptions peuvent mener au désespoir.  Certains abandonnent la partie et décident de vivre en marge de la société.  D’autres ont recours au crime et à la violence pour obtenir les choses auxquelles ils pensent avoir droit. Que faire pour lutter contre la déception ? On a besoin de conseils... Mais vers qui se tourner ?  

·         « Confie-toi en l’Eternel de tout ton cœur et ne t’appuies pas sur ta sagesse... Il rendra droit tes sentiers....» (Proverbes 3: 5).  

a) La Bible nous montre que des biens matériels que nous recherchons avec frénésie ne sont pas indispensables !  

·         1Timothée 6: 7/10: « car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter; 8 si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira. 9 Mais ceux qui veulent s’enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. 10 Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments ». 

b) Les désirs naturels refoulés ont causé bien des déceptions.  

Une jeune fille éprouve l’ardent désir de se marier, vie familiale heureuse, sécurité et affection... Les années passent et la déception devient insupportable. Elle peut être tentée de se marier avec n’importe qui, ou d’adopter une conduite immorale... Que faire ?  

Preuve de patience et de bon sens. Il vaut mieux être seul que mal accompagné. Plutôt que de rechercher ce qui peut attirer extérieurement, un esprit doux et paisible peut faire plus que de beaux vêtements... 

c) Des responsabilités trop lourdes peuvent nous conduire à l’exaspération.  

Alors tension sur tous les plans: 

· L’employeur n’est jamais satisfait.

· Les besoins immédiats de la famille nous angoissent.

· Nos proches ont un besoin d’une aide rapide.

· On dépense son énergie dans dix endroits à la fois.

· L’envie d’abandonner se fait sentir.  

Encore une fois, que faire ?  

Il faut réexaminer nos priorités, car nous sommes limités, nous ne pouvons tout faire, et il est impossible de contenter tout le monde. L’on doit s’attacher au discernement des choses les meilleures.  

·         Philippiens 1: 10: « Et ce que je demande dans mes prières, c’est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence 10 pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez purs et irréprochables pour le jour de Christ… ». 

d) Une santé déficiente peut causer de la déception.  

Une douleur intense peut nous rendre malheureux. Vous allez peut-être d’un médecin à l’autre pour trouver un remède, un peu de soulagement. Vous prenez peut-être des médicaments, ou des vitamines pour vous améliorer. Et vous vous demandez alors si la vie vaut la peine d’être vécue… Mais, vous pouvez être « robustes dans la foi », sachant que les déceptions font mûrir les miracles. 

·         Tite 2: 2: « Que les vieillards soient sobres, dignes, pondérés, robustes dans la foi, la charité, la constance ». 

Qu’est-ce que la foi ? Par Jésus, nous découvrons ce qu’est la foi. Qui va oser faire quelque chose que Jésus lui inspire, par Sa Présence, Sa Parole ? Dépasser les limites conventionnelles, les bornes ? Pour Jésus, il s’agit de braver les interdits, les préjugés, la foule, la loi de Moïse. C’est cela que Jésus cherche, qui L’intéresse plus que tout. Toutefois, Jésus ne dit pas que si quelqu’un a la foi il ira sur la lune. Il faut être cosmonaute pour cela. Toutefois, il y a dans le monde et dans l’homme des énergies extraordinaires dont Dieu est la source et qui peuvent produire des résultats étonnants

·         Psaume 41: 1/3: « Au chef des chantres. Psaume de David. Heureux celui qui s’intéresse au pauvre ! Au jour du malheur l’Eternel le délivre; 2 L’Eternel le garde et lui conserve la vie. Il est heureux sur la terre, et Tu ne le livres pas au bon plaisir de ses ennemis. 3 L’Eternel le soutient sur son lit de douleur; Tu le soulages dans toutes ses maladies ». 

Ces résultats, nous les appelons «miracles». Le mot miracle vient du latin « miraculum » dont la racine « miror » signifie « être étonné, sidéré, stupéfait, ébahi...».  

Ce sont des signes de l’action divine. Le miracle est donc le lieu de dépassement de tous les seuils et toutes les limites de notre univers quotidien, dépassement gratuitement accordé par Dieu, suivant un ‘possible’ qui demeure toujours ouvert. Prenons quelques exemples: 

·         Bartimée va jeter son manteau d’aveugle, symbole de la rupture d’avec son passé, avant même de recouvrer la vue.

·         La femme à la perte de sang va aussi enfreindre le commandement de la loi... en sortant de chez elle et en allant au milieu de la foule malgré son impureté due à cette perte de sang continuelle… Elle fut guérie de son fléau.

·         Les quatre amis du paralytique vont faire une percée dans le toit en dépit de la foule... Et cet homme est reparti marchant et avec le pardon de ses péchés !

·         La femme pécheresse va toucher Jésus physiquement, corporellement. Pour le Pharisien, c’était impossible à admettre. Mais Jésus dit en quelque sorte: « Simon tu es dans une erreur de jugement !». 

·         L’homme à la main sèche a été prêt à se singulariser au milieu de la synagogue, malgré l’ambiance houleuse, a tension qui y régnait, et les risques qu’il prenait... Il a recouvré une main saine comme l’autre. 

·         Pierre a osé sortir de la barque. Jésus a appelé cela la foi. Il a bravé sa peur naturelle et sa logique, il est sorti de la zone confortable, il a pris un risque énorme... et quand il a sombré en voyant les vagues, Jésus lui reproche sa petite foi qui aurait dû ne pas tenir compte des flots enragés! Il aurait dû leur tenir tête... 

·         Le lépreux aussi a eu la foi, car il s’est approché malgré la distance que la loi de Moïse lui imposait... Toutefois, son audace, celle de la foi lui a permis d’être purifié de son mal. 

·         La femme qui a brisé la vase de parfum et perdu une année de salaire... quel gaspillage d’après les disciples, Judas en tête ! Et pourtant, Jésus approuve ce geste... 

·         David a mangé des pains de proposition, ce qui n’était pas permis… A l’évidence, Jésus a relevé cet exemple qui lui plaisait ! 

·         Les Psaumes montrent des hommes qui se débattent avec un problème et qui finissent par trouver une solution dans la prière, la louange, en se confiant à Celui qui est au-dessus de tout. En fait, ils témoignent qu’il y a toujours une solution de Dieu dans leurs problèmes. Dieu est dans leurs problèmes comme une solution latente, cachée. Dieu est dans l’impossible, Il est le spécialiste de l’impossible.  

C’est aussi dans cet esprit que Jésus prenait un malin plaisir à travailler le jour du sabbat, en guérissant les malades... En faisant quelque chose de non conventionnel et en dépassant vos déceptions vous entrez sans la savoir dans une sphère surnaturelle: 

Exemple d’Abigaïl 

Son mari Nabal était un homme dur et mauvais. Son nom signifie «  Fou, stupide ». La vie avec cet homme était décevante. Mais Abigaïl est restée sage. Elle ne s’est pas laissé envahir par le désespoir. Il disait de David avec mépris qu’il n’était qu’un esclave échappé de la maison de son maître. Abigaïl a évité un drame en parlant avec tact et intelligence, convainquant David de ne pas répondre aux insultes et à l’ingratitude de Nabal et en manquant de confiance en Dieu.  (cf. 1Samuel 25: 2/38). 

Il est possible d’endurer grâce aux ressources que Dieu donne dans de telles situations. Plus tard David l’épousera après la mort de son fou de mari.  

Exemple de Gaïus 

Le comportement décevant d’un Diotrèphe n’a pas empêché Gaïus de faire le bien. 

·         3Jean 1: 10: « L’ancien, à Gaïus, le bien-aimé, que j’aime dans la vérité. 2 Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme. 3 J’ai été fort réjoui, lorsque des frères sont arrivés et ont rendu témoignage de la vérité qui est en toi, de la manière dont tu marches dans la vérité. 4 Je n’ai pas de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité. 5 Bien-aimé, tu agis fidèlement dans ce que tu fais pour les frères, et même pour des frères étrangers, 6 lesquels ont rendu témoignage de ta charité, en présence de l’Eglise. Tu feras bien de pourvoir à leur voyage d’une manière digne de Dieu. 7 Car c’est pour le Nom de Jésus-Christ qu’ils sont partis, sans rien recevoir des païens. 8 Nous devons donc accueillir de tels hommes, afin d’être ouvriers avec eux pour la vérité. 9 J’ai écrit quelques mots à l’Eglise; mais Diotrèphe, qui aime à être le premier parmi eux, ne nous reçoit point. 10 C’est pourquoi, si je vais vous voir, je rappellerai les actes qu’il commet, en tenant contre nous de méchants propos; non content de cela, il ne reçoit pas les frères, et ceux qui voudraient le faire, il les en empêche et les chasse de l’Eglise». 

Même dans une église il peut y avoir des déceptions. D’autres ont une place que nous pensions avoir, et là on ronge son frein en silence... Nous sommes alors émondés... pour porter plus de fruits (…). 

Exemple de Moïse 

Moïse a passé 40 ans en Madian. Dieu a développé en lui la douceur au plus haut point, la patience, endurance, et d’autres qualités dont il allait avoir besoin pour lutter contre les épreuves et les déceptions qu’il allait rencontrer en guidant Israël... Si on ne succombe pas à la déception, si on reste forts, Dieu nous prépare pour beaucoup plus dans l’avenir.  

Exemple de Marthe et Marie 

Elles ont fait appel à Jésus. La requête était urgente.  

·         « Lazare que tu aimes est malade. A la mort ».  

Le messager est revenu. Les deux sœurs ont été désappointées… 

- Qu’as-dit Jésus ?

- Rien !

- Vous voulez vraiment dire qu’il n’a rien répondu ?

- Est-ce qu’Il va venir ?

- Je n’en sais rien!

- Mais qu’a-t-Il fait ?

- Il est parti dans une autre direction et Il a encore prêché.

- Faut-il comprendre qu’Il n’est pas pressé de venir ?

- Oui, Il a fait comme si cela ne l’intéressait pas... ». 

DES OUVERTURES A L’ECOLE DE LA DECEPTION 

Pourtant Jésus était affecté de la maladie de Lazare. Mais Il allait faire quelque chose de plus grand que de le guérir. Il a laissé mourir Lazare. .. Puis Il a ressuscité Lazare. Quelle était Sa Méthode pour éduquer les deux sœurs ? L’attente, le retard, la patience. Dieu n’est pas aussi pressé que nous ! Il peut retarder l’exaucement de vos prières. Il a ses raisons, celles qui sont les Siennes. Elles avaient besoin de guérir de l’inquiétude, des reproches, des revendications, de l’impatience... Elles devaient passer par l’Ecole de la Déception

Certes il est un temps où toutes déceptions auront définitivement disparues. Mais jusqu’à ce que toutes les bénédictions promises deviennent réalité, nous aurons notre lot de déceptions. Malgré ces déceptions, on peut avoir une « paix qui surpasse toute intelligence » (Philippiens 4: 6/7). 

·         Luc 5: 18 « Et voici, des gens, portant sur un lit un homme qui était paralytique, cherchaient à le faire entrer et à le placer sous ses regards. 19 Comme ils ne savaient par où l’introduire, à cause de la foule, ils montèrent sur le toit, et ils le descendirent par une ouverture, avec son lit, au milieu de l’assemblée, devant Jésus. 20 Voyant leur foi, Jésus dit: Homme, tes péchés te sont pardonnés. 21 Les scribes et les pharisiens se mirent à raisonner et à dire: Qui est celui-ci, qui profère des blasphèmes ? Qui peut pardonner les péchés, si ce n’est Dieu seul ? 22 Jésus, connaissant leurs pensées, prit la parole et leur dit: Quelles pensées avez-vous dans vos cœurs ? 23 Lequel est le plus aisé, de dire: Tes péchés te sont pardonnés, ou de dire: Lève-toi, et marche ? 24 Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés: Je te l’ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison. 25 Et, à l’instant, il se leva en leur présence, prit le lit sur lequel il était couché, et s’en alla dans sa maison, glorifiant Dieu ». 

Si vous cherchez Jésus, vous trouverez des OUVERTURES. Aux yeux de la foule, le paralytique était un pécheur, et le fréquenter aurait été cautionner sa conduite. Toute maladie était considérée comme une punition divine due au péché. Les infirmes n’étaient donc pas admis même dans le Temple. Le paralytique était comme excommunié. C’est à cause de cela que l’infirme ne pouvait accéder facilement à Jésus... Ces amis du paralytique pouvaient être déçus en arrivant près du lieu où Jésus se trouvait, car il y avait tant de monde que c’était quasiment impossible de se frayer un chemin pour s’approcher de Lui. Mais ils ne se sont pas arrêtés et ils ont dépassé cette déception, ils ont trouvé une solution originale en passant par le toit et en faisant une ouverture… Jésus voit si vous êtes capables de braver une foule d’idées reçues ! Une brèche se pratiquera c’est absolument certain... 

Pour Jésus la brèche la plus intéressante, c’est celle qui est ouverte dans les croyances de l’époque. L’ouverture dans le toit se trouve juste en face de la déclaration de Jésus de son pouvoir de pardonner les péchés (v. 20). Lorsque Jésus affirme ce pouvoir, c’est une révolution par rapport aux idées de son temps, et une brèche plus importante que celle du toit vient de se produire... les  4 amis du paralytique viennent d’opérer une brèche en allant au-delà des croyances de la foule... Chers amis lecteurs, si vous savez que c’est l’heure de votre miracle, une ouverture va se présenter et vous obtiendrez ce que vous souhaitez.

 

 

Retour accueil