Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2018 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 

 

 Pasteur Gérard Sadot
 Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique de 84170 Monteux (Carpentras)
 

Retour accueil  

L'Esprit nous aide  N°2 Suite et fin

Cette deuxième partie peut sembler contradictoire avec la première en ce sens que c’est la contemplation du Seigneur dans le miroir qui accomplit notre transformation à Son Image, mais en réalité, il s’agit de deux facettes de l’action transformatrice de l’Esprit en nous, d’un côté son action souveraine lorsque nous Le contemplons, et de l’autre les suggestions et injonctions de l’Esprit qui nous poussent à ressembler à Christ, à L’imiter, toujours avec SON AIDE.

Comment apprend-on un bon état d’esprit sur le plan naturel ?

C’est une certitude : une attitude intérieure, un état d’esprit, bon ou mauvais, peut s’apprendre. Une encyclopédie explique que,

·       « Le nouveau-né doit acquérir ou apprendre les attitudes mentales qu’il possédera par la suite, un peu de la même manière qu’il doit acquérir ou apprendre une langue ou toute autre aptitude » (Collier’s Encyclopedia).

Comment apprend-on un bon état d’esprit ? De nombreux facteurs entrent en ligne de compte, mais les plus marquants sont le milieu et l’entourage. La même encyclopédie ajoute :

·       « Nous apprenons, ou absorbons, un peu comme par osmose, les attitudes de ceux que nous fréquentons de près »

Le livre des Proverbes y faisait déjà allusion :

·       « A fréquenter les sages, on gagne en sagesse, mais la compagnie des sots amène le malheur » (Proverbes 13 verset 20, trad. BFC)

 

·       1Corinthiens 15: 33 : « Ne vous y trompez pas: les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs ».

I) Jésus est et restera toujours l’Exemple Suprême

Qui a offert le meilleur modèle pour ce qui est un bon état d’esprit, et comment pouvons-nous l’imiter ? Comme dans tous les autres domaines, c’est Jésus Christ qui a offert le meilleur exemple pour ce qui est de l’attitude d’esprit. Il a déclaré :

·       « Je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme Je vous ai fait.» (Jean 13 verset 15)

Pour ressembler à Jésus, il nous faut avant tout apprendre à Le connaître. Nous observerons donc la vie de Jésus dans l’esprit de la recommandation de l’apôtre Pierre :

·       « C’est à cela, en effet, que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un modèle pour que vous suiviez fidèlement ses traces »  1Pierre 2 verset 21)

 

·       Hébreux 12:2 : « REGARDONS TOUJOURS JESUS. C’est Lui qui fait naître la foi et qui la rend parfaite. Il a accepté de mourir sur une croix sans avoir honte. En effet, Il voyait d’avance la joie qu’Il allait recevoir, et maintenant, Il est assis à la droite de Dieu » (Parole de vie).

D’autres traductions proposent :

« GARDONS LES YEUX FIXES SUR JESUS », « LES REGARDS ARRETES SUR JESUS », « LES YEUX FIXES EN JESUS… ». Je préfère l’expression les « regards fixés EN Jésus ». Il ne s’agit en aucun cas de contemplations d’une icône, mais de la vie intérieure de Jésus révélée dans le Nouveau Testament. L’objectif de l’Esprit est de nous aider à ressembler à Jésus autant que possible. Pour cela, Il nous exhorte à adopter la même attitude intérieure et extérieure que Lui.

Quelle facette de l’état d’esprit de Jésus est soulignée en Romains 15 versets 1 à 3, et comment les chrétiens pouvons-nous L’imiter ? Quels sont les divers domaines à considérer pour avoir le même état d’esprit que Jésus ? Le chapitre 15 de Romains nous aide à le découvrir. Dans les premiers versets de ce chapitre, Paul évoque une qualité essentielle de Jésus :

·       « Si donc nous nous considérons comme « forts », si notre foi est robuste et nos convictions fermes, sachons que nous aurons à faire nôtres les fardeaux que leurs scrupules imposent aux faibles; nous devons soutenir ceux dont la foi est encore mal assurée. Nous n’avons pas le droit de ne penser qu’à nous-mêmes et d’agir à notre guise. Nous ne pouvons pas simplement rechercher notre propre agrément et vivre pour notre plaisir. 2 Cherchons au contraire à être agréables au prochain, pensons à ce qui lui fait plaisir et qui contribue à son vrai bien. Une telle attitude constructive nous soudera les uns aux autres et édifiera notre communauté. 3 Le Christ n’a pas non plus vécu comme Il lui plaisait, Il n’a pas cherché son intérêt personnel ou sa propre satisfaction ; mais Il aurait pu dire, comme il est écrit: « Ceux qui te haïssent, m’insultent; je me charge des outrages qui t’atteignent ». 4 Or, toutes ces paroles consignées jadis dans l’Ecriture ont été notées pour nous instruire. Les nombreux exemples que la Bible nous donne de ceux qui ont supporté avec constance leurs fardeaux et que Dieu a consolés, doivent nous encourager, développer notre patience et entretenir notre espérance. 5 C’est Dieu qui est la source du courage et de la patience, c’est Lui qui nous console. Qu’Il vous accorde, les uns envers les autres, ces sentiments de chaude sympathie qui étaient en Jésus, afin de vivre ensemble dans une parfaite harmonie, comme le veut Jésus-Christ » (Romains 15, versets 1/3 et 5, trad. PVV)

Le ministère et la personnalité terrestre de Christ reste un modèle pour le croyant

1Pierre 2 : 21-25

a. C’était un ministère de sacrifice : « Car le Christ n’a pas cherché ce qui lui plaisait » (Romains 15 :3).

b. C’était un ministère de souffrance : « Selon qu’il est écrit : Les outrages de ceux qui t’outragent sont tombés sur moi » (Romains 15 : 3).

c.  C’était un ministère scripturaire : « Or, tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Ecritures, nous possédions l’espérance » (Romains 15 : 4).

d. C’était un ministère de partage : « Faites-vous mutuellement bon accueil, comme Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu » Romains 15 :7).

e. C’était un ministère de confirmation : « Pour prouver la véracité de Dieu, en confirmant les promesses faites aux pères » (Romains 15 : 8).

f. C’était un ministère d’encouragement : « C’est pourquoi je te confesserai parmi les nations, et je chanterai en l’honneur de ton Nom. Il est dit encore : Nations, réjouissez-vous avec son peuple » (Romains 15 : 9-10 ; cf. Psaume 18:49; 117:1; Deutéronome 32:43; Esaïe 11:10).

LE MIROIR FACE AUX BESOINS DES AUTRES

Pour adopter la tournure d’esprit de Jésus, nous sommes encouragés à nous inquiéter avec humilité des besoins des autres plutôt que de chercher à se plaire uniquement à soi-même; Cet altruisme imprégné d’humilité est assurément une caractéristique de ceux qui sont forts. Jésus, qui a dépassé de très loin tout homme n’ayant jamais vécu, a parlé de Lui-même en ces termes :

·       « Le Fils de l’homme est venu, non pas pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme rançon en échange de beaucoup » (Matthieu 20: 28).

Nous qui sommes ses disciples, nous voudrons aussi aspirer à servir les autres, en particulier “ceux qui ne sont faibles”.

Francis Schaeffer à dit :

·        « Si nous ne montrons pas la beauté par la façon dont nous nous traitons l’un l’autre, alors aux yeux du monde et aux yeux de nos propres enfants, nous détruisons la vérité que nous proclamons » 

·       Philippiens 2 : 1/16 : « Si donc il y a quelque consolation en Christ, s’il y a quelque soulagement dans la charité, s’il y a quelque union d’esprit, s’il y a quelque compassion et quelque miséricorde, 2 rendez ma joie parfaite, ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée. 3 Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. 4 Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. 5 Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, 6 lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, 7 mais s’est dépouillé Lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; 8 et ayant paru comme un simple homme, Il s’est humilié Lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. 9 C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et Lui a donné le Nom qui est au-dessus de tout nom, 10 afin qu’au Nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, 11 et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. 12 Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent; 13 car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. 14 Faites toutes choses sans murmures ni hésitations, 15 afin que vous soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde, 16 portant la parole de vie; et je pourrai me glorifier, au jour de Christ, de n’avoir pas couru en vain ni travaillé en vain ».

LE MIROIR FACE AUX INSULTES

De quelle manière pouvons-nous imiter la réaction de Jésus à l’opposition, aux provocations et aux insultes ? Une autre qualité que manifestait Jésus était une manière de penser et d’agir toujours positive. Il n’a jamais laissé l’attitude négative d’autrui altérer son bel état d’esprit à l’égard du service pour Dieu; nous non plus nous ne devrions pas laisser autrui nuire à notre attitude intérieure. Quand Il était insulté ou persécuté parce qu’Il servait fidèlement le plan de Dieu, Jésus endurait patiemment la situation sans se plaindre. Il savait que ceux qui essaient de plaire à leur prochain, s’attirent l’opposition d’un monde incrédule qui ne les comprend pas.

Un jour un officier supérieur racontait comment il était devenu chrétien. Voici ce qu’il dit:

·        « Il y avait, dans notre compagnie, un soldat de deuxième classe qui s’était converti récemment. Tous sans exception nous nous moquions de lui. Un soir, après avoir monté la garde pendant des heures sous la pluie, il revint de son poste fatigué et trempé jusqu’aux os. Avant de se coucher, il se mit à genoux au pied de son lit pour prier. Pendant qu’il priait, je lui jetais à la tête mes deux bottes. Il continua de prier sans réagir. Le lendemain matin en me réveillant, je vis mes bottes au pied de mon lit, nettoyées et lustrées. Sa réponse à mon inconduite m’a profondément marqué, au point que je lui demandais de me faire connaître le Dieu qu’il servait. J’ai accepté Christ et suis devenu chrétien. J’avais vu que Dieu était avec lui ! »

Le témoignage le plus efficace n’est pas toujours dans ce que nous disons, mais dans notre manière de vivre ? C’est ce que rappelle Jésus :

·       « À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13.35)

LE MIROIR FACE A L’IMPATIENCE

Dans quels domaines Jésus a-t-Il manifesté de la patience, et pourquoi devrions-nous l’imiter ? Il n’a jamais montré d’impatience à l’égard de Son Père céleste, mais attendait patiemment que les desseins divins s’accomplissent

·       Psaume 110: 1 : « De David. Psaume. Parole de l’Eternel à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que Je fasse de tes ennemis ton marchepied » (cf. Actes 2: 32-36)

·       Hébreux 10: 12, 13 : « Après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu, 13 attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied ».

Qui plus est, Jésus n’est pas devenu impatient envers ses disciples. Il leur a dit :

·       Apprenez de moi ” ; parce qu’Il était “ doux de caractère ”,

… son enseignement bâtissait leur vie intérieure et les réconfortait. Étant aussi :

·       « Humble de cœur »,

Il n’adoptait jamais un ton grandiloquent ou présomptueux (Matthieu 11 verset 29)

Permettez-moi de citer à nouveau l’encouragement de l’apôtre Paul à imiter Jésus sous ce rapport:

·       « Gardez en vous cet état d’esprit (« Ayez pour tous l’estime que l’on se doit en Christ, et que votre attitude envers les autres procède de votre vie en Lui. Prenez modèle sur Jésus-Christ. Ayez en vous les pensées et les sentiments qui l’animaient jadis…  (trad. Parole Vivante) qui était aussi en Christ, lequel, bien que se trouvant dans la forme de Dieu, n’a pas arraché comme une proie d’être égal à Dieu. Non, mais Il s’est vidé lui-même et a pris une forme d’esclave et a paru dans la ressemblance des hommes » (Philippiens 2 versets 5 à 7)

LE MIROIR FACE AUX NOMBREUX DECOURAGEMENTS

Pourquoi nous ne devons pas nous décourager si nous avons du mal à suivre le modèle que Jésus nous a laissé, et quel bon exemple Paul nous donne-t-il à cet égard ? Pourquoi une attitude désintéressée demande-t-elle des efforts ? Il est facile de dire que l’on veut servir les autres et faire passer leurs intérêts avant les nôtres. Mais un examen honnête de notre état d’esprit révélera peut-être que notre cœur n’y est pas entièrement disposé. Et pourquoi cela ?

-        En premier lieu en raison des traits de caractère égoïstes que nous avons hérités d’Adam et Ève,

-        En second lieu parce que nous vivons dans un monde égoïste (Éphésiens 4: 17, 18).

Pour acquérir une attitude désintéressée, il faut souvent cultiver un schéma de pensées qui va à l’encontre de notre imperfection innée. Y parvenir demande de la détermination et des efforts, MAIS L’ESPRIT NOUS Y AIDE... Notre imperfection manifeste, qui contraste lourdement avec le modèle parfait que Jésus nous a laissé, pourrait parfois nous décourager. Nous pourrions douter qu’il soit vraiment possible d’avoir le même état d’esprit que Jésus. Mais relevons ces paroles encourageantes de Paul :

·       « Je sais qu’en moi, c’est-à-dire dans ma chair, il n’habite rien de bon ; car la faculté de vouloir est présente chez moi, mais la faculté d’accomplir ce qui est excellent n’est pas présente. Car le bien que je veux, je ne le fais pas, mais le mal que je ne veux pas, c’est ce que je pratique. Je prends en effet plaisir à la loi de Dieu selon l’homme que je suis intérieurement, mais je vois dans mes membres une autre loi qui fait la guerre contre la loi de mon intelligence et qui m’emmène captif vers la loi du péché qui est dans mes membres » (Romains 7: 18, 19, 22, 23).

Il est vrai que l’imperfection a souvent empêché Paul d’accomplir la volonté divine comme il l’aurait souhaité, mais son attitude, autrement dit ses pensées et ses sentiments à l’égard du Seigneur et de sa loi, était exemplaire. La nôtre peut l’être également.

II) Rectifions quelques attitudes erronées

Quel état d’esprit Paul a-t-il encouragé les Philippiens à cultiver ?

Se pourrait-il que quelques-uns aient à corriger une attitude erronée ? Oui. C’était manifestement le cas de plusieurs chrétiens de l’Eglise primitive. Paul a évoqué l’importance d’une bonne attitude d’esprit dans sa lettre aux Philippiens :

·       « Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ. 13 Frères, je ne pense pas l’avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, 14 je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. 15 Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. 16 Seulement, au point où nous sommes parvenus, marchons d’un même pas » (Philippiens 3 versets 12 à 15)

De quelles manières le Seigneur nous révèle-t-Il un bon état d’esprit ?

Les paroles de Paul indiquent que tout homme né de nouveau qui ne ressent pas le besoin de progresser manifeste une mauvaise attitude. Il n’a pas vraiment adopté l’état d’esprit de Christ :

·       Hébreux 4: 11 : « Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance ».

·       2Pierre 1: 10 : « C’est pourquoi, frères, appliquez-vous d’autant plus à affermir votre vocation et votre élection; car, en faisant cela, vous ne broncherez jamais ».

·       2Pierre 3: 14 : « C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, appliquez-vous à être trouvés par Lui sans tache et irrépréhensibles dans la paix ».

La situation d’un tel homme est-elle désespérée ? Nullement. Dieu peut nous aider à améliorer notre attitude d’esprit si nous en avons le désir sincère. Paul poursuit en effet :

·       « Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée ; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus” (Philippiens 3 verset 15).

. Par ailleurs, les ministères de pasteurs et docteurs notamment, établis par l’Esprit Saint :

·       « pour faire paître le troupeau de Dieu », seront heureux d’apporter leur concours (Actes 20 verset 28).

Toutefois, si nous désirons que le Seigneur nous révèle la bonne attitude à adopter, l’Esprit est disposé à nous aider à faire notre part. L’étude de la Parole de Dieu, accompagnée de prières permettra à ceux qui ont “un autre avis” d’acquérir la bonne attitude (Matthieu 24 verset 45)

·       Actes 11:26 : « Quand il l’eut trouvé, il l’amena à Antioche. Pendant toute une année, ils participèrent aux réunions de l’Eglise et ils enseignèrent beaucoup de personnes. C’est à Antioche que, pour la première fois, les disciples furent appelés chrétiens »

Nous sommes profondément reconnaissants au Seigneur de tenir compte de nos imperfections et dans sa bienveillance de nous proposer son aide. Sachons accepter cette aide.

III) Tirons quelques leçons du passé

Que nous apprend l’histoire de Job sur ce qu’est une belle attitude d’esprit ?

En Romains chapitre 15, Paul explique que la méditation d’exemples du passé peut nous aider à rectifier notre attitude d’esprit. Il écrit :

·       « Or, tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Ecritures, nous possédions l’espérance » (Romains 15 verset 4)

LE MIROIR FACE A LA PROPRE JUSTICE

Nombre de serviteurs de Dieu ont dû corriger plusieurs aspects de leur attitude. Job avait dans l’ensemble un bon état d’esprit. Il n’a jamais attribué à Dieu quoi que ce soit de mauvais ni n’a laissé ses souffrances entamer sa confiance en Dieu (Job 1: 8, 21, 22).

Toutefois, il était propre juste. Le Seigneur s’est servi d’Élihu pour l’amener à rectifier ce travers. Loin de s’en offusquer, Job a humblement compris qu’il devait changer d’attitude et s’y est attelé sans tarder (Job 42 versets 1 à 6)

Comment imiter Job lorsqu’on nous conseille à propos de notre attitude d’esprit ?

Auriez-vous la même réaction que Job si l’un de vos compagnons chrétiens vous signalait avec bonté que vous avez manifesté les signes d’une attitude erronée ? À l’imitation de Job,

·       « N’imputons rien de mauvais à Dieu » (Job 1 verset 22)

Si nous souffrons injustement, ne nous plaignons jamais en tenant le Seigneur pour responsable de nos difficultés. Quoi qu’il advienne, Il connait ce par quoi nous passons ou devons passer plus tard ! Tout sera à notre bénéfice ! En ce qui concerne les projets divins les hommes regardent toujours à court terme. C’est comme un père qui fait piquer son enfant pour qu’il n’ait pas la polio, le père sait pourquoi il agit ainsi, mais l’enfant lui, regarde la seringue et la piqûre… !

N’essayons pas non plus de nous justifier, mais souvenons-nous que quelles que soient nos responsabilités dans le service de Dieu nous sommes toujours

·       « des serviteurs inutiles (autre trad. : « des esclaves bons à rien ») » (Luc 17 verset 10)

Quelle mauvaise attitude des disciples de Jésus ont-ils eue ? Comment Pierre a-t-il fait preuve d’une belle attitude d’esprit ?

Au premier siècle, certains auditeurs de Jésus manifestaient une attitude qui ne convenait pas. Un jour, Jésus a exprimé une pensée difficile à comprendre.

·       « Beaucoup de ses disciples donc, quand ils entendirent cela, dirent : ‘cette parole est dure à entendre ! (autre Trad. : « Ce langage est choquant !») Qui peut l’écouter ? »

Ceux qui s’exprimaient de la sorte étaient animés de toute évidence par une mauvaise attitude d’esprit qui les a empêchés d’écouter Jésus plus avant. Le récit se poursuit ainsi :

·       « À cause de cela, beaucoup de ses disciples s’en allèrent vers les choses qui étaient derrière et ne voulurent plus marcher avec Lui »

Mais tous avaient-ils une mauvaise attitude ? Non, car le récit ajoute :

·       « Jésus donc dit aux douze : ‘ Vous ne voulez pas vous en aller, vous aussi, n’est-ce pas ? ’ Simon Pierre lui répondit : ‘ Seigneur, vers qui irions-nous ? ’ ” Et de préciser: “ Tu as les paroles de vie éternelle ” » (Jean 6 versets 60 et 66 à 68)

Quelle belle attitude ! Quand des explications ou une compréhension affinée des Écritures nous semblent de prime abord difficile à accepter, n’est-il pas plus sage de manifester la même attitude d’esprit que Pierre ? Il serait insensé de cesser de servir le Seigneur ou de parler à l’encontre du “ modèle des saines paroles ” simplement parce que certaines pensées nous ont au départ semblé difficiles à comprendre !

·       2Timothée 1:13 : « Retiens dans la foi et dans la charité qui est en Jésus-Christ le modèle des saines paroles (autre trad. « des paroles scripturaires) que tu as reçues de moi ».

Quelle attitude choquante les chefs religieux juifs ont-ils affichée à l’époque de Jésus ?

Les chefs religieux ne manifestaient pas du tout la même attitude d’esprit que Jésus. Leur détermination bornée à ne pas l’écouter fut criante au moment où il ressuscita Lazare. Pour toute personne ayant la bonne attitude, ce miracle aurait été la preuve irréfutable que Jésus était le Messie de Dieu. Or, on lit :

·       « Alors les principaux sacrificateurs et les Pharisiens réunirent le Sanhédrin et se mirent à dire : Que devons-nous faire, parce que cet homme accomplit beaucoup de miracles ? Si nous le laissons faire, tous croiront en Lui, et les Romains viendront enlever et notre lieu et notre nation »

Qu’ont-ils résolu ?

·       “Dès ce jour-là, ils tinrent conseil pour Le tuer”

Non contents de comploter la mort de Jésus, ils envisagèrent même de faire disparaître la preuve vivante de ses pouvoirs miraculeux

·       « Les principaux sacrificateurs délibérèrent de faire mourir aussi Lazare » (Jean 11: 47/53; 12: 9/11).

Qu’il serait détestable d’afficher une tournure d’esprit semblable et de nous irriter ou de nous vexer pour des choses qui devraient en réalité nous réjouir !

LE MIROIR FACE AUX INTIMIDATIONS

En quelles circonstances Daniel a-t-il manifesté une attitude courageuse ? Et si nous prenions exemple du courage de Jésus ?

Les serviteurs de Dieu conservent une attitude positive.

Les ennemis de Daniel ont fomenté une intrigue en faisant passer une loi qui interdisait pendant 30 jours d’adresser une requête à quiconque, si ce n’est au roi. Daniel savait que son obéissance à cette loi porterait atteinte à ses relations avec Dieu. Allait-il s’abstenir de prier pendant 30 jours ? Non, il a continué sans crainte de prier l'Eternel trois fois par jour comme il en avait l’habitude (Daniel 6 : 6/17).

De même, Jésus ne s’est pas laissé intimider par ses ennemis. Un sabbat, il rencontra un homme à la main desséchée. Il savait que la plupart des Juifs présents n’apprécieraient pas qu’Il guérisse quelqu’un un jour de sabbat. Il leur demanda précisément d’exprimer leur avis sur la question. Puisqu’ils refusaient de se prononcer, Il passa aux actes et guérit l’homme (Marc 3: 1-6). Jésus n’a jamais craint d’accomplir sa mission de la manière qu’Il jugeait convenable.

LE MIROIR FACE A L’OPPOSITION

Pourquoi certains s’opposent-ils à nous, mais comment devrions-nous réagir à leur attitude négative ?

Aujourd’hui encore, les vrais chrétiens comprennent qu’ils ne doivent pas se laisser intimider par les possibles réactions négatives de leurs adversaires, car sinon ils ne manifesteraient pas la même attitude d’esprit que Jésus.

Nombreux sont ceux qui s’opposent à nous, certains parce qu’ils ne sont pas bien informés, d’autres parce qu’ils nous haïssent, nous ou notre message. Mais ne laissons jamais leur attitude hostile saper notre état d’esprit positif. Ne permettons pas au monde qui nous entoure de nous dicter la manière dont nous devrions pratiquer notre culte.

Manifester une tournure d’esprit semblable à celle de Jésus Christ

Jésus a toujours manifesté une attitude intérieure positive à l’égard de ses disciples et des dispositions prises par Dieu, même quand cela pouvait sembler difficile … Son exemple nous inspire :

·       Matthieu 23 : 2, 3 : « scribes et les pharisiens sont assis dans la chaire de Moïse. 3 Faites donc et observez tout ce qu’ils vous disent ; mais n’agissez pas selon leurs œuvres. Car ils disent, et ne font pas »

Nos frères sont imparfaits, certes, mais nous le sommes tout autant. D’ailleurs, où pourrions-nous trouver de meilleurs compagnons et des amis plus fidèles que dans l'église fidèle ? C’est seulement avec l’Aide de l’Esprit que nous pouvons toujours garder la bonne attitude d’esprit, celle qu’avait Jésus Christ.

LE MIROIR REFLETE-T-IL DIEU AVEC & EN VOUS ?

 NOUS VOYONS QUE DIEU EST AVEC TOI !
Genèse 26 : 28

Le roi Abimélek avait renvoyé Isaac, mais peu après, il est revenu vers lui ayant constaté « nous voyons que l’Eternel est avec toi ! ». Incroyable, les ennemis d’Isaac ont dit : « nous voyons que Dieu est avec toi… » !!! Comment ont-ils vu cela ? En tout cas cela se voyait, tout comme les apôtres ont été détectés « comme ayant été avec Jésus ! »

·       Actes 4 : 13 : « Lorsqu’ils virent l’assurance de Pierre et de Jean, ils furent étonnés, car ils se rendaient compte que c’étaient des gens du peuple sans instruction. Ils les reconnaissaient pour avoir été avec Jésus »

Si la mentalité et l’esprit de Jésus est avec et en nous, cela se verra et influencera notre entourage. Nos attitudes, nos paroles, nos réactions, tout cela peut toucher ceux qui nous côtoient.

Alors, Il n’aura pas honte de nous appeler « frères » (Cf. Hébreux 2 : 11).

Qu’il en soit ainsi !