Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 49 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


                                                  Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

GRACES SOIENT RENDUES A DIEU POUR SON DON INEFFABLE !

« Grâces soient rendues à Dieu pour son don ineffable ! »

2Corinthiens 9: 15

En ces temps où la chrétienté est supposée fêter la naissance de Jésus Christ, où on se fait des cadeaux, on parle du « père Noël »… Qui fêtera le « Noël du Père » ? Quoiqu’il en soit, le Don de Dieu le Père pour l’Humanité, celui de son Fils qui est venu comme victime expiatoire pour nos péchés, est un Don Sublime qui a fait s’écrier à l’apôtre Paul :

·         « Grâces soient rendues à Dieu pour son Don ineffable ! ».

C’est un contexte de collecte de dons financiers pour aider l’Eglise de Jérusalem en grande difficulté. Sans ce ‘Don Ineffable’, il n’y aurait eu aucun don ! Ce Don, c’est celui que Dieu nous a offert en envoyant son Fils unique pour nous sauver, en Le laissant mourir sur cette terrible croix du Calvaire, afin que le châtiment qui nous donne la paix soit tombé sur Lui, que nous ayons la paix avec Dieu, le pardon de nos péchés, le salut gratuit de notre âme, la Vie éternelle, etc. C’est ce Don qui libère d’autres dons et qui génère des moyens surnaturels de toutes sortes, en vue de nombreuses libéralités ultérieures.

LA  CULTURE  DES  DONS !

Manifestement nous vivons au milieu d’une génération et d’une culture égoïste et hyper matérialiste. En cela sont bloquées les ressources du Ciel envers ses enfants, car « Le Monde s’enrhume et l’Eglise tousse !».

·         « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir ! » (Actes 20: 35).

Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir’, cette parole de Jésus n’est pas mentionnée dans les Evangiles, mais rapportée par l’Apôtre Paul dans le Livre des Actes ! Donner c’est si simple et pourtant, c’est tout un programme. Donner, oui, mais à qui, pourquoi, quand, comment, quoi ? Pour commencer, donner...  

1) C’est PARTICIPER A LA NATURE DIVINE… Dieu Lui-même est un « Donateur » !

·         Deutéronome 28: 1: « Si tu obéis bien à la voix de l’Éternel, ton Dieu, en observant et en mettant en pratique tous ses commandements que je te prescris aujourd’hui, l’Éternel, ton Dieu, te DONNERA la supériorité sur toutes les nations de la terre ».

2) C’est de L’AMOUR PARTAGE:

·         « Car, il n’y avait parmi eux aucun indigent » (Actes 2: 31). Ainsi, on « libère » les ressources du Ciel… (Malachie 3: 10/12).

3) C’est attirer L’APPROBATION DIVINE

·         Genèse 4: 4: « Abel, lui aussi, apporta des premiers-nés de son petit bétail avec leur graisse. L’Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande ».

4) C’est SEMER POUR RECOLTER ! …

Voyez ce que l’Apôtre Paul dit à ce sujet aux Corinthiens:

·         « 5 J’ai donc estimé nécessaire d’exhorter les frères à me devancer chez vous, et à s’occuper de votre libéralité (offrande financière) déjà promise, afin qu’elle soit prête, comme une libéralité (offrande financière), et non comme un acte d’avarice. 6 En fait, celui qui sème peu (offrande financière) moissonnera peu (faible récolte), et celui qui sème en abondance (offrande financière) moissonnera en abondance (récolte fructueuse). 7 Que chacun donne (offrande financière) comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne (offrande financière) avec joie. 8 Et Dieu a le pouvoir de vous combler de toutes sortes de grâces (récolte, moisson), afin que, possédant toujours (récolte, moisson) à tous égards de quoi satisfaire à tous vos besoins (récolte, moisson), vous ayez encore en abondance pour toute œuvre bonne (offrande financière) … verset 15: « GRACES SOIENT RENDUES POUR SON DON INEFFABLE ! ».

En cette fin d’année, que votre église devienne « l’Église de la Culture des Dons » ! Cette « Culture des dons » produira ses fruits, sa moisson en son temps ! NE CESSEZ PAS DE CULTIVER DES DONS, et vous vous assurerez une belle moisson ! Que pouvez-vous donner ?

·         « Ils m’attendaient comme (on attend) la pluie, ils ouvraient la bouche comme pour une ondée de printemps. JE LEUR SOURIAIS (mais) ils n’y croyaient pas, ils ne pouvaient faire disparaître la lumière de mon visage » (Job 29: 21/23).

 

·         « Ça coûte pas cher et ça peut rapporter gros ! ».

Lorsque vous rencontrez un homme trop las pour vous donner un sourire, laissez-lui le vôtre. Car nul n’a plus besoin d’un sourire que celui qui n’en a plus à offrir ! Un proverbe chinois dit:

·         « L’homme qui ne sait pas sourire ne doit pas ouvrir une échoppe ».

· UN SOURIRE ne coûte rien, mais il créé beaucoup.

· UN SOURIRE enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne.

· UN SOURIRE ne dure qu’un instant, mais son souvenir peut durer toute une vie.

· UN SOURIRE personne n’est riche au point de pouvoir  s’en passer.

· UN SOURIRE crée du bonheur à la maison, de bonnes relations dans les affaires.

· UN SOURIRE est le signe de l’amitié.

· UN SOURIRE ne peut être acheté, mendié, emprunté, ni volé.

· UN SOURIRE n’est d’aucune utilité tant qu’il n’a pas été donné.

En sortant de chez vous, rentrez le menton, portez haut la tête; emplissez vos poumons de tout l’air qu’ils peuvent contenir; aspirez les rayons du soleil; offrez à tous votre SOURIRE et mettez votre cœur dans chaque poignée de main. Efforcez-vous de déterminer clairement dans votre pensée le but que vous voulez atteindre, puis, sans vous laisser détourner, marchez droit vers cet idéal. Une fois que vous aurez fixé solidement en votre esprit les grandes et les belles choses que vous voulez accomplir, vous verrez que vous saisirez inconsciemment au fil des jours, toutes les occasions favorables à la réalisation de votre projet comme les coraux prennent dans le flot marin les éléments nécessaires à leur vie. Il vous suffira de créer en vous-même l’image de l’être que vous voulez devenir pour que, graduellement, s’opère en vous la transformation souhaitée… La pensée est suprême. Gardez une bonne attitude mentale, une attitude de courage, de loyauté et de gaieté. Les bonnes pensées sont constructives. Le désir fait venir toutes choses. Nous devenons pareils à l’idéal que nous portons en notre cœur… Levez la tête. Quelque chose de divin est enfermé dans la chrysalide humaine !

Bienvenue dans votre « EGLISE DES SOURIRES ÉTERNELS » ! SOURIEZ... VOUS SEREZ FILMES TOUTE L’ANNEE qui vient !

Seul Jésus est la réponse aux problèmes de ce monde. Quand Jésus a dit: « Heureux êtes-vous... », Il a libéré une bénédiction sur les gens de son temps. Le Dieu que nous servons est un Dieu qui bénit.

·         Ecclésiaste 10: 19: « On fait des repas pour se divertir, le vin rend la vie joyeuse, et l’argent répond à tout ».

C’est l’homme le plus sage, Salomon, qui a fait cette déclaration! « L’argent répond à tout ! ». Il faut de l’argent pour:

·         l’Évangélisation,

·         pour les conférences,

·         les écoles bibliques (…).

·         Bâtir des hôpitaux ou des dispensaires, etc.

DEMANDEZ LA FAVEUR !

Joseph a suscité la jalousie de ses frères, extérieurement, c’était un esclave, mais au dedans, il avait la FAVEUR de Dieu. Potiphar lui a accordé sa faveur… Chaque chose qu’il touchait était bénie, jusque dans la prison, jusque dans la cour de Pharaon. Les Égyptiens haïssaient les juifs… Voyez donc quelle est la FAVEUR qui a été accordée à Joseph lorsque Pharaon a ôté son manteau royal et l’a posé sur les épaules de Joseph. Il avait la Faveur de Dieu. Il veut bénir votre pensées, votre cœur, votre corps… vos relations, votre portefeuille. Car nous en avons besoin ! Ne demandez pas l’argent, demandez la FAVEUR !

·         Proverbes 10: 22: « C’est la bénédiction de l’Éternel qui enrichit, et Il ne la fait suivre d’aucun chagrin ».

Les gens qui ont de l’argent ont des problèmes de jalousies, ils ont des soucis avec les voleurs, mais quand Dieu bénit, l’argent est là, et rien de mauvais ne surgit ou n’arrive.

·         Proverbes 11: 24/25: « Tel qui donne libéralement, devient plus riche; et tel qui épargne à l’excès, ne fait que s’appauvrir. L’âme bienfaisante sera rassasiée, et celui qui arrose sera lui-même arrosé ».

Qui veut plus ? Donnez ! Si vous retenez l’argent, la pauvreté viendra !

·         v. 25: « Celui qui retient le blé est maudit du peuple, mais la bénédiction est sur la tête de celui qui le vend ». Autre traduction : « ‘Le généreux connaîtra la prospérité’ ».

Le problème de l’Église, Dieu dit:

·         « Mon peuple a une mentalité de pauvreté ».

Dans la mentalité de prospérité, Dieu dit :

·         « Va et fais pour Moi ! ».

·         « Mais, Seigneur, je n’ai pas de moyens ! ».

C’est une mentalité de pauvreté, de MANQUE. Voyez comme Israël a obtenu la faveur de leurs ennemis en quittant l’Egypte:

·         Exode 12: 35/36: « Les Israélites firent ce que Moïse avait dit: ils demandèrent aux Egyptiens des objets d’argent, des objets d’or et des vêtements. 36 Le Seigneur donna au peuple de la grâce aux yeux des Egyptiens: ceux-ci accédèrent à leur demande. Ainsi ils dépouillèrent l’Egypte ».

La mentalité de prospérité c’est la « possibilité de provisions ». J’en ai pas, j’ai rien... mais DIEU EST CAPABLE !  Ne vous laissez pas enfermer dans les raisonnements humains du style: « Je n’ai rien ! »… Vous bloquez votre miracle !

·         1Rois 17: 8/16: « 8 Alors la parole de l’Eternel lui fut adressée en ces mots: 9 Lève-toi, va à Sarepta, qui appartient à Sidon, et demeure là. Voici, J’y ai ordonné à une femme veuve de te nourrir. 10 Il se leva, et il alla à Sarepta. Comme il arrivait à l’entrée de la ville, voici, il y avait là une femme veuve qui ramassait du bois. Il l’appela, et dit: Va me chercher, je te prie, un peu d’eau dans un vase, afin que je boive. 11 Et elle alla en chercher. Il l’appela de nouveau, et dit: Apporte-moi, je te prie, un morceau de pain dans ta main. 12 Et elle répondit: L’Eternel, ton Dieu, est vivant ! Je n’ai rien de cuit, je n’ai qu’une poignée de farine dans un pot et un peu d’huile dans une cruche. Et voici, je ramasse deux morceaux de bois, puis je rentrerai et je préparerai cela pour moi et pour mon fils; nous mangerons, après quoi nous mourrons. 13 Elie lui dit: Ne crains point, rentre, fais comme tu as dit. Seulement, prépare-moi d’abord avec cela un petit gâteau, et tu me l’apporteras; tu en feras ensuite pour toi et pour ton fils. 14 Car ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël: La farine qui est dans le pot ne manquera point et l’huile qui est dans la cruche ne diminuera point, jusqu’au jour où l’Eternel fera tomber de la pluie sur la face du sol. 15 Elle alla, et elle fit selon la parole d’Elie. Et pendant longtemps elle eut de quoi manger, elle et sa famille, aussi bien qu’Elie. 16 La farine qui était dans le pot ne manqua point, et l’huile qui était dans la cruche ne diminua point, selon la parole que l’Eternel avait prononcée par Elie ».

DIEU EST CAPABLE EN TOUT TEMPS !

Au passage je fais juste une remarque, c’est que « SAREPTA » en hébreu, c’est aussi le nom d’un pays… LA FRANCE ! Est-ce un hasard ? Il y a sans doute là un message prophétique pour notre nation, alors que l’Eglise est comme « veuve », c’est-à-dire que son mari (Christ) est comme mort… Aujourd’hui, en France on ne croit plus dans la puissance de Vie du Ressuscité… Cette femme veuve était trop concentrée sur sa problématique et ses solutions de fortune:

·         « Je n’ai rien de cuit… je n’ai que… je ramasse deux morceaux de bois… Je rentrerai… je préparerai cela pour moi… après quoi nous mourrons !».

Elle n’avait aucune idée de ce qui allait survenir…

Quoi qu’il en soit, je ne sais pas qui Il va utiliser, mais Il est CAPABLE  Je ne sais pas comment, quand, , par qui, mais Dieu est Capable !

·         « La farine qui est dans le pot ne manquera point et l’huile qui est dans la cruche ne diminuera point ».

DIEU EST CAPABLE !

·         « Dieu peut dresser une table dans le Désert ? » (Psaume 78: 19).

·         Luc 21: 36: « Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l’homme ».

Des gens vont amener des ressources parce que vous avez la FAVEUR de DIEU. Vous avez de grosses factures et ne savez pas quoi faire ? … Tournez-vous vers Dieu… DIEU EST CAPABLE ! Une solution va se faire jour.  

DONNEZ & VOUS RECEVREZ ! 

·         « L’âme bienfaisante sera rassasiée, et celui qui arrose sera lui-même arrosé » (Proverbes 11: 25).

Il y a de la puissance dans un DON (cf. Jean 3: 16).

Salomon a offert des sacrifices à l’Éternel, et Dieu lui est apparu dans la nuit (cf. 1Rois 3: 4/15, et 1Rois 8: 62, 1Rois 9: 2).

·         « Donner » signifie « faire circuler ».

Pas de stagnation ! Pas seulement par égard pour les autres mais aussi pour notre propre intérêt.  Pour recevoir, il faut savoir donner.

·         Les gens qui amassent, collectionnent, accumulent ou mettent en réserve des tas de choses dont ils n’ont plus besoin,

·         les gens avares et mesquins,

·         les gens qui ont peur de dépenser leur argent ou qui le cachent dans des coffres forts ou le déposent dans des comptes secrets,

·         les gens qui sont possessifs vis à vis de leurs enfants, de leurs amis ou de leurs amours,

·         ces gens-là opposent une certaine résistance à l’ordre naturel qui est fait de changements constants.

Nous vivons au milieu d’un énorme flot d’énergie. Nous sommes tous des canaux par lesquels l’énergie afflue, nous ne pouvons être bien, en forme, heureux, prospères, productifs et jouir de la vie que si nous donnons et recevons naturellement. Faire circuler notre abondance, c’est l’ordre normal de la vie. Vous pouvez donner car:

·         « Tout est à vous, soit Paul, soit Apollos, soit Céphas, soit le monde, soit la vie, soit la mort, soit les choses présentes, soit les choses à venir. Tout est à vous; et vous êtes à Christ et Christ est à Dieu » (1Corinthiens 3: 21/22).

·         « Sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété » (2Pierre 1: 3), or,

·         « la piété a la promesse de la vie présente et de la vie à venir » (1Timothée 4: 8).

            Ainsi, si tout est à nous, force est de constater que tout nous est déjà offert

… la vie, l’eau, l’air, les parents, le corps, la nourriture, la terre, les autres…  

Pourquoi essayer de retenir les choses ? Pourquoi résister au courant ? Si nous résistons au fait de donner, c’est parce qu’on a peur de perdre quelque chose, ou que l’on craint de n’avoir pas assez pour soit. Mais, cette crainte n’est qu’un leurre. Elle signifie que nous ne comprenons pas comment fonctionne l’Univers qui nous entoure. D’une certaine manière nus nous sommes venus dans ce monde, et nus nous le quitterons !

·         « Nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter » (1Timothée 6: 7).

Ça devrait dissiper toute inquiétude !

·         Si vous avez un problème dans votre vie, voici un bon moyen d’aller beaucoup mieux; commencez à donner sur-le-champ.

·         vous sentez de l’obstruction dans votre vie,

·         si vous êtes malades,

·         si vous avez l’impression de manquer d’argent, c’est le signal qu’il est spécialement temps de donner.

·         Donner ouvre de nouveaux canaux.

·         Donner débarrasse d’un blocage.

·         Donner fait circuler l’énergie, la fait affluer librement.

·         Donner rouvrira les portes pour vous permettre de recevoir.

·         Donner est un acte de Foi.

AMORCEZ LA POMPE !

Dans le désert Amargosa, en Californie, il y avait une hutte tout près d’un puits qui était le seul point d’eau à des kilomètres à la ronde. Une boîte en fer blanc était fixée à la pompe et refermait un message écrit au crayon sur du papier. Voici la teneur du message:

·         « Nous sommes en juin 1932 et la pompe fonctionne à merveille. La rondelle de la tige de pompage est neuve et devrait durer 5 ans. Mais elle finit toujours pas s’assécher et il faut alors amorcer la pompe. J’ai enterré une bouteille d’eau sous la pierre blanche, à l’abri du soleil et le bouchon vers le haut. Elle contient suffisamment d’eau pour amorcer la pompe sauf si vous en buvez d’abord. Versez-en environ le quart et laissez-la tremper pour bien humecter le cuir. Puis versez le reste à une vitesse moyenne et pompez comme un digne. Vous aurez de l’eau. Le puits ne s’assèche jamais. Ayez confiance. Quand vous aurez l’eau qu’il vous faut, remplissez la bouteille et remettez-la où vous l’avez trouvée pour le prochain passant ».

Quand le passant a trouvé la bouteille, il ne fallait pas boire l’eau d’abord. Il fallait amorcer la pompe avec l’eau de la bouteille afin d’obtenir toute l’eau nécessaire.

La prochaine fois que vous prierez, rappelez-vous que les réponses divines sont comme la pompe: il faut les amorcer. Amorcez la pompe de vos prières, offrez ce que vous avez, et vous obtiendrez toujours une réponse. Priez avec des ACTIONS de grâces. Cela signifie que la prière doit être suivie d’actions en vue des grâces que Dieu veut accorder. Faites des ACTIONS DE GRACES, en d’autres termes faites quelque chose de concret qui remercie Dieu à l’avance. Il faut donner avant que l’on vous donne !

·         Jésus dit: « Donnez et il vous sera donné » (Luc 6: 38).    

Vous donnez et vous allez recevoir, il vous sera encore donné. C’est comme ça dans la nature, vous devez semer avant de pouvoir récolter. C’est une loi divine. Si vous ne donnez ou ne semez rien, vous ne moissonnerez rien. C’est encore là une loi d’attraction ! Quand vous donnez vous êtes comme Dieu qui a donné le meilleur et le maximum de Lui-même, son Fils unique… (Jean 3: 16), vous exprimez que vous êtes un fils de Dieu, et que vous savez que vous allez recevoir, car:

·         « un flot (celui d’un don) appelle un autre flot (un autre don) » (Psaume 42: 8).

UNE AFFAIRE DE PROFONDEUR

·         Psaume 42: 7: « Quand la profondeur appelle la profondeur au bruit de tes cataractes… » (traductions anglaises: « deep calleth unto deep at the noise of thy waterspouts: all thy waves and thy billows are gone over me »).

S'il y a une profondeur qui appelle, il doit y avoir une profondeur pour répondre à cet appel. En d’autres termes, s’il y a une profondeur qui soit une demande, une aspiration, c’est qu’il existe quelque part une autre profondeur qui peut combler cette aspiration… et qui est la réponse.

Il est fait référence à la Vie de l’Esprit quand il est dit que ces profondeurs appellent d’autres profondeurs, « au bruit de tes cascades ». D’autres traductions parlent de « bruit des écluses, voix des cataractes, gouffres retentissants qui s’entre répondent, tu fais rugir les torrents, son de tes canaux », bref, il est question d’entendre la voix de l’Esprit comme un torrent ou une cascade, et qu’on ne puisse s’y méprendre. Oui, l’action de l’Esprit et la communion de l’Esprit va faire jaillir des profondeurs appelantes, et attirer les profondeurs répondantes du Ciel…

Il y a dans le cœur de l’homme un vide sidéral qui a la forme de Dieu. Il y a dans le cœur de Dieu un « vide » qui a la forme… de votre propre vie ! Une profondeur appelle une autre profondeur, la profondeur répondante… Vous savez que vous ne pouvez pas manquer de quoi que ce soit car tous ces « vides » en vous et collectifs peuvent être comblés, car il existe une « profondeur répondante » venant des ressources infinies du Ciel ! C’est dans les profondeurs que se trouvent les miracles d’abondance:

·         Luc 5: 4/6 : « Quand Il eut fini de parler, Il dit à Simon: - Avance vers le large, en eau profonde, puis, toi et tes compagnons, vous jetterez vos filets pour pêcher. 5 - Maître, lui répondit Simon, nous avons travaillé toute la nuit et nous n’avons rien pris (voilà une ‘profondeur qui appelle’), mais, puisque Tu me le demandes, je jetterai les filets. 6 Ils les jetèrent et prirent tant de poissons que leurs filets menaçaient de se déchirer (et voici la ‘profondeur qui répond ‘)».

Ce miracle ne s’est pas produit sur le bord du rivage. La provision existe, avant que le problème surgisse.

·         Esaïe 65: 24: « Avant qu’ils M’invoquent, Je répondrai; avant qu’ils aient cessé de parler, J’exaucerai ».

Toutes solutions existent avant que quelques problèmes surgissent. Dieu ne peut jamais être pris au dépourvu. !

Israël sorti d’Egypte a continué sa route, jusqu'au rocher frappé. Remarquez lorsqu'ils arrivèrent à ce ROCHER, ils avaient un besoin. Maintenant, Moïse frappa le rocher avec la verge. Il frappa le rocher avec la verge, image du jugement de Dieu. Après que Moïse eut frappé le rocher, et il y eut une faille dans le côté gauche du rocher, et une source abondante a commencé à couler, et ils ont pu boire. Lorsque les enfants d'Israël eurent faim, ils allèrent là. Il y avait une ruche… des essaims s'étaient glissés là et avaient fait une ruche, et ils mangèrent du miel du rocher. Tout ce dont ils avaient besoin était dans le rocher.

LE ROCHER SUIT TOUJOURS SON EGLISE

Le Rocher a suivi Israël, et le Rocher était le Christ Jésus.

·         1Corinthiens 10: 1/4: « Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, qu’ils ont tous passé au travers de la mer, 2 qu’ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, 3 qu’ils ont tous mangé le même aliment spirituel, 4 et qu’ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ ».

Christ est le Rocher qui était dans le désert. Lorsqu'ils avaient soif, ils ont bu du Rocher. Lorsqu'ils avaient faim, ils mangeaient du rocher. Là où ils allaient, le Rocher les suivait. Et le Rocher a toujours suivi l'Eglise ! Vous devez savoir que « le Rocher » vous suit !

Lorsqu'Il entra à Jérusalem, les opposants au Maître dont dit:

·         « Maître, reprends tes disciples »… « qu'ils se taisent, que tous se taisent… ».

Jésus répondit:

·         "S'ils se taisent, les pierres crieront" (cf. Luc 19: 37/41).

Qu'est-ce que ça veut dire ? La Pierre angulaire était venue, descendant en roulant parmi les pierres. Quelque chose devait arriver, les pierres criaient ! Ses disciples méprisés étaient comme des « pierres qui criaient ». De la même nature que la pierre angulaire, Christ Lui-même ! Ils étaient une « profondeur demandant », et ils avaient avec eux la « Profondeur Répondante », Jésus-Christ la Pierre angulaire était la « Profondeur Répondante ».

·         Un Lépreux s’est approché courageusement du Rocher et lui a demandé : « si Tu le veux Tu peux me rendre pur », profondeur demandante, et la Rocher lui a dit: « Je le veux sois pur », profondeur répondante. Aussitôt l’homme fut rendu pur. En d’autres termes, quand on connaît la Volonté de Dieu clairement, la puissance suit automatiquement. La Volonté de Dieu génère ou libère des forces immédiates, sans délais, sans tarder. La Volonté du ‘Rocher’ est plus importante que quelque puissance que ce soit, elle est la « puissance  divine ».

 

·         Apocalypse 4: 11: « Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l’honneur et la puissance; car Tu as créé toutes choses, et c’est par Ta Volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées ».

Lorsque Lazare était mort, Marthe parla au Rocher, et Il apporta la résurrection.

La femme qui avait une perte de sang depuis si longtemps, lorsqu'elle parla au Rocher, le Rocher produisit la guérison.

Lorsqu'ils étaient sur la mer, menacés par une terrible tempête, l’embarcation était ballottée par les flots comme un bouchon de bouteille au milieu de la mer... ils ont parlé au Rocher et la tempête s’est apaisée…

LE DON EST UNE CLEF

·         « Les présents d’un homme lui élargissent la voie » (Proverbes 18: 16).

Tout le monde peut donner:

* Du temps,

* De l’argent,

* Des choses,

* Des habits,

* Des louanges,

* Du réconfort,

* De l’amour,

* Un sourire,

* De la compréhension…

Vous pouvez tous donner (pas vous débarrasser !) quelque chose : 

·         Donnez un sourire à tous ceux que vous rencontrez. Mettez un sourire dans vos yeux. Avez-vous remarqué que toute personne qui sourit est belle ?

·         Donnez un mot gentil et une pensée aimable.

·         Donnez un encouragement  à celui qui a remporté une victoire, reconnaissez les mérites et applaudissez… Vous aussi vous serez reconnu...

·         Donnez de votre estime, soyez chaleureux, du fond du cœur…

·         Donnez de l’espoir, l’ingrédient magique du succès...

·         Donnez de la joie, l’état d’esprit le plus apprécié… Vous aurez du courage et vous serez encouragé…

·         Donnez des paroles positives, mettez de la lumière dans votre bouche… Vous serez plein d’entrain et apprécié…

·         Donnez une réponse douce et agréable, elle neutralise les irritants. Vous serez agréables...

 

·         Proverbes 18: 16: « Les présents (les cadeaux, les dons) d’un homme lui élargissent la voie, et lui donnent accès auprès des grands ».

Les cadeaux ouvrent les chemins et nous font arriver aux puissants… Comment atteindre une personne en poste d’autorité ? Comment ? « Les dons, les présents, les cadeaux ouvrent le chemin ». Ces « présents » nous font parvenir en présence des gens importants.

· Petit don, petite clé.

· Don important, clé importante.

· Pas de Don, pas de clé.

Celui qui a des clés a de la puissance, beaucoup de puissance ! Beaucoup de puissance !

DONNEZ VOTRE ‘BIOS’

Vous savez qu’il y a différents mots pour « VIE » dans le texte original grec du Nouveau Testament. Il y a le mot « PSYCHE » traduit par « vie ou âme ». Le mot « ZOE », pour la « vie éternelle », et enfin, le moins usité est « BIOS », qui donne « biologie, radiobiologie » etc. C’est ce dernier qui attire mon attention.

a) On retrouve « bios » notamment dans Marc 12, versets 41/44 où il est question d’une offrande faite par une femme veuve.

·         « Jésus, s’étant assis vis-à-vis du tronc, regardait comment la foule y mettait de l’argent. Plusieurs riches mettaient beaucoup. 42 Il vint aussi une pauvre veuve, elle y mit deux petites pièces, faisant un quart de sou. 43 Alors Jésus, ayant appelé ses disciples, leur dit : Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a donné plus qu’aucun de ceux qui ont mis dans le tronc; 44 car tous ont mis de leur superflu, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre ».

Elle a attiré le regard de Jésus qui va commenter son geste. Elle a donné de son nécessaire, tout ce qu’elle avait pour vivre, tandis que les riches donnaient de leur superflu. Ils ne se mettent pas en danger du tout. Tandis que la veuve a donné littéralement « tout ce qu’elle avait pour vivre, elle a pris sur sa misère pour mettre tout ce qu’elle possédait, tout ce  qu’elle avait pour vivre ». Elle a mis son « BIOS ». C’est quelque chose de nature existentielle. Tout ce qui fait qu’elle pouvait exister, subsister, tout ce qu’elle avait pour survivre. Ainsi ses ressources, les moyens de vivre. Après avoir donné tout cela, n’avait plus rien pour vivre. Plus rien du tout. Elle a donc donné sa propre vie, elle s’est mise en péril, voire en danger de mort. Ici, le « bios » représente l’ensemble des moyens financiers qui permettent de vivre sur terre. Quelque chose de vital. La vie de cette femme était déposée en offrande. Tandis que les riches ne mettaient pas leurs vies en jeu. Cette femme veuve a fait cela pour la « gloire du Temple » ! Cela a capté l’attention de Christ sur sa vie… Car il entrevoit déjà le « nouveau temple » qu’est l’Eglise laquelle ne pourra vraiment subsister qu’au travers d’une mentalité telle que cette pauvre veuve !

b) Le deuxième exemple que je prends est celui de Luc 8, versets 43/48, où il est question d’une femme laquelle a dépensé tout son avoir pour sa santé, pour se soigner en frais médicaux, sans résultats.

·         « Or, il y avait une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans, et qui avait dépensé tout son bien pour les médecins, sans qu’aucun ait pu la guérir. 44 Elle s’approcha par derrière, et toucha le bord du vêtement de Jésus. Au même instant la perte de sang s’arrêta. 45 Et Jésus dit: Qui M’a touché ? Comme tous s’en défendaient, Pierre et ceux qui étaient avec lui dirent: Maître, la foule t’entoure et te presse, et tu dis: Qui M’a touché ? 46 Mais Jésus répondit: Quelqu’un M’a touché, car J’ai connu qu’une force était sortie de moi. 47 La femme, se voyant découverte, vint toute tremblante se jeter à ses pieds, et déclara devant tout le peuple pourquoi elle l’avait touché, et comment elle avait été guérie à l’instant. 48 Jésus lui dit : Ma fille, ta foi t’a sauvée; va en paix ».

Elle a tout dépensé, son « bios ». Ici, c’est bien plus que son argent. Car elle avait tout perdu, la santé, les finances, l’espoir d’une guérison par la médecine, et au-delà de son sang qui s’échappait d’elle, elle avait aussi perdu toute vie sociale, familiale et religieuse. En en effet, atteinte d’un tel fléau, elle pouvait même être lapidée si elle sortait de chez elle ! Elle était du côté de la mort avant l’heure. Juste une remarque, c’est que l’on arrive au constat ou aucune médecine n’a pu la sauver ou améliorer son cas, rien de l’intelligence humaine, et rien de la loi de Moïse n’ont pu faire quoi que ce soit pour elle.

Après la perte de tout espoir, perte d’un avenir, perte de sa vie et de son âme, il lui restait juste un élan de souffle d’audace et de vitalité pour se faufiler incognito dans la foule, sans se faire remarquer malgré l’interdit de la loi de Moïse, malgré la honte, pour toucher subrepticement la frange du vêtement du jeune prophète de Nazareth, Yeschoua. L’ayant fait, une puissance de vie a envahi son corps, une plénitude de vie telle que l’hémorragie s’est arrêtée immédiatement. Jésus lui dit: « femme, ta foi t’a sauvée, va en paix ».

c) Le troisième cas où le mot « bios » est utilisé c’est dans la parabole du fils prodigue.

·         « Il dit encore: Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune dit à son père: Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien. 13 Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche. 14 Lorsqu’il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. 15 Il alla se mettre au service d’un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs garder les pourceaux. 16 Il aurait bien voulu se rassasier des carouges que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait. 17 Etant rentré en lui-même, il se dit: ‘Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! 18 Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai: Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, 19 je ne suis plus digne d’être appelé ton fils; traite-moi comme l’un de tes mercenaires’. 20 Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa. 21 Le fils lui dit: ‘Mon père, j’ai péché contre le Ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils’. 22 Mais le père dit à ses serviteurs: ‘Apportez vite la plus belle robe, et l’en revêtez; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds. 23 Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous; 24 car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé’. Et ils commencèrent à se réjouir. 25 Or, le fils aîné était dans les champs. Lorsqu’il revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses. 26 Il appela un des serviteurs, et lui demanda ce que c’était. 27 Ce serviteur lui dit: ‘Ton frère est de retour, et, parce qu’il l’a retrouvé en bonne santé, ton père a tué le veau gras’. 28  Il se mit en colère, et ne voulut pas entrer. Son père sortit, et le pria d’entrer. 29 Mais il répondit à son père: ‘Voici, il y a tant d’années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. 30 Et quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c’est pour lui que tu as tué le veau gras !’. 31 ‘Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est à toi; 32 mais il fallait bien s’égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et qu’il est revenu à la vie, parce qu’il était perdu et qu’il est retrouvé ‘» (Luc 15: 11/32).

Les pharisiens s’indignaient que Jésus mangeait avec des pécheurs notoires, des gens de très mauvaise vie, des collecteurs d’impôts pour l’occupant romain, etc. C’est dans ce contexte que Jésus donne cet enseignement… à savoir trois paraboles de « la joie du royaume »… Un père avait deux fils, le plus jeune voulait sa part d’héritage avant l’heure. Qu’est ce qui motivait cette demande de ce jeune ? Avait-il un complexe d’œdipe ? Voulait-il la mort de son père bien avant l’heure pour toucher l’héritage ? N’y tenant plus il s’est avancé pour réclamer… son héritage. Son père a partagé ses biens à l’avance. Ce que le père a partagé est appelé « bios ». Le fils est parti, et il a dépensé ce « bios », il a tout dilapidé, avec des gens de mauvaises vie, des prostituées etc. il est tombé entre les mains d’un personnage obscur qui lui a fait garder les cochons… Bref, décadence et misère. Il a fini par rentrer en lui-même et a décidé de revenir chez lui, en l’état. Il est donc revenu, pouilleux, honteux, sale, déguenillé. Mais il ne savait pas quelque chose. C’est que dans le « Bios » qu’il a reçu de son père, il y avait plus que de l’argent, et ce « plus » il ne pouvait en aucun cas le dépenser ni le dilapider. Le père l’a accueilli chaleureusement, il y a eu un festin, une fête en l’honneur de son fils revenu à la vie. Qu’y avait-il dans ce « bios » en plus ? La confiance que son fils reviendrait un jour, il y avait l’espérance du père, et surtout un amour inconditionnel. Ce jeune ne le savait pas et il lui a fallu gaspiller tous les biens qu’il avait reçu en héritage, pour apprendre qu’il existe des valeurs et des richesses infiniment supérieures à une vie dissolue, et des richesses de ce monde… Car ces choses, amour, confiance, espérance et se réjouir vaut plus que tout ce qui a été gaspillé, et cela fait partie des moyens de vivre combien plus important que des biens terrestres qui disparaissent bien vite. Croyez, vous aussi, dans cette ressource vitale qui s’appelle l’Amour (de Dieu). Cet amour ne périt jamais. Ce sont des ressources vitales, indispensables à la vie. Il y a de quoi faire réfléchir nos hommes politiques dans nos sociétés hyper matérialistes. Le fils ainé qui représente les détracteurs du comportement de Jésus a compris plus tard que la fortune n’est pas essentielle, mais que surtout l’amour du père qui ne peut pas être dépensé, des valeurs d’une autre nature. Lui aussi était bénéficiaire du « bios » de son père, mais il ne le savait pas non plus.

A COMBIEN ESTIMEZ VOUS LE MINISTERE DE JESUS ?

Quelle est la grandeur de votre Dieu ? A combien évaluez-vous le ministère de Jésus ? « 30 pièces d’argent » comme Judas ?

·         Luc 6: 38: « Donnez et il vous sera donné… Et on vous le rendra ! » (Traduction anglaise). Vous donnez une fois et vous recevez 7 fois en retour !

1) « Il vous sera donné » (rendu),

2) « Une bonne mesure… », vous recevrez en retour !

3) « Serrée », le pan de la robe reçoit des milliers de grains...

4) « et Secouée »,

5) « et qui déborde… »,

6) « mesure sur mesure... », par rapport à la possibilité de ton don...

7) « 7 fois ! », (dans la version amplifiée !).

SEMEZ LIBERALEMENT DES MAINTENANT !

Vous connaissez l’histoire du Grain d’or…

J’étais allé, mendiant de porte en porte sur le chemin du village lorsque ton chariot d’or apparut au loin pareil à un rêve splendide et j’admirais quel était ce Roi de tous les rois ! Mes espoirs s’exaltèrent et je pensais: C’en est fini des mauvais jours et déjà je me tenais prêt dans l’attente d’aumône spontanées et de richesses éparpillées partout dans la poussière. Le chariot s’arrêta là où je me tenais. Ton regard tomba sur moi et tu descendis avec un sourire. Je sentis que la chance de ma vie était enfin venue. Soudain, alors, tu tendis ta main droite et dis:

·         « Qu’as-tu  me donner ?! ».

Ah ! Quel jeu royal était-ce là de tendre la main au mendiant pour mendier ! J’étais confus et demeurait perplexe; enfin, de ma besace, je tirai lentement un tout petit grain de blé et te le donnai… Mais, combien fut grande ma surprise, lorsque, à la fin du jour, vidant à terre mon sac, je trouvai un tout petit grain d’or parmi le tas de pauvres grains. Je pleurai amèrement alors et pensai: « Que n’ai-je eu le cœur de te donner mon cœur ! » (Tagore).

Puissiez-vous aussi vous écrier en ces fêtes de fin d’année où l’on célèbre la naissance du Christ:

« Grâces soient rendues à Dieu pour son Don ineffable ! ».

 

 

 

Retour accueil