Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


 

Catholicisme: La tendance est à la baisse pour les diverses pratiques religieuses

Même si les funérailles de Jean-Paul II et l'élection de son successeur ont ravivé la ferveur religieuse partout dans le monde catholique en 2005, les principales Eglises chrétiennes doivent faire face à un nombre croissant de bancs vides au Canada, selon des experts théologiens.

En déclin depuis plusieurs années, surtout au Québec, la moyenne nationale du nombre de catholiques allant régulièrement à la messe a plafonné à 20 pour cent au pays. Au Labrador, le diocèse catholique de St. George's a été le premier à déclarer en faillite en 2005.

En plus d'une baisse mondiale généralisée de fidèles, l'Eglise catholique doit faire face à une pénurie de prêtres. À un point tel qu'elle "risquerait de perdre son identité comme institution centrée sur l'eucharistie", s'inquiète Susan Roll, professeur de théologie à l'Université St-Paul, affiliée à l'Université d'Ottawa.

En octobre dernier, la question de l'ordination des hommes mariés avait été discutée au Vatican comme l'une des possibles solutions au problème. Mais un puissant appel aux valeurs traditionalistes et au célibat des prêtres lancé par un cardinal australien l'a finalement emporté.

Selon Susan Roll, les églises auraient tout intérêt à parler un langage qui touche davantage les gens et à "transmettre leurs valeurs et leurs vérités en des termes plus signifiants".

Si les églises se vident, où vont alors les chrétiens qui ont soif de spiritualité? "Il y a tout un lot de gourous", note Maurice Boutin, professeur de théologie à l'Université McGill.

"Les religions orientales fleurissent énormément dans toutes les sphères de la société... le mouvement Nouvel âge, l'astrologie, la nécromancie (...) Les gens essaient de trouver quelque chose qui leur donnerait un contrôle sur leur vie."

Selon Tom Harpur, l'un des auteurs sur la spiritualité les plus connus au pays, le coeur du problème réside dans le fait que "les gens en ont assez de se faire répéter les mêmes choses surtout si ça contredit ce que leur esprit et leur coeur leur disent", souligne-t-il.

"Les gens ne veulent pas parler de Dieu, ils veulent Dieu." Ils ne veulent pas de crédos ni de dogmes "ils veulent vivre une expérience", poursuit l'auteur du "Christ païen".

Selon cet ex-pasteur anglican, en 2061, soit dans à peine 55 ans, il n'y aura plus un seul anglican au sein de l'Eglise, si le déclin des membres se maintient. D'après une étude commandée par les évêques de cette même institution, le nombre de fidèles auraient chuté de 53 pour cent au cours des 40 dernières années.

Le scénario demeure le même au sein des autres Eglises, notamment pentecôtiste, luthérienne et baptiste, où la quantité de membres a également baissé, selon le même rapport.

Pourtant, la diversité religieuse ne cesse de croître. Selon le dernier recensement de Statistique Canada, le nombre de Canadiens se déclarant musulmans a plus que doublé entre 1991 et 2001, passant de 253 000 à 600 000. Même son de cloche chez les hindous, bouddhistes et sikhs dont le nombre de personnes se disant adeptes a connu une hausse de 80 pour cent durant la même période.

Toujours selon le recensement de 2001, le Canada reste toutefois à majorité catholique (13 millions de croyants), suivi de près par les protestants (10 millions). Près de 5 millions de Canadiens se disent sans religion.

(L'Actualité)