Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 

 

 Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

Retour accueil

LE SERVITEUR DIT : ‘IL N’Y A RIEN’ !

1Rois18 : 41/46

(Résumé d’un message d’évangélisation du pasteur Gérard Sadot)

          « Et Elie dit à Achab : Monte, mange et bois ; car il se fait un bruit qui annonce la pluie. 42 Achab monta pour manger et pour boire. Mais Elie monta au sommet du Carmel; et, se penchant contre terreil mit son visage entre ses genoux, 43 et dit à son serviteur : Monte, regarde du côté de la mer. Le serviteur monta, il regarda, et dit: IL N’Y A RIEN. Elie dit sept foisRetourne. 44 A la septième fois, il dit : Voici un petit nuage qui s’élève de la mer, et qui est comme la paume de la main d’un homme. Elie dit : Monte, et dis à Achab: Attelle et descends, afin que la pluie ne t’arrête pas. 45 En peu d’instants, le ciel s’obscurcit par les nuages, le vent s’établit, et il y eut une forte pluie. Achab monta sur son char, et partit pour Jizreel. 46 Et la main de l’Eternel fut sur Elie, qui se ceignit les reins et courut devant Achab jusqu’à l’entrée de Jizreel »

 Le prophète conseilla à Achab de manger parce qu’il devrait rapidement quitter le mont Carmel pour échapper à la pluie. Élie est sûr que l’Eternel va mettre un terme à la sécheresse, mais il ne sait pas quand. Que va-t-il faire en attendant ?

       « Il dit [...] à son serviteur : “Monte, s’il te plaît. Regarde en direction de la mer

 

REGARDE DU CÔTÉ DE LA MER

 

C’est notre monde la mer = le monde va mal très mal, de la tête aux pieds rien de sain…

         Jude 1 : 13 : « … des vagues furieuses de la mer qui rejettent l’écume de leurs impuretés, des astres errants auxquels l’obscurité des ténèbres est réservée pour l’éternité ».

 La mer représente des masses agitées, les peuples de la terre :

        Esaïe 17 verset 12/13 : « Oh ! quelle rumeur de peuples nombreux ! Ils mugissent comme mugit la mer. Quel tumulte de nations ! Elles grondent comme grondent les eaux puissantes 13 Les nations grondent comme grondent les grandes eaux … ».

Notre regard au travers des médias, les journaux, la T.V., internet, les réseaux sociaux, du « côté de la mer », nous révèlent que les peuples, les nations, sont dans l’agitation, soumis aux flots permanents, aux vagues d’attentats, à l’écumes des impuretés… aux tempêtes diverses, et tsunamis financiers… tout cela n’annonce rien de bon ! Une troisième guerre mondiale se profile à l’horizon… l’effondrement économique, la faillite des banques, le chômage qui augmente, l’arrivée massive de migrants, la destruction des valeurs judéo-chrétiennes, l’immoralité, etc.

 Tandis qu’Achab s’asseyait pour manger, Élie se leva pour prier. Hélas nombreux sont les serviteurs de Dieu qui suivent Achab « pour manger et pour boire », peu suivent Elie qui monte au sommet du Carmel… pour prier…

 Il monta au sommet du mont Carmel, se pencha sur terre… Les actes d’Elie exprimaient son humble soumission, ainsi que celle d’Israël, à Dieu. Cette soumission préfigure celle du Christ Jésus de Nazareth qui fut soumis totalement à la Volonté du Père.

 Cette fois-ci, il pria pour que la pluie tombe (1Rois 17 : 1 ; Jacques 5:17), et Dieu lui répondit à nouveau (Jacques 5:18).

 

IL S’EST PENCHE SUR TERRE

 « Se pencher » peut aussi se traduire : « se plier, s’accroupir, s'étendre… ».  Il s’est accroupi, la tête si courbée que son visage touche ses genoux. Merveilleuse allusion prophétique du Christ-Jésus qui s’est penché sur la terre entière… et en Gethsémané… Il s’est jeté à terre… êtes-vous sur terre… à terre ? Alors, cela vous concerne… Il se penche sur ton cas.

 Le Christ, la Parole de Dieu se penche sur ta vie familiale, sur tes problèmes de santé, sur tes affaires, sur ta situation sentimentale, sur tous les problèmes de ton existence, Il a pris tous cela déjà dans le jardin de Gethsémané, quand Il suait des grumeaux de Sang, et qu’Il demandait au Père le Secours de Sa Volonté, qu’Il s’est jeté à terre, comme pour l’embrasser, la prendre dans ses bras, et accepter toute la sanction du péché sur Lui…

         Marc 14, V. 32 : « Ils se rendirent ensuite dans un endroit appelé Gethsémané, et Jésus dit à ses disciples: Asseyez-vous ici pendant que Je prierai. 33 Il prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et Il commença à être saisi de frayeur et d’angoisse. 34 Il leur dit: Mon âme est triste à en mourir; restez ici, éveillés. 35 Puis Il avança de quelques pas, se jeta contre terre et pria que, si cela était possible, cette heure s’éloigne de Lui. 36 Il disait: Abba, Père, tout t’est possible. Eloigne de moi cette coupe ! Toutefois, non pas ce que Je veux, mais ce que Tu veux »

         Luc 23 : « Il sortit et se rendit comme d’habitude au mont des Oliviers. Ses disciples le suivirent. 40 Lorsqu’Il fut arrivé à cet endroit, Il leur dit: « Priez pour ne pas céder à la tentation ». 41 Puis Il s’éloigna d’eux à la distance d’environ un jet de pierre, se mit à genoux et pria 42 en disant: « Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe ! Toutefois, que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la tienne » 43 Alors un ange Lui apparut du ciel pour le fortifier. 44 Saisi d’angoisse, Jésus priait avec plus d’insistance, et sa sueur devint comme des caillots de sang qui tombaient par terre. 45 Après avoir prié, Il se releva et vint vers les disciples, qu’il trouva endormis de tristesse ».

IL Y A UN VISAGE ENTRE LES GENOUX !

 UN VISAGE ENTRE LES GENOUX… Qu’évoque pour vous le visage de Mère Theresa…ou celui de sœur Emmanuelle ? Le visage de la Joconde… Le Visage de Jésus nous est inconnu aujourd’hui… brun, blond, basane, yeux bleus, noirs, marrons, cheveux … barbe.... Nous ne le savons pas. Mais, quel visage voulons-nous voir... celui de la joie, de la sérénité, de la colère, de la jalousie, de la déception … de la bonté ? Il a été transfiguré, puis défiguré pour que vous puissiez voie « face de Dieu » … 

LES GENOUX SYMBOLISENT LA PRIERE

 Il persévéra dans la prière jusqu’à ce que son serviteur signale la présence d’un minuscule nuage à l’horizon. Pour Élie cette nouvelle était suffisante : aussitôt il prévint Achab de se hâter en direction de Jizreël, où demeurait la famille royale (21.1).

 Si vous le voulez, vous pourrez voir un aspect du Christ, en quelque sorte Son vrai Visage… quand vous prierez avec persévérance ! Si vous voulez mieux saisir ce qui est là prophétiquement dans ce texte, le « prophète Elie » représente « la Parole de Dieu » et « le ministère d’intercession de Jésus ». Vous verrez Son Visage entre vos genoux ! Et votre visage lui-même va changer de la tristesse en joie !

 

IL SE FAIT UN BRUIT

 En hébreu, le mot « BRUIT » est appliqué en relation avec la Voix, un cri, le fait de demander, le tonnerre, un son, publier, une parole, le fait de prier, le bêlement, des instances, un murmure, faire retentir, un rugissement, une clameur, chanter, des gémissements, le tumulte, des pleurs, entendre, pétillement . . . Vient d'une racine du sens d'appeler à haute voix 

 Mais il doit se murmurer à nos oreilles spirituelles comme un chant sublime, mais qui est comme un tonnerre au ciel, un cri qui rappelle le « grand cri » que Jésus a poussé sur la croix avant de rendre l’âme, comme une publication, semblable au rugissement du lion de Juda (Apocalypse 5), et qui nous appelle comme à haute voix pour nous dire : « CROYEZ EN L’ŒUVRE DE LA CROIX POUR LE SALUT DE VOTRE AME », lequel « bruit » est annoncé avec des pleurs, des larmes, par le bêlement de brebis autrefois égarées, mais maintenant sauvées, et qui avec instances dit « repentez-vous , et suivez la voie droite du Seigneur »…

 Par Ailleurs, rappelons une fois de plus que c’est comme cela que commence la foi ! ON ENTEND CE « BRUIT » AVANT DE VOIR, C’EST CELA LA FOI !

           Romains 10 : 17 : « Ainsi la foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu ».

LE SERVITEUR DIT : ‘IL N’Y A RIEN’ !

 Il est vrai que l’humoriste Raymond Devos disait dans un sketch :

         « Rien plus rien plus rien égal 3 fois rien.. et si on ajoute 9 fois rien, on obtient … rien de neuf ! ».

C’est parler pour ne rien dire ! Notre sujet est bien plus sérieux, et il faut « monter plus haut » pour savoir quelque chose, c’est que quand on dit qu’il n’y a rien, il y a quelque chose au-dessus de rien, plus même, il y a Quelqu’un !

 Le serviteur monta, il regarda, et dit IL N’Y A RIEN… PUISQUE LA MALÉDICTION A ÉTÉ LEVÉE !

 a) d’abord, c’est le rôle de tout serviteur de Dieu, tout d’abord de « monter », c’est-à-dire s’élever un peu, prendre de la hauteur, être au-dessus, une ascension est indispensable… d’une communion personnelle avec Dieu.

b) ensuite il s’agit d’avoir un regard qui perce l’horizon, voir loin, une vision panoramique, sans myopie spirituelle…

c) et enfin, seulement après avoir regardé, il peut parler, dire, annoncer « il n’y a rien ».

 Etes-vous « monté » sur le Golgotha ? En avez-vous une bonne vision (compréhension) et êtes-vous un proclamateur de la vérité spirituelle capable de dire : « il n’y a rien » ?

 « RIEN », en hébreu cela veut dire : « pas la moindre chose, aucun mal, pas de défaut, aucune tache, pas de défectuosité…

         Pas de défaut physique ou corporel,

         Pas de tache morale,

         Pas de blessuredifformitéfautesouillureoutrage »

C’est en regardant vers la mer, au fond sur la ligne d’horizon qu’il a dit : « il n’y a rien », là où il semble que le ciel et la mer se confondent… mais en regardant du côté de la mer, il regardait le ciel… et ne pouvait que dire « il n’y a rien » … C’est cela qui doit être notre horizon, un nouvel horizon. La rédemption est parfaite !

         plus rien du tout… le monde, comme la mer, s’agite toujours, mais, au ciel, tout est clair,

         plus de souillures,

         plus d’outrage,

         plus de blessure,

         plus de tache morale...  il n’y a rien… plus rien, car, la sanction a été levée

        « Il n’y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ » (Romains 8, verset 1).

AU CIEL TOUT EST LIMPIDE, PUR, CLAIR, ET, IL N’Y A PLUS DE CONDAMNATION

POUR CEUX QUI SONT EN JESUS CHRIST !!!

 Et, puisque la malédiction de l’Eternel avait été levée, la pluie de la bénédiction pouvait tomber…

ELIE DIT SEPT FOIS :  ‘RETOURNE’ !

 Comme vous le savez ce chiffre évoque la perfection… Si tu peux être retourné, ou s’il y a retournement de situation etc., c’est parce que Son Œuvre sur la Croix est parfaite !

 « fois » = Enfoncer, forcer, pousser, battre d'une façon continue: (Qal) forcer, (Nifal) être battu, (Hitpael) être agité, troublé…

 Après avoir été maltraité, torturé, martyrisé, Jésus est mort sur cette croix infâme, maudit de nos malédictions, devenu péché pour nos péché, abandonné pour nos abandons, etc. Et cette Œuvre est PARFAITE, rien à ajouter, rien à retrancher ! Cela devrait nous « retourner ».

 N’êtes-vous pas « anéanti » quand vous voyez qu’au Congo Brazzaville on brule des gamins, sur la place publique, les bras attachés dans le dos, on les arrose d’essence et on y met le feu. Ce spectacle, abominable, révoltant, nous retourne, nous désempare, nous arrache le cœur... L’œuvre de Celui qui a porté tous les péchés des hommes, Celui sur qui est tombé la punition, le châtiment qui nous donne la paix, cela ne vous retourne-t-il pas ?

 Le verbe « retourner » devrait nous faire réfléchir… Il est associé avec l’humiliation, la repentance, l’abandon de nos mauvaises voies, et le fait de revenir en paix chez soi ! On trouve souvent ce verbe « RETOURNER »

         Esaïe 55 : 7 : « Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme injuste ses pensées ! Qu’il retourne à l’Eternel : Il aura compassion de lui. Qu’il retourne à notre Dieu, car Il pardonne abondamment ».

         « Retourne vers ta maitresse et humilie toi » (Genèse 16 :9).

         « Retourner en paix chez soi » (1Rois 22 :17)

 N’oublions jamais qu’il y a une échéance à notre vie terrestre :

         « Tout retourne à la poussière, l’esprit retourne à Dieu » (Ecclésiaste 3 : 20 ; 12 : 7)

 Mais, une place nous attend là-haut, si nous avons fait l’expérience du retournement, car Jésus qui est venu sur cette terre sèche, aride, désertique spirituellement parlant, a dit :

         Jean 16 : 28 : « Je Suis sorti du Père et Je Suis venu dans le monde; maintenant Je quitte le monde et Je retourne vers le Père ».

 

La Bible parle du « chien » qui retourne vers ce qu’il a vomi ! C’est un rétrograde spirituellement… après avoir compris l’œuvre de Jésus-Christ sur la croix pour vous, et accepté la vérité, je vous en supplie, ne retournez pas en arrière !

En attendant, d’ores et déjà, vous pourrez, en vertu de cette œuvre parfaite du Christ, espérer des « retournements » de situations ? C’est ce qu’évoque le chiffre 7… Dieu a créé le monde en 7 jours… Ce chiffre est la signature de Dieu.

 « Septième » avec un jeu de mot en hébreu veut dire REPOS. Le chiffre sept en hébreu signifie « rassasié », « comblé »

Toutefois, avant qu’Élie ne monte au sommet du mont Carmel pour prier l’Eternel en privé, une tâche désagréable l’attendait. Il devait parler au roi Achab.

Les deux hommes sont très différents. Achab, vêtu d’habits royaux, est un apostat faible et avide. Élie porte une tenue officielle de prophète — une robe simple et résistante, peut-être en peau, ou tissée en poil de chameau ou de chèvre. Son courage, son intégrité et sa foi sont remarquables. Le jour qui touche maintenant à sa fin en a dit long sur le caractère de ces deux personnages.

 Quand agira-t-il ? Comment Élie se comportera-t-il en attendant ? Et que pouvons-nous apprendre de cet homme de foi ? (1Rois 18 versets 41/46).

 

ELIE VEUT LA VOLONTE DE DIEU

·       « Monte, mange et bois, car il y a le bruit du tumulte d’une pluie torrentielle »

 Par ses prières, Élie montre qu’il veut que la Volonté de Dieu se fasse. Auparavant, l’Eternel a affirmé :

 ·       « Je ferai tomber la pluie sur la face du sol » (1Rois 18 verset 1).

Élie prie par conséquent pour que la Volonté de son Dieu s’accomplisse. Plus tard, Jésus enseignera à ses disciples à faire de même.

 ·       Matthieu 6 versets 9/10 : « Notre Père qui es aux cieux, que Ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel »

 L’accomplissement de la Volonté du Seigneur était au centre de ses pensées. Et ce Dieu Souverain veut que l’on prie pour que Sa Volonté se réalise sur la terre ! Lorsque nous prions, rappelons-nous :

       « Quoi que ce soit que nous demandions selon Sa Volonté, Il nous entend » (1Jean 5 verset 14).

 Il est donc clair qu’il nous faut connaitre la Volonté de Dieu pour que nos prières soient écoutées. Voilà qui donne une bonne raison d’étudier régulièrement la Bible. De plus, Élie voulait que la sécheresse s’arrête en raison des souffrances qu’elle causait à son peuple. Nos prières devraient également refléter notre profonde gratitude et le souci que nous avons du bien-être d’autrui : « notre père »… (2Corinthiens 1 verset 11 et Philippiens 4 verset 6).

DEMEURONS CONFIANTS ET VIGILANTS

 Élie guette les signes de l’intervention de l’Eternel. Si croyez aux promesses et que vous demandez la pluie en temps de sécheresse, déployez votre parapluie !

 Qu’est-ce qui montre qu’Élie a confiance dans la promesse du Seigneur ? Pourquoi pouvons-nous avoir la même confiance qu’Élie ? Confiant dans la promesse de l’Eternel, Élie guette les signes annonçant la pluie. Il envoie son serviteur examiner l’horizon depuis une hauteur. Mais le serviteur revient avec une nouvelle peu réjouissante :

 

« Il n’y a rien »

 L’horizon est dégagé, et le ciel à l’évidence sans nuage. Pourtant, souviens-toi, Élie vient juste de déclarer au roi Achab :

          « Il y a le bruit du tumulte d’une pluie torrentielle »

 Comment le prophète a-t-il pu dire une chose pareille alors qu’aucun nuage n’est en vue ?

 Il est tellement confiant qu’il entend pour ainsi dire déjà la pluie torrentielle. A l’instar de Moïse :

        « Il est resté ferme comme voyant Celui qui est invisible »

 Réaction du prophète Elie en apprenant qu’un petit nuage se dessine à l’horizon ?

 Par ailleurs, avez-vous noté la vigilance d’Élie ? Il dit à son serviteur : « Retourne », non pas une ou deux fois, mais sept fois ! On peut imaginer que ce serviteur se fatigue de ces allées et venues.

         « Regarde, il y a un petit nuage comme la paume d’un homme, qui monte de la mer »

 PETIT : « insignifiant, sans importance, moindre, faible »

 Vous représentez vous ce serviteur tendant le bras et évaluant avec la paume de la main la taille du petit nuage qui se dessine à l’horizon, au-dessus de la Méditerranée ? Il n’est probablement pas très impressionné. Un petit nuage apparut à l’horizon, recouvrant rapidement l’ensemble du ciel, et finissant par arroser enfin la terre.

 Les grandes bénédictions commencent souvent par de modestes débuts, inondant ensuite, par leur abondance, leur destinataire, tel un nuage de grande envergure.

         Zacharie 4 :10 : « En effet, ceux qui méprisaient le jour des petits commencements se réjouiront en voyant la pierre d’étain dans la main de Zorobabel. Ces sept sont les yeux de l’Eternel, qui parcourent toute la terre »

Ne méprisons pas les journées où rien de grandiose ne semble se produire, mais sachons espérer et attendre les grands évènements que le Seigneur a préparés d’avance. Combien de fois a-t-on déjà vu des démarrages modestes se terminer en œuvres grandioses ! Il en est ainsi dans toutes les démarches merveilleuses que Dieu entreprend avec l’âme.

 Pour Élie, ce nuage est d’une importance capitale. Il se met donc à donner des instructions pressantes à son serviteur :

         « Monte dire à Achab : “Attelle et descends, pour que la pluie torrentielle ne te retienne pas !” » (1Rois 18 verset 44)

 Quelles raisons avons-nous d’agir sans tarder ?

Là encore, comme Élie nous devons rester vigilants jusqu’à l’intervention du Seigneur, comme Élie l’a été. Jésus a averti ses disciples :

         « Veillez donc, parce que vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient » (Matthieu 24 verset 42)

 Voulait-Il dire que ses disciples soient dans l’ignorance la plus complète concernant les derniers temps ? Non, car Il a longuement parlé de ce qui caractériserait l’état de notre monde durant les jours précédant la fin. Un seul petit nuage a convaincu Élie que l’Eternel allait intervenir. La foi du prophète a-t-elle été déçue ?

 

DES CHANGEMENTS TRES RAPIDES

 Quels changements se produisent tout à coup ? Le récit poursuit :

        « En peu d’instants, le ciel s’obscurcit par les nuages, le vent s’établit, et il y eut une forte pluie. Achab monta sur son char, et partit pour Jizreel » (1Rois 18 verset 45)

 Puis, tout va très vite. Pendant longtemps tout semble mort, rien ne se passe, puis quand le temps est arrivé, tout va vite, très vite… Le ciel s’obscurcit. Un grand vent se lève. Après trois ans et demi de sécheresse, il pleut enfin sur le sol d’Israël. La terre absorbe l’eau. Lorsque la pluie devient torrentielle, les eaux du Kison montent, le sang des prophètes de Baal est balayé. C’est un temps de rafraichissement, de soulagement et bénédictions

 Les Israélites rebelles vont avoir l’occasion de purifier le pays sali par le culte de Baal.

        « Il y eut une grande pluie torrentielle »

Élie espère certainement qu’ils saisiront cette « chance providentielle » !

 

LA NON REPENTANCE D’ACHAB

 Tout ce qui s’est passé appelait Achab et son peuple à la repentance. Comment Achab va réagir à tout ce qui se passe ? Se repentira-t-il et se détournera-t-il du culte de Baal ? Les évènements du jour lui ont donné de puissantes raisons de le faire. Le récit nous indique simplement que le roi est monté sur son char et qu’il s’est rendu à Jizréel. A-t-il compris la leçon ? Est-il décidé à changer ? La suite laisse comprendre que non. Toujours est-il que, pour Achab comme pour Élie, la journée n’est pas encore terminée.

 L’extraordinaire course qu’Elie a faite du Carmel à Jizréel… Loyal, ce serviteur fidèle du roi, le prophète courut devant le char d’Achab, parcourant sous une pluie battante la trentaine de kilomètres qui les séparaient de Jizreël.

 

Le prophète de l’Eternel prend la même route qu’Achab. Il a une longue distance à parcourir sous un ciel sombre et pluvieux. Il l’était pour Achab, mais il l’était aussi pour Elie. On passe tous par les mêmes chemins, mais, on n’arrive pas tous aux mêmes endroits !

 Puis, quelque chose d’extraordinaire se produit :

         « Rempli de force (ou : « la main de l’Eternel) par l’Eternel, Elie serra sa ceinture autour des reins et courut devant (autre trad. « il courut en avant… ») le char du roi Achab jusqu’à l’entrée de Jizréel » (1Rois 18 verset 46 trad. Semeur).

 

RENOUVELLEMENT DES FORCES

 Manifestement, « la main de l’Eternel » agit sur le prophète de manière surnaturelle. Jizréel se trouve à une trentaine de kilomètres, et Élie n’est plus tout jeune. Le prophète a relevé ses longs vêtements, les a attachés sur ses hanches pour que ses jambes aient une plus grande liberté de mouvement, puis il courut sur cette route trempée ? Il court si vite qu’il rattrape le char royal... et le dépasse ! VITESSE/FORCE/ENDURANCE/SANTE

 À quelles prophéties l’exploit d’Élie nous fait-il penser ?

 Ressentir une telle force, une telle vitalité et avoir une telle résistance — peut-être plus grandes encore que dans sa jeunesse — doit profondément le réjouir. Cet exploit nous fait penser aux prophéties qui garantissent à ceux qui sont fidèles une santé et une vigueur parfaites déjà ici-bas :

           Esaïe 35 verset 6 : « Alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet éclatera de joie. Car des eaux jailliront dans le désert, et des ruisseaux dans la solitude; 7 le mirage se changera en étang et la terre desséchée en sources d’eaux; dans le repaire qui servait de gîte aux chacals, croîtront des roseaux et des joncs… verset 10 : les rachetés de l’Eternel retourneront, ils iront à Sion avec chants de triomphe, et une joie éternelle couronnera leur tête; l’allégresse et la joie s’approcheront, la douleur et les gémissements s’enfuiront. »

 Comment recevoir les bénédictions de Dieu ?

 Le Seigneur ne demande qu’à nous accorder ses bénédictions. Tel Naaman qui est allé chercher sa guérison, cherchons à les obtenir. Cela en vaut vraiment la peine. Mais, à l’exemple d’Élie, soyons vigilants. Les signes attestent que l’Eternel est sur le point d’agir en ces temps dangereux et décisifs. Comme Élie, nous avons toutes les raisons de placer notre entière confiance dans les promesses de l’Eternel, « le Dieu de Vérité » (Psaume 31 verset 5)

 Peu après, l’Eternel lui demandera de former Élisée, de qui la Bible dit :

         « Qu’il versait l’eau sur les mains d’Élie  » (2Rois 3 verset 11).

 Vous serez d’accord avec moi que Dieu a de la suite dans les idées, et que rien ne peut entraver Ses plans, Elie allait mourir, mais Elisée avait déjà été prévu comme successeur pour la suite des événements ! La mort de l’un ou l’autre n’annule pas Ses projets, la mort ne l’arrête pas, et Il en a donné une preuve éclatante en ressuscitant Jésus de Nazareth de la mort ! 

 Élisée a été le serviteur d’Élie, apportant semble-t-il une aide pratique à un homme devenu âgé. Mais pourquoi le Saint Esprit a voulu que l’on connaisse cette anecdote anodine ? Cette « eau versée sur ses mains » était comme un acte prophétique qui révèle d’où vient « l’Eau du Ciel » !

 L’Esprit indique que la bénédiction reposait entre les mains du prophète Elie, et pour nous, soyons certains que toutes les bénédictions reposent entre les mains de Notre Seigneur Jésus-Christ, comme la paume de la main d’un homme, faisons comme Elisée, soyons des serviteurs fidèles dans les petites choses, et Il en confiera de plus grandes !

         Jean 3 : 35 : « Le Père aime le Fils et a tout remis entre Ses Mains ».

         Jean 13 :3 : « Jésus savait que le Père avait tout remis entre Ses Mains, qu’Il était venu de Dieu et qu’Il retournait vers Dieu ».