Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 

Signes des temps (suite)

Introduction Apostasie Guerres Famines Catastrophes "naturelles" Persécutions

Réflexions sur Matthieu 24.9-10
Résumés de conférences du pasteur Gérard Charton

Apostasie - séduction

Parce que nous aimons l’Eglise de Jésus-Christ, parce que nous voulons y voir la "l'épouse" promise, nous voudrions qu’elle soit pure dans l’attente de son Seigneur. 

Mais en réalité nous constatons souvent que la soif de vérité, quand ce n'est pas foi elle même, a disparu du cœur de la grande majorité des hommes et des femmes, et cette autre parole de Jésus-Christ est aujourd’hui chargée d’une réalité douloureuse :

« Je vous le dis... quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »   Luc 18.8

Pour illustrer ceci, nous ne pouvons qu'être consterné d’apprendre qu’un pasteur allemand officiant dans une paroisse vidée de ses fidèles avait publiquement reconnu avoir perdu la foi. Pour des raisons qui ne peuvent pas venir du Seigneur, cet homme devenu "apostat" a voulu conserver sa charge pastorale, cela a fait grand bruit en Allemagne. A la suite de cela, chaque dimanche son église fut pleine à craquer. Des hommes et des femmes font des kilomètres pour entendre les discours (on ne peut plus appeler cela des sermons) d’un athée. Voilà des gens qui ont faim et soif, mais de quoi : d’une forme religieuse et non pas de connaître Dieu, encore moins de l’entendre !

Alors, oui Jésus pose cette douloureuse question… Trouveras-il la foi sur la terre … ?

Et l’apôtre Paul nous donne à son tour cet avertissement :

 " Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition, l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. » 2 Thessaloniciens 2.3-4

Quel voeu pieu que d'attendre des conversions massives dans nos pays. Ces propos sont ceux que nos oreilles désirent entendre, mais la prophétie biblique dit tout le contraire.  

Rappelons que l’apostasie c’est l’abandon de la foi par ceux qui l’ont connue. L’apostasie est un péché contre le Saint-Esprit qui ne peut-être pardonné, si nous comprenons bien l'apôtre Paul :

« Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie. Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés » Hebreux 6. 4-6

« Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés » Hebreux 10.26

L’apostasie, presque générale, est donc l’un des signes donnés par Christ concernant la fin de ce temps. Or n’en doutons pas aujourd’hui nous vivons cela. 

Cette apostasie consiste aussi à modifier la révélation biblique telle qu'elle est révélée dans la Parole de Dieu. Nous ne parlons pas ici des différences de compréhension concernant des points de doctrine sans conséquence sur le salut, par exemple : savoir si l’enlèvement aura lieu avant la dernière semaine de Daniel, pendant ou après. Quand bien même nous nous trompions cela n’aurait aucune conséquence sur le salut.

Il est aussi possible de comprendre quelque chose, même un texte de la Bible, avec des différences, par exemple l'usage des dons spirituels. Parce nous avons un éclairage plutôt qu’un autre, parce que nous avons une culture différente et que cela forme des réflexes différents. Il faut savoir accepter cela avec humilité, parce que chacun d’entre nous pourrait bien réaliser que sur un point de détail c’est « l’autre » qui a raison. Et, qui n’a pas évolué dans ces certitudes au fur et à mesure de sa connaissance du Seigneur.

Mais, ce n’est pas de cela qu’il s’agit ici. Ceux qui sont concernés ce sont ceux qui oeuvrent comme faux prophètes à l’intérieur même de l’Eglise, et qui n’hésitent pas à modifier le sens de la volonté de Dieu.

Rappelons que le mot "prophète", ne désigne pas seulement celui qui a une annonce fracassante à faire, mais désigne ceux qui parlent de la part de Dieu, qui enseignent de la part de Dieu. Les vrais prophètes, mais les faux prétendent la même chose.

Il y a de nombreux exemples que nous pourrions citer, parmi lesquels :

bullet

La volonté farouche d’interdire la lecture et l’étude de la Bible. C’est cette voie qu’a choisi le catholicisme jusqu’au milieu du siècle dernier. Et, si aujourd’hui l’église catholique n’interdit plus officiellement sa lecture, il est fréquent que les prêtres continuent à dire que son interprétation reste leur domaine à eux seuls. Ce qui revient à dire ne la lisez pas car elle trop compliquée pour vous.

La lecture des épîtres nous montre qu’il n’aura pas fallu longtemps pour que l’Eglise primitive amorce les premières dérives, du temps même des apôtres.

bullet

Nous pourrions faire l’inventaire de toutes les tentatives pour modifier le sens de la Parole de Dieu, et ainsi d’altérer le message qu’il nous a laissé. Le IVième siècle, sous l’empereur Constantin a été le point culminant de l’apostasie de l’Eglise.

Mais, heureusement, l’Eternel a mis sa main sur son "Livre" pour le protéger, et malgré les tentatives au cours des siècles, sa Parole est restée intacte. Certains cependant veulent la déformer ou y ajouter ce qu’ils considèrent que Dieu aurait « oublié ». Les catholiques l’on fait, mais avant eux les juifs de la diaspora 4 siècles avant Jésus-Christ en incluant les livres apocryphes dans le premier Testament. Précisons tout de suite que ce n’est pas cette version de la Bible que Christ a authentifiée à Jérusalem, mais la seule et unique version originale, celle dont Il dit :

"Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé." Matthieu 5:18
 

Rappelons-nous que c'est le long travail des mouvements de « Réforme » qui a permis de restaurer la vérité, par pas successifs au cours des siècles, la déchargeant des nombreuses traditions dont on l'avait affublée.

Mais, aujourd’hui nous réalisons dramatiquement que ce travail de réforme est remis en cause à l’intérieur même du monde protestant et même évangélique. Et, la prophétie se réalise sous nos yeux.

·        La remise en question du péché et celui de l’homosexualité en particulier.
- Qui eut pensé qu’un jour des protestants et certains évangéliques accepteraient de débattre de ce que le Seigneur appelle une abomination… ? 
- Qui eut pensé que certaines églises seraient prêtes à consacrer des pasteurs homosexuels ?
- Qui eut pensé que les anglicans mais aussi quelques évangéliques se sont mis d’accord pour reconnaître en Marie la Mère de Dieu et l’adorer ?

APOSTASIE

 L'Eglise Anglicane se convertit au culte marial.

Le Pape a autorisé la Commission Internationale Anglicane - Catholique Romaine (CIACR) de publier son rapport très attendu, intitulé : "Marie : grâce et espérance en Christ." Cela s'est passé le 16 mai dernier à la Cathédrale Catholique de Seattle, aux Etats-Unis. Une autre présentation s'est déroulée à l'Abbaye de Westminster, le 19 mai.

La principale conclusion de la CIACR est que la doctrine Catholique de la Vierge Marie est "conforme aux enseignements de l'Ecriture" et de la Tradition, et qu'elle n'est plus une pierre d'achoppement sur la voie de l'union des deux Eglises. Ou bien, comme le pape Ratzinger préfèrerait que nous le disions, cet accord ouvre la voie à un "retour" de la communauté Anglicane au "bercail" de l'Eglise Catholique.

Les anciennes pierres d'achoppement.
Les pierres d'achoppement, qui empêchaient la réconciliation entre les deux Eglises, étaient principalement le culte offert à la Vierge Marie, ainsi que les dogmes papaux de l'Immaculée Conception (1854) et de l'Assomption physique de la Vierge Marie (1950).

La CIACR s'est efforcée de conduire un dialogue "fondé sur les Evangiles, ainsi que sur les anciennes traditions communes."
Le gouffre doctrinal qui séparait les deux parties a été comblé, nous a-t-on dit, par les Anglicans, qui ont appris à reconsidérer les dogmes papaux au travers de la lecture de Romains 8 : 28-30 :"Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés."

Apparemment, il n'y a aucun signe que Rome ait fait la moindre concession. Ce sont les Anglicans qui se sont rendus aux arguments des Catholiques. Les Anglicans ont été convaincus que, bien que les dogmes de l'Eglise Romaine ne se trouvent pas dans les Ecritures, ils ne sont pas contraires aux Ecritures. C'est ainsi que les deux parties se sont accordées sur le fait que "la pratique de demander à Marie et aux saints de prier pour nous ne doit plus être un obstacle à notre communion."

Toutefois, Rome n'est pas pleinement satisfaite de la position des Anglicans, parce qu'ils prétendent s'appuyer sur les Ecritures, et non sur l'autorité du Pape.

De leur côté, les Anglicans ont demandé aux Catholiques Romains de "faire preuve de plus de prudence dans leurs dévotions."

Les réactions à ce document.

D'une manière assez condescendante, l'évêque Mc Mahon, membre de la Commission, a déclaré : "Les Anglicans ont été aidés, dans leur compréhension du rôle de Marie dans notre salut, par une relecture des doctrines modernes avec les yeux de l'apôtre Paul, quand il parle "d'appel, de conversion, de justification et de glorification." Pour faire bonne mesure, l'évêque a ajouté : "Nous croyons que Marie, en tant que Reine du Ciel, exerce une fonction salvifique (salvatrice) continuelle dans l'Eglise."
Le Révérend Rod Thomas, du Mouvement Anglican Réformé Evangélique, a accusé la CIACR de "faire rentrer de force les dogmes Catholiques dans le moule des Ecritures." Il a rejeté ce document en le traitant de "forfaiture."
Par ailleurs, le Révérend Joel Edwards, de l'Alliance Evangélique, a déclaré dans "Thought for the Day" (la Pensée du Jour) : "Cette étude approfondie reconnaît qu'en dépit des grandes différences entre les deux Eglises, il existe un potentiel de réel progrès dans l'harmonisation de leurs vues, en ce qui concerne Marie et son droit d'intercéder en notre faveur."

Les deux co-présidents de la CIACR sont l'Archevêque Carnley de Perth, en Australie, un pur libéral, et l'Archevêque Catholique Brunett, de Seattle.

Officiellement, ce rapport n'a aucune autorité, sinon celle de ses auteurs. Il doit à présent être étudié par les deux Eglises.
Toutefois, Rome en est ravie, et croit qu'il s'agit d'une avancée majeure dans le "dialogue œcuménique".

L'Immaculée Conception.

En ce qui concerne le dogme de l'Immaculée Conception, les deux parties sont tombées d'accord : "Considérant sa vocation d'être la mère du Très Haut (Luc 1 :35), nous pouvons affirmer ensemble que l'œuvre rédemptrice de Christ s'est accomplie en Marie dans les profondeurs de son être, dès les premiers instants de sa conception. Cela n'est pas contraire aux enseignements de l'Ecriture, et ne peut être compris qu'à la lumière des Ecritures. Les Catholiques Romains peuvent reconnaître en cela ce qui est affirmé par ce dogme, c'est-à-dire que "Marie a été préservée de toute souillure du péché originel, dès le premier instant de sa conception."

L'Assomption physique de la Vierge.

En ce qui concerne l'Assomption, les deux parties sont également tombées d'accord : "Nous pouvons affirmer ensemble que la doctrine selon laquelle Dieu a pris dans Sa gloire la Bienheureuse Vierge Marie, dans la plénitude de sa personne, n'est pas contraire aux Ecritures, et qu'elle ne peut en vérité être comprise qu'à la lumière des Ecritures. Les Catholiques Romains reconnaissent que cette doctrine concernant Marie est contenue dans le dogme."
L'invocation de Marie.

En ce qui concerne l'invocation de Marie, les deux parties déclarent : "Nous affirmons ensemble, sans aucune ambiguïté, la médiation unique de Christ, qui porte du fruit dans la vie de l'Eglise. Nous ne considérons pas que la pratique consistant à demander à Marie et aux saints de prier pour nous soit suffisante pour faire obstacle à notre communion… Nous croyons qu'il n'y a aucune raison théologique de rester divisés dans ces domaines."

Note de Parole de Vie :
Ce document tout récent est un nouveau signe de l'apostasie des derniers temps, annoncée par Jésus et les apôtres comme l'un des derniers signes précédant le retour du Seigneur. L'Eglise Anglicane est déjà rentrée dans le bercail de Rome, et les autres Eglises "chrétiennes" empruntent rapidement le même chemin. Le petit reste fidèle sera de plus en plus isolé, mais c'est sur Lui que repose la bénédiction divine ! Restons fidèles au Seigneur et à Sa Parole, Il revient bientôt !

Quel sera le prochain abandon ?

Et, remarquez bien que ces reniements sont tous récents.
Des dérives il y en a toujours eues, nous le constatons dès les débuts de l’Eglise. Il est curieux cependant de constater que les plus importantes sont toujours liées à un désir  de rassemblement, d’œcuménisme, d'unité. Celui de Constantin au 4ème siècle et maintenant celui des partisans du  Nouvel Ordre Mondial qui veut construire « une religion unique ».
Alors nous pouvons nous poser une question : certes, l’apostasie est annoncée comme annonciatrice de la fin d’une époque, mais Dieu reste-t-Il indifférent devant cette « déferlante » ?

Réfléchissons à cette dépêche, qui est une interrogation que nos frères américains se posent :

Katrina

 Selon le gouverneur de Louisianne, Katrina aurait fait des milliers de victimes

Des milliers de personnes auraient été tuées par le cyclone Katrina qui a ravagé le sud des Etats-Unis en début de semaine, selon la sénatrice démocrate de Louisiane Mary Landrieu.

Le gouverneur de la Louisianen, Kathleen Blanco a également déclaré s'attendre à «des milliers de morts» suite à la catastrophe. George W. Bush a pour sa part indiqué «ignorer le nombre exact» de victimes. «De toute évidence, il va y en avoir beaucoup», a-t-il ajouté.
(
Voxdei et  AFP)


Dieu a-t-il frappé la Nouvelle Orléans qui organisait cette semaine la Journée de la Décadence pour près de 100.000 homosexuels?


Les médias ne s'étendront pas beaucoup sur le "Southern Decadence Day" (Journée de Décadence du Sud) réunissant 100.000 homosexuels qui devaient venir cette semaine à la Nouvelle Orléans commettre, en public, des actes innommables.


Des manifestations antérieures avaient été photographiées et envoyées au maire et à des responsables de la police, mais ils n'en ont pas tenu compte. Cette manifestation rapporte en moyenne quelques 100 millions de dollars.


Jusqu'au dernier moment, les organisateurs ont espéré pouvoir maintenir leur manifestation, mais ils ont préféré l'annuler et se plaindre des chrétiens qui affirment que "Dieu a envoyé Katrina pour empêcher le 'Southern Decadence Day'."


La fête, rapporte le site
WorldNet Daily, consistait pour les homosexuels à boire de l'alcool et à remplir les rues du quartier français pour pratiquer l'acte sexuel en public dans les rues ou dans les bars.


Les casinos de la côte ont également été frappés. Ils se situaient sur le passage de l'oeil du cyclone.

(voxdei)  02/09/05)

Rappel des paroles de Jésus :

 « De même, quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le royaume de Dieu est proche. Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive. »
Luc, chapitre 21.91-32

Introduction Apostasie Guerres Famines Catastrophes "naturelles" Persécutions